News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

INTERVIEW EXCLUSIVE / Paul Mba Abessole dit TOUTES ses VERITES sur le Nouveau Grand Part

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Vendredi 1 Janvier 2010 à 10:29 | Lu 2621 fois

Dans un entretien exclusif accordé à Gabon Matin, deuxième quotidien, publié ce jeudi et que dans son intégralité, le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), ancien vice-premier ministre, Paul Mba Abessole, évoque , entre autres, les cas d’indiscipline dans sa formation politique, ses rapports avec un certain nombre d’adversaires du régime sans omettre d’apporter ses éclairages sur la mise en orbite prochaine d’un grand parti de l’opposition



INTERVIEW EXCLUSIVE / Paul Mba Abessole dit TOUTES ses VERITES sur le Nouveau Grand Part
Gabon Matin : - Actualité oblige, nous démarrons l’entretien avec la célébration par les pédégistes ce 30 décembre 2009, de la Journée de la Méditation à la Cité de la Démocratie. Avez-vous un commentaire à faire ?


Père Paul Mba Abessole : - Je vous remercie d’abord de m’avoir ouvert vos colonnes pour m’exprimer sur des sujets d’actualité, dont celui ayant trait à la célébration par le PDG de la journée dédiée à feu président Omar Bongo Ondimba. Si on organise quelque chose en sa mémoire, cela ne doit pas se passer en catimini. Le président Bongo appartient au patrimoine national. En célébrant sa mémoire, cela devrait intéresser tout le monde au lieu d’en faire l’affaire d’un parti politique.


Gabon Matin : - Comme je l’ai dit plus haut, nous allons à présent entrer dans le vif du sujet en évoquant la situation qui prévaut au sein du RPG. Vos députés ont, curieusement, accordé leur confiance au Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, votant oui à sa déclaration de politique générale. Comment expliquez-vous cette situation ?


Père Paul Mba Abessole : - La situation est celle que vous décrivez présentement. En effet, les députés du RPG n’ont pas respecté les consignes qui leur ont été données par les responsables du parti. Celles-ci étaient claires : voter contre la déclaration de politique générale ou s’abstenir. Mais, en décidant de voter pour, ils ont fait preuve d’une indiscipline caractérisée. Cet acte est, aux yeux des Rpégistes, inqualifiable’’.


Gabon Matin :- Pourquoi n’ont-ils pas respecté les consignes ? Et qu’avez-vous fait pour les rappeler à l’ordre?


Père Paul Mba Abessole :- Le RPG est un parti structuré qui fonctionne selon des règles édictées par nos statuts et règlement intérieur. Nous avons des lois qu’il faut respecter, et tous les militants doivent être sur le même pied d’égalité. Le Conseil Exécutif est saisi du dossier et il a mis en place un Comité de discipline. Celui-ci est présidé par le sénateur Paulin Obiang Ndong, qui mène un travail depuis un certain temps. Dans les jours ou semaines à venir, il rendra publiques ses conclusions, et vous saurez si des sanctions ont été prises ou pas à l’encontre des députés mis en cause.


Gabon Matin :- Qu’est-ce qui peut, selon vous, expliquer cette indiscipline de vos députés?


Père Paul Mba Abessole :- C’est justement ce que ne j’arrive pas à m’expliquer. C’est d’autant plus vrai que j’avais organisé des réunions provinciales au cours desquelles j’avais communiqué la position du parti sur cette question précise. Nous sommes étonnés de constater que les députés n’ont pas respecté nos consignes. Le président du groupe parlementaire, qui était empêché ce jour-là, avait laissé les mêmes consignes: voter contre ou s’abstenir. Nous attendons les résultats du comité qui a été mis en place.’’


Gabon Matin :- Cette situation serait due, à entendre certains de vos détracteurs, à votre positionnement ambigu avant, pendant et après l’élection présidentielle. Est-ce vrai ?


Père Paul Mba Abessole :- Mon comportement n’est pas ambigu. Je suis clair dans ma tête. Les élections présidentielles se sont déroulées, comme beaucoup le reconnaissent, dans de très mauvaises conditions. Ils sont nombreux à penser comme moi. C’est pour cela que j’ai invité tous ceux qui partagent cette analyse à me rejoindre dans un autre cadre, qui ne regroupe pas seulement toutes les personnes de mon bord politique, mais tous ceux qui sont épris de liberté. Je suis et demeure un homme libre.’’


Gabon Matin :- Il y a quelque temps, vous avez pris la décision de vous mettre en réserve de la République. Qu ’est-ce à dire? Autrement dit, beaucoup vous soupçonnent de vouloir saisir la main tendue par le nouveau chef de l’Etat à toute la classe politique, quand d’autres y voient la fin de votre combat politique ?


Père Paul Mba Abessole :- Cela veut dire que je me mets aux dimensions de la République. Cela signifie aussi qu’à partir du moment où les gens sont d’accord avec mon analyse de la situation actuelle du pays, je discute avec eux parce que nous avons le même souci du Gabon. La République, ce sont des valeurs et aussi des ambitions. Nous devons revenir aux valeurs de la République partagées par tous.’’


Gabon Matin :- Pouvez-vous être plus explicite ?


