News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Invitation au sit-in de dénonciation des violations des Droits de l’Homme et atteintes aux Libertés individuelles et collectives au GABON.

le Mardi 6 Octobre 2009 à 06:00 | Lu 535 fois

A L’ATTENTION DES AMIS DU GABON ET DES MILITANTS POUR LES
DROITS DE L’HOMMES.

SIT-IN « Pour Le Respect Des Droits De L’Homme Au Gabon »



Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Suite nos précédentes manifestations pacifiques lors desquelles nous tentions de prévenir et sensibiliser l’opinion nationale et internationale sur les risques de guerre civile et des déplacements de populations au Gabon, si le processus électoral manquait de transparence, nous souhaitons cette fois-ci dénoncer et condamner vigoureusement « les violations de la Constitution et de la loi électorale ainsi que les nombreuses atteintes aux Droits de l’Homme » survenus au Gabon à l’issue des élections présidentielles.

Comme nous le redoutions, le scrutin du dimanche 30 août dernier au Gabon fut une grande mascarade et une véritable parodie de la démocratie. Cette élection tant attendue n’a pas été ce grand instant historique d’expression de la liberté, rêvé depuis 42 ans par tout le peuple gabonais.

C’est pour cette raison que nous, gabonais de Rennes, dénonçons ce déni de liberté et de démocratie en portant à la connaissance de l’opinion locale, nationale et internationale, les points d’actualités suivants :

=Violation de la Loi électorale (fraudes massives et falsification PV,etc.)
=Massacre des populations (à Libreville et à Port-Gentil).
=Violation des libertés (fermeture injustifiée des frontières, pressions diverses sur les médias locaux et interdiction d’entrée des médias étrangers, interdiction aux opposants de sortir du territoire etc.).
=Ingérences (milices privées constituées de mercenaires étrangers, électeurs non-gabonais à la solde du pouvoir, etc.).

Dans cette optique, réunis au sein du Mouvement pour la Citoyenneté et le Développement du Gabon (MCDG), nous vous invitons à un sit-in de sensibilisation et d’information à la place de la Mairie à Rennes, le samedi 10 octobre 2009 de 10H à 18H.


La Coordination du MCDG

Mardi 6 Octobre 2009
Vu (s) 535 fois




1.Posté par Dexter le 06/10/2009 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La vrai histoire de la mort du président Omar Bongo Ondimba
Ecrit par Correspondance RadioCemac
15-06-2009
Acte 1: Le 7 mai dernier dans les airs, entre le Maroc et l'Espagne, le Président Omar Bongo rend l'âme dans un avion médicalisé dépêché par la France. Néanmoins sur instruction de l'Elysée et de sa cellule Afrique, le corps est conduit en Espagne selon la volonté de Madame Pascaline Bongo.

Acte 2: L'Elysée tient à récupérer un certain nombre de documents que possédait (puisqu'il est déjà mort) le Président gabonais parmi ceux-ci un dossier sur le financement de la dernière campagne électorale en France. En retour, la famille Bongo aux multiples ramifications (Pascaline n'est pas seulement la fille du président, elle aussi la conjointe d'un membre du gouvernement et la mère des enfants de Jean Ping l'actuel Président de l'Union Africaine ; Ali Ben Bongo (c'est le fils dont tout le monde parle pour la succession du Père ; Mba Obame, un autre fils lui aussi ministre, porte un nom Fang, l'ethnie majoritaire au Gabon (40%) demande à la France un certain nombre de choses dont notamment la levée des saisies de compte de la Famille et l'adoubement d'Ali Ben comme Président du Gabon, ce à quoi Pascaline est opposée.

Acte 3: Ali Ben fait appel aux deux Congo et menace de faire "sauter les légionnaires sur Libreville" C'est le titre d'un film dont mon tonton est l'acteur principal (Gérard Essomba Mani Ewondo).


Acte 4: La France frappe du point sur la table et exfiltre Ali Ben du Gabon. Officiellement alors, on annonce qu'il est hospitalisé à Neuilly à l'hôpital américain. Personne ne l'a vu dans cet hôpital
.

Acte 5: Ali Ben se calme et rentre au Gabon pendant que Nicolas Sarkozy dépêche en Espagne Brice Hortefeux avec pour mission de convaincre la famille Bongo du soutien de la France.

Acte 6: Le Premier ministre français François Fillon arrive à Yaoundé : nous sommes le 20 mai 2009, il fait alors cette étrange déclaration : "Je sais que le président est soigné. Je sais qu'hier soir encore et ce matin, sa santé était satisfaisante. Je formule mes vœux de prompt rétablissement à M. Bongo en espérant naturellement qu'il sera remis sur pied le plus vite possible". Pour ceux qui connaissent Fillon, le fils du Mans catholique pratiquant, on le voit mal à l’aise ; avec ces africanités teintées de Françafrique, il ne comprend pas pourquoi l'on ne veut pas rendre la nouvelle officielle
.

Acte 7: Le 6 juin soit presque un mois après le décès de Bongo, l'Espagne somme la France de prendre ses responsabilités ; le premier ministre espagnol le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, un ancien religieux jésuite, demande à son ministre des affaires étrangères sous la pression des médecins - qui ne comprennent pas qu'on garde dans une chapelle ardente un corps aussi longtemps qui n'a pas trouvé la mort dans leur établissement - de rendre la nouvelle publique. Le Gabon dit n'être pas près et pour des problèmes de sécurité intérieure. L'Espagne refuse de reculer comme cela se fait toujours ; quelques journalistes reçoivent des instructions et l’hebdomadaire Le Point lance un ballon d'essai
.

Acte 8: Un avion est dépêché à Libreville en mission commando avec une conseillère de l'Elysée avec pour mission de ramener en Espagne le premier ministre gabonais, Eyeghe Ndong, ce qui est fait
.

Acte 9: Le premier ministre donne une conférence de presse couteau sous la gorge par la famille Bongo : "Salaud si tu dis un mot de travers on te pend haut et court !" peut-on entendre dans une des résidences de l'avenue Juan Gonzales qu'occupe la famille Bongo. Le premier ministre annonce dont que Bongo est en vie - des dispositions sont prises pour rapatrier le corps au Gabon avant que le décès ne soit annoncé
.

Acte 10: L'Espagne refuse à nouveau d'attendre

.
Acte final. L'Espagne annonce le décès et le premier ministre gabonais le confirme ; les journalistes de TV5 refusent dans les minutes qui suivent de présenter le journal Afrique de 12H30 heure du Canada car, disent-ils, ce n'est plus de l'information s'ils ne doivent lire que des textes conçus à l'Elysée
.

Correspondance particulière

undefined


François Fillon fut mal à l'aise le 20 mai lorsq'il fut interrogé sur la question de la mort du président Omar Bongo à Yaoundé



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...