Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : pour la première fois, un Premier ministre originaire du nord du pays

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Mardi 28 Février 2012 à 10:59 | Lu 7119 fois

Annoncé officiellement par Laure Olga Gondjout, secrétaire général de la présidence gabonaise, le président Ali Bongo Ondimba a procédé, le 27 février 2012, à la nomination par décret de Monsieur Raymond Ndong Sima au poste de Premier ministre, chef du gouvernement.



Gabon : pour la première fois, un Premier ministre originaire du nord du pays
Au terme de 14 jours de suspense après la démission réglementaire de Paul Biyoghé Mba, le président Ali Bongo a nommé Raymond Ndong Sima au poste de Premier ministre. Celui-ci était ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et du Développement Rural dans le gouvernement sortant de Paul Biyoghé, auquel le chef de l’État gabonais a rendu un hommage, par la voix de Laure Olga Gondjout, pour le travail accompli.

C’est la première fois dans l’histoire du Gabon qu’un Premier ministre n’est pas originaire de l’ethnie Fang de l’Estuaire. Bien que Fang lui aussi, le nouveau Premier ministre est originaire d’Oyem dans la province septentrionale du Woleu Ntem, fief d’André Mba Obame, l’un des principaux opposants.

A travers ce choix, Ali Bongo affiche sa résolution à disposer d’un «gouvernement de mission, un gouvernement d’accélération de la réalisation des objectifs fixés», ainsi qu’il l’a indiqué dans son allocution du 16 février dernier après la CAN 2012. Raymond Ndong Sima est précédé d’une réputation de crack, de « bosseur » et d’expert en économie. Son passage dans le parapublic et dans l’univers de l’entrepreneuriat lui confère une culture du résultat, de la gagne pourrait-on dire. S’il parvient à superviser son gouvernement avec cet esprit, il est permis de penser que les «objectifs fixés» peuvent être atteints ou sérieusement approchés.

L’homme a cependant contre lui le fait d’être un membre récent du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). Il est marqué par un lien originel avec l’opposition, en ceci que lors de la Conférence nationale en 1990, il s’était fait remarquer comme porte-parole du Front uni des associations et partis politiques de l’opposition (FUAPO). De même, lors de la présidentielle anticipée de 2009, il s’était rangé derrière la candidature de Zacharie Myboto. Il n’entrera au gouvernement que par la force de Paul Biyoghé Mba dont il paraissait n’être qu’un faire-valoir. Même s’il s’est fait dernièrement élire, avec difficulté, comme député PDG à Oyem, il apparaîtra encore, pour de nombreux PDGistes, comme une greffe. Saura-t-il de ce fait se faire entendre des ministres PDG pur sucre ? Surtout qu’il est connu pour ne pas être un politicien de race.

L’homme

Une allure de dur et, en même temps, une étrange et réelle douceur. Un curieux mélange d’aigle et de colombe. Pas très grand ni spécialement baraqué, il dégage pourtant une impression de sportivité et cette simplicité propre aux gens qui ne se la jouent pas alors qu’ils pourraient.

A 56 ans, le cheveu charbon et sel, le parcours de Raymond Ndong Sima ressemble à celui d’un vent tourbillonnant, passant indifféremment de la haute administration au secteur parapublic, à l’entreprise unipersonnelle ou aux cultures de rente.

Dernier d’une fratrie de cinq enfants, Raymond Ndong Sima est entré en pensionnat à 8 ou 9 ans. Enfant du Woleu-Ntem, devenu orphelin de père dès l’âge de trois mois, on le retrouve à Alger dans la seconde moitié des années 1970 où il démontre déjà son intelligence de la vie en abandonnant une bourse d’études pour se retrouver à travailler de nuit à Paris (France) en vue de poursuivre une formation universitaire à Paris XIII, puis à Dauphine. Il obtient un DEA en Économétrie en 1981 et rentre au pays en 1983, non sans avoir entamé un projet de thèse en économétrie sur l’économie gabonaise. Il commence sa carrière à la Direction générale de l’Économie où avec une équipe, il collabore au montage d’un modèle économique dénommé « Modèle de l’économie gabonaise Oméga ». Un travail qui a fait l’objet d’une publication dans la « Revue de l’observatoire française de conjoncture économique ».