Père Paul Mba Abessole :- Le problème n’est pas entre vous le journaliste et moi, mais entre moi et tous les Gabonais. Durant toute ma vie, j’ai toujours essayé d’être un homme libre. Il est difficile de prévoir ce que je vais faire ou ce que je peux dire, parce que vous êtes habitués à voir des gens agissant comme des automates. Quand ils sont dans une situation donnée, on peut déjà prévoir leurs réactions. En tant qu’homme libre, il vous est difficile de prévoir ce que je vais faire dans l’avenir.’’


Gabon Matin :- Parlant de la Majorité présidentielle, pourquoi avez-vous quitté ce regroupement politique ?



Père Paul Mba Abessole :- Je fais appel à votre intelligence. Vous me posez, j’allais dire, une question banale. Nous avons signé une charte avec le président Bongo Ondimba. Tout tournant autour de lui, parlant de la Majorité présidentielle, je peux dire que nous avons la paternité de ce terme. Quand je suis arrivé, j’avais expliqué au président Bongo que le Gabon ne fonctionnait pas avec toutes ses intelligences. Il fallait concevoir un système républicain prenant en compte au sein du gouvernement toutes les potentialités et ayant un programme commun de gouvernement. La Majorité présidentielle signifiait aussi que quand le président Bongo proposait une idée figurant dans le projet du RPG, notre parti soutenait cette idée. Le contrat est devenu caduc avec la mort du président Bongo.’’


Gabon Matin :- Est-ce à dire que la Majorité présidentielle n’a pas véritablement fonctionné ?


Père Paul Mba Abessole : - Vous avez parfaitement raison, la Majorité présidentielle n’a pas fonctionné comme il fallait. Nous avons toujours dit qu’on a signé un texte et qu’il fallait aller plus loin. Le président Bongo était président de cette Majorité, j’allais en être, en tant que président du RPG, le Vice-président. A ce propos, le président pouvait demander qu’on me nomme Premier ministre en tant que leader du parti le plus important après le PDG. C’est ce qui explique les blocages observés ici et là. Vous avez signé un contrat avec quelqu’un qui n’est plus. Que faites-vous ? Pour celui qui est doté d’un peu de bon sens, le contrat devient automatiquement caduc.’’


Gabon Matin :- N’avez-vous pas fait un mauvais calcul ?


Père Paul Mba Abessole :- Vous croyez ? Moi, je ne calcule rien du tout. Je dis ce que je crois être vrai. Maintenant, celui qui veut mentir est libre de le faire. Celui qui se met dans le mensonge ne peut pas me comprendre. Si je suis un homme libre, on n’interprète pas ma pensée, surtout si on est face à des gens qui suivent, comme des moutons, ce qu’on leur dit. Si on veut savoir ce que je pense, sincèrement, pour avoir passé un peu de temps sur les bancs de l’école, on doit se rapprocher de moi. Quand je rédige un texte, les mots utilisés sont calculés et soupesés, en fonction des idées que j’ai dans la tête. Ce qui importe, c’est ce que je dis et non ce que les gens viennent vous rapporter, car ils ne sont pas des exégètes qualifiés. On n’interprète pas la pensée de quelqu’un en prenant simplement un mot. Ceux qui cherchent à me comprendre doivent savoir que je suis un homme libre.


Gabon Matin :- Les élections législatives partielles auront lieu le premier semestre 2010, allez-vous présenter des candidatures ?Si non, soutiendrez-vous les anciens détenteurs de ces différents mandats ?


Père Paul Mba Abessole :- Je vais présenter des candidats partout. Je ne vais rien laisser au PDG, je veux tout prendre.


Gabon Matin :- Vous avez, récemment, entamé des missions sur le terrain notamment à Libreville et à Kango. Peut-on connaître les objectifs visés par ces descentes sur le terrain ?


Père Paul Mba Abessole :- Je suis le président du RPG et toutes les localités où le parti est implanté sont mes fiefs. Je ne suis pas à la recherche d’un siège. Je suis de partout. Mes détracteurs ne connaissent pas les débuts de la République. A Kango, quand j’étais enfant, le député de notre localité n’a jamais été un Fang.


Gabon Matin :- Alors, il était un flottant ?


Père Paul Mba Abessole : -Non ! Comment un Gabonais peut être flottant chez lui ? Justement, vous devez combattre ce mot. Cette expression est née chez les Myénés de Port Gentil. Quelle idée de penser qu’un gabonais est étranger chez lui ? D’ailleurs, le terme fang N’Neng signifie flottant, c’est le nom formé à partir du mot ‘’Ayeng’’, c’est-à-dire, flotter. Comment quelqu’un peut-il flotter chez lui ? Vous avez remarqué qu’après chaque élection, le président du RPG retourne toujours sur le terrain pour répondre aux préoccupations et autres interrogations des militants et sympathisants.


Gabon Matin :- Que voulez-vous que je dise ?


Père Paul Mba Abessole :- Je suis issu d’une culture et, chaque fois que je suis face à un problème, j’interroge ma culture. Un chef se tait. Je me suis tu pendant un mois et vous avez vu ce qui s’est passé. Nous avons soutenu un candidat, bizarrement, nous avons appris qu’il a entamé une grève de la faim. Il fallait observer un silence, c’est comme cela que cela se passe dans ma société.’’


