News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : protéger la mangrove tout en aidant les pêcheurs à survivre

Le site de la Liberté - Source : AFP le Dimanche 9 Mai 2010 à 08:06 | Lu 875 fois



MOKA (Gabon) - Aire protégée, le parc national de l'Akanda, au nord de Libreville, doit composer avec une dizaine de villages de pêcheurs nigérians vivant dans un grande pauvreté, qui utilisent sa célèbre mangrove pour faire la cuisine et fumer le poisson.

Des ONG tentent de permettre aux Nigérians, installés depuis la fin des années 1970, surnommés "Calabars" comme la péninsule du même nom, de survivre tout en préservant la mangrove et ses oiseaux.

Sur place, à une heure à peine de pirogue Libreville, le contraste entre la capitale gabonaise et le dénuement extrême du village de Moka est criant.

Entouré de mouches, un enfant vêtu d'un short usé mange sa bouillie, assis sur le sol sablonneux. Cernées de palétuviers dont les pieds baignent dans l'eau salée de la mangrove, les maisons en bois et toits en feuilles ou en tole ont été maintes fois rafistolées. Un puits délivre pendant 8 à 9 mois de l'année une eau douce brunâtre. Lorsqu'il est sec, les pêcheurs doivent se ravitailler à Libreville.

Les zones défrichées par les Nigérians représentent près de 11.000 m2 de mangrove perdue, selon un premier recensement, explique Constant Allogo directeur exécutif du Centre d'action pour le développement durable et l'environnement, une ONG qui mène des actions dans le Parc avec l'aide de l'Agence française pour le développement (AFD).

"On ne peut pas leur interdire la coupe. Elle est indispensable pour leur vie ou plutôt leur survie", souligne-t-il, "Mais on leur demande de le faire de manière rationnelle. De ne pas déboiser complètement un endroit. De privilégier le bois mort".

L'ONG veut aussi construire des fumoirs en terre "où il y a moins de perte d'énergie" tout en tentant de leur faire utiliser de la sciure des usines à bois de Libreville.

"On fait ce qu'on nous dit. Nous ne sommes pas chez nous, nous devons respecter la loi", affirme Jonathan Forcados, chef du village de Moka, 55 ans, originaire de Bayelsa, dans le sud du Nigeria.

"Il y a de la bonne volonté de leur part mais il faudrait qu'on soit là en permanence pour qu'ils ne coupent plus", assure Louis-Marie Eva-Bekoune de l'ONG Akanda nature.

Il est évidemment plus pratique et moins cher pour les femmes, chargées du feu, de couper du bois près du village. Si la sciure de Libreville est gratuite, il faut néanmoins payer les sacs, leur remplissage et l'essence pour la transporter.

"C'est dur de savoir combien nous gagnons", souligne M. Forcados. "Parfois on va en mer et on ramène un sac de 50 kg, parfois beaucoup moins. Il faut ensuite payer les pêcheurs, l'essence, la nourriture, la glace... On vend le poisson (bar, capitaine, rouge...) 2.000 Francs CFA le kilo (3 euros). L'essence pour une campagne revient à 60.000 (90 euros), la glace 12.500".

Mais M. Forcados est un "nanti", propriétaire de sa pirogue. La moitié des prises lui reviennent lorsqu'il va en mer, alors que les deux ou trois membres d'équipage se partagent l'autre moitié. Il a les moyens d'envoyer de l'argent à 7 de ses 8 enfants restés au pays.

Les 31 enfants du village de Moka, où il n'y a aucun service médical, vont eux dans une école informelle, des bancs sous un toit en tôle. Les cours sont assurés par le pasteur pentecôtiste et une assistante de 19 ans pour 3.000 F CFA par mois et par enfant.

Pour reboiser, les ONG plantent patiemment sur les boues désertes des jeunes pousses, souvent victimes des crabes.

"Il faudrait qu'on puisse donner quelque chose à un ou deux habitants du village pour qu'ils surveillent les coupes et nous aident à reboiser, résume M. Allogo. Ca permettrait à la fois de les aider tout en contribuant à la protection de la mangrove"

(©AFP / 09 mai 2010 06h50)

Dimanche 9 Mai 2010
Source : AFP
Vu (s) 875 fois




1.Posté par Mong y'adzè le 10/05/2010 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des habitudes de voyous. On s'installe n'importe où quitte à détruire le paysage. Les pêcheurs nigérians, face une absence totale de loi, de politique cadastrale, font pousser des villages enclavées; créant un déséquilibre écologique en polluant les eaux et les sols des mangroves, en toute impunité. Il est vrai que "au pays des aveugles, les borgnes sont rois" puisque les autorités gabonaises dites émergentes ignorent toujours les effets néfastes de la disparition des écosystèmes littoraux que sont les mangroves.
Les mangroves sont des écosystèmes à haute valeur écologique qui servent entre-autre de zone tampon entre la mer et les rivières du continent. Si ces systèmes venaient à disparaître, l'eau de mer contaminera directement nos cours d'eau; qui verront par conséquent leur pH augmenter fortement. En d'autres termes, l'eau des rivières deviendra salée avec des conséquences inimaginables à long terme. Par ailleurs, ces zones présentent une inertie forte (c'est à dire un potentiel d'absorption des crues unique) et empêchent l'eau de mer de rentrer dans les terres durant les fortes marées.
Alors, sans être catastrophiste, une politique qui ne protège pas ses zones humides littorales (ou mangroves); en empêchant toute implantation humaine, tout campement permanent, etc. doit se préparer à gérer des problèmes d'accès à l'eau potable et surtout à de fréquentes inondations.
La solution, selon moi, serait de faire rédiger une "loi littorale" et empêcher toute installation sur ces zones.
A BON ENTENDEUR, SALUT!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...