Il commence donc sa carrière en 1983 comme chargé d’études à la Direction générale de l’Economie. En 1985, il est directeur de synthèse. Arrive, en 1986, la première grande crise économique du Gabon, alors communément appelée « La conjoncture ». Raymond Ndong Sima est nommé au cabinet du ministre de la Planification et de l’Économie où il est chargé du dossier de l’ajustement structurel. Il gère les relations avec le Fonds monétaire international et la banque mondiale jusqu’en 1994, même si, entre temps en 1992, il est nommé directeur général de l’Économie.

A la fin de l’année 1994, il se retrouve à Hevegab comme directeur général. Il y reste jusqu’en 1998, année où lui est confié le dossier d’appel d’offre de la mise en concession du chemin de fer Transgabonais pour le compte des forestiers qui en deviennent adjudicataires. Ce qui le porte au poste de président directeur général de la Compagnie d’exploitation du chemin de fer Transgabonais (C.E.C.F.T). Fin de 2001, parce qu’il est en désaccord avec les actionnaires de la compagnie, il en est remercié. Il en rit maintenant parce que ses thèses contestées d’hier se révèlent justes aujourd’hui et prouvent qu’il avait eu raison trop tôt. Son départ de la CECFT donne lieu à un procès qu’il remporte jusqu’en Cour d’appel. Au terme de deux ans sans poste d’affectation après son passage au chemin de fer, il décide de se prendre en main et crée son entreprise.

Il crée ainsi en 2003 la compagnie de transport terrestre Voyages et Loisirs des Tropiques. Certifiée par un commissaire aux comptes, la comptabilité de l’entreprise affiche en 2007 un peu plus de 500 millions de chiffre d’affaires. Cette année-là Voyages et Loisirs des Tropiques avait transporté un peu plus de 42 000 personnes.

Hors de son giron professionnel, Ndong Sima développait bien avant son arrivée au département de l’Agriculture des plantations d’hévéa couvrant 25 hectares. De même, il tentait déjà une expérience dans la culture du palmier à huile. Il pratique par ailleurs le Karaté à un grade très élevé, grâce auquel il a formé beaucoup de pratiquants, été directeur technique de la fédération nationale de Karaté et entraîneur national, de 1986 à 1994. Jusqu’en 2006, Raymond Ndong Sima n’a pas d’engagement politique, après celui du FUAPO sus cité. Il est pourtant arrêté en 2005 pour « atteinte à la sûreté de l’État ». Il se serait agit d’une dénonciation calomnieuse, heureusement démentie par les services de la Garde Républicaine. Il est aussitôt libéré. Le reste est connu du public puisqu’il s’occupera de ses affaires jusqu’à son entrée au gouvernement de Paul Biyoghé Mba après la présidentielle de 2009.

Selon les termes de Laure Olga Gondjout, secrétaire général de la présidence de la République, Raymond Ndong Sima va former et présenter dans quelques jours son gouvernement. Le président Ali Bongo a spécifié, dans son discours du 16 février 2012, qu’il est plus que temps de «passer aujourd’hui à une vitesse supérieure dans le rythme d’exécution des programmes gouvernementaux». De ce fait, «le futur gouvernement aura donc pour mission essentielle de traduire dans des actions concrètes, intégrées, visibles et durables, notre vision, nos engagements et nos ambitions pour notre pays». Le cap a été donné.



Mardi 28 Février 2012
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 7119 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

44.Posté par Orema le 29/02/2012 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ toi Raymond Ndong Sima

Tu as été nommé par Gagui pour des raisons purement politiques c'est vu et dit. Mais saches que cette mission s'avèrerait suicidaire si tu appliquais les règles de Gagui, tu nous connais et on se connait tous. On te dit rebel et c'est bien. N'oublies pas que t'as fait tes pas en politique avec notre papa Zak Mybot. Occupe-toi de l'économie et aide-nous à combattre la dictature en rétablissant les acquis démocratiques obtenus au terme de longues luttes. Pour le reste ça changera rien car notre objectif c'est de nous débarrasser de Gagui l'imposteur.

