News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon, pays bilingue ? Ali Bongo a-t-il fumé du chanvre à… Cuba ?

Le site de la Liberté - BDP-Modwoam le Dimanche 7 Octobre 2012 à 17:18 | Lu 1761 fois



Gabon, pays bilingue ? Ali Bongo a-t-il fumé du chanvre à… Cuba ?
Je me suis souvent demandé quel type de chanvre les Bongo fumaient…

Ali Bongo, comme sorti d’un long coma névrosé, vient d’annoncer avec fracas son intention de faire du Gabon un pays bilingue français/anglais. Oui, tout simplement comme ça, pouf ! Ex nihilo. Par simple incantation magique.

On est habitué, certes, aux déclarations intempestives des Bongo Ondimba père et fils. On est habitué, certes, aux envolées de ces roitelets spécialisés depuis 45 ans dans les incantations qui annoncent des rénovations qui ne rénovent rien, des refondations qui ne refondent rien, des gouvernements de combat qui ne combattent rien, des développement qui ne développent rien, des émergences qui n’émergent rien, quand ce n’est tout simplement des promesses de logements par milliers (5000 par an) qui ne logent personnes parce que jamais construits, et j’en passe. Les Bongo, c’est la vapeur soporifique d’un régime quadragénaire en manque d’inspiration qui continue à confondre les annonces fracassantes de chantiers jamais finis avec le développement durable et cohérent d’un pays. Sous les Bongo, la politique, le développement, l’économie, c’est carrément du vodou. Trop compliqué pour des cerveaux trop petits.

Alors même que le Gabon industriel n’est même pas capable de se fabriquer un « douk-douk » ; alors même que le système éducatif est en pleine décadence dans un pays où l’on loge maintenant les élèves dans des stades devenus écoles de fortune comme dans un pays frappé par le tsunami, des stades eux-mêmes bâclés le temps d’une CAN ; alors même que le Gabon est déjà incapable d’éduquer valablement les quelques enfants qui y naissent dans les matières déjà existantes, faute à la fois de professeurs et de salles de classes suffisantes, voilà qu’Ali Bongo annonce avec fracas son intention de faire du Gabon un pays bilingue.

Où ? Quand ? Comment ? Avec quoi ? Dans quel Gabon ?

Je sais que j’ai déjà, par mes maintes attaques, forcé Ali Bongo à abandonner ses puérils « curly-curlys » huilés de Michael Jackson raté : c’est déjà une bonne chose pour nos yeux par trop agressés par ce type d’enfantillage au sommet de l’Etat ; je sais aussi qu’il existe au Gabon des moustiques qui donnent le paludisme et des mouches « tsé-tsé » qui causent la maladie du sommeil ; mais là, je crois qu’il y a un sacré problème de balance mentale dans le ciboulot du dictateur gabonais. Il y a un boulon qui manque ou qui a sauté.

Je laisserai de côté les discussions sur la Francophonie et la Françafrique. Je laisserai aussi de côté le sujet des rivalités franco-gabonaises nées, aux dires de la rumeur, de l’élection d’un François Hollande qui n’aurait aucune tendresse pour le rejeton de feu Omar Bongo. Je m’attarderai plutôt ici, uniquement, sur les aspects purement mécaniques que supposent la transformation artificielle d’un pays comme le Gabon en pays bilingue français-anglais.

Ali Bongo sait-il vraiment ce que cela suppose comme investissement humain et culturel (formation d’enseignants et reformatage de toute la pensée nationale en matière de culture), idéologique (réforme générale du système éducatif dans le cadre d’une vision globale, intégrée et cohérente du développement national) et financier (moyens colossaux à allouer à une telle réforme) pour transformer un pays de tradition administrative francophone comme le Gabon en pays administrativement bilingue ?

Ali Bongo sait-il ce que cela suppose comme bouleversements depuis le primaire jusqu’au supérieur pour ajuster un système éducatif déjà incohérent et moribond aux rigueurs et exigences d’une politique éducationnelle visant au bilinguisme ?

