News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La Chronique de l’Agitateur : La tête de Moundounga contre la reprise des cours !

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 27 Novembre 2013 à 07:58 | Lu 1818 fois

Le thermomètre, dans le secteur de l’Education nationale, gagné par une fièvre aigüe, grimpe dangereusement. Les braves messieurs de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) donnent des sueurs froides au patron du département, le seigneur Séraphin Moundounga, un personnage énervant et d’une effronterie quasi pathologique.



L’homme est sur une corde raide, voire sur un siège éjectable. Il est vomi par tout le monde. Moundounga devient le mouton noir du pouvoir émergent.

Convaincu de sa toute puissance car considéré comme un des faucons du régime, l’homme se la jouait au point de frustrer les partenaires sociaux qui, à ses yeux, sont des moins que rien.

Derrière ses allures de chef de canton avec des propos du genre : « vous me connaissez non ? », l’homme n’a de considération pour personne, allant jusqu’à traiter les enseignantes du pré primaire de « vendeuses de tomates ».

Cet homme au discours d’une vulgarité déconcertante, mesure sans doute mal sa charge de ministre qu’il ramène au plus bas de l’échelle sociale au point de se confondre dans des coups de gueule propres aux chiffonniers.

Pour se venger de l’homme et lui faire payer le prix de ses dérapages indignes de son rang et qui énervent plus d’un, les syndicalistes ont ajouté à leur grille des revendications, le départ pur et simple de Moundounga à qui ils reprochent son « arrogance et son mépris » pour ses semblables, « des reformes impopulaires et inadaptées qui hypothèquent lourdement l’avenir de la jeunesse gabonaise » (dixit Conasysed !).

Une demande bien embarrassante pour le président Ali Bongo Ondimba qui va probablement mettre la tête de son ministre sur la balance. Il doit choisir entre d’un côté les exigences syndicalistes, condition à la sérénité au sein du secteur de l’Education nationale, et de l’autre, la solidarité gouvernementale face à toute situation difficile.

Il doit donc peser le pour et le contre. Il peut également faire péter le fusible, c’est le souhait de bon nombres d’observateurs dans les chaumières, et se débarrasser proprement d’un personnage aussi impopulaire que les actes qu’il pose.

Le climat, désormais, est pourri. Très pourri ! Moundounga ne sait plus à quoi s’accrocher face à cette bourrasque syndicale très déchaînée.

Le limogeage de sieur Moudounga de ce poste est la nouvelle condition posée par les grévistes de la Conasysed et leurs élèves avant toute reprise des cours, car l’homme passe désormais pour un pestiféré qui a perdu tout crédit à leurs yeux.

Il n’est plus le bon interlocuteur. Il lui faut donc une bouée de sauvetage. Sa tournée explicative dans les différents établissements de la capitale Libreville afin de fédérer grand monde à sa cause, n’a convaincu personne. Même pas un rat palmiste.

L’on n’a pas bien cerné le bienfondé des réformes engagées dans le secteur Education. D’ailleurs, nombreux l’écoutaient d’une oreille tellement il énerve.

Du côté de la Primature qui, laborieusement, essaie de ramener les grévistes à la raison en maintenant le fil du dialogue, l’attitude des partenaires sociaux qui manque d’un peu de bémol, est incompréhensible.

La principale revendication, à savoir le paiement des vacations, a été satisfaite. Le paiement des rappels, l’intégration des enseignants du préscolaire dans la Fonction publique, la mensualisation de la Prime d’incitation à la fonction enseignante (Pife), autres points des revendications, sont en cours d’être satisfaits d’ici la fin de cette année, promis juré.

« La régularisation de la situation administrative assortie d’avancements automatiques et le relèvement du point d’indice, déjà effectifs », nous apprend le Premier ministre qui aurait signé de ses propres mains plus de 6000 dossiers d’agents de l’Etat à ce sujet.

Là-bas on cerne difficilement pourquoi le départ de Moudounga devient le point de revendication numéro un. Mauvaise foi ?

En tout cas à la Primature, il ne se fait aucun doute qu’il s’agit-là d’une exigence qui n’a plus rien à voir avec les la grille des revendications à l’origine de la crise qui ébranle le secteur de l’Education nationale.

Jusqu’à quand le Premier ministre va-t-il continuer à jouer les pompiers puisque les syndicalistes sont décidés à laisser pourrir la situation jusqu’à ce que Moundounga soit chassé de ce poste comme un malpropre?
En tout cas, Tat’ Moundoung’ est dans de sales draps!

Publié le 27-11-2013 Source : Gaboneco.com

Mercredi 27 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1818 fois




1.Posté par Tresor le 27/11/2013 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien fait pour lui. C'est la révolution!
«Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l’action. »
- Victor Hugo

2.Posté par XP Africain le 27/11/2013 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'on soit clair,Moundounga n'est pas à la hauteur du ministère de l'éducation nationale,ni d'un autre.

