News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : les artistes portent plainte contre le gouvernement

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Mercredi 21 Juillet 2010 à 13:15 | Lu 1238 fois



Gabon : les artistes portent plainte contre le gouvernement
Le Syndicat des artistes gabonais a déposé lundi au conseil d’Etat une plainte contre le gouvernement gabonais pour non paiement des droits d’auteurs depuis plusieurs décennies, a annoncé mardi le secrétaire général du syndicat, Norbert Epandza.

"Nous avons porté plainte contre le gouvernement et non contre l’Etat", a précisé à Xinhua M. Epandza.

"Depuis 2006, l’Etat gabonais dégage des moyens pour mettre en place un bureau des droits d’auteurs et des droits voisins mais des responsables du ministère de la Culture détournent cet argent", a-t-il affirmé.

Le dépôt de cette plainte est l’expression emblématique du ras-le-bole des artistes.

50 ans après son indépendance, le Gabon peine à mettre en place un véritable bureau des droits d’auteurs alors que tous les textes existent.

Selon une loi gabonaise datant de 1987, seule l’Agence nationale de protection des droits d’auteurs est habileté à collecter ces droits pourles redistribuer aux ayant droit.

"Cette loi empêche les artistes de s’organiser pour imposer une technique de collecte de leurs droits", a regretté M. Epandza.

A ce jour, seuls les précurseurs de la musiquegabonaise perçoivent leurs droits grace à la SACEM, un organisme français basé à Paris. La SACEM n’a plus recensé les artistes gabonais depuis les années 70.

Le manque de moyens caractérise les artistes gabonais, incapables de vivre de leurs oeuvres. Dans le pays, il n’y a pas de producteurs et de distributeurs d’oeuvres de l’esprit. Pour mettreur album sur le marché, les artistes s’autoproduisent et parfois transportent leurs produits d’un kiosque à un autre.



Mercredi 21 Juillet 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 1238 fois




1.Posté par joelebang le 22/07/2010 00:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
akiéééééééééé
moi je me dis que c'est l'ETAT gabonais de par son gouvernement n'a jamais voulu avoir une deuxième voix de contestation avec des moyens financiers.
il est connu de tous que les artistes qui gagnent le plus d'argent ce sont les opposants aux systèmes politiques.
j

2.Posté par Odjuan'a Mbédé (Le Guerrier Mbédé) le 22/07/2010 03:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Joelebang je suis d’accord avec vous en partie car plusieurs raisons concourent à cette sourde oreille de l’Etat.

La première est que les artistes, profitant de leur succès étaient devenus la convoitise des grandes dames (suivez mon regard) et souvenez-vous de Lédjoungou Philippes, chanteur de l’orchestre congolais les King’s rapatrié en catimini pour avoir touché là-bas ; d’Onanga et autres de Banowita, d’Eniga, de Chris Ayoum exécuté en France, de Malao tué à petit feu etc.

Un jourD’ailleurs, un ministre de la république dont je tais le nom par discrétion, tenta de plaider auprès d’Omar Bongo, la cause des artistes musiciens au sujet des droits d’auteur. Et l’autre de lui poser la question de savoir s’il y tenait vraiment.

Et lui de répondre : « Mais monsieur le Président, ce sont des citoyens comme nous et qui ont choisis de faire un métier qui nous fait danser et nous permet de distraire les électeurs pendant les campagnes ! Ils méritent que nous leurs accordions un peu plus d’attention, surtout qu’ils chantent beaucoup pour vous !»

Omar marqua un moment de silence et lui dit d’un ton grave: « D’accord, Nous allons leur accorder les droits d’auteur, ils vont commencer à rouler dans les mêmes voitures que toi et refuser d’animer nos meetings pour le peu qu’on leur donne. Y a pas de problème, on va le leur accorder » ; puis, grondant presque le ministre, il ajouta : « mais ne viens jamais pleurer chez moi en me disant qu’un musicien a détourné ta femme ! Tu me comprends ? »

La deuxième est donc qu’ils tiennent à maintenir leur main mise sur les artistes afin de disposer d’eux à volonté et aux prix non négociables qu’ils fixent eux-mêmes.

Il faut donc en faire des troubadours de service.

Ils sont bien disposés à reverser des dizaines de millions de nos francs à des artistes venus d’ailleurs pour exécuter deux chansons en play-back mais ne jettent que des miettes aux artistes gabonais !!!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...