43.Posté par RTG1 le 29/02/2012 00:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réactions des gabonais après la nomination du premier ministre

http://www.youtube.com/watch?v=A9V1s1UzPG4&context=C31661dbADOEgsToPDskJud6zI061g33q3yK9z6P8J

42.Posté par Alerte info le 28/02/2012 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le gouvernement passe à 29 avec 16 ministres et 12 ministres délégués dont 8 femmes 14 ministres entrants 16 sortants!

Paul Biyoghe Mba boude

Paul Biyoghe Mba boude

41.Posté par Alerte info le 28/02/2012 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
16 ministres et 12 ministres délégués + P.M = 29
14 entrant et 16 sortant ... Je vous communique les noms dans un instant

40.Posté par UNITE le 28/02/2012 21:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Loooooooooool votre site de merde toujours en retard pendant que le gouvernement est dejas connu et publier avec 29 membres

39.Posté par Mlutherking le 28/02/2012 20:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bien vu et bien pensé cela ne changera absolument rien de l'opinion woleutemoise vis à vis de cette politique ignoble du Pdg, en particulier d'ali bongo (qui est un dictateur) alias le biafrai. si c'est comme cela qu'il penser narguer son principal opposant AMO, il se met le doigt dans l'anus. Je lui donne un conseil, le peuple du Grand Nord n'a jamais été dupe et ne le sera jamais. Ali bongo participe à son propre déclin, l'avenir nous le confirmera, il pense diviser pour mieux régner mais cela ne marche pas le temps. Dieu seul l'heur et la date!!! AMO est un fils natif du woleu-Ntem (ENGONG) et le restera, que ceux qui ont les oreilles m'écoutent mais ne m'entendent pas.

38.Posté par Orema le 28/02/2012 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La nomination de Raymond Ndong Sima est un grand piège tendu aux nordistes mais je sais aussi que la majorité des nordistes que nous sommes, sommes conscients du traquenard posé par Gagui. C'est vrai que Ndong Sima a un CV lourd, mais qui n'en a pas? CAM, NZA MFE, et PAUL BIYOGHE sont tous des poids lourds. CAM et ÉYEGHE étaient particulièrement des PM brillants. En deux années passées à l'Agriculture, quel bilan? Combien de plantations crées pour que les gabonais se nourrissent bien et arrêtent de se faire empoisonner par des pseudos-agriculteurs ou faiseurs de miracle qui utilisent des pesticides abusivement, certains plus motivés par l'appât du gain que par le plaisir de vendre des bons produits de la terre aux autres. Dans tous les cas, Ndong Sima doit savoir que non seulement le nord ne sera pas "maçonisé" comme ses potes et lui l'ont planifié car nous les combattrons avec Dieu, mais encore l'opposition y sera renforcée pour exprimer toujours le rejet de la politique de division, de l'avilissement de l'être humain mise en place depuis cinq décennies.

37.Posté par Orema le 28/02/2012 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Polpote

Je partage entièrement l'analyse de Polpote. Oui, nous n'avons pas besoin d'un PM originaire du nord, du sud, de l'est ou ouest mais de la démocratie. Nous en avons assez des conneries et de la dictature d'ali. Il croit séduire les nordistes en nommant R. Ndong Sima à la tête de gouvernement ça on s'en moque ça change rien. Si c'est comme ça qu'il croit narguer AMO, il se moque de lui-même et nous le niquons bien.

36.Posté par Nietszche le 28/02/2012 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ 29.Posté par Hope le 28/02/2012 15:07

En Belgique c etait plus d une année sans gouvernement , à cause des problemes de tensions communautaires. Donc ...

35.Posté par Nietszche le 28/02/2012 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ 33.Posté par Ménélick III le 28/02/2012 15:57

Finalement avec vous, rien que la fuite en avant, la politique de la terre brzlée ou du surplace et jamais de reponses aux vraies questions tant les evidences sont criardes:

vous n avez rien à proposer, si ce n est la meme chose, des pedegistes dans leur cursus et des adeptes de la meme geopolitique.