Gabon Matin :- Vous êtes, brusquement, devenu aphone ?


Père Paul Mba Abessole :- Vous avez vu que pendant la campagne j’ai parlé et même beaucoup parlé. J’étais très actif, bien sûr, parce que je voulais la victoire de mon candidat. Mais, nous avons fait face à d’autres impondérables, qui ne nous ont pas permis de le placer à la tête du pays notre poulain. Pour y parvenir, le peuple a besoin de plus de maturité’’.


Gabon Matin :- On dirait que votre coalition vole progressivement en éclats ?


Père Paul Mba Abessole :- On a évoqué la candidature unique de l’opposition, ainsi que la coalition des candidats. Comment voulez-vous que je signe un accord de confiance avec ces gens-là avec qui je suis dans cette coalition ? Je vous les prends nommément. D’abord, Mba Obame que j’ai soutenu, c’est le premier à m’avoir trahi en politique.’’


Gabon Matin :- Et vous l’avez quand même soutenu ?


Père Paul Mba Abessole :- Oui, je l’ai soutenu. Mais ce n’est pas lui que j’ai soutenu, c’est le peuple.


Gabon Matin :- Soyez plus explicite, Monsieur le Président ?


Père Paul Mba Abessole :- Il faut juste être dans la logique, André est le premier à me trahir. Nous avons passé 8 ans à essayer de faire légaliser le RPG, mais le dossier était bloqué par lui. C’est vous dire que nous n’étions pas naïfs. Comment pensez-vous que l’on puisse signer un papier de confiance avec quelqu’un comme çà ? Venons à Eyeghé Ndong. Vous connaissez tous nos démêlés au deuxième arrondissement de Libreville. Il a acheté 3 ou 4 de mes partisans. Comment pensez que je fasse équipe avec quelqu’un qui vient braconner sur mes terres ? Quelle confiance je peux lui accorder ? J’en viens à Oyé Mba. Ce sont mes militants qui ont animé sa campagne. Il est venu, récemment, me demander d’aller l’aider à Ntoum, parce qu’il compte se repositionner comme député. Je lui ai dit, tu me prends pour qui ? C’est quelqu’un qui a passé 20 ans comme député dans cette localité sans laisser de traces. Qu’est-ce que je peux bien faire avec lui ? Le dernier, c’est Zacharie Myboto. Vous savez, quand j’étais à la mairie de Libreville, qu’est-ce qu’il ne m’a pas fait ? Il allait collecter les ordures dans les quartiers pour les déverser sur la voie publique. En plus, le budget qui devait revenir à la mairie était systématiquement mis à la disposition de l’ALSI, la boîte de l’une de ses filles. Quelle confiance voulez-vous que je lui accorde ?


Gabon Matin :- Mais cela ne vous a pas empêché de vous embarquer dans cette coalition ?


Père Paul Mba Abessole :- La coalition existait. Mais moi, j’avais un candidat. Je ne me suis pas embarqué comme çà. La discussion ne tenait sur rien du tout. Je ne peux pas faire de coalition avec des hommes comme çà.’


Gabon Matin :- N’empêche, pourquoi avoir fait le mariage de la carpe et du lapin ?


Père Paul Mba Abessole :- Je suis resté sur la logique du peuple. Nous avons fait une coalition qui a pris fin après les élections. Je vous ai dit que je ne fais pas confiance à ces gens-là, c’est pour cela que j’ai refusé de signer cette charte. Je ne veux plus entendre parler de l‘unité de l’opposition parce que c’est un piège, un panier à crabe’’.


Gabon Matin :- Pourquoi ?


Père Paul Mba Abessole :- Vous qui avez fait vos études en France, est-ce qu’on peut réclamer l’unité de l’opposition en incluant le Parti communiste, le Parti socialiste, le Front national, le Modem, et j’en passe, pour combattre l’UMP ? Vous connaissez les idéologies de ces différents partis. C’est une chose qui prend racine en Afrique et nulle part ailleurs. Ne me parlez plus ni de l’unité de l’opposition, ni de l’unité de la candidature, ceux qui prônent cela veulent la mort du RPG.


Gabon Matin :- On note une faiblesse d’idéologie dans nos différents partis politiques.


Père Paul Mba Abessole :- Vous êtes même gentil en parlant de faiblesse idéologique. Quel est le parti, en dehors du RPG, qui a un programme de gouvernement ? Aucun. Dans nos documents, on ne parle pas de Mba Abessole, mais de ce que le parti fera une fois au pouvoir.’’


Gabon Matin :- À vous entendre parler, cela veut dire que si l’opposition avait triomphé, vous auriez eu du mal à gouverner ensemble ?



Père Paul Mba Abessole :- Exactement. Exactement. Je dis que si je suis élu à la tête du pays, je veux associer tous les Gabonais à la gestion des affaires publiques. Je me définis par rapport à mon propre programme et le gouvernement doit m’aider à le réaliser. Celui qui est de votre parti politique a le droit de le critiquer, c’est ce qui fera avancer son action. Aujourd’hui, si le gouvernement agi mal, les gens qui en sont, entre guillemets, les ‘’propriétaires’’ vous diront que vous n’avez pas le droit de critiquer leur action, même si les gens qui sont du parti au pouvoir ont de choses pertinentes à dire. Mais il y a cette loi de ne pas critiquer sa propre majorité. Les partis membres de la Majorité présidentielle doivent critiquer le gouvernement, pour lui permettre d’aller de l’avant. Si tel n’était pas le cas, alors on est loin, très loin du compte.


