News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon, un régime autoritaire … sans autorité

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 29 Octobre 2009 à 10:37 | Lu 1738 fois



Gabon, un régime autoritaire … sans autorité
L’affaire de la banque centrale d’Afrique centrale est symptomatique de l’absence de légitimité et d’autorité du régime gabonais. Dans sa croisade très orientée contre la corruption, M. Bongo n’a pas envoyé sa garde prétorienne pour récupérer le gouverneur de la BEAC comme il l’a fait pour mater les Gabonais ou pour empêcher les démocrates gabonais de voyager (Grégoire MINTSA).

En effet, le gouverneur de la BEAC refuse d’obtempérer aux « ordres » du putschiste. Comment prendre au sérieux des leçons de morale d’un clan dont la profession quarantenaire est d’avoir mis la rente pétrolière et les autres ressources sous coupe réglée et qui voudrait sérieusement croire qu’il est choqué par des détournements de fonds ? Pourtant, d’où le clan Bongo tient il l’immense fortune camouflée dans les paradis fiscaux de la terre ? du travail immémorial de la terre du Haut Ogoué dont on sait que le plus habile paysan batéké doit lui-même supporter l’aumône du régime pour survivre ?

Par ailleurs, à force de violer les règles de droit interne, le régime appuyé par les néo-foccardiens français a oublié qu’il existe aussi des règles de droit des organisations internationales dont dépend la BEAC. Quel dommage ? Il n’y a même pas une « cour constitutionnelle » bienveillante pour « dire le droit » et déférer le récalcitrant auprès du « président », non élu, du parti-Etat.

Car, comme chacun sait, en dehors des frontières du Gabon, le régime auto-proclamé ne bénéficie de peu de crédits et d’aucune possibilité d’action. Au prix d’un coup d’Etat électoral et militaire, d’un massacre de citoyens à Port Gentil, le Gabon est désormais conforme à la risée internationale qu’il est depuis 42 ans : incompétences, népotisme, violences inacceptables… Les quelques libertés acquises par les luttes populaires en 1990 sont rognées avec l’appui et le soutien des néo-foccardiens de la Présidence de la République française et les affairistes divers.

Voilà que le putchiste devrait être nommé grand vizir de la maçonnerie gabonaise ? L’on finirait bien par faire croire aux Gabonais qu’il est « respectable ».

« Fuir la vertu et pratiquer le vice démocratique ! » telle serait la devise consacrant le « grand » homme…

Paris, le 29 octobre 2009

Mengue M'Eyaa

Présidente du Conseil exécutif
Mouvement civique du Gabon (MCG)

http://mouvementciviquedugabon2009.unblog.fr

Jeudi 29 Octobre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1738 fois




1.Posté par Ali7 le 29/10/2009 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bel article. je n'en dirais pas plus. tout dit et tout écrit.

2.Posté par Le Revolutionnaire Avisé!!! le 29/10/2009 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Mon compatriote et très belle analyse!!!! Pour que Vive le Gabon, soyons vigilants.

3.Posté par Makaya le 29/10/2009 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A quoi servent tous ces articles si ce n'est que pour finir dans les oubliettes.
Depuis 42 ans on écrit des discours, des romans, etc. pour critiquer la politique Bongo au Gabon. Des procès ont été intentés en france pour dénoncer toutes les dérives du régime Bongo, sans succès. S'est-on déjà demandé pourquoi malgré tout cela rien n'a changé?
Eh bein cher amis, nous avons toujours fait confiance à la communauté internationale croyant que cette dernière savait porter un jugement.
Les évènements du 03 au 06 septembre au Gabon nous ont montré que la communauté internationale ne se lève que quand ses intérêts sont mis en mal.
Comment pouvez-vous expliquer qu'en Guiné la communauté internationale (Union Européenne, l'ONU, L'union Africaine, etc.) prennent des sanctions contre le Capitaine Dadis, alors que le même scénario a été enregistré au Gabon (même si le nombre de victime n'est pas le même)!
C'est dire que cette communauté internationale n'est qu'une communauté de voyaux!!! J'ai décidé moi de plus croire en la communauté internationale.