En somme au lieu de vendre des illusions aux gabonais, reflechissons plutot sur le comment perfectionner le mechanisme dans l interet de toutes les individualités qui constituent la nation gabonaise. Du moins je dis "reflechissons" , si vous en etes capable !

34.Posté par Larévolte ( pas la révolte ) le 28/02/2012 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ 24.Posté par polpote le 28/02/2012 11:15 ,

Votre commentaire est celui que je juge le plus pertinent de tous et je partage entièrement votre analyse.
Comme vous, je me demande si le nouveau premier ministre gabonais aura toutes les clés pour gouverner alors que les vrais dirigeants sont à la présidence de la république avec les étrangers.

Par ailleurs, nous observons le comportement de certains ressortissants du Woleu-Ntem qui jubilent déjà à l'idée que le nouveau premier ministre soit un fang du nord. Ma question est savoir si ces derniers essaient de connaître le bien fondé ou le mal fondé de cette nomination. Et si cette nomination d'un premier ministre ressortissant du Woleu-Ntem était un cadeau empoisonné?

A mon avis le soi-disant président de la république gabonaise veut rendre les ressortissants du Nord solidaires, voire même seuls responsables de toutes les exactions qu'ils commettra. Le soi-disant chef d'état gabonais veut utiliser un fang du Nord comme son père l'a fait avec André Mba Obame pour en faire son bouc émissaire. Avant et après la mort d' Omar Bongo Ondimba, André Mba Obame était et démeure toujours les sept plaies du Gabon comme s'il avait été le seul collaborateur de feu président Bongo. C'est cela qui risque d'arriver au nouveau premier ministre nordiste.
En tous cas, je reste sceptique par rapport aux motifs qui ont animés Ali Bongo dans sa volonté de nommer un ressortissant fang du nord à la primature. Est-ce que les seuls critères sont les compétences? L'expériences? Le charisme? Ali Ben Bongo a t-il des desseins inavoués quant à cette décision de nommer un fang du Nord premier ministre? Et s'il voulait diviser les fangs du Nord et ceux de l'Estuaire?
Cependant, il n' y a pas de quoi pavoiser concernant cette nomination.

33.Posté par Ménélick III le 28/02/2012 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nietzsche,
Epargnez moi de vos analyses saugrenues !
Si vous n’ arrivez pas à opérer une différence entre une injure et un qualificatif, cela est votre problème. Je soutiens que vous êtes fou, parce que à mon sens , la première étape de la folie c’ est de se croire trop sage. Autrement dit, la folie commence quand des comportements normaux commencent à être produits de façon anormale. Quand on soutient l’ insoutenable. Quand on veut discuter sur les évidences… Et, vous correspondez parfaitement à ce cliché. Aussi, n’ attendez pas que soit obséquieux vis-à-vis de Ya biafrais ou toute autre personne ayant décidé de vendre le Gabon pour ses intérêts personnels ou communautaires. Que premier ministre soit x ou y, cela m’ importe peu tant que Ya biafrais a décidé de violer délibérément l’ article 10 de la constitution

32.Posté par un citoyen le 28/02/2012 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne crois pas au problème de compétence et ou d'incompétence encore moins à celui ,du nord, du sud, de l'Est, de L'ouest d'un premier ministre au Gabon. Le problème est plus prond que cela dans notre pays.
Comment definit -on le cadre dans lequel ce premier ministre exercera t-il sa compétence?
Pensez-vous que tous les autres premiers ministres étaient moins compétent? Si oui, comment defit-on la compétence?
Aura t-il un véritable pouvoir de décision dans l'exercice de sa fonction?
Aura t-il une réelle autoritées sur certains de ses ministres, lorsqu'on sait que certains ministres sont parfois plus puissants que le premier ministre dans notre pays et tirent leurs toutes puissances du même président de la republique?
On peut prendre les meilleurs compétences de notre pays, cela ne changera rien si l'on ne change pas le cadre, la structure, le mode fonctionnement en un mot, la conception néopatriomoniale de l'exercice du pouvoir dans notre pays. Le reste, c'est pour meubler les écuries.
iL y a un problème de fond dans notre pays qui se trouve être dans la conception de l'xercice du pouvoir, le reste est accessoire, périphérique.

