News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Intervention (vidéo) du Dr. Daniel Mengara à l'occasion de la concertation des Gabonais des Etats-Unis

Le site de la Liberté - BDP-Modwoam le Mardi 31 Juillet 2012 à 04:43 | Lu 890 fois

Document en PDF à télécharger ci-dessous



Intervention (vidéo) du Dr. Daniel Mengara à l'occasion de la concertation des Gabonais des Etats-Unis
Lors de son intervention à l'occasion de la concertation des Gabonais des Etats-Unis le 28 juillet 2012, le Dr. Daniel Mengara s'est, encore une fois, appesanti sur le sens des mots "violence", insurrection, conférence nationale et concertation nationale. Après une analyse du poids des mots et des enjeux qui s'en dégagent, le Dr. Daniel Mengara propose aux Gabonais de passer à l'étape supérieure d'une Assemblée Constituante au Gabon.

concertation_washington_28_juillet2012_1.pdf concertation_washington_28_juillet2012.pdf  (186.33 Ko)



Mardi 31 Juillet 2012
BDP-Modwoam
Vu (s) 890 fois




1.Posté par King le 31/07/2012 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Daniel Mengara, j'avoue que c'est bien réfléchi.
cette proposition d'un retour à la souveraineté nationale.
À défaut de prendre les armes, comme je le répète avec le clan au pouvoir il faut de la violence.

2.Posté par King le 31/07/2012 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Daniel Mengara,
j'avoue que c'est bien réfléchi.
cette proposition d'un retour à la souveraineté nationale par la mise en place d'une assemblée constituante.
une province doit être désignée pour servir de capitale politique et administrative, et une autre comme capitale économique.
il est aussi évident de mettre en place une stratégie de riposte pour faire face à toute tentative d'agression.
unis nous vaincrons.

3.Posté par CastorPollux le 31/07/2012 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En l’écoutant on se rend compte que Mengara vise juste depuis très longtemps, il faut juste espérer que la majorité des gabonais l’écoute avant qu’il ne soit définitivement trop tard.

4.Posté par Alerte Info le 31/07/2012 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon
Raymond Ndong sima Premier ministre gabonais s'apprête à démissionner.
selon un proche direct membre de la famille, Raymond Ndong sima affirme qu'il va rendre le tablier dans quelques jours ne supportant plus travaillé dans une administration qui n'existe plus dont les missions sont réduites à faire de la figuration et reconnaît que la crise politique est profonde.
À suivre.


5.Posté par Alerte Info le 31/07/2012 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


GABON :
le PDG mène actuellement une campagne visant à offrir la somme de 100 000 Francs CFA à toute personne acceptant de participer à une pseudo mobilisation contre la Conférence Nationale.

6.Posté par Volcanic le 31/07/2012 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Franchement! donc le probleme ici, c'est terminologie. Quel gachi de sortir les sous pour former certains gabanais dont l'intelligence fait toujours des dégats. Les termes conference nationale devaient ils se transformer automatiquement apres le refus du biafra pour s'adapter aux consequences de ce refus? Il faut aller enseigner les enfants mr le Dr, votre place c'est dans l'amphi pour etaler vos talents d'enseignant.

7.Posté par PDGiste-A-Mort le 01/08/2012 02:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Mengara,

J'ignore encore où me mènera ce débat que je m'en vais ouvrir avec vous, mais il m'importe de verser à votre connaissance, que la frontière terminologique que vous semblez établir entre une "Conférence Nationale Souveraine" et une "Assemblée Constituante" ne soit pas aussi étanche que vous vouliez nous le faire croire.

Si dans la haute conscience intellectuelle du Tiers-Etat français est née l'idée salutaire et indépassable d'une "Assemblée Constituante" avec l'enjeu d'abolir les privilèges (entre autres buts), sinon dans l'esprit de la coalition "républicaine" qui a porté le Général De Gaulle au pouvoir, pour François Mitterrand (promotteur du Discours de La Baule), le projet (impérialiste et trompeur) a été d'appliquer une "Assemblée Constituante" aux régimes dictatoriaux d'Afriqque (francophone), sous la forme conceptuelle (ou terminologique) d'une "Conférence Nationale Souveraine.

C'est donc, M. Mengara, que les assises qui s'appellaient "Assemblée Constituante" en France, se sont appelées chez nous "Conférence Nationale Souveraine", conçues dans l'exemple des procès poujadistes qui ont succédé à la Seconde Guerre Mondiale, résultant de l'Occupation Allemande.

J'en veux pour preuve que, de quel que bout que vous tourniez les domaines de définition et les nuances idéologiques que récoupent ces deux notions (pas si éloignées que ça au fond), le but visé est le même et la manière de l'atteindre ne varie pas, à savoir la restitution de la souveraineté nationale au peuple gabonais, en ce qu'une majorité de Gabonais et de Gabonaises, se fasse forte (en usant jusqu'à l'insurrection !) d'imposer ses desideratas (fondamentalement souverains !!!) au pouvoir, quel qu'il soit !

Le débat ici est donc moins d'ordre terminologique que d'évaluer et de mettre au jour (en y associant le plus d'énergies possibles), la stratégie la plus efficace au vu de matérialiser la restitution de la souveraineté nationale au peuple gabonais, dans un délai que les Gabonais et les Gabonaise auront déterminé, en leur âme et conscience, sans tenir compte de l'avis d'un pouvoir (d'ailleurs impopulaire) qui n'a trop duré au sommet de l'Etat !

8.Posté par PDGiste-A-Mort le 01/08/2012 02:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Mengara,

J'ignore encore où me mènera ce débat que je m'en vais ouvrir avec vous, mais il m'importe de verser à votre connaissance, que la frontière terminologique que vous semblez établir entre une "Conférence Nationale Souveraine" et une "Assemblée Constituante" ne soit pas aussi étanche que vous vouliez nous le faire croire.

