News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : le “prince” Ali perd sa cour, voit son pouvoir se fissurer dangereusement.

Le site de la Liberté - mondafrique le Samedi 31 Octobre 2015 à 09:47 | Lu 4669 fois

Au Gabon où les institutions étatiques sont entièrement acquises au chef de l’exécutif, le doute semble avoir changé de camp. La mainmise d’Ali Bongo sur le parti à la tête du pays n’est plus ce qu’elle était, et le président voit son pouvoir se fissurer dangereusement.



Contestations, désertions, démissions : les défections de membres du Parti Démocratique Gabonais (PDG), au pouvoir depuis 53 ans, se font de plus en plus nombreuses. Responsable selon les Gabonais d'un contexte socio-économique des plus désastreux, Ali Bongo Ondimba ne fait plus, et loin s'en faut, l'unanimité dans son parti. Cette défiance du peuple a trouvé une expression au sein même de sa famille, dans son fief adoptif du Haut-Ogooué. Cette famille qui, lors des élections présidentielles anticipées d’août 2009, s'était mobilisée et soudée autour de lui pour le porter coûte que coûte aux plus hautes responsabilités de l'Etat, se détourne, et pire, décide de le combattre. Quand on sait l'importance que revêt, en Afrique plus qu'ailleurs, le soutien de la famille, du clan, on comprend qu’Ali Bongo est un homme de plus en plus seul.

La médiation ratée d’Ali Bongo

Le départ de Léon Paul Ngoulakia, le 20 octobre dernier, a fait l’effet d’une déflagration au sein du parti. Cousin d'Ali Bongo Ondimba, membre influent de la famille présidentielle et personnalité éminente du PDG, ce quinquagénaire, homme de réseaux, ancien directeur de la Caisse de Stabilisation et de Péréquation (CAISTAB) et ex-patron des services de renseignements gabonais, évoque des raisons personnelles. Mais selon une de nos sources proche de la famille, cette décision, mûrie depuis trois ou quatre ans, est la résultante d'antagonismes forts entre les deux hommes. Elle découle des plaintes incessantes de la famille quant à la gestion calamiteuse, irresponsable et budgétivore du Gabon par Ali Bongo. Et particulièrement l'impuissance du chef de l’Etat face à la mainmise de son directeur de cabinet Maixent Accrombessi Nkani sur toutes les mannes financières du pays.

Désemparé, Ali Bongo tente alors une médiation en convoquant les « sages » de sa province d'adoption pour ramener son cousin à la raison. Mais ces derniers lui opposent une fin de non-recevoir, à travers le frère aîné de feu Omar Bongo, Fidèle Anjouat, patriarche de la famille. Par ce geste, l'on comprend que les notables de la province du Haut-Ogooué, tous membres du PDG, ont pris fait et cause pour Léon Paul Ngoulakia. D'autres démissions de hauts cadres sont désormais à craindre pour Ali Bongo, lequel voit le nombre de ses partisans se réduire comme peau de chagrin.

Un remaniement en forme de fuite en avant

Ajoutons à cela la plainte à Nantes de la demi-sœur d’Ali, Onaïda, qui réclame la production d'un acte de naissance original prouvant sa filiation biologique avec feu leur père. L'audience prévue le 24 septembre 2015 a été reportée suite à une demande des avocats du chef de l'Etat gabonais. Faut-il y voir un aveu de l'absence d'acte de naissance? Les Gabonais y croient fermement. La dégradation vertigineuse des indices socio économiques, le Plan Stratégique Emergent (PSE) au point mort mais cher au « prince » Ali et à son directeur de cabinet le béninois Maixent Accrombessi « Nkani » (comme l'indique en langue téké ce nom gabonais qu'il s'est choisi au terme d'une naturalisation qui en interroge plus d'un), l'asphyxie du peuple, la confiscation des pouvoirs et des ressources financières par le couple présidentiel Ali Bongo Ondimba et Maixent Accrombessi Nkani disloquent le PDG.

