News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

L'Opposition Gabonaise écrit au Président Français

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 14 Octobre 2012 à 11:53 | Lu 2735 fois



L'Opposition Gabonaise écrit au Président Français
Monsieur le Président de la République Française,

Au moment où vous allez prendre part au XIVème Sommet de la Francophonie qui doit se tenir à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, du 12 au 14 octobre 2012, il nous paraît important d’appeler votre attention sur la situation des peuples ayant en partage la langue française qui vous regardent et s’interrogent, plus que par le passé et avec gravité, autant sur les valeurs que nous aurions en partage que sur la volonté de la France de les porter, en raison du rayonnement universel de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du Citoyen dont elle est, depuis 1789, le porte-flambeau.

A l’ordre du jour du Sommet qui porte sur le thème les “ enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale ”, il y a, inscrit, le point “ paix, démocratie et droits de l’homme ” qui nous fonde à vous interpeller ici et maintenant.

Ici, dans cette sous-région d’Afrique Centrale où, pour la première fois, la Francophonie tient une réunion de cette importance, nous nous permettons de vous rappeler qu’en dépit des énormes ressources dont elle dispose, les populations qui y vivent sont, paradoxalement, maintenues dans la pauvreté, l’insécurité, l’instabilité et la négation permanente des libertés et droits fondamentaux, toutes choses induites par une mal-gouvernance récurrente.

Maintenant, puisqu’à l’entame de votre mandat, vous avez affirmé que, désormais, la promotion et la protection des Droits de l’Homme et des processus de démocratisation constitueraient une composante essentielle de la politique étrangère de la France et de l’Union Européenne.

A cet égard, nous avons suivi avec intérêt votre déclaration du 9 octobre 2012 sur la République Démocratique du Congo où “ la situation est tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l’opposition. ” Ces propos collent parfaitement à votre analyse constante de la situation politique gabonaise, et au traitement que vous avez bien voulu lui accorder les 4 et 5 juillet 2012 à l’occasion des différentes rencontres à l’Elysée avec la Société civile, l’Opposition et les Autorités gabonaises.

Pour autant, depuis ces dates, la situation n’a pas évolué dans le bon sens, elle a même empiré. En effet, alors que pour la première fois, l’opposition a marqué son unité autour de l’analyse de la situation de crise que traverse notre pays et la réponse à y apporter par l’organisation d’une conférence nationale souveraine, les Autorités gabonaises ont accentué la répression, notamment par:

-La violation des libertés publiques et la répression violente par les forces de défense et de sécurité qui ont fait au moins une personne tuée, plusieurs dizaines de blessés, une centaine d’arrestations et entraîné la condamnation à des peines de prison de 62 personnes;
-Les atteintes aux personnes et aux biens visant l’Opposition, par des commandos agissant de nuit, encagoulés et lourdement armés, mitraillant, incendiant les émetteurs de la chaîne de télévision privée TV+ et y blessant gravement un vigile, ou saccageant le domicile de Maître Ndaot Rembogo;
-Les menaces, intimidations tentatives et projets d’assassinats politiques par un déploiement permanent des forces de défense et de sécurité dans les villes ou leur mobilisation à la moindre peccadille ; l’existence des listes de personnalités de l’Opposition à assassiner.

C’est dans ce climat de violence et de terreur attisé par le pouvoir en place, que Monsieur Ali Bongo choisit de s’adresser au Parlement, quasi monocolore réuni en congrès pour fermer définitivement la porte à toute possibilité de dialogue, sous prétexte qu’il ne pourrait discuter qu’avec ceux qui reconnaissent son élection contestée du 30 août 2009. Par la même occasion, il justifie et maintient les mesures répressives et politiciennes qui affectent des citoyens gabonais persécutés en raison de leur engagement politique. C’est ainsi qu’il a ordonné aux services de l’Etat :

- de retenir, depuis plus de 20 mois, le traitement de certains fonctionnaires, bien que ceux-ci n’aient commis aucune faute professionnelle, ni ne soient l’objet de poursuites judiciaires et continuent de travailler.
- De frapper d’interdiction de sortie du territoire plusieurs de citoyens qui, eux aussi, ne font l’objet d’aucune poursuite judiciaire. Ainsi, on est revenu, au Gabon, aux pratiques des Lettres de cachet de l’Ancien régime en France.

