News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Interview Louis Gaston Mayila « Je reste opposant à Ali Bongo, mais je respecte les institutions de la République…»

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 2 Décembre 2012 à 15:00 | Lu 6675 fois

Me Louis Gaston Mayila, également, co-fondateur de l’Union des Forces du changement, revient à travers cet entretien exclusif accordé à Paris au magazine Managers sur son exclusion de l’UFC, ses relations avec les autres membres de l‘opposition gabonaise ainsi que ses griefs contre le Président Ali Bongo Ondimba.



Interview Louis Gaston Mayila « Je reste opposant à Ali Bongo, mais je respecte les institutions de la République…»
Si comme vous l’affirmez, vous avez la paternité de la création de l’UFC, avec certains, pourquoi justement avoir créé un nouveau bureau de direction ?

Mais non, l’UFC n’a jamais eu de bureau avant !
Il y a au Gabon trois familles politiques : ceux qui sont avec le président Ali Bongo, ceux ayant soutenu Pierre Mamboundou au sein de l’Alliance pour le changement et la restauration (que je présidais il y a encore un mois, et qui est maintenant présidée par Me Séraphin Ndaot) et tous ceux qui se sont retrouvés autour d’André Mba Obame; mais qui n’étaient pas avec lui au moment des élections. Après les contestations post-élection présidentielle de 2009, les trois blocs politiques ont campé sur leurs positions jusqu’à ce que Pierre Mamboundou rencontre Ali Bongo ici à Paris. Même si je n’ai pas participé aux négociations, je ne m’y suis pas opposé, mais j’insistais sur le fait qu’il ne fallait pas négocier les postes, les portefeuilles ministériels, il fallait négocier le programme. Malheureusement, ça n’a pas été le cas, ils sont tombés dans le piège de l’intéressement aux postes.

Pierre Mamboundou disait même qu’Ali Bongo lui aurait promis le poste de Premier ministre. Moi je n’y ai jamais cru, pas plus que je n’ai pas cru un instant qu’il pouvait obtenir le pouvoir de contresigner certains actes du président de la République. Les faits m’ont donné raison. Donc après cet épisode, deux jeunes acteurs politiques sont venus me voir (en l’occurrence Ms. Akouré Davi président de l‘Alliance pour le nouveau Gabon et M. Richard Moulomba Mombo, président de l’ARENA) pour la création d’une plateforme politique de l’opposition, en me garantissant avoir obtenu l’assentiment de Pierre Maganga Moussavou. Je me suis mis avec eux et nous avons crée l’Union des Forces du changement; dont l’acte fondateur a été la conférence de Mouila, réunion que nous avons organisée en dépit des réticences des uns et des autres. C’est ainsi que l’Union nationale est venue y participer sur notre invitation et que son président, Zacharie Myboto a été premier vice-président de cette conférence, le président ayant été votre humble serviteur.

Aujourd’hui, vous n’êtes plus d’accord avec les autres membres de l’opposition sur les thématiques de revendications.
Effectivement, je suis contre le boycott des élections en général. C’est ainsi que j’ai été partie prenante aux dernières élections législatives. Je suis pour la tenue d’une conférence nationale, mais pas souveraine. Parce que cela supposerait, selon les autres membres de l’opposition, la démission du président de la République, de celle de l’Assemblée nationale et du Sénat. Si toutes les institutions de la République démissionnent afin que tout soit remis à plat, qui va gouverner le pays pendant ce temps ?
Mais, c’est vrai, à Mouila, j’ai affirmé que le Gabon est en crise politique, économique, sociale et même morale ! Et qu’il faut revenir à une élection présidentielle à deux tours, à un mandat de sept ans du président, renouvelable une seule fois, ainsi qu’à un rôle moins partisan de la Cour constitutionnelle dans la régulation et la gestion des scrutins.


Vu de l’extérieur du Gabon, Louis Gaston Mayila donne l’impression d’un homme politique équilibriste. On ne sait pluss’il est opposant ou partisan d’Ali Bongo Ondimba !
Non, je reste opposant, mais dans le respect des lois de la République. Etant opposants, si nous ne respectons pas ces lois, qui peut croire qu’on le ferait si nous parvenions au pouvoir ?

Diriez-vous, vous aussi, que le président Ali Bongo a été mal élu ?
Je dirai qu’il n’a pas été élu du tout ! Nous avions tous les procès verbaux attestant de la victoire de l’opposition. Mais quand il s’est agi pour nous de les rendre publics, Ali a envoyé l’armée pour nous empêcher d’aller les présenter à la commission électorale nationale autonome et permanente !

Dans ce cas, vous devriez en appeler à sa démission, non ?
Soyons réalistes ! Ai-je le pouvoir de le faire démissionner ?

Votre position à son égard est plutôt modérée voire tiède ! N’y a t-il pas d’accord occulte entre vous ?
Non ! Aucun accord ! Je dénonce toujours avec vigueur la politique d’Ali Bongo. Mais je dis ceci : la réalité, c’est qu’il est au pouvoir, et nous devons compter avec ça. Je suis simplement réaliste. Tout à l’heure, nous parlions de l’Union Nationale. La réalité, c’est que l’Union Nationale a été dissoute ! J’en appelle à sa réhabilitation, mais je suis réaliste, le pouvoir ne fera jamais cela. Est-ce que le dire, c’est manquer de combativité à l’égard du pouvoir ? Pourquoi quand c’est moi qui dis certaines choses, les gens en font tout un plat. Parce que ma voix porte ! Le seul qui a eu à dire non à Omar Bongo, c’est Mayila ! J’ai démissionné des poste de vice Premier ministre et de vice-président du PDG (parti démocratique gabonais, parti au pouvoir, ndlr). Moi quand ça ne va, je le dis et je démissionne ! Aussi, je ne serai jamais vice-président d’Ali Bongo, ni n’occuperai jamais de fonction dans son gouvernement !

