News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La fin de la récréation au Gabon avec l’authentification (prochaine) de ce que savent Léon-Paul Ngoulakia, Christian Bongo

Le site de la Liberté - Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou le Dimanche 5 Juin 2016 à 00:00 | Lu 23495 fois

Le Gabon est en danger, mais le suicide collectif est inimaginable. La guerre civile n’aura pas lieu, car un digne fils du Gabon, Léon-Paul Ngoulakia, proche du président sortant, est engagé dans la défense de la vérité.
Les huissiers de justice (au Gabon ou en France) devront être saisis pour une authentification des déclarations sur les origines du président sortant.
Et après, le peuple aura son nouveau président, le président de la transition, celui qui aura défendu la vérité pour le Gabon



Qui sifflera la fin de la récréation au Gabon. Avant la prochaine présidentielle ? La question est fondamentale.
La question est posée, pas pour distraire l’opinion, y compris la justice gabonaise, mais pour faire dire « la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ».

Et après, le peuple aura son nouveau président, le président de la transition, celui qui aura défendu la vérité pour le Gabon, celui qui aura défendu la Constitution et donc son article 10 qui ne permet qu’à un citoyen né gabonais d’être candidat à l’élection présidentielle : le nouveau président sera chargé d’organiser, dans la transparence, la prochaine présidentielle.

Léon-Paul Ngoulakia, Christian Bongo (…), Marie-Joséphine Nkama (Patience Dabany), Jean Boniface Asselé (…) sont aujourd’hui interpellés par tous, y compris Ali Bongo, à la tête du Gabon, qui compte sur le témoignage des membres de sa famille par rapport à ses origines et à la validité de son acte de naissance qu’il avait lui-même qualifié de « faux document » lors de l’émission RFI « Le débat africain » animé par le journaliste Alain FOKA (janvier 2015) : « … Moi j’ai une famille, les membres de ma famille me reconnaissent comme tel, bon, et Dieu sait que j’ai une nombreuse famille, et Dieu sait que mon père a eu beaucoup d’enfants et pourtant c’est mon père qui m’a élevé pour devenir l’homme que je suis (...). Mais ça ce sont de faux documents, Monsieur Foka, ce sont de faux documents ! On ne va pas revenir là-dessus… ».

« Qui ne dit mot consent et qui peut le plus peut le moins » a dit le sage. Alors, les déclarations sur les origines d’Ali Bongo devront maintenant être authentifiées par des huissiers de justice au Gabon ou en France.
Le même sage dit : la décision définitive sur l’affaire pendante devant la justice française n’interviendra pas avant de longs mois, car les parties (Ali Bongo et sa demi-sœur Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, fille de Chantal Myboto Gondjout) ont le droit chacun de faire appel de toute décision en première instance et de former un pourvoi en cassation après le verdict de la Cour d’appel. Et cette affaire, devant la justice française, ne conditionne aucune déclaration (au Gabon ou à l’extérieur du pays) sur les origines du président sortant.

Le même sage dit : la procédure de destitution d’Ali Bongo est régulière et justifiée, mais elle est considérée par le parlement gabonais comme une simple vue de l’esprit, un parlement sous le contrôle du pouvoir établi.
Le même sage dit aussi : le test ADN (le test de maternité) devrait permettre à Ali Bongo et à sa mère Marie-Joséphine Nkama (Patience Dabany) d’établir « un lien de parenté génétique avec les conséquences juridiques qui peuvent en découler », mais ce test ADN, qu’aucune mère (au monde) ne peut refuser, pour le bien de son fils, est rejeté par Marie-Joséphine Nkama, pour des raisons qui devront maintenant être authentifiées par un huissier de justice.
Le temps est donc venu de parler, d’écrire, de signer et de faire authentifier les déclarations par un huissier de justice.
D’ores et déjà, le peuple se félicite de l’engagement citoyen de Léon-Paul Ngoulakia, cousin germain d’Ali Bongo, Léon-Paul Ngoulakia qui est aujourd’hui sur le terrain pour défendre la vérité pour le Gabon.

Léon-Paul Ngoulakia, président du Mouvement patriote et républicain (MPR), est en train de « convaincre les populations de l’urgence d’une mobilisation pour faire échec à la candidature d’Ali Bongo à l’élection présidentielle d’août prochain » : « Le président de la République doit être mis hors course. Il doit d’abord respecter les dispositions de la Constitution. Accepter Ali à l’élection sans pour autant qu’il ait déjà résolu son problème d’état-civil, c’est déjà cautionner la fraude » (http://gabonreview.com).

Pour Léon-Paul Ngoulakia, « Il est temps de faire autrement» et de rompre avec l’attitude de résignation, qui consiste à tout abandonner et à clamer : «On va encore faire comment ? ». « Il ne nous est pas permis de refaire la même erreur que celle de 2009, en accompagnant Ali Bongo aux élections. La mort de Bongo nous a amenés à agir sous le coup de l’émotion. C’était une erreur de l’avoir choisi et cette erreur ne doit pas être commise deux fois» (http://gabonreview.com).

Pour Léon Paul Ngoulakia, « Voter Ali Bongo Ondimba, c’est voter Maixent Accrombessi, accusé d’être le véritable président de la République du Gabon. « Le débat sur Accrombessi et la légion étrangère est clair. Ce n’est nullement de la xénophobie car, le Gabon est un pays métissé culturellement. Il y a des frères d’autres communautés qui vivent au Gabon depuis plusieurs années et qui sont bien intégrés. Ici, il s’agit de dénoncer Accrombessi et son groupe qui sont des apatrides, qui ont plusieurs nationalités et qui ne sont pas intégrés. Ils n’ont aucune attache avec le Gabon », a-t-il déclaré, disant refuser tout amalgame. «Ce ne sont pas tous les Béninois, tous les Maliens… qui font partie de la légion étrangère. Il y a des étrangers intégrés, qui sont de familles connues. Il s’agit de ceux qui sont à la présidence de la République et qui pillent les ressources et pratiquent la piraterie financière » (http://gabonreview.com).

Léon-Paul Ngoulakia et « L’Union sacrée pour la patrie » (USP) sont sur la même longueur d’onde : « Accepter Ali à l’élection sans pour autant qu’il ait déjà résolu son problème d’état-civil, c’est déjà cautionner la fraude ». Les candidats déclarés à la prochaine présidentielle doivent le comprendre maintenant.
Nul doute que la vérité triomphera du mensonge. Après l’authentification (très prochaine) des déclarations. Par la volonté du Très-Haut. Et ce sera la fin de la récréation.

Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou

Juge gabonais en exil, militant africain des droits humains, fondateur de l’Internationale démocrate, coordinateur général, initiateur de « L’Alliance politique Nord-Sud » et de « Liberté pour la France et le Gabon », initiateur de la Police de secours, père du Manifeste contre la guerre, disciple du prix Nobel de la paix 1964, pasteur Martin Luther King / Tél : (237) 6 70 14 37 55

Dimanche 5 Juin 2016
Ibrahim Bignoumbe-Bi-Moussavou
Vu (s) 23495 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 00:00 Gabon : Lettre ouverte à Ben Moubamba

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...