Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La dépénalisation du délit de presse?

l'info réelle 7J/7 - Junior Ebong Tchissambo le Mardi 30 Mai 2017 à 06:00 | Lu 1923 fois

" Nul ne peut être inquiété pour avoir tenté de répandre ses information.



Libérerz la liberté

Le quatrième pouvoir en Afrique en général et au Gabon en particulier traverse des moments quelques peu difficile, en ce sens que des journalistes se trouvent parfois sur le banc des accusés dans les tribunaux et se voient souvent condamner a des lourdes peines d emprisonnement ou souvent a payer de fortes amendes.

Le délit de presse au Gabon a connu ces dernières années des remous car plusieurs organes de presse se sont vues fermer pour des motifs fallacieux d outrage aux autorités. Aussi, des journalistes ont souvent écopé des peines d'emprisonnement pour avoir eu le pêcher d' exercer leur métier librement ou se sont vu torturer par des gendarmes ou ont vu leurs organes de presse être suspendu de parution..

La solution pour avoir une presse plus libre et plus efficiente, serait de dépénaliser le délit de presse et réduire les mesures de coercition afin de rendre au quatrième pouvoir ses lettres de noblesse. Le législateur doit en définitive se pencher sur le fait de voter des lois protégeant de plus en plus les professionnels de la presse afin d'éviter que les suspensions de parution de journaux et d'émission sans contraintes, d information pour la presse audiovisuelle.

Ainsi, ceux qui se rendront coupable de diffamation ou/et désinformation puis d'outrage devront être sanctionnes par des paiements d'amendes raisonnables au cas ou ils seraient reconnus coupables par les instances juridictionnelles et non par les sanctions émanant du Conseil National de la Communication, qui, comme on le sait, agit parfois de manière partisane en défendant la presse du pouvoir et les intêret de celui-ci..

Cette attitude du deux poids deux mesures ne facilite en rien éclosion d'une véritable démocratie et ne garantie pas les libertés fondamentales, non s en rappeler que notre pays a ratifie le pacte internationale des droits civils et politiques, la charte internationale des droits de l homme et enfin la Déclaration Universelle des Droits de l Homme.

Fort de ce qui précède, nous venons a nous demander si il est normal que les certains états africains a l exemple du Burundi, du Cameroun, le Congo et le Gabon pour ne citer que ceux-ci, qui ont pour habitude de marcher sur ces traités internationaux ne méritent pas que les instances internationales tels que l'Organisation des Nations Unies s'y penchent en prenant des résolutions ou rappeler à l' ordre les pays qui violent les libertés dont celle de la presse?

Mardi 30 Mai 2017
Junior Ebong Tchissambo
Vu (s) 1923 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Juillet 2017 - 07:39 Les Albinos sont des Êtres humains

Débat / Reflexion | Tribune Gabonaise | Tribune Libre | Gervais Mboumba | Kongossa








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée


Incroyable !