4.Posté par GOSEN le 29/10/2009 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Gabon : Ali Bongo met les «roitelets» à la diète

A l'occasion de son second Conseil des ministres tenu le 28 octobre dernier, le gouvernement a encore adopté un ensemble de mesures audacieuses qui limitent les avantages des hauts cadres de l'administration publique et parapublique du pays. L'exécutif a notamment décidé de plafonner à la baisse les revenus et avantages des dirigeants de sociétés d'Etat, des sociétés d'économie mixte et des établissements publics et parapublics.


© gaboneco ; les revenus des cadres de l'administration publique et parapublique ont été plafonnés

Le vent du changement continue de souffler sur le Gabon, avec un panel de mesures inédites pour le second Conseil des ministres présidé par Ali Bongo le 28 octobre Libreville.

Après le «tsunami administratif» qui a vu le remplacement la semaine dernière de plus de la moitié des cadres de l'administration publique et parapublique du pays, le gouvernement a décidé de poursuivre sur sa lancée, en plafonnant les revenus et avantages de ceux-ci.

«Le Conseil des ministres a décidé du plafonnement des rémunérations et autres avantages pécuniaires versés aux dirigeants des sociétés d'Etat, des sociétés d'économie mixte, et ceux des établissements publics et parapublics», annonce le communiqué final des travaux.

Les revenus mensuels, avantages compris, des présidents des Conseil d'administration (PCA) ont ainsi été plafonnés à 3 millions de francs CFA ; les PCA adjoints sont limités à 2 millions de francs CFA ; les Directeurs généraux (DG) d'entreprises ne toucheront pas plus de 5 millions de francs CFA ; leurs adjoints, les agents comptables d'office et autres que ceux affectés au Trésor public dans les administrations publiques, sont tous plafonnés à 3,5 millions de francs CFA.

Les Secrétaires généraux (SG) d'entreprises auront un revenu mensuel maximum de 2,7 millions de francs CFA et leurs adjoints 2,3 millions de francs CFA. Un directeur d'entreprise publique ou parapublique touchera, lui, un maximum de 2 millions de francs CFA, et son adjoint 1,5 million de francs CFA.

Le Conseil précise par ailleurs que «des études sectorielles et des textes particuliers, détermineront les montants à fixer au regard de la situation financière et sociale de chaque entreprise ou établissement, sans jamais dépasser les plafonds».

Ces mesures inédites devraient générer d'importantes économies sur le budget de fonctionnement de l'Etat, des marges qui devraient être destinées «au développement ou à la restructuration des entreprises pertinentes, aux fins de les rendre mieux compétitives, davantage productrices de richesses».

Le gouvernement a enfin annoncé le lancement dès ce mois de novembre des audits qui avaient été annoncés lors du Conseil des ministres du 19 octobre dernier. Ces audits de la Fonction publique doivent permettre de faire le point sur «la masse salariale et les rappels ainsi que sur la dette intérieur et extérieur de l'Etat».
Publié le 29-10-2009 Source : gaboneco Auteur : gaboneco

Suite à des commentaires très malveillants et des plaintes déposées auprès de notre hébergeur, nous sommes dans l'obligation de couper momentanément l'accès aux commentaires.
Envoyer cet article à un ami
NB : Tous les champs sont obligatoires.
Les adresses e-mail que vous saisissez ici serviront uniquement à l'envoi de cette information. Elles ne seront en aucun cas collectées par Gaboneco à d'autres fins.
Votre Nom et prenom

Votre Email

Nom et prenom de votre ami(e)

Email de votre ami(e)

Votre message personnel




5.Posté par espoir le 30/10/2009 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALI vraiment j'espere k ta bien réfléchi avant de lancer cette new reforme .et tes ministres j'usk la nous ne savons pas combient ils gagnent et toi meme kel est ton salaire .

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...