Ali Bongo sait-il, enfin, ce que cela suppose comme transformations culturelles pour faire d’une société de diversité comme celle du Gabon une société façonnée aux préceptes d’un bilinguisme artificiellement orchestré, et ce dans un pays qui n’a jamais eu de politique culturelle cohérente, un pays qui, en sus, ne s’est jamais essayé à quoi que ce soit de cette ampleur, en dehors, peut-être, de transformer quarante-cinq ans durant les femmes gabonaises en bougeuses de fesses professionnelles à la gloire du bongoïsme le plus immoral!

Et que fait Ali Bongo des langues traditionnelles du Gabon, langues négligées depuis l’indépendance là où, pourtant, d’autres pays africains ont, au moins, établi, aux côtés du français, des langues nationales à même d’assurer la survie d’un esprit purement africain ? Le Rwanda, par exemple, que le Bongo prend comme référence, affirme, en l’article 5 de sa Constitution, que « la langue nationale est le kinyarwanda » et que « les langues officielles sont le kinyarwanda, le français et l’anglais ».

Le Rwanda dispense aussi, et ce depuis 2011, la quasi-totalité de ses enseignements depuis la maternelle jusqu’en 4e année primaire en kinyarwanda. Par ailleurs, culturellement, l’usage de l’anglais et du français dans ce pays reste un usage assez subsidiaire face au kinyarwanda, qui demeure la langue du Peuple. Copier, voire même « singer » les autres, c’est bien. Mais encore faut-il savoir ce qu’on copie ou la réalité historico-sociologique sur laquelle les autres ont bâti leur adoption de l’anglais comme l’une des TROIS langues officielles du pays, tout en plaçant l’âme du Rwanda, le kinyarwanda, au-dessus de toutes les langues artificiellement importées.

Dans un pays comme le Gabon ne disposant d’aucune politique de promotion des langues autochtones, un pays qui, par conséquent, perd inexorablement de son patrimoine culturel et sociolinguistique au fil des années car trop tourné vers l’extérieur pour sa consommation et son expression culturelle, on aurait pu s’attendre d’Ali Bongo la démonstration d’un minimum de sursaut national tourné vers l’intérieur, c’est-à dire une vision tendant à la promotion et à l’intronisation des cultures et langues nationales délaissées depuis 45 ans. Mais, quand, à la place, le dictateur national se permet d’accoucher d’une telle énormité, surtout dans un pays déjà incapable du minimum éducationnel vital, il y a comme un problème, il y a comme une biafrerie insupportable, une biafrerie de trop.

Ah bon ! C’est donc de ça que les Gabonais ont besoin aujourd’hui ? C’est ça, désormais, l’urgence première de la politique d’« Emergence » d’Ali Bongo : faire du Gabon un pays bilingue? Un pays bilingue dont le bilinguisme viendra, comme par miracle, effacer toutes les tares bongoïstes qui empêchent le décollage du Gabon depuis 45 ans ?

Donc :

Comme par magie, les 35% de Gabonais qui souffrent de chômage chronique trouveront désormais un emploi grâce au bilinguisme ! Bravo « émergence », maintenant on peut passer aux choses sérieuses : place à l’anglophonie !

Comme par magie, les 5000 logements par an promis il y a trois ans pullulent désormais partout au Gabon : le Gabon a atteint le plein-logement ! Bravo « émergence », maintenant on peut passer aux choses ludiques : place à l’anglomanie !

Comme par magie, les Gabonais ont désormais cessé de fouiller les poubelles de Mindoubé à la recherche de la pitance parmi les rats et les mouches ! Bravo « émergence », maintenant on peut passer aux choses « cool »: place à l’anglophilie !