Depuis le remaniement ministériel du 11 septembre 2015, le président de la République gabonaise, Ali Bongo, et son Premier ministre Daniel Ona Ondo, n'osent affronter les parlementaires pour le discours de politique générale et le vote de confiance qui doit intervenir au plus tard 45 jours après la formation du nouveau gouvernement. Autant dire que la prochaine semaine se déroulera sous haute tension pour l'exécutif, qui arrive à la fin du délai constitutionnel, selon l’article 28 de la Loi fondamentale gabonaise. D’après certaines indiscrétions, le Premier Ministre Ona Ondo aurait proposé à chacun des parlementaires frondeurs une somme de 80 millions de FCFA (soit l'équivalent de 120 000 euros) pour permettre le discours de politique général de son gouvernement. Sans succès !

H&M, prêt à contester

Les parlementaires concernés sont membres d'un courant contestataire radical au sein du parti au pouvoir : Héritage et Modernité (H&M). Guidé par ses leaders Alexandre Barro Chambrier (fils d'un des pères fondateurs du PDG avec feu Omar Bongo) et Michel Menga'M'essono, tonitruant et séditieux député de Cocobeach (circonscription de Libreville), ce courant qui compte plus d'une centaine de membres (élus et hauts cadres) mène la vie dure au gouvernement à travers le travail des parlementaires. On notera particulièrement le discours prononcé le 27 juin 2015 à l'Assemblée Nationale par Alexandre Barro Chambrier. Le député y fustigeait une gestion opaque des ressources du pays, une absence de cap, des projets pharamineux et sans réalisation concrète, et un manque de dialogue avec les citoyens gabonais. Il mettait en avant la paralysie du pays et appelait Ali Bongo à ouvrir la discussion avec l'ensemble des forces d'opposition et la société civile pour apaiser le pays.

En sus, Héritage & Modernité pointe régulièrement l'absence de démocratie au sein du parti et prône l'organisation de primaires pour désigner le candidat à la présidentielle de 2016. Ali Bongo Ondimba n'est donc plus le « candidat naturel » du PDG. Conséquences directes de cette insoumission, les membres de H&M ont été évincés du gouvernement Ona Ondo 3, tandis qu’était arrêté arbitrairement l’un de leurs cadres, Serge Maurice Mabiala, par ailleurs ancien directeur adjoint de cabinet d'Ali Bongo et ancien ministre de la Fonction Publique.

2009, une élection arrangée ?

A l'instar de Héritage & Modernité, de Léon Paul Ngoulakia, on peut relever le départ détonnant de Jean-François Ntoutoume Emane (JFNE), ancien Premier ministre de feu Omar Bongo Ondimba, ancien maire de Libreville et relégué au second plan par le « prince » Ali comme Président du Conseil des Sages (entité nébuleuse aux fonctions peu définies). Lors de son annonce le 2 octobre dernier devant une foule médusée, JFNE demande pardon au peuple gabonais. Il qualifie le Plan stratégique Emergent (PSGE), programme phare du président, de « coquille vide » et de « poupée vaudou ». Il rêve désormais d'un Gabon débarrassé d'Ali Bongo pour sortir le pays de « la bêtise et de la stupidité ».

Au cours de son allocution, il avouera avoir consenti à la tricherie de l'élection d'Ali Bongo en 2009. Jean François Ntoutoume Emane vient alors renforcer les propos de Chambrier Père, cofondateur du PDG, lors d'un rassemblement de soutien à Serge Maurice Mabiala devant les locaux de la Direction de Recherche Générale (DGR) : selon le vieux dignitaire, l'élection d'Ali Bongo Ondimba se serait alors décidée dans une des villas du quartier huppé de la Sablière, à Libreville, plutôt que dans les urnes.

Samedi 31 Octobre 2015
mondafrique
Vu (s) 4669 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par orteguslevirus le 02/11/2015 20:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
chers vrais gabonais , je ne sais pourquoi vous perdez votre énergie à répondre à un individu qui n'en vaut pas la peine.
notre objectif ici est de trouver des solutions qui tendent à libérer notre pays de l'emprise de la famille inculque qu'est les bongos.
et le plus intelligent des bongo, aimait dire, le chien aboie la caravane passe.
mais moi je dit '' les profito-situationnistes tremblent le changement arrive''.