Parallèlement à son refus de tout dialogue, Monsieur Ali Bongo entreprend, depuis quelques semaines, un traitement parcellaire, mais partial, des questions devant relever d’une vaste consultation nationale. Ainsi a-t-il fait engager l’enregistrement des données biométriques pour la fiabilisation et la sécurisation du fichier électoral, dans des conditions illégales et mercantiles, sans tenir aucun compte des recommandations et des propositions de l’ensemble de la classe politique et de la Société civile. Et pour bien montrer sa détermination à se maintenir au pouvoir indéfiniment, il vient de confirmer, à la présidence de la Cour constitutionnelle, Madame Marie-Madeleine Mborantsuo, qui cristallise contre elle les critiques en raison des rapports familiaux, des conflits d’intérêts et de son influence négative sur une institution qu’elle dirige depuis sa création. C’est également dans le même dessein qu’il a proposé de convoquer la classe politique au sein du Conseil National de la Démocratie dont il ignore manifestement l’inadaptation aux préoccupations de l’heure.

En réponse à l’obstination de Monsieur Ali Bongo, l’ensemble des partis politiques de l’opposition, a confirmé le 22 septembre 2012, sa demande d’une Conférence nationale souveraine, devant des milliers de Gabonais convaincus que c’est la meilleure voie de sortie d’une crise tout en étant politique et institutionnelle se complète d’une dimension économique, financière et sociale tout aussi grave.

Monsieur le Président,

La Francophonie doit plus que jamais constituer le cadre par lequel nous devons promouvoir les valeurs qu’ont en partage les pays ayant en commun l’usage du français : la démocratie, la bonne gouvernance, l’Etat de droit, entre autres. Vous êtes resté éloigné des dérives qui ont cours dans notre espace, et vous avez montré, de façon constante, votre volonté de promouvoir un dialogue exigeant entre les différents acteurs de nos sociétés. Nous appuyons fermement cette volonté et souhaitons que vous donniez plus clairement votre point de vue sur la situation politique du Gabon comme vous l’avez fait pour la République Démocratique du Congo. Ainsi, l’Afrique francophone, dans son ensemble, profitera du souffle nouveau que vous donnerez à ce Sommet.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République Française, l’assurance de notre haute considération.

Dimanche 14 Octobre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2735 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

17.Posté par mouthou12 le 16/10/2012 08:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est temps pour nous, peuple gabonais, de prendre la mesure de nos responsabilités.
Nous n'avons besoin d'un quelconque mot d'ordre. Levons nous et libéront notre pays. Les politiques viendront après ou prendront le train en marche. Mais nous devons les attendre, 2025 nous trouver là, toujours avec les même hésitations.

LIBERONS NOTRE PAYS!

16.Posté par Gabao kool le 16/10/2012 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire plutôt

Nous avons affaire à....

15.Posté par Gabao kool le 16/10/2012 06:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais vous qui n'êtes pas en colère et semblez être prosélyte des sordides Briafo-Beninoises d'Ali-Accrombessi, devriez sûrement parler d'un Gabon à la taille de votre vision hallucinatoire, c'est à dire, « de l'imagination de votre esprit sous l'effet de quelque chose ». Oya ! Vous avancez en regressant, aurais-je dû oublier que les émergeurs sont des hâbleurs.

Tout compte fait, il s'avère plutôt que nous avons à faire à un atelier de cyniques et de malades mentaux au pouvoir qui mêle et entremêle tout. Ainsi, toutes les actions et décisions concortées sous leur influence sont à hue et à dia.

Devenant lui-même un sacré badaud local, Ali le briafra a trouvé nornal de parler de l'anglicisation du Gabon à quelques jours de l'OIF, de transformer un stade de football en lycée [...] Et voilà, il y'a quand même certains, qui viennent sur le net le défendre, tout en remettant en cause, les interêts nationaux et ceux du peuple souverain. PITIÉ, PITIÉ, PITIÉ.

14.Posté par Bibang le 16/10/2012 03:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mais qu'attendez vous pour passer vous memes à la vitesse superieure? d'ailleurs laquelle? la deuxieme? la troisieme? la sixieme? Bref meme en automatique vous ferez du surplace car vous reprochez à l'opposition ce que vous etes en train de faire vous memes c'est à dire l'inaction. Enfin je pense que votre arme et qui marche bien c'est un kebab (sandwich grec) à la main gauche et un clavier d'ordinateur devant vous. Sans oublier votre petite colère dans votre chambre en banlieue . venez voir le Gabon, avance meme si nous attendons plus, mais il avance pas avec vos jeremiades, mais juste avec le projet de ya ali l'avenir en confiance. Rentrez au pays on a besoin de vos bras et tetes pour developper notre cher Gabon.