Si dans la haute conscience intellectuelle du Tiers-Etat français est née l'idée salutaire et indépassable d'une "Assemblée Constituante" avec l'enjeu d'abolir les privilèges (entre autres buts), sinon dans l'esprit de la coalition "républicaine" qui a porté le Général De Gaulle au pouvoir, pour François Mitterrand (promotteur du Discours de La Baule), le projet (impérialiste et trompeur) a été d'appliquer une "Assemblée Constituante" aux régimes dictatoriaux d'Afrique (francophone), sous la forme conceptuelle (ou terminologique) d'une "Conférence Nationale Souveraine.

C'est donc, M. Mengara, que les assises qui s'appellaient "Assemblée Constituante" en France, se sont appelées chez nous "Conférence Nationale Souveraine", conçues dans l'exemple des procès poujadistes qui ont succédé à la Seconde Guerre Mondiale, résultant de l'Occupation Allemande.

J'en veux pour preuve que, de quel que bout que vous tourniez les domaines de définition et les nuances idéologiques que récoupent ces deux notions (pas si éloignées que ça au fond), le but visé est le même et la manière de l'atteindre ne varie pas, à savoir la restitution de la souveraineté nationale au peuple gabonais, en ce qu'une majorité de Gabonais et de Gabonaises, se fasse forte (en usant jusqu'à l'insurrection !) d'imposer ses desideratas (fondamentalement souverains !!!) au pouvoir, quel qu'il soit !

Le débat ici est donc moins d'ordre terminologique que d'évaluer et de mettre au jour (en y associant le plus d'énergies possibles), la stratégie la plus efficace au vu de matérialiser la restitution de la souveraineté nationale au peuple gabonais, dans un délai que les Gabonais et les Gabonaise auront déterminé, en leur âme et conscience, sans tenir compte de l'avis d'un pouvoir (d'ailleurs impopulaire) qui n'a que trop duré au sommet de l'Etat !

9.Posté par marshall le 01/08/2012 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ira bien ! pas besoin de sortir des paroles qui parlent de guerre et autres. Puis de toutes les façons les PDG fait ce qu'il faut pour que la population se sente bien et ce, par leur politique mise en place.

10.Posté par Le Hibou le 02/08/2012 02:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pédégiste à Mort, vous semblez ignorer, en citant de Gaulle, que De Gaulle a créé un gouvernement insurrectionnel hors de France sous le nom de gouvernement provisoire de la Rrépublique, en opposition au gouvernement de Pétain (vichy) compromis avec les Allemands. La Constituante qui crée la nouvelle constitution de France résulte donc de prémisses insurrectionnelles.

Vous essayez en fait de faire disparaitre une frontière qui existe bellement. Ce que le Dr. Mengara essaie de montrer ici est qu'il y a une différence. Et je crois que vous vous trompez quand vous essayez de confondre Assemblée Constituante et Conférence Nationale sous prétexte que Mitterand l'a imposée aux Africains sous le nom de conférence nationale. D;abord parce que la Conférence Nationale du Gabon et celle du Bénin se sont imposée aux dictateurs bien avant le discours de la Baule (Mitterrand a essayé de rattraper l'histoire). Ensuite parce que les Conférence Nationale africaines ont été conçues comme des instruments de conciliation, de négociation qui ne supposaient pas automatiquement de rupture.
Oy, ce que Mengara vous dit est que:
1) Pour qu'il y a it conférence nationale, il faut la participation de tous les partenaires.
2) Mais comme un des partenaires (le pouvoir) a dit "non", il n'y a plus de possibilité que pour un acte unilatéral de l'opposition, donc un acte insurrectionnel visant à établir, unilatéralement, la nouvelle république.
3) Un tel processus n'est plus en soi une conférence nationale, mais une révolution.
4) Dans le contexte d'une telle révolution, le peuple s'établit lui-même comme autorité sous la forme d'une Assemblée Constituante, qui n'a dans ce cas rien à voir avec la conciliation que suppose la conférence nationale, mais qui a tout à voir avec un coup d'état populaire du peuple.
Ce n'est donc pas sorcier à comprendre. Mengara vous dit que l'acte unilatéral du peuple n'a de sens que dans le cadre d'une Assemblée constituante révolutionnaire puisqu'il s'agit d'arracher le pouvoir.
Or, continuer à demander la conférence nationale est un acte de mendicité, donc d'incapacité de l'opposition qui continue à faire d'Ali Bongo l'arbitre. Tant qu'Ali n'a pas "accepté" ou "été forcé", il demeure l'arbitre car tout est conditionné dans ce cas par lui. Or, même l'acte qui consiste à "forcer" Ali Bongo à "accepter" constitue un acte qui fait de lui l'arbitre. Donc, tant qu'il n'aura pas accepté, on reste bloqué. Mengara dit plutôt qu'il faut sortir de cette situation de mendicité pour établir le pouvoir du peuple. Mengara ne s'attarde donc pas uniquement sur la terminologie, il donne un sens dynamique à la terminologie en mettant les choses dans leur ordre. Soit on quémande en faisant d'Ali l'arbitre en attendant qu'il accepte, soit on se passe de lui et on le fait soi-même en l'excluant du débat dont il s'est exclu lui-même. Or, dès le moment où vous vous retrouveriez dans le scénario unilatéral, vous tombez automatiquement dans ce que décrit Mengara, c'est-à-dire établir le pouvoir du peuple par la biais d'une Assemblée Constituante révolutionnaire ou insurrectionnelle.
Il ne s'agit donc pas ici de simplement parler pour parler. Il faut savoir le poids des mots notamment quand on les mets dans le contexte de leur application. Mengara a raison.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...