Je n’ai personnellement rien contre l’anglicisation du Gabon. Je suis même pro-capitaliste et tenant des approches libérales de l’économie qui sont le propre et la force des Anglo-Saxons. Apprendre l’anglais me semble ainsi un choix cohérent, un choix que n’importe quel pays ou citoyen conscient de la mondialisation ne peut manquer de faire à titre individuel en fonction de ses aspirations et dans le cadre d’un système éducatif cohérent. Mais il y a une différence entre reconnaître cette réalité et en faire un fantasme visant au bilinguisme intégral de toute une nation! Pour moi, donc, c’est plus une question de priorité nationale qu’autre chose.

A ce titre, il me semble plutôt indécent que, au moment où le pays est confronté à des crises multiformes—blocage politique, blocage économique, vie chère, génocide humain dans les hôpitaux et génocide mental dans les écoles, avec en sus le désespoir d’un peuple traumatisé attendant des réponses concrètes à ses meurtrissures quadragénaires—le Bongo sorte de son coma vaporeux pour faire de l’anglicisation une priorité nationale. C’est donc avec l’anglais qu’Ali Bongo compte désormais résoudre tous les problèmes de sous-développement chronique qui frappent le Gabon depuis que son père et lui se sont donné pour mission de confisquer la destinée nationale ?

C’est cela qu’on appelle la fuite en avant. C’est aussi ce qui arrive quand un président auto-proclamé n’a nulle part au Gabon d’assise culturelle traçable. Il ne peut comprendre le besoin de la promotion de cultures nationales auxquelles il ne se sent aucunement rattaché ni attaché. Il extériorise tout car n’ayant rien à intérioriser. A la fin, on se rend compte qu’Ali Bongo est véritablement un gros tonneau vide totalement dénué de la substance et de la matrice culturelles qui font la fierté du Gabonais, le vrai Gabonais. Dans sa tête, il n’y a que biafreries.

Il est vrai que certains feront d’Ali Bongo un héros pour avoir voulu, par ce geste, se départir de la domination culturelle de la France en Afrique. Sauf que les Bongo n’ont jamais été des nationalistes. La preuve: aucun nationaliste africain ne peut échanger une langue coloniale avec une autre langue coloniale et présenter cela comme du nationalisme.

J’avais, au départ de cette réaction, voulu me demander quel mouche avait piqué Ali Bongo ; mais je crois finalement que la question la plus adaptée, dans ce cas, est plutôt : « Quel chanvre Ali Bongo a-t-il fumé lors de sa dernière visite à Cuba » ?

A moins, peut-être, que les cigares qu’il a humés lors de sa récente visite de l’usine de fabrication de cigares COHIBA à Cuba n’aient été trop forts pour lui ?

Fait à Montclair, New Jersey (USA), le 6 octobre 2012

Dr. Daniel Mengara
Président, “Bongo Doit Partir-Modwoam”

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA

http://www.bdpmodwoam.org

Tél./Fax.: (+1) 973-447-9763


En savoir plus: http://www.bdpmodwoam.org/articles/2012/10/06/gabon-pays-bilingue-ali-bongo-a-t-il-fume-du-chanvre-a-cuba/#.UHGbLbROSDn

Dimanche 7 Octobre 2012
BDP-Modwoam
Vu (s) 1761 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par CarpeduGabon le 10/10/2012 07:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donc tu reconnais que ton régime a failli. Tu nous décris des chantiers inachevés, des tronçons de route encore en chantier et tout le tralala. Non, Monsieur. L'échec des Bono est patent. Nous sommes fatigués des chantiers qui n'en finissent pas. Ali Bongo dehors!