La principale ressource sur laquelle se fondait notre espoir sur ce monsieur est la MODESTIE en vue d'engager le secteur éducatif gabonais sur une dynamique.

La Modestie et l'intelligence permettent de déléguer les missions à qui sait les mener.
Elle évite de faillir aux pressions des loups de la mafia gabonaise et hors du Gabon dont les dents sont inflexiblement pretes à tout moment à dévorer sur le budget de l'éducation national du Gabon au grand dam de la jeunesse gabonaise, de ses enseignants,de l'éducation nationale toute entière.Ce secteur qui devient,même un lieu d'expérimentation des recettes qui n'ont fait aucune preuve ailleurs dans l'environnement francophone voir international:illusions sur les NTIC;les PPP.....

3.Posté par Oréma le 27/11/2013 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tout cas il mérite ça. Lui, l'arrogant, l'insolent, l'irrespectueux et de surcroît le moins diplômé de tous les ministres que le département de l'Éducation Nationale a connus. Pour cela, une journée de présentation des diplômes du ministre (ah docteur vous avez dit docteur?) et des enseignants serait souhaitable pour faire taire le ministron de la République, même si tout compte fait sa tête a déjà été achetée au plus bas prix (mamôh moutouki oh oh)

4.Posté par lea le 27/11/2013 13:26 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah sa on ne recolte que ce que l.on seme c''est la vie tat''moudoung du courage.
On va surement le nommer 1er ministre dans un avenir proche attention ls grevistes!!!!!

5.Posté par NEM le 27/11/2013 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Education est un art. Quand un individu n'a pas acquis le sens qui doit gouverner ses actes, celui-ci ne peut préparer l'emploi de ses énergies pour son bien-être et celui de ses semblables. De ce postulat, il devient esclave à la bêtise c'est-à-dire ne se qualifiant plus dans la lignée de l'animal pensant. L'arrogance, l'injure et l'irrespect à l'encontre d'autrui vont se manifester en ce dernier comme des fruits de défense pour justifier son manque d'éducation de base (famille). On peut devenir haute personnalité d'Etat sans être docteur en ceci ou en cela, mais en développant une intelligence qui capte le prestige de sa fonction et capitaliser les actes à mettre en valeur à l'avantage du peuple. L'on grandirait en éthique pour mieux s'asseoir à un poste aussi important que celui de Ministre de l'Education Nationale.
Cependant, la force intellectuelle qui développe une certaine émancipation morale peut aussi s'avérer comme un réel atout du management à ce genre de fonction; malheureusement que dans ce pays, il s'est dit que " l'on peut faire d'un chien un roi ". C'est pourquoi les docteurs et agrégés capables de diriger ce Ministère sont vite rejetés à cause de la conscience critique qu'ils amènent pour le développement éducatif de la jeune population gabonaise. Leur rigueur à la réflexion de la construction de l'école gabonaise étant hautement poussée, ces derniers apparaissent toujours comme des freins au désordre et au pillage organisés par les grands chefs. Ces vrais professionnels ne durent pas dans les successifs gouvernements du Gabon. Le genre soumis à certaines besognes, médiocre, arrogant, insolent à la limite de la sauvagerie, pilleur financier et membre de certains cercles fermés est le mieux accepté lorsqu'il a participé à certains rituels etc. Quand le peuple commence à tousser, il trouvera toujours un remède pour se soigner. Je crois que ce petit ministre va dégager puisque le ton est donné. Rien ne la changera, ni les petits sorciers ou les gris-gris, ni l'argent.

6.Posté par Afirikara le 27/11/2013 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
5.Posté par NEM le 27/11/2013 15:13 |

Il n'ya pas que les docteurs et les agrégés pour diriger l''éducation nationale;vous avez pourtant bien commencé en l'insinuant. Tout est comme vous le dite sur les dimension éthique,morale,éducationnelle.Comme quoi,la posture formationnelle actuelle du patron de l'éducation n'est pas gênante -elle était même souhaitable- au regard du passé de ministère en termes de ministres à hauts diplômes.
Tout est éducation de base-qui n'est pas forcément le fait de la famille-il ya des enfants natuellement têtus.

7.Posté par 3ekale le 28/11/2013 05:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hummmm les gabonais avc le kongossaaaaaaaa...Vraiment!!! C'est le tout puissant Moudounga Seraphin ke vous descendez comxa??? Wait and see com disent les britishhhhhhh...

8.Posté par athia le 29/11/2013 13:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au lieu de vous concentrer sur la descente aux enfers d un etre humain, proposez un plan de redressement que vous remettrez au parlement - organe habilite a convoquer le gouvernement.

9.Posté par christian le 29/11/2013 16:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le ministre de l''Éducation nationale doit être chassé avec ceux qui signent les décrets et ceux qui votent les lois démesurées.

10.Posté par AbdourahmaneDavidMartin le 01/12/2013 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 8; j'espère que c'est une plaisanterie ? ET CROYEZ MOI DE MAUVAIS GOUT.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...