News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : pour la SEEG -Veolia, les délestages de Libreville sont d’origine climatique…

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 24 Février 2012 à 12:19 | Lu 985 fois



(Agence Ecofin) - Libreville et sa banlieue vivent depuis plusieurs jours au rythme des coupures de courant qui plongent régulièrement la capitale gabonaise dans le noir. Les piétons s'éclairent à l'aide de leurs téléphones portables et les habitants ont ressorti les bougies et autres éclairages de fortunes.



Pour la SEEG, cette situation serait due à une « décharge atmosphérique » dans la zone de Kinguélé - Tchimbélé. Le communiqué de la compagnie précise : « Les violents orages, qui se sont abattus dans la zone de Kinguélé - Tchimbélé, lieu où se trouve le barrage sud, ont occasionné la perte de la ligne de transport qui évacue l'énergie de l'usine vers la ville de Libreville ».



L’explication alambiquée ne semble pas convaincre la population, excédée depuis de longues années par les piètres prestations de cette compagnie, contrôlée depuis 15 ans par le groupe français VeoliaWater, depuis que l’Etat gabonais lui a cédé 51% en 1997.



L’audit comptable et tarifaire, financier, technique de la convention de concession avec la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG), établi par le cabinet Deloitte en janvier 2011, est publié dans le magazine Le Quorum No 3 actuellement en kiosques…



En voici quelques extraits édifiants, qui apportent un autre éclairage (si l’on peut dire) à la situation :



« Nous avons relevé des manquements de la SEEG à ses obligations au titre de la concession et/ou des écarts par rapport aux bonnes pratiques sur les domaines suivants


I. Une gestion administrative et commerciale en deçà des exigences contractuelles sur certains aspects. La Convention de Concession du 13 juin 1997 met particulièrement en avant la nécessité pour la SEEG de promouvoir une gestion administrative et commerciale destinée à encadrer au mieux la qualité de ses services. Or la revue des obligations en matière de gestion commerciale, de qualité et de performance de services met en évidence plusieurs manquements, dont les plus significatifs sont repris ci-après.


I. Des performances techniques en constante dégradation sur les installations auditées.


1. Sur le métier de l’eau nos principaux constats sont les suivants :


I. Des constats préoccupants sur l’exploitation du domaine concédé dans le métier de l’eau. La gestion des compteurs ne permet pas actuellement de garantir la fiabilité des mesures et le renouvellement apparait insuffisant. Une situation critique pour l’alimentation en eau potable de la ville de Libreville, liée principalement à un déficit d’investissement. Le renouvellement des réseaux en eau potable est faible. Les valeurs transmises par la SEEG font état d’un renouvellement très faible des réseaux d’eau potable évalué à 0,13% du linéaire réseau sur les 10 dernières années. Il apparait souhaitable que la SEEG augmente le taux de renouvellement des réseaux dans les années à venir afin d’en limiter le vieillissement et la dégradation. L’usine de Franceville présente un état de vétusté et apparait dégradée.


I. Des manquements significatifs dans le cadre de l’exploitation du domaine concédé Electricité en matière de renouvellement. Un retard considérable a été constaté en matière de renouvellement des biens de retour dans tous les domaines (production, transport, distribution). L'insuffisance d'investissement pour le renouvellement et les extensions, dans les domaines du transport et de la production, empêchent une amélioration de la qualité du service.


I. Des tarifs à la hausse qui sont décorrélés de la structure des coûts actuels et futurs de la SEEG.


I. Des investissements réalisés par la SEEG qui ne permettent pas de faire face à la demande et aux exigences de qualité de services requis par la convention de concession. Sur les installations électriques, les retards constatés au niveau de l’investissement dans les capacités de production ont réduit les marges de sécurité existantes au début de la concession compromettant ainsi la continuité de services. Ce retard crée aujourd’hui des situations de contraintes qui empêchent parfois une réalisation normale de l'entretien, et donc des risques supplémentaires de défaillance. Soulignons que le plan stratégique d'investissement 2004-2017 indique en page 14 que "LA SEEG A PROCÉDÉ DÉBUT 2003 À LA SURÉLÉVATION DU BARRAGE DE KINGUÉLÉ ET PRIS LA DÉCISION D’ÉQUIPER L’USINE D’UN CINQUIÈME GROUPE DONT LA MISE EN SERVICE EST PRÉVUE EN 2005". OR LA DÉCISION N'A PAS ÉTÉ SUIVIE D'EFFET.


I. Un pilotage administratif et financier qui révèle des insuffisances et requiert des ajustements. Une refonte en profondeur de la comptabilité analytique semble donc nécessaire, qui pourra aller de pair avec la révision du mode de fixation des tarifs.


I.Un équilibre financier fragile pénalisé par les orientations de gestion. »

Vendredi 24 Février 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 985 fois




1.Posté par King le 24/02/2012 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y a une contradiction entre l’audit comptable et les affirmations des patrons de la Seeg.
1-il y a un moment la Seeg attribuaient ses délestages au manque de niveau d'eau!
c'est n'est plus de l'eau, la Seeg affirme que ces délestages sont dus aux factures impayées par l'État!
des mois plus tard la Seeg accuse la vétusté des transformateurs!
des mois encore la Seeg nous dit, avoir commandé un groupe électrogène de dernière génération pour pallier ces délestages!
c'est n'est plus cela la Seeg accuse les populations d'être à l'origine des délestages suite aux branchements anarchiques du courant dans les quartiers!
la Seeg n'a jamais indemnisé les victimes des dommages collatéraux dus au délestage! et la Seeg doit reconnaitre qu'elle est à l'origine des dégradations très avancées des routes un peu partout dans la capitale et ailleurs!

Une solution se réapproprier la société, et trouver un repreneur crédible, ou recapitaliser ou la nationaliser!

2.Posté par mentlentume le 25/02/2012 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment l,affaire de la S EEG les gabonais en ont marre. la SEEG croit que les gabonais sont des idots pour avaler leur mansonge il arrivera un jour ou tous refuseront de payer les factures .il ya les gents qui payent les factures mais qui jamais eu de l,EAU chez eux. qu,attendent les gabonais pour faire une marche pour ce la? dans d,autre pays ça ce fait pourquoi pas chze nous? je me rappel en 2000 quand NZOUBA avait dit nu homme gabonais doit epouser plusieur femmes, c,est en ce moment que la femme gabonaise a marché a l,epoque Mme EDITHE LUCIE BONGO vivait il y,avait meme les femmes ministre qui avaient marché ce jour la, elles savent pourquoi. mais pour les vrais problemes du pays elles ne levent meme pas un seul doigt.haaa!!!! la femme epourtant chez moi a MAMIDI on disait que CE QUE FEMME VEUT ?DIEU LE VEUT amen.

3.Posté par Effrata le 25/02/2012 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dame SEEG, arrêtez de prendre les gabonais pour des idiots! Naguère, vous disiez que les délestages étaient dus à la baisse du niveau d'eau et autres. Aujourd'hui, vous revenez nous parler de climat, de qui se moque t-on? Votre manque de prévision à long terme vous a rattrapé et vous voulez faire croire autre choses au Gabonais. Admettez que votre compétence a atteint sa limite et rendez vous! Pourquoi, vouloir forcer le talent?


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...