News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

L'emprise de la France toujours dénoncée 50 ans après l'indépendance de façade

Le site de la Liberté - LeGaboma le Mardi 24 Août 2010 à 07:26 | Lu 517 fois



L'emprise de la France toujours dénoncée 50 ans après l'indépendance de façade
AFP - Le Gabon célèbre mardi son demi-siècle d'indépendance de façade dans une stabilité politique qui n'efface pas les critiques sur l'emprise que la France a maintenu sur l'Etat pétrolier africain et le développement souvent jugé insuffisant au regard des richesses naturelles.

Pour la ministre de la Communication, Laure-Olga Gondjout, "le bilan politique est plutôt positif" après un demi-siècle de souveraineté nationale.

Avènement en 1990 du multipartisme, dans lequel les "partis d'opposition jouent leur rôle", "une certaine visibilité de la société civile", "pluralité des médias", "femmes présentes partout": tels sont les points positifs avancés par la ministre.

Ces progrès politiques et sociaux, dans un pays, qui n'a connu ni conflits avec ses voisins, ni guerre interne ou coup d'Etat depuis 1964, n'éclipsent pas l'absence d'alternance politique. Omar Bongo, décédé en 2009, a gouverné pendant 41 ans, avant que son fils ne lui succède, au terme d'une élection controversée il y a moins d'un an.

Ce règne sans partage est sans doute aussi lié au soutien de la France qui avait placé M. Bongo au pouvoir en 1967. Jusqu'à sa mort, il a été l'un des symboles de la "Françafrique", un ensemble de relations opaques, politiques, d'affaires, voire d'affairisme, que la France a noué avec ses anciennes colonies.

"Le sevrage ne pouvait se faire brutalement" à la décolonisation, rétorque Mme Gondjout. Il était "illusoire de rompre les relations avec la France", ajoute la ministre pour qui "aucun opposant politique ne peut me dire qu'il ne cherche pas à avoir de bonnes relations avec l'Elysée".

Ces relations, Omar Bongo s'est toujours flatté de les avoir entretenues avec les présidents français de tout bord, ce qui n'a pas empêché les rapports de se tendre entre Paris et Libreville à la fin de sa vie, notamment en raison d'enquêtes en France sur les biens immobiliers "mal acquis" de la famille Bongo accusée de détournement de fonds par des associations.

"Politiquement, nous aurions pu avoir un pays plus démocratique, (avec des institutions) plus solides, avec des libertés plus affirmées", déplore l'opposant André Mba Obame, ancien ministre de l'Intérieur d'Omar Bongo.

Toutefois, il refuse d'imputer la seule faute à la "Françafrique". "On ne peut pas passer son temps à tout mettre sur le dos des autres. (...) 50 ans après, le colonialisme ne peut pas (être la seule excuse). On est grand, on est adulte, il faut se prendre en main".

Corollaire d'une indépendance politique relative, l'exploitation des immenses richesses en bois, pétrole, manganèse et uranium par des multinationales étrangères n'ont pas permis au Gabon de véritablement prendre son essor et la population en a peu profité.

"Il n'y a qu'à regarder l'Indice de développement humain" (le Gabon est 103e sur 182, selon les statistiques 2009 du Programme des nations unies pour le développement), glisse M. Mba Obame.

Le sociologue Anaclé Bissiélo ne peut quant à lui s'empêcher de comparer la "success story des +Bric+" (Brésil-Russie-Inde-Chine) avec le "gâchis de ces cinquante dernières années" au Gabon. "Le décollage est long (...) nous attendions davantage de l'indépendance", estime-t-il.

L'élection d'Ali Bongo ouvre-t-elle une nouvelle ère? A partir de maintenant, le gouvernement entend faire "moins de politique pour plus de développement", assure Mme Gondjout qui estime que les relation avec Paris devraient désormais être "privilégiées" et "décomplexées".

Mais pour la figure de la société civile gabonaise, Marc Ona,"la seule volonté (d'Ali Bongo) est de mettre rapidement en place un réseau pour s'enrichir plus vite que son père. C'est tout".


Mardi 24 Août 2010
LeGaboma
Vu (s) 517 fois




1.Posté par LeGaboma le 24/08/2010 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article de l'AFP. Source: France24. Juste posté par LeGaboma.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...