Gabon Matin :- Vous avez soutenu un candidat lors du dernier scrutin présidentiel, il a décidé de créer un grand parti de l’opposition. Votre sentiment ?


Père Paul Mba Abessole :- Permettez-moi une réflexion. Quelqu’un qui dit vouloir créer un grand parti, vous trouvez cela sérieux ? On ne peut pas créer un grand parti, on créé un parti et c’est sur le terrain qu’on verra s’il est grand ou pas’’.


Gabon Matin :- On a l’impression que les partis qui existent sont petits, pour vous citer, ce sont des ’’gazelles’’ ?


Père Paul Mba Abessole :- (Grands éclats de rire). Ce n’est pas une raison de dire que je créé un grand parti. Avez-vous vu quelqu’un qui dit qu’il va mettre au monde un grand homme ? La logique, c’est d’abord de faire naître l’enfant, ensuite on verra par ses actes s’il est grand ou pas. On n’a pas besoin de tambour ni de trompette pour le faire. On se met au travail, on prend les signatures et on dépose les listes des adhésions au ministère de l’Intérieur. On le publie une fois légalisé.


Gabon Matin :- Des élections législatives et sénatoriales partielles auront lieu l’année prochaine, allez-vous soutenir des candidats ou en aurez-vous ?


Père Paul Mba Abessole:- Nous aurons, bien sûr, des candidats partout en ce qui concerne les élections législatives.


Gabon Matin :- Vous n’allez pas soutenir vos anciens amis ?


Père Paul Mba Abessole: - Nous n’allons plus soutenir un candidat indépendant. Nous l’avons fait, c’était un acte ponctuel. Nous l’avons fait pour répondre au désir ardent du peuple, sans trop savoir si c’est lui qui le demandait réellement. J’ai dit qu’on ne demande pas à une jeune fille de réunir ses prétendants pour leur dire de se réunir en vue de lui communiquer le nom de l’élu de son cœur. Réclamer un candidat unique était une stupidité. Je sais que je suis allé à l’abattoir. Les Rpégistes s’imaginaient quoi, que j’allais me retrouver au milieu d’un groupe de pédégistes, dissidents ou pas.


Gabon Matin :- Pourquoi avoir choisi de soutenir un indépendant dissident du PDG ?


Père Paul Mba Abessole: - Ha oui ! Attendez, une décision d’un parti politique, c’est celle d’un parti, mais la décision du peuple est autre chose, car le peuple est au-dessus du parti. Cette décision a été voulue par lui. Peut-être a-t-il été dupé en lui suggérant un candidat unique. Mais ceux qui lui ont fait miroiter cette idée ont voulu barrer la route au RPG. Ils savaient, très bien, qu’on allait se retrouver dans une salle, vous comprenez que tout le monde était déjà soudoyé.


Gabon Matin : - Vous n’avez pas vu le coup venir ?



Père Paul Mba Abessole: - Si, l’image de la jeune fille que j’ai donnée, c’était pour vous dire que j’ai bien vu le coup venir. Qu’est-ce que je pouvais bien y faire ? Dites-moi, le peuple a voulu cela, je suis allé à l’abattoir et j’ai dit, je me sacrifie une nouvelle fois. Je savais comment cela allait se terminer. Pour compléter votre information, c’est que des gens bien situés, bien-pensants au Gabon et ailleurs, ont rencontré le candidat que nous avons soutenu et lui ont demandé de s’aligner derrière moi, et que s’il ne le faisait pas, il n’aurait rien. J’ai été informé, quand on s’est retrouvé, je lui ai dit, les yeux dans les yeux, je te soutiens. Il aurait dû comprendre qu’il avait perdu.


Gabon Matin :- Pourquoi avez-vous joué le jeu jusqu’au bout ?


Père Paul Mba Abessole: - Je dis que le peuple l’a voulu, il m’a envoyé à l’abattoir, ce que j’ai accepté. Si j’avais refusé, on m’aurait mis l’échec actuel sur le dos.’


Gabon Matin : - Monsieur le Président, au terme de notre entretien, avez-vous oublié de parler d’un thème, si oui lequel ? Si non, pouvez-vous conclure notre entretien. ?


Père Paul Mba Abessole: - Je pense que nous avons abordé tous les sujets sur lesquels je voulais donner mon sentiment. Cela étant, le RPG est un parti dynamique qui fonctionne selon des règles strictes. Notre combat vous concerne aussi, car c’est celui de la liberté de la presse. Pour être crédibles, les journalistes doivent éviter d’écrire n’importe quoi, il faut toujours aller à la source de l’information’’.