13.Posté par moutsouakéma le 09/10/2012 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour les gabonais ; unitile de vous insurger sur MENTLENTUME il dit aussi parfois la verité prenez le temps a analyser ce qu' il est entrain de dire ;. vs dites que ALI BONGO ne fait rien. avez vous dejafait un voyage a l' interieur du gabon? il ya 50 ans , la route MOUILA LAMBARENE , etait impraticable , en 3 ans il a réaliser cette route donc pour vous les vrais gabonais ce n' est pas du travail? la CNAMGS se aussi faut? allez y a S.E.TRA.G tous les rétraités payent demi tarif 15000f cfa LBV a FCV avez vous verifié? le pont de MAYUMBA qui va a sa fin la aussi vous dite quoi? le CHU d' owendo qui pousse du champignon en ce moment se aussi faut? les travaux qui se font dans LIBREVILLE consernant la mise de la haute TENTION sous terraine , la aussi vous etes AVEUGLE? la route NDJOLE _ MEDOUMAN est en plein travaux la aussi vs ne voyez pas? et vous dites quoi des infrastitures sportives qu'il a réalisé pour aceuillir la CAN la aussi vous etes AVEUGLE? toutes ces réalisations en 50 ans nous les vrais gabonais n'avons pas pu réaliser ça mais en 3 ans le faut gabonais comme vous le dite est entrain de vous FERMER VOS LONGUES BOUCHES qui ne sont faites que pour des critiques STERILES de toutes les façons MENTLENTUME a raison , nous meme les gabonais on a fait quoi du gabon ? vous aller nous dire que tous ceux qui ont geré le gabon depuit 50 ans , etaient des ETRANGES? alors tout ce que vousz dites sur ALI BONGO li se moque de vous et il ne fait qu'AVANCER ce la honte qui va vous tuer LAISSEZ NOUS AVANCER avec ALI BONGO opposition de mikouille oui MATSOTTSE E E EEEEEEE

12.Posté par CarpeduGabon le 09/10/2012 00:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mengara ne refuse pas l'anglais. Il parle du bilinguisme administratif et culturel visée par Ali, qui est une autre dimension du problème. Les Gabonais apprennent l'anglais comme tous les autres pays du monde. Mais ce qu'Ali veut c'est carrément transformer le pays en pays bilingue français/anglais. C'est ce que Mengara trouve douteux et non prioritaire. Il faut bien lire, Mentlentume.

11.Posté par jeanine mikala le 08/10/2012 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon frere Mentlentum

Redescend sur terre ,l'anglais dont ali ojoukou fait le commentaire fessait déjà partie de nos programmes a l’École encore plus en ce moment.Parler désormais anglais est un non événement et cela ne changera pas la misère dans laquelle le gabonais vie.Nous voulons que ce démon ali ondimba ,annonce que plus personne ne mangera à la décharge de Mindoumbé,aucune femme n'accouchera plus par terre, tous les gabonais seront égaux devant la loi,plus besoin d’être pdé-giste pour jouir des biens faits de notre pays etc.................................Vouloir faire du Gabon un pays bilingue,pour moi ,c'est une façon pure et simple de vouloir intégrer ses frères de sang nigérians en leurs donnant le travail,pendant que le gabonais est sans emplois et sans logement.
VIVRA VERRA
VIVE LA CNS
POUR QUE VIVE UN GABON NOUVEAU.

10.Posté par coudou le 08/10/2012 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Fils de Medouneu, mentlentume
Je crois que vous êtes le prototype de la bêtise humaine et incommensurable.Soutenir que l'anglais va changer ce pays est la preuve d'une cécité intellectuelle grave.Ne voyez vous pas sincèrement que si les 5000 logements annoncés ne sont pas sortis de terre,les routes non bitumées,la vie chères, le chômage, l'invasion ouest africaine sauvage (en vue du vote de 2016) ont atteint leur paroxysme, c'est que le pays est dans la merde!!! et Ce n'est pas en parlant l'anglais que le pays va extraordinairement :
-sortir les 5000 logements (sociaux s'il vous plait)
-réduire le chômage
-bitumer les routes
-Réduire le nombre de sans papiers ouest africain en les reconduisant aux frontières
-réduire le coût de vie.
Au contraire, tout le monde a compris que c'est le refus du président français d'entretenir la françafric qui donnent l'insomnie aux gens du bord de mer.
Seul un NIAIS et ABRUTIS exceptionnel comme le Fils de Medouneu ou mentlentume peut nous dire le contraire sous l'effet de la sodomie accompagnée des billets de banque qu'il reçoit chaque moi!!
Un "vrai" gabonais a l'amour de sont pays, mais nos "nouveaux gabonais" ouest africain n'ont aucun amour pour ce pays, et ils serait capable dans nos quartiers en quand de révolution (comme en Egypte ou Tunisie) de nous vendre chez des mercénaires!!!

