Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La Can d'Ali Bongo : «Une bonne diversion», selon Jean Gaspard Ntoutoume Ayi

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Vendredi 20 Janvier 2017 à 07:39 | Lu 1520 fois

Si le pouvoir en place et ses alliés soutiennent que la Coupe d’Afrique des nations qu’accueille le Gabon est une aubaine pour le pays, d’autres arguent que la fête du football africain est loin d’être célébrée par tous les Gabonais. Pour le porte-parole de Jean Ping, cette compétition ne fera pas oublier la crise actuelle issue de la présidentielle d’août 2016.



Au Gabon, la Coupe d’Afrique des nations de football(Can) ne manque pas de soutien. Pourtant, la fête du football africain est loin d’être célébrée par tous les Gabonais. Elle est particulièrement boudée par une partie de l’opposition et de la société civile, qui n’ont d’ailleurs pas cessé d’appeler à son boycott. La principale raison de leur refus de soutenir ce qui apparaît pour le pouvoir en place et ses alliés comme une chance pour le pays : le déni des réalités vécues par les populations sur place, notamment depuis la réélection d’Ali Bongo en fin-août 2016. Une réélection ayant occasionné des violences à Libreville et dans d’autres localités du pays.

Pour Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, porte-parole de l’opposant Jean Ping, l’après-Can s’annonce avec une forte gueule de bois. Le retour à la réalité devrait être rude pour beaucoup de Gabonais, alors que les retombées financières et sociales sont plus qu’incertaines. En entendant, «au moment où se déroule la Can, nul ne peut nier que le Gabon se trouve englué dans une crise politique sans précédent, né du contentieux de l’élection présidentielle du 27 août 2016. Nul ne peut nier la crise économique et budgétaire dans laquelle se trouve le pays et qui a conduit, le 23 décembre 2016, la réunion des chefs d’Etat de la Cemac à instruire le Gabon, comme les autres Etats de la Cemac, de rentrer immédiatement en discussion avec le FMI pour un programme d’ajustement structurel».

Une discussion qui, croit savoir le porte-parole, annonce une inévitable une baisse du train de vie d’un Etat qui consacre 52 % des ressources propres de son budget au paiement des salaires de ses agents, soit plus de 800 milliards de francs CFA. Certains craignent que cet engagement, en plus du règlement des dettes vis-à-vis de divers partenaires de l’Etat, ne soit pas tenu après la Can. Selon Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, si elle n’est pas sure d’apporter des bénéfices au Gabon, «la Can a absorbé l’essentielle de la trésorerie de l’Etat au détriment du financement des autres besoins des administrations».

De même, l’opposant dit mal comprendre la tentative des autorités gabonaises de faire oublier que «le secteur social est en crise, les grèves se succèdent aux grèves et aucun secteur ne semble être épargné». Pourtant, l’un des faits attestant de cette mauvaise passe est «le nombre de plans sociaux et leurs cortèges de licenciements» enregistrés tout au long de l’année 2016, et davantage ces derniers mois.

Au plan politique, assure Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, il est entendu que «la Can ne ramènera pas Jean Ping à de meilleurs sentiments». Mieux, personne n’est capable, à l’heure actuelle, de confirmer la tenue du dialogue appelé par le président de la République pour tenter de trouver des solutions à la crise sociopolitique issue de sa réélection. Une crise qui, selon le porte-parole de Jean Ping, pourrait bien être attisée par les arrestations d’Etienne Ngoubou et Magloire Ngambia, deux anciens ministres d’Ali Bongo accusés de malversations financières.

«La Can apparaît aujourd’hui comme un bruit qui empêche de bien se rendre compte de la réalité de la situation du pays. Bref, une bonne diversion ou distraction, c’est selon. Les grèves ne risquent pas de s’arrêter après la Can. Je crois qu’il suffit de regarder la situation du Brésil aujourd’hui pour comprendre qu’un pays en crise ne peut se permettre le luxe d’organiser une grande manifestation internationale», conclue Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, membre des think tank de l’Union nationale (UN).

avec gabonreview

Vendredi 20 Janvier 2017
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 1520 fois




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 08:54 Gabon - CNR : Jean Ping se dit déterminé

Samedi 21 Octobre 2017 - 08:41 Cemac: Le Gabon ouvre ses frontières

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée


Incroyable !