Vendredi 1 Janvier 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2621 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par chantal ondo le 04/01/2010 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MBA Abessolo et Manganga Moussavou sont des traites. Ils ne méritent pas d'être appelés OPPOSANTS car ils sont de la majorité présidentielle. Mba des Bois voulait que AMO rentre dans son parti le RPG, mais comme AMO a refusé, Mba Abessolo raconte n'importe quoi sur lui. Il dit que c'est pour le peuple qu'il s'est aligné derrière AMO ce qui est faux. Mba Abess était convaincu que AMO allait gagner les élections et qu'il allait enfin être Premier Ministre. Mais comme les choses n'ont pas tourné comme il pensait, il a retourné sa veste comme à l'accoutumée car il faut être avce l'équipe qui est aux commandes..Mba Abessolo négocie avec Ali pour le poste de Premier Ministre, normal qu'il raconte n'importe quoi sur AMO...il a encore une fois raté le train de l'histoire (de son histoire politique), alors pour colmater les brèches se donner bonne conscience auprès de Bébé Zeus le biaffrais, PMA ne trouve pas mieux que de mentir au peuple gabonais.

On attend toujours les exclusions des députés qui ont voté pour la politique du Gouvernement des imposteurs..tant que cette décision n'est pas prise, je considère que le Père est un pauvre type. Il est en train de faire de la diversion pour qu'on parle de lui..

Je souhaite seulement que les membres de la Coalition l'oublie totalement et ne réagisse pas à ses affabulations du changeur de chaises Mba des Bois...

Une partisane pour le changement

11.Posté par Critique Objective le 04/01/2010 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
(RIRE AU ECLAT!) Quand je disais, il y a quelques mois, que ce type là est un vrai Démon, on m'a dit que j'étais contre le peuple... Lisez entre les lignes et vous verrez combien de fois il est opportuniste et combien de fois il est dangereux de jouer les fanatiques pour un homme politique peut-importe qui il est. De toujours le retourner sous toutes les coutures avant de donner son opinion. Je suis entrain de décortiquer son interview et vous donnerai mes analyses. Je vous invite tous à faire de même afin que nous puissons les confronter afin de comprendre clairement les propos de ce type. PS: MAGANGA MOUSSAVOU, un autre pour qui on m'a traité aussi d'ennemi du peuple a définitivement retourné sa veste... Ci-dessous le lien:

http://www.gabonews.ga/index.php/component/content/article/75-politique/561-l-le-president-de-la-republique-est-preoccupe-par-les-problemes-des-gabonais-r-pierre-claver-maganga-moussavou

10.Posté par DuConLaJoie le 03/01/2010 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un qu'Ali9 tient par les couilles,
Comprenez que cet homme n'a pas d'autre choix que la trahison!
Si Ali9 le biaffrais met en exécution son plan sur l'industrie du bois au Gabon Mba des bois, bûcheron des bûcherons sera ruiné. Alors mon pèèèèèrrrre au lieu de raconter des bétises sur AMO, Myboto et consors ... arrache-moi les poils du cul! ça fait un peu mal mais j'adore.

9.Posté par St. Michael le 02/01/2010 05:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout est symbolique dans la vie, même des images aussi banales soient elles en disent beaucoup.
J’invite ceux qui regardent sans voir d’observer bien cette image de Mba Abessolo en costume blanc avec les mains en l’air:

1-Deux mains en l’air : La guerre est finie, j’ai été vaincu, je lève le drapeau blanc et capturez moi vif mais pas mort, j’ai bien pris soins de faire sauter les ponts pour mes amis et ennemis (il aurait pu se suicider).
2-Costume blanc : l’apparence et l'habillage qui cachent la peau et l’intérieur du diable.
3-Joue et coup touffus…Crane chauve avec un tissage qui tombe dans la nuque : Qui n’a jamais vu la silhouette du biafrais peut contempler celle de Mba Abesslo.

Si tu rencontres un serpent et Mba Abessolo dans la brousse, occupe toi d’abord de Mba Abessolo avant de s’occuper du serpent. Les intentions du serpent sont sans ambigüité mais Mba Abessolo est extrêmement imprévisible, surtout quand il se rend compte qu’il a raté le grand moment de l’histoire.

Thanks be to God to reveal what was unrevealed and to deliver the enemies before our eyes. Amen.

8.Posté par mimbeng(grand nord) le 02/01/2010 04:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Abess, pour ces déclarations. mais n'empêche que tu reste un rigolo
lorsque les gabonais ont voulus une candidature unique, pourquoi c'est celle de Amo que t'as choisi sachant qu'il n'est pas crédible ? il y avait bien d'autres alliances(ACR)... une chose est sure c'est "mouadzan".
Merci pour cette declaration, car elle nous reconforte dans l'idee à savoir que Amo et sa bande de voyous ne sont que des manipulateurs, les gabonais dignes et avertis ne soutiendrons jamais cette bande à majorité des voleurs.
sans être upgiste, je tire un chapeau à PM, il reste un grand Homme...
A mes frères( "Intellectuels" du ganha, maroc, togo...), à ce que vous ayez des mémoires courtes pour oublier que Amo c'est André (comme l'appelle Abess) tous puissant ministre de bongo coresponsable de la débâcle du pays, cela n'engage que vos limites pas celle du million des gabonais(peuple opprimé)...

NB: Amo ne fera jamais 100% o nord tant qu'il m'aurais pas dit de quel peuple revendique t'il les intérêt, est ce le même qu'il a contribué à appauvrir pendant plus de 25 ans (années de son règne) ou celui qui a une mémoire qui commence le 30 aout 2009 ?