Mais NZAMBE KANA, le dieu du Gabon veillera sur nous et nous aidera à chasser hors de ce pays les malien (venus à pied sans slip),les sénégalais (venu avec un baluchon et un livre sacré pour le maraboutage), le Nigerian (venu avec un pistolet pour le braquage à main armée), le Béninois (venu avec une statuette Vaudou pour ensorceller et contrôler les gabonais FAIBLES D'ESPRITS).....


coudou, conseiller de Robert Mugabé.

9.Posté par mentlentume le 08/10/2012 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
a OREMA je pense que ce plutot chez toi que quelque chose a sauté si c' est au sujet de l' ANGLAIS , vraiment je ne comprend plus ce que vous voulez que les gabonais devienent? si vous voulez que nous restons toujours sous la botte des français . vous voulez quelque chose et son contraire DITES NOUS vous voulez quoi? que les gabonais restent toujours dériere les autres pays? désolé pour vous LAISSEZ NOUS AVANCER

8.Posté par mentlentume le 08/10/2012 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je voudrais poser une question au DR DANIEL MENGARA . en quelle année a été introduite la langue ANGLAISE dans le systeme educatif du gabon???, deuxieme question. durant ses etudes n' a t_il pas aprit l'ANGLAIS? pourquoi ne veut-il pas que nos enfants apprenent l' anglais? de toutes les façons le train à demaré en gare que celui qui ne veut pas monter, RESTE qu'ils laissent les autres AVANCER dans le monde de compétition, . meme dans les conferances internationales les français intervienent en ANGLAIS . pourquoi vous ne voulez pas que les gabonais parlent ANGLAIS? laissez ALI BONGO tranquile il est meilleur que vous. aujourd'huit dans toutes les sociétes avant d'etre embauché on te demande si tu parles ANGLAIS.? donc ce un faut débat LAISSEZ NOUS AVANCER.

7.Posté par Oréma le 08/10/2012 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL Y A QUELQUES SEMAINES, ALI INSULTAIT LE MINISTRE FRANÇAIS DÉLÉGUÉ AU DÉVELOPPEMENT PASCAL CANFIN. SUIS SURPRIS SUR WIKIPEDIA DE CONSTATER QUE CE JEUNE HOMME APPELÉ CANFIN EST UNE ÉTOILE, UN VRAI CRAC. PAR RAPPORT AUX SOTTISES DÉBITÉES PAR GAGUIÉ, JE FINIS PAR CONCLURE QUE QUELQUE CHOSE A SAUTÉ CHEZ ALI.

6.Posté par Oréma le 08/10/2012 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ FILS DE MEDOUNEU
T'ES TOUT SIMPLEMENT À CÔTÉ DE LA PLACE ÇA VEUT DIRE HORS SUJET. LAISSE CETTE DISCUSSION AUX LINGUISTIQUES ET OU ENSEIGNANTS. BONNE CHANCE POUR LE SILENCE (QUI EST D'OR).

5.Posté par Fils de Medouneu le 07/10/2012 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout le monde a compris du surplace que l'opposition moutouki veut faire du Gabon en voulant interdire aux Gabonais d'apprendre l'anglais qui devient une langue de compétitions heureusement que la nouvelle satisfait les Gabonais surtout en milieux scolaire.
A cause de la vision courte des crabes des l'ex UN leur crédibilité devient douteuse et même mis en cause. Par les leur de nkembo et cocotier PItiééeé

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...