News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gestion de l’Etat : 50% des femmes et des jeunes peuvent désormais y accéder

Le site de la Liberté - source : AGP le Samedi 27 Juin 2015 à 07:15 | Lu 779 fois

Les députés gabonais réunis en séance plénière jeudi à Libreville, ont voté la proposition des quotas d’accès des femmes et des jeunes aux élections politiques et aux emplois supérieurs de l’Etat



Proposée par le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba-Ndama, la présente loi fixe le quota de candidatures des femmes à 30% et à 20% pour les jeunes. Histoire de faciliter l’accès des femmes et des jeunes aux élections politiques et celui des femmes aux emplois supérieurs de l’Etat.

Au niveau politique, ce quota concerne les élections législatives, les élections des conseils locaux, les élections du bureau de l’Assemblée nationale et des bureaux des commissions générales permanentes. Il s’applique uniquement aux femmes, en ce qui concerne l’élection des sénateurs, du bureau du Sénat et des commissions générales permanentes.

Quant aux modalités d’application, le quota fixé par la présente loi s’applique aux candidatures titulaires présentées par tout parti politique ou groupement de partis politiques aux élections des députés, des sénateurs et des conseillers locaux.

Dans cette optique, le texte dispose qu’à l’issue du processus d’investiture, chaque politique ou groupement de partis politiques aura l’obligation de transmettre à la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), un rapport détaillé sur l’application des dispositions de la présente loi.

En retour, la CENAP a l’obligation d’adresser ses observations aux partis ou groupements politiques sur l’application des dispositions, dans les cinq jours suivant la clôture des listes.

Les partis et groupements politiques qui n’auraient pas observé les dispositions de la présente loi auront un délai de 48 heures pour s’y conformer.

Pour ce qui est des sanctions, le texte voté par les députés, dispose que les listes non conformes aux dispositions de cette loi seront déclarées irrecevables.

De même, le texte prévoit la suspension de la participation aux élections envisagées ou la perte de 50% du financement public de la campagne électorale visée, dans les scrutins uninominaux, pour tout parti politique ou groupement de partis politiques qui ne se conformera pas.

Auditionnée par ses collègues députés, l’initiateur de la loi rappelait que le principe des quotas vise à croître la participation directe et active des femmes et des jeunes à la vie politique. Il garantit la représentation des femmes et des jeunes au Parlement, dans les conseils locaux, dans les emplois supérieurs de l’Etat.

Pour lui, ce principe s’inscrit également dans le sens de la consolidation du système démocratique et de l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes en République gabonaise.

La proposition et l’adoption de ce texte fait suite à l’appel lancé par le président de la République Ali Bongo Ondimba, le 12 septembre 2012, devant les deux chambres du Parlement (Sénat et Assemblée nationale) réunies en congrès où il demandait au gouvernement et au parlement de légiférer dans les meilleurs délais afin qu’une place plus importante soit réservée aux femmes et aux jeunes.

Ali Bongo Ondimba, à cette occasion, avait plaidé pour une répartition équitable, envisagée à hauteur de 30%, tant pour les 18-35 ans que pour les femmes, sur les listes de candidature aux élections locales et au sein des exécutifs locaux, dans l’objectif d’impulser un souffle nouveau dans la vie politique et le pouvoir décentralisé, au plus près des attentes quotidiennes des populations.

Samedi 27 Juin 2015
source : AGP
Vu (s) 779 fois




1.Posté par Boussougou le 27/06/2015 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De qui se moque Nzouba Ndama ? Alors le peuple,la rue, crient haut et fort, qu'il faut mettre hors d'état de nuire Ali Bongo et sa légion étrangère, on vient nous proposer des mesures qui consistent , soit disant à faire élire des jeunes et des femmes, qui seront par la suite dirigés vers les loges sataniques........

2.Posté par Boussougou le 27/06/2015 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà comment fonctionne le "Gabon" d'Ali Bongo. Le pays est gorgé de diplômés, d'ingénieur de médecins, etc.... à la recherche d'un premier emploi, l'Etat Gabonais à court d'idée pour résorber le chômage des jeunes n'a d'autre solution que d'inciter les jeunes à faire "la politique". Comment Mr Nzouba Ndama, professeur de philosophie, ancien directeur des bourses puis Ministre de l'Education Nationale, peut-il tomber aussi bas ? Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale, les jeunes gabonais n'ont pas besoin d'une loi pour faire la politique. A votre place, j'aurai proposé une loi limitant le nombre de mandats et fixant une limite d'âge. Cher Honorable Député, le perchoir de la maison du peuple est devenu votre chasse gardée , votre propriété privée.....Du jamais vu dans le monde entier.....

3.Posté par Okogo le 27/06/2015 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Monsieur le Député Nzouba Ndama,
Honorable, à quand un loi contre les crimes rituels ?

4.Posté par Le biggy le 28/06/2015 22:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraiment amusant. Le parlement gabonais, tous ces deputes pour quel travail. Incapables de prendre des mesures severes par rapport aux crimes rituels. Ca fait pitie. Il nia que largent qui vous interesse.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...