7.Posté par Odjuan'a Mbédé le 02/01/2010 01:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour ma part, je constate que Mba Abess n'est qu'un vulgaire personnage et n'a pas la retenue par laquelle on reconnait un véritable homme d'état.

Lorsqu’il proposa la création du RSDG, où avait-il mis les idéologies ? Quand en il entra dans la majorité Présidentielle qu’il voulait changer dans un premier temps en majorité Républicaine puis en UMP avait-il pensé aux idéologies politiques des membres proposés ?

La légalisation du RPG a pris le temps qu’il qualifie de trahison parce que le litige qui l’opposait à Kombila devait avant tout être tranché.

Ce qu’il nous cache, c’est l’idée qu’il a nourri de prendre AMO au sein du RPG afin de lui confier des hautes responsabilités afin que ce dernier apporte un souffle nouveau à son RPG dont il est comme il le dit, propriétaire.
AMO ayant décliné l’offre en faveur de la coalition, il traduit ce refus de servir de faire valoir comme une trahison. Qui s’apprêtait-il a trahir parmi les membres de l’exécutif de son RPG ?

L’homme ne se gène pas de dire qu’il avait donné des consignes précises aux Député RPGistes. Mais de quel droit ? Ont-ils été élu par lui seul ou par son bureau exécutif ?
Voilà comment il révèle au grand jour sa vraie nature ; celle d’un dictateur qui prend des élus du peuple pour des élus de son parti et exige qu’ils lui soient soumis comme à un dieu, oubliant que la souveraineté est détenue par le peuple et qu’un député est avant tout, le représentant non pas d’un parti mais du peuple qui l’a élu.

J’aurais voulu l’entendre dire qu’il reproche à ces députés de n’avoir pas consulté leur électorat afin de voter dans le sens voulu par le peuple !

Si son pote ABB avait eu la lumineuse idée de créer un ministère chargé de la ville et à qui l’on avait confié la gestion du budget relatif au ramassage des ordures c’est Myboto qui l’avait demandé ?

A qui appartenait SANIVIT ? N’est ce pas à lui ?
Qui a tué toutes les sociétés de ramassage d’ordures mettant plusieurs gabonais au chômage pour s’acoquiner avec un ivoirien, le Varan nationale et son pote OBO pour créer SOVOG qui nous offre le beau carnaval d’ordures à Libreville avec un budget annuel de près de quatre milliards?

Pour avoir été RNB/RPGiste et conseillé municipal avant de quitter cette merde au moment de sa signature de la charte bidon de la majorité qui prévoyait le poste de premier ministre au deuxième parti représenté à l’assemblée nationale, je connais bien l’homme.
Egale à lui-même, il battrait Pelé en duel de dribles.

Malheureusement pour lui, il avait croisé plus fort que lui, OBO le Roi du drible et n’a jamais été comme il le rêvait, Premier Ministre, poste que son pote avait expressément confié à son bourreau Eyeghe Ndong qui du reste avait accepté de le faire élire sénateur par ses conseillers municipaux.
Et il ose parler d’acheter ses partisans comme si, ne doit être libre de ses choix que lui, pas les autres.

Alors RPGistes, sachez que vous êtes le choses de l’ex curé, vous lui appartenez et n’avez pas le droit de vous payer une quelconque liberté ! Paroles de Mba des bois. ET TOC !!!

Quelle Honte !!!

6.Posté par St. Michael le 01/01/2010 22:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eboulou a tout résumé et tout dit :

•Les tonneaux vides ne font que du bruit, comme nous l’avons vu au 30/08/09, il ne reste plus rien à Mba Abessolo le rancunier. Il ne reste plus à Mba Abessolo que de servir Bongo fils par connivence comme il a servi Bongo père par convivialité.
•Mba Abessolo s’est rabaissé et il ne pouvait être autrement
•Que Mba Obame, Eyeghe Ndong, Oye Mba soient élevés, c’est l’attente et le vœux du peuple opprimé

Comme Eboulou l’a si bien dit, Mba Obame et le reste du FR doivent mettre la barre au dessus du plafond de croisière de Mba Abessolo en ignorant cette provocation malicieuse de basse besogne caractéristique du faux prêtre.

We praise our God for revealing to us what was unrevealed until recently. Amen.


5.Posté par Eboulou le 01/01/2010 21:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aux leaders du FR , vous avez décidé de défendre les intérêts du peuple Gabonais humilié . Donc ne vous laissez plus distraire par d'infantiles provocations . Je suis persuadée ,à moins que je ne me trompe , que la population Gabonaise n' a plus aujourd'hui le temps de rentrer dans de vaines et stériles polémiques politico-politiciennes . Vous êtes avec nous c' est tout , et la tâche ardue qui est la vôtre implique votre vigilance et votre détermination car en face de nous l' ennemi est machiavélique et très inhumain .
De plus il est souvent raconté qu'un jour , un homme était en train de se baigner dans une rivière , puis arrive un fou qui s' empare de tous ses vêtements et s' enfuit vers le village . A ce pauvre monsieur s' imposent deux alternatives :
- poursuivre le fou pour récupérer ses vêtements et arriver au beau milieu du village tout nu ,
- ou rester attendre l' arrivée opportune de quelqu'un pour pouvoir l' aider .
La deuxième se révèle être la solution la plus intelligente et la plus sage pour notre homme , car s'il agit selon la première alternative c' est lui qui sera traité de fou par les villageois .
Nos leaders n' ont pas à repliquer aux attaques perverses qui leur sont faites .