20.Posté par Patrice Lumumba le 01/11/2015 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je peux savoir pourquoi vous vous acharnez sur mes postes? C'est la énième fois que vous bloquez mes interventions. Voilà deux individus dont les pseudos sont BENINOIS et BIGBILY, qui passent leur temps à insulter les Gabonais et vous ne désactivez pas leurs comptes. Votre site ne mérite pas le nom qu'il porte. Comment le Gabon serait-il libre lorsque vous muselez la parole du citoyen? Donc sur votre site, il vaut mieux sortir des injures et des grossièretés et non la vérité? Je ne vous adresse pas mes félicitations.

19.Posté par Patrice Lumumba le 01/11/2015 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 17 GABONIAISERIES, à quoi servirait une telle démarche maintenant? Ce qu'il nous faut faire, c'est invalider la candidature d'ali en nous servant de l'article 10 de la Constitution. Son défaut d'acte de naissance est son seul talon d'Achille. Quant à toi poste DBD, le seuil d'immigration au Gabon est largement dépassé. Et si les temps changent, ceux qui vivent en situation irrégulière ici ficheront le camp.

18.Posté par Patrice Lumumba le 01/11/2015 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 17 GABONIASERIES, à quoi ça servirait maintenant? Ce qu'il nous faut faire, c'est empêcher qu'obi ne se représente, en invalidant sa candidature. Et le seul argument juridique dont on dispose est la constitution. Il faut prouver qu'ali n'a pas un état civil lui permettant de briguer la magistrature suprême. Quant à toi, poste 15 DBD, on parle de seuil d'immigration. Il est largement au-dessus du tolérable au Gabon. Si t'as des liens avec des étrangers, ça te regarde. Ceux qui sont en situation irrégulière au Gabon ficheront le camp. Si t'es pas content, t'auras qu'à les suivre chez eux. Ca ne regarde que toi.

17.Posté par gaboniaiseries le 01/11/2015 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
APPEL A DOCUMENTS COMPROMETTANTS.........
Aux hommes politiques de l'opposition, à la société civile, à tous les concitoyens: il vous est instamment demandé de publier sur GabonLibre tous les documents compromettants pouvant justifier l'irrégularité du scrutin au Gabon. Les documents qui nous intéressent ici c'est essentiellement ceux qui concernent le scrutin de 2009. Il est question de montrer à la communauté internationale (ONU en particulier) et au monde entier que les résultats qui ont sanctionné ces élections ont été falsifiés. L'ONU avait envoyé des observateurs à Libreville qui, dans leur rapport, se sont contentés de dire que le scrutin s'est déroulé dans de bonnes conditions sans troubles majeurs. Et ce qui s'est passé après, quelles ont été leurs conclusions? A quel moment l'ONU intervient-elle pour invalider une élection? A la veille du scrutin de 20016 au Gabon, on veut voir clair sur la position de l'ONU dans ce domaine bien précis de la crédibilité des élections que cette organisation est censée encadrer et, en quelque sorte, valider! Sinon, c'est pas la peine de venir faire semblant d'être là.

16.Posté par DBD le 01/11/2015 16:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui touche aux étrangers au Gabon sous pretexte qu'ils son responsables de nos "bêtises" au pouvoir je lui fais la peau! Même si c'est mon père! Maboules compatriotes que vous êtes. Tchuiip ça c'est quoi même votre vampire? Bandécon!

15.Posté par DBD le 01/11/2015 16:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Maixent Accombressi gere le Gabon depuis 50ans? Ecoutez chers co6mpatriotes arrêtez la distraction. PDG, Mborantsouo, Guy Nzouba, Faustin Boukoubi, Assele, Ali Bongo et sa famille et collaborateurs proches! Voila oú il faut tourner vos yeux!

14.Posté par Bineta le 01/11/2015 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SASSOU a eu 100‰ au Congo. Même les congolais qui ont perdu leurs parents pendant la manifestation ont votés pour lui. Comprenez-vous quelque chose à cela ?

13.Posté par la foi le 01/11/2015 07:53 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui je suis aussi tout à fait d'accord avec le poste 11,ses étrangers envahisseurs partiront de chez nous surtout ses béninois avec leur vodou la et même ali partira aussi dans son pays d'origine trop c'est