News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La crise au sein du pouvoir français met en pleine lumière sa politique africaine désastreuse

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Dimanche 11 Juillet 2010 à 19:05 | Lu 761 fois



La crise au sein du pouvoir français met en pleine lumière sa politique africaine désastreuse
A la suite de l'entretien donné par Jean Christophe RUFFIN (journal Le Monde), ancien ambassadeur de France au Sénégal, révoqué pour avoir dénoncé la tentative de succession lignagère menée par Abdoulaye WADE, Jean Glavany, député socialiste, met en accusion la politique africaine de la France!
Le Ministre des affaires étrangères dont on connait les intérêts particuliers près du clan Bongo ne parvient pas à articuler la moindre argumentation crédible pour préférer s'attaquer sur un plan émotionnel à son ancien ambassadeur.

Extraits des débats

7 juillet 2010 -Politique africaine de la France- Assemblée nationale

“M. le président. La parole est à M. Jean Glavany, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Jean Glavany. Même si nous ne sommes plus que quelques-uns sur les bancs du groupe SRC, je tiens à dire à M. Baroin qu’il n’est pas nécessaire de s’énerver. (Vives exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

président. Mes chers collègues, je vous en prie. Écoutons la question de M. Glavany.

M. Jean Glavany. Je le lui dis avec beaucoup de calme et de sérénité : le populisme ne se nourrit pas de certaines dénonciations, il se nourrit de certaines pratiques ; ce n’est pas l’exigence de vérité qui renforce l’extrême-droite, c’est l’absence de transparence. Il est ainsi des exigences que la raison d’État devrait reconnaître, et que vous feriez bien de reconnaître tôt ou tard.

Ma question porte sur un autre sujet (« Ah ! » sur les bancs du groupe UMP) : les déclarations de M. Jean-Christophe Rufin, qui était ambassadeur au Sénégal jusqu’à ces derniers jours.

Il a en effet affirmé ce matin sur les ondes d’une radio périphérique – il l’affirme également dans l’édition datée de demain d’un journal du soir – que les années 2007-2010 ont vu le retour de tous les vieux travers de la afrique/” target=”_blank” class=”tag_auto”>Françafrique. Ce n’est pas moi qui le dis, mais lui, qui n’est pas un homme de gauche et qui avait soutenu M. Sarkozy lors de l’élection présidentielle.

Lui suggère-t-on une comparaison avec les réseaux Foccart qu’il déclare que c’est pire : dans les réseaux Foccart, il y avait un peu de politique et de sens de l’intérêt général ; maintenant, il n’y a que des intérêts privés.

M. Marc Dolez. Eh oui !

M. Nicolas Perruchot. Et Mitterrand, alors ?

M. Jean Glavany. M. Rufin va même plus loin en déclarant que le Quai-d’Orsay est complètement dépossédé des dossiers africains, et que tout est concentré entre les mains d’un seul homme, le secrétaire général de l’Elysée, qui agit d’autant plus librement que, préfet, il ne connaît pas véritablement l’Afrique et qu’il ne rend compte ni devant le Parlement – où sont donc les nouveaux droits du Parlement ? – ni devant le Gouvernement. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

M. le président. Merci !

M. Jean Glavany. Ma question sera simple, mais je pense que vous en mesurerez toute la portée : n’est-il pas temps d’ériger, dans ce domaine aussi, une « muraille de Chine » entre les intérêts privés et l’action de l’État ? (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. Philippe Briand. Cela fonctionnait sans doute mieux avec les Mitterrand !

M. le président. La parole est à M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères.

M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères. Monsieur le député, vous lisez trop les journaux. Pourtant, vous ne les lisiez pas lorsque l’ambassadeur que vous avez cité et que j’ai fait nommer ne se plaignait pas de ce dont il se plaint aujourd’hui.

S’il a très bien servi la France, si je salue son action à Dakar, cela ne lui donne pour autant ni un droit de regard sur les nominations ni un droit de critiquer son successeur. Figurez-vous, monsieur le député, que ce dernier est un spécialiste de l’Afrique.

M. Jean Glavany. Je ne vous ai pas parlé de lui !

M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères. Je sais, mais, puisque vous avez fait référence à ces déclarations, je réponds, et je réponds à votre question.

M. Jean Glavany. Non, vous ne répondez pas !

M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères. L’existence d’une politique africaine n’est pas une nouveauté que nous introduisons dans l’histoire de la Ve République. La persistance de liens particuliers avec certains qui nous sont proches et dont nous sommes proches n’est pas davantage une nouveauté.

Ce qui est en revanche nouveau, monsieur le député, c’est que le sommet de Nice a consacré tout à la fois l’Afrique et la France, tout le continent étant réuni. Il est également vrai que nous sommes fiers de la politique qui a été menée, laquelle n’a rien à voir avec ce que vous prétendez. Nous sommes fiers aussi bien de ce que nous avons fait pour la Guinée, qui vient, pour la première fois depuis cinquante-neuf ans, de voter, que de ce que nous avons fait pour le Rwanda. Nous sommes également fiers de ce que nous avons fait après les coups d’État en Mauritanie, au Niger ou à Madagascar. Oui, nous en sommes fiers !

M. Pierre Gosnat. En Mauritanie, il n’y a peut-être pas de quoi être fier !

M. Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères. Nous poursuivons sur cette voie, et la politique africaine de la France, c’est-à-dire la politique de la France vis-à-vis de ce continent, perdure et perdurera en dépit des critiques.

Comme on n’est jamais trahi que par les siens, j’espère, en effet, que cet homme ne s’étouffera pas de haine. (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe UMP et sur quelques bancs du groupe NC.)

M. le président. Nous avons terminé les questions au Gouvernement.

Suspension et reprise de la séance

M. le président. La séance est suspendue.

(La séance, suspendue à seize heures, est reprise à seize heures vingt.)

M. le président. La séance est reprise.”

Mengue M'Eyaà

Présidente du conseil exécutif

Mouvement Civique du Gabon

Le Mouvement civique du Gabon (MCG) s'associe et participera aux manifestations qui auront lieu à Paris les 10 et 13 juillet contre la Françafrique et le défilé militaire de troupes africianes dont on voit peu le rapport avec les “Indépendances”.

Dimanche 11 Juillet 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 761 fois




1.Posté par Gabonais le 11/07/2010 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh oui, la France et Kouchner sont fières des malheurs qu'ils causes à l'Afrique. Pilleurs, pyromanes puis faux pompiers. Ils nous annonce que rien ne changera et que la Politique française contre l'Afrique perdurera. Ceci dit, la France n'est pas prête de laisser l'Afrique prendre son destin en en main mais désire continuer à faire de l'Afrique sa vache laitière sans se soucier du développement humain. Alors Africains, conscients que nos chaînes ne tomberons pas par la bonne volonté de la France dont les anciennes colonies en Afrique sont la honte de la Francophonie, n'est-il pas temps que nous usons de violences? Kidnapper et tuer surtout les hommes d'affaires français chez nous, faire sauter là où se trouvent les intérêts français, car même nos dirigeants complotent avec eux contre nous. De la Côte d'Ivoire, au Congo, en passant par le Sénégal, la Guinée, le Tchad, le Gabon, etc, il est temps que la jeunesse Africaine montre qu'on en a marre de ce qu'ils ont fait de nos pays en faisant sauter leurs sociétés et même les bases militaires. Vivement qu'arrive en Afrique, une génération dirigeant qui s'uniront contre les intérêts Français pour leur rendre la monnaie de leur pièce

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...