4.Posté par Le Vigile le 01/01/2010 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les déclarations de sir Mba des bois viennent confirmer ce que tout le monde avait déjà compris depuis des lustres; à savoir, un homme qui a raté déplorablement son destin politique.

Il faut reconnaître à ce Monsieur une constante: LES MAUVAIS CHOIX POLITIQUES


1- En 1990, il est le premier à proposer lors de la Conférence Nationale, la création du RSDG (Rassemblement Social Démocrate du Gabon), un autre AVATAR du PDG, qui était censé regrouper toutes les sensibilités politiques nationales "une sorte de creuset à l'unité nationale" avait-il affirmé sur le moment; seulement voilà, il y avait d'autres gabonais qui ont tenu ferme et n'ont jamais voulu d'un nouveau BÂTARD unique pour le Gabon et aussi inattendu que cela puisse paraître, moins de 48h après, l'homme va déclarer CADUQUE l'idée d'une telle organisation et va s'allier Pierre André Kombila pour refonder le RNB. Je dis bien refonder parce que en réalité, le RNB avait été créé plus tôt par le dernier cité; ce qui fait d'ailleurs qu'il ait hérité de la dénomination du parti.

2- Bon orateur, charismatique mais surtout devant la soif du peuple gabonais à vouloir tirer un trait net sur l'épisode Albert Bernard Bongo, il va galvaniser des foules par une faconde hors commun à un niveau tel que lors des élections présidentielles, il sera à un pas des portes de la Présidence de la République gabonaise. Face à la pression mais surtout l'incertitude qu'engagent de telles responsabilités , Mba, qui jusque-là n'a été qu'un petit curé de paroisse de brousse, va avoir peur et faire une cabriole en demandant unilatéralement un boycott. Aujourd'hui encore, plus d'un pensent que cette dérobade ne fût rien d'autre que l'expression la plus infâme de la lâcheté et de la couardise. D'ailleurs, il n'aura la vie sauve que grâce à son ami Albert Bernard, qui va le prévenir de l'arrivée des forces Idriss Ngarissiennes. Celles -ci vont non seulement envahir son domaine de Siloé vers Lalala, mais encore, canarder l'antenne relais de radio liberté au PK6.

3- La même forfaiture va se confirmer lors des législatives qui s'en sont suivies où le Père Paul Mba, fidèle à ses principes, va dérouter ses partisans histérico-fanatiques au point que des personnes bien positionnées pour gagner les élections vont se retirer sur la foi d'un mot d'ordre aussi vague qu'incompréhensible.

4- Je ne me rappelle plus exactement des années mais après son échec cuisant à la députation face à Ntoutoume Emane, L'homme qui a élu un nouveau domicile à Mambré va être coopté à la mairie de Libreville, parce que Bongo Albert voulait préserver, comme à son habitude, un semblant d'équilibre. Entretemps, il lui a même donné le poste de député du 2è arrondissement face à Eyeghe Ndong, dont la popularité dans ce siège reste encore incontestable de nos jour.

5- Sur ces entrefaits, l'ami Bongo, ne pouvant plus dissimuler plus longtemps l'impopularité de son protégé; celui qui d'après tout, lui a permis de sauver son poste de Président du Gabon après l'instauration du multipartisme, va l'appeler à ses côtés jusqu'à sa mort l'année dernière. L'entrée au Gouvernement va d'ailleurs conduire à la scission du parti des bucherons car Kombila, avant de céder à sont tour, était totalement opposé à un rapprochement avec ce pouvoir corrompu. Sans vouloir revenir sur tous les portefeuilles creux occupés par cet homme, rappelons simplement que le bon père en a profité pour s'adonner à cœur joie à un penchant naturel, qu'il avait toujours eu pour le lucre. Il va se lancer dans l'exploitation forestière et d'autres affaires juteuses. D'ailleurs, quand on lui demande sur quoi porterait son choix entre la vocation politique et ecclésiastique ; il répond sans hésitation, mais non moins avec une certaine malice à l'œil, que c'est la vocation politique qui l'intéresse... une telle déclaration se passe de commentaire lorsqu'on prétend avoir eu une vocation divine.

6- A la mort de son ami ABB, Mba qui a cru son temps arrivé, après avoir reluqué pendant longtemps et sans succès la fonction de premier Ministre titulaire, sera aussi le premier à claquer la porte à la fameuse majorité présidentielle, qu'il estime dorénavant forclose sans Bongo. C'était sans compter malheureusement avec son passif. Sa campagne des présidentielles aura du mal à décoller; pire, sa verve et sa faconde ne produisent plus le même effet et il traîne dans les lanternes rouges des intentions de vote. Pour avoir pris la décision de sortir de la majorité présidentielle, il se coupe, une fois encore et s'aliène aussi une frange de ses élus. En effet, ceux-ci ont du mal à comprendre pourquoi cette sortie bruque du Gouvernement. on connaît la suite de cette affaire à la suite du vote du Budget de l'État à l'Assemblée Nationale.