13.Posté par Gabao kool le 16/10/2012 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Honnêtement je suis fatigué de ces opposants qui, sans cesse, nous pompent du gasoil et passent leur temps à pleunicher auprès de Mr Hollande. Je me permet de déclarer que : ces derniers sont en amont et en aval de la plupart des carences et des insuffisances dont souffrent les Gabonais, le Briafra et fief ne faisant que tirer profit de cette situation de complaisance et de condéscendance. Sinon, comment expliquer, qu'une opposition composée de multimilliardaires n'arrive toujours pas, ne fut-ce qu'à inquiéter un régime déjà avorté par le peuple souverain.

Ainsi est-il suggeré, à toute personne aspirant à l'alternance, de donner au maximum encore, deux semaines d'entrepreneuriat à cette opposition. S'il n'y a pas d'action concrète allant dans le sens de bousculer et de basculer serieusement cet assommoir de maquettes et de pirates au pouvoir, alors il serait tout de même necessaire, raisonnable et indispensable de faire la chasse à ces deux entités à savoir : l'opposition et le regime BongoPéDéGé, considerés peu salutaires et salvatrices aux exigences du peuple souverain.

En outre, le peuple doit en réponse dans cette échéance, lutter contre toute sorte de divertissement, que ce soit du côté de l'opposition avec leur putains de meetings monotones Merde ! Où encore, du côté des
aliens et des pirates au pouvoir, qui pillent et vendent
le pays aux enchères.

Pour terminer, il est à signaler que, de parts et
d'autres à travers ces deux camps, l'usage de violence par le peuple doit intervenir comme un moyen de revendication pour son respect.

12.Posté par Larévolte le 15/10/2012 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire plutôt: Que ceux qui sont sur place à Libreville s'organisent pour aller faire pression....
Si au bout du compte, le peuple gabonais opprimé se rend compte qu'aucune stratégie consistant à mettre Alain Bongo et ses bongopédégistes hors d'état de continuer à nuire n'existe..

11.Posté par Larévolte le 15/10/2012 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ BIBI BEN MOUNBAMBA le 15/10/2012 15:38,

Tiens mon frère ou ma soeur, je pense exactement la même chose que toi (excuse-moi de te tutoyer). Que ceux qui sont sur place à Libreville s'organise pour aller faire pression sur les différents QG des partis de l'opposition pour que les responsables de partis politiques dits de l'opposition nous dévoilent cette fameuse stratégie qu'ils disent détenir sans jamais la mettre en pratique depuis bientôt quatre ans. Si au bout du compte, le peuple gabonais opprimé se rend compte qu'aucune stratégie consistant à mettre Alain Bongo et ses bongopédégistes hors d'état de continuer à nuire existe, dans ce cas, toute gabonaise et tout gabonais qui vit misérablement, qui pense à juste titre qu'il est victime d'une injustice inacceptable et qui se sent prête ou prêt à en découdre avec les Bongo s'organise pour une cause commune et juste sans plus tenir compte de la pseudo opposition gabonaise pour chasser les impies et les faux opposants. Trop, c'est trop. Il est temps que tous les masques tombent!

10.Posté par BIBI BEN MOUNBAMBA le 15/10/2012 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FAUT QUE LA PARTIE CIVILE ÉCRIVE OU PARLE A L'OPPOSITION EN LEURS DISANT OU DÉMONTRANT QUE LE PEUPLE EST PRÊT A EN FINIR AVEC OJOUKOU ALI. SI CES OPPOSANTS REFUSENT LA STRATÉGIE DU PEUPLE, NOUS POUVONS DIRE "YA ANGUILLE SOUS ROCHE"
ALLONS Y FAIRE DES SIT IN D'ABORD AU SIÈGE DE L'UNION NATIONALE ET DIRE A NOS LEADEUR" QU'AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI ON FINIT AVEC OJOUKOU ALI ".
VIVRA VERRA

9.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 15/10/2012 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Notre Opposition "écrit", "parle", mais ne sait toujours pas "agir". Ma question est : ne veut-elle pas agir ou ne le peut-elle pas ? Ma réponse est : il y a anguille sous roche ! On ne nous dit pas tout !

8.Posté par math le 15/10/2012 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HOLLANDE viens de vous prouvez qu il est bel et bien pet à changer les choses donc pour moi je pense qu il est plus du coté des opposants des dictateurs que du coté des dictateurs donc face à cela hollande viens de donner des cartes aux opposants alors il faut passer à la vitesse superieur j entend par là passé aux actes tres chers leader l heure n est plus aux discours car les discours on sait tout plus personne n ignore se que fait bongo fils et ses potes on attend plus que des signeaux fort sur le terrain sinon taisez vous et retournez à la soupe au lieu de continuer à prendre le peuple pour des moutons de panurges en bon entendeur salut si c etait sarkozi vous sauriez trouver une raison bon maintenant on a hollande qui se demarque que faites vous réeellement? vivra verra

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...