Que reprochez-vous d’autre au président Ali Bongo ?
Je lui reproche d’avoir rendu son gouvernement fantôme.

Le mot est fort !
Non, le mot n’est pas fort ! Car, chaque ministère est coiffé d’une agence, qui ne rend compte qu’au Président. Et le budget de ces agences est chiffré en milliers de milliards. C’est dire que ces agences sont plus dotées que les ministères ! Du temps où j’exerçais des fonctions ministérielles, j’aurais démissionné !

Qu’est devenu l’investisseur Louis Gaston Mayila ? On ne vous entend plus sur ce registre.
Certains pensent qu’un ministre ne doit pas détenir des actions dans une société ou même être créateur d’entreprise. Je ne suis pas de ceux-là. J’avais une concession de vente de voitures de marque, une compagnie aérienne transportant 140 000 passagers par an, et réalisant 8 milliards F CA de chiffre d’affaires annuel. Dans mon village, j’ai une société de transformation de bois qui verse mensuellement 25 millions F CFA de salaires à ses employés. Je rends ainsi plus service aux Gabonais que si j’insulte Ali Bongo tous les matins !


Propos recueillis à Paris par M. Badarou, le 22 novembre 2012

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dans le magazine MANAGERS N°16


Dimanche 2 Décembre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 6675 fois




1.Posté par Bhenen le 02/12/2012 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malheureusement les institutions dont parle Mayila ne fonctionnenent pas correctement. Lui qui SERAIT un homme de loi, devrait dejà hurler sa colère dans le situation inique de Mborantsuo qui squatte sans fin la Présidence de la Cour Constitutionnelle. Car, justement, les textes institutionnels disent que Mborantsuo devait DEGAGER de la Cour Constitutionnelle depuis 2002.Du respect de quelles institutions parle le dougourou Mayila ?

2.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiff le 02/12/2012 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mayila, soit il prend les Gabonais pour des cons ou un troupeau d’écervelés, soit c'est lui-même qui l'est. Très vraisemblablement, c'est lui qui a des difficultés psychologiques, intellectuelles et morales. Dans tous les cas, son bruit n'intéresse personne. Qu'il se dise de l'opposition ou qu'il soit de la fumeuse majorité biafraise, c'est son affaire.

On respecte une institutions légitime, et non un pouvoir issu d'un coup d’État. Quel respect mérite une institution comme la Cour Constitutionnelle qui viole elle-même la loi tous les matins et tous les soirs? Rien que la présence en son sein de Madeleine Mbourantsouou et de Louise Angue depuis 21 ans, est un motif de révolte à l'endroit de cette secte bongoïste. Dans quel autre pays du monde a-t-on vu pareille situation? Qui d'autre, en dehors du peuple gabonais peut accepter une telle violation flagrante de la Constitution?

3.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 02/12/2012 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais Mayila n'a jamais été d'aucune opposition, sinon d'une opposition dans le PDG ! Comment Mayila peut-il se revendiquer d'appartenir à une opposition contre Ali Bongo, alors qu'un grand nombre de ses propres neveux (de Mandji-Ndolou) fait partie de l'entourage immédiat d'Ali Bongo : Jean-François Ndongou, Jean Koumbi ou le fils Bâ Omar de je ne plus quelle direction générale.

4.Posté par King le 02/12/2012 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mayila se moque de lui-même!
le type est perdu, il ne sait plus comment faire.

5.Posté par UNITE le 03/12/2012 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALERTE INFO ALERTE INFO ALERTE INFO ALERTE INFO

Rien ne vas plus à la télévisions u future je dirais plutôt du passé en ce moment même cette chaine demande des excuses à ses téléspectateurs pour la non diffusion du journal de 13h,du fait que certain journalistes aurait été soupçonné être de mèche avec le parti au pouvoir selon Franck Nguema un pion de la télé aurait aider et facilité la divulgation de la propagande de l'Ex UN sur Youtube qui fait le succès sur le net actuellement,pour Essélé Ndong Joachin et Nazaire Sima juvet proche d'AMO au sein de la télévision du passé c'est un certain alexe Eboué qui serait à l'origine de ce montage et l'aurait vendu à un certain Junior Magoumba conseiller d'ALI BONGO à la présidence de la république,en ce moment même une réunion se tiens sur le plateau télévisé de tv+,selon ces derniers Alexe Eboué doit dégager,certains journaliste soupçonné tel que une certaine Bertéline du fait de sa relation extra conjugal avec un proche de Laure Olga Ngodjou plane aussi,selon ces même derniers elle avait la possibilité d'avoir pu filer des info à ce dernier.
qui vivra verra

6.Posté par on va encore faire comment le 03/12/2012 20:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mayila pense même en rôlé qui avec son interview à deux balles? tu pense que si tu étais réellement opposant au système pdg tu passerai en boucle à la rtpdg? va loin avec tes employés fantôme salle traite

7.Posté par on va encore faire comment le 03/12/2012 21:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qu'avez vous fait de l,émission plurielle? ah! vraiment au Gabon si tu dénonce on te fou en quarantaine .. vous avez suspendu rien ne nous échappe ... vous voulez mm quoi? la presse est vraiment bafoué au gabon punese

8.Posté par jean pierre le 06/12/2012 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne sais pas si mayila pocéde un mirroire , s'il en pocéde qu'il se place devant celui ci et ce regarde trés trés bien je suis sùr qu'il sera face a un monstre qui na plus des dents , des yeux , et pour terminer qui a la honte coller a sa vilaine peau , les gabonais souvrent et lui il vient raconté les coneries .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...