7- Devant ce qui manifestement allait être l'une des pires humiliations de sa vie, en effet, échouer face au fils de Bongo, de surcroît nigérian et se retrouver derrière les Mba Obame, Pierre Mamboundou et Eyeghe Ndong, Mba Abessolo n'aura pas d'autre alternative que de se désister au profit d'Amo; quitte à faire des mécontents dans son camp. En tout cas, c'était le moyen le plus honorable de préserver un tant soi peu de sa dignité. Quoi qu'il y a belle lurette qu'il ne sait pas ce que cela signifie.

8- Les élections finies avec ce qu'on en sait, Mba Abess va s'écarter du groupe des forces de la coalition auquel il était pourtant solidaire (on se souvient de ses déclarations au Boulbess...). Il va se murer dans un silence suspect avant de sortir sa nouvelle touche. Des attaques contre ses anciens nouveaux anciens amis.

Que nous renseigne, en fin de compte, le comportement VERSATILE de ce type?

C'est un expert de la trahison. Il a trahi son ami Mba Obame avecqui il a initié la résistance au pouvoir bongo depuis la France. Il a trahi P-A Kombila avec qui a co-fondé le RNB. Il a trahi ses partisans et bien d'autres mais pire, il a toujours trahi le peuple, qui, aussi curieux que cela puisse paraître a souvent cru en lui.

Comment expliquer, quoi qu'il s'en défende, que tu acceptes de te positionner derrière AMO, qui fait équipe avec Eyeghe Ndong (quelqu'un qui t'aura semble-t-il, joué des tours au 2è arrondissement), Myboto (qui a fait obstruction à ton action à l'hôtel de ville jusqu'à venir déverser des tonnes d'immondices devant chez toi) pour par après lancer des attaques contre lui et les autres??? je m'abstiens même des fameux MISSILES CAPA lancé au diable Bongo avant d'aller raser les murs du bord de mer et manger à la soupe. La sagesse, la dignité ainsi que ta crédibilité, caractéristiques essentielles d'une personnalité de haut rang politique ne te t'obligeaient -elles pas à la réserve et au silence?

Non! Monsieur Mba, Vous avez une fois encore démontré et révélé ce que vous avez toujours été. Un homme sans personnalité, versatile, lâche, prêt à n'importe quel coup bas pour accéder au pouvoir.

Une fois de plus, une fois de trop, vous avez fait UN MAUVAIS CHOIX POLITIQUE. J'espère que vous n'aurez pas de regret à formuler rétroactivement; d'après tout, vous avez eu, à la différence d'un Pierre Mamboundou, tout le temps d'amasser votre pactole une fortune qui vous met, vous et les votre, à l'abri des vicissitudes de la vie et des besoins élémentaires de la majorité du peuple. Vous avez manqué votre coche et je pense que le mieux que vous avez à faire est en effet de vous terrer et renoncer au combat. Laissez les autres, ceux qui ont décidé de continuer la lutte; ceux qui croient à une nouvelle espérance pour le peuple; car le peu de crédibilité qu'on aurait pu vous accorder après votre ralliement, que beaucoup avaient qualifié d'historique n'est devenue rien d'autre que la démonstration ce ce que vous êtes en réalité. TRAITRE UN JOUR, TRAITRE TOUJOURS. Peut-être que le biaffrais va te récupérer en fin des comptes en souvenir des services rendus à son père adoptif, des individus de ton espèce ne se formalisent de nulle concession, et celle-là ne sera pas pire ni moins que d'autres.

Bonne retraite

3.Posté par CHE2 le 01/01/2010 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui est incroyable c'est que les gabonais sont trop naïfs! Il suffit que quelqu'un vienne raconter quelque chose pour prendre ce qu'il dit pour argent comptant, qu'est-ce qui prouve que ce que Mba Abessole dit c'est la vérité? Cet homme est une véritable girouette, de toute façon il a perdu toute crédibilité depuis qu'il avait trompé le peuple en rejoignant la majorité présidentielle. Aujourd'hui par ses actes il veut s'attirer les bonnes grâce de bébé Zeus c'est tout. Moi je ne crois pas à ce que Mba Abessole à dit dans cette interview: c'est un manipulateur.
Et de toute façon lui qui parle d'idéologie, est-ce que au Gabon on pratique une politique d'idéologie? Et puis il faut arreter de raconter n'importe quoi: le grand parti dont on parle n'est pas le parti de Mba Obame, ni d'une autre personne c'est celui des personnes qui veulent libérer le Gabon, donc de grâce ne faites pas l'amalgame entre les choses cher frère et sœur gabonais, cet homme veut nous divertir et vous le savez, faites preuve de discernement svp.
Laissons les gens comme les Mba Abessole et les Mamboundou et soyons unis derrière une idéologie pour une fois qui peut être incarnée cette fois par ce grand parti, car vous le savez aussi bien que moi qu'à elles seules ces personnes ne pourront pas sauver le Gabon.
Faisons les bons choix, car nous ne serons qu'à l'origine de nos malheurs futurs!!!
Que Dieu nous emplisse de sagesse et de discernement

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...