SANS RANCUNE ET PROFOND RESPECT

31.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiff le 28/02/2012 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ndong Sima Raymond est un produit pur jus du système bongomédiocratique; et qui donc de ce fait en a profité jusqu'à la corde. J'ai lu ici des gens qui lui prêteraient un passé d'opposant. C'est mal connaître l'animal. Depuis ses années d'étudiant en France, Raymond Ndong Sima a travaillé pour les services de renseignement en tant qu'agent infiltré ayant pour honorable correspondant (parrain) le colonel Samuel Mbaye, devenu général depuis lors, qui l'a fait initier dans la franc-maçonnerie pour sceller la félonie.

C'est ce même Mbaye qui l'a infiltré au sein de la FUAPO et d'autres mouvances de l'opposition pour recueillir des informations stratégiques pour la sauvegarde du régime. Il a tellement bien réussi dans sa mission que Bongo Omar l'a grassement rétribué avec des postes lucratifs à la tête d'entreprises parapubliques où, du reste, sa gestion n'a pas brillé par la transparence et le respect de l'éthique et de la déontologie. Bien au contraire, l'arbitraire, les passe-droits, les abus de biens sociaux et les détournements, comme tout bon pédé-Giste, ont été sa règle d'or. Bien plus, son pédé-Gisme, bien qu'à peine voilé est profondément ancré dans les cœurs des Bongos, lui a ouvert grandement les portes des marchés d'Etat dans ses "businesseses". Un autre bonus pour les services rendus à la mafia.

S'il avait été le gestionnaire talentueux que certains veulent nous vanter ici, que n'a-t-il pas autant brillé, sinon plus, à la tête du ministère de l'agriculture où son bilan est des plus insignifiant; juste à peine meilleur à celui de Boukoubi.

Au plan politique, l'Ojukwu Gagui, accessoirement Ali Bongo, croit faire un grand coup contre l'opposition incarnée par AMO et une société civile vindicative sous la férule de Marc Ona et Me. Paulette Oyane, tous les trois originaires du Woleu-Ntem. C'est peine perdue, car Raymond Ndong Sima n'a jamais été considéré comme un leader, et encore moins comme un fédérateur des "enfants du Nord". Il n'a pas l'étoffe nécessaire à faire taire l'opposition, pas plus dans le Woleu-Ntem qu'ailleurs. L'Ojukwu aurait voulu faire un coup qu'il aurait obtenu la tête de Nzouba Ndama. Or, lui-même l'Ojukwu Gagui, Nzouba Ndama et Mboran-tsuoooooo rassemblent tellement de rancœur et de haine sur leurs têtes que Ndong Sima apparaît comme un simple factotum; un autre traitre à la Biyoghe Mba, qui ne peut rassembler au mieux que ceux de son village et ses oncles maternels. Et encore!!!

Bref, wait en see. Les tout-prochains jours nous donneront de mesurer à quel point le coup tenté par l'Ojukwu Gagui et sa légion étrangère n'est qu'un coup de canif sur le pont de Kango qui s'écroule.

30.Posté par Hope le 28/02/2012 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand je lis les uns et les autres j'en reviens pas que nus soyons encore au stade embryonnaire de la compréhension du fonctionnement de notre pays. Pourtant le chef de l'émergence vient de nous montrer la preuve irrefutable qu'au Gabon, un gouvernement ne sert à rien. Dans quel pays peut on faire deux semaines sans gouvernement et le pays foncionne comme si de rien n'était. C'est vous dire que le pays est dirigé et gérer au palais. Tous les ministères y sont dirigés. On peut penser dès lors que le premier ministre et la bande qu'il va nommer d'ici peu ne sont ques des "bouches trous". Arrêtez donc d'espérer quelque chose de leu part et arrêter aussi de jeter l'anteme sur eux. Le seul responsable de la tagnation du pays est le chef del'émergence et sa clique du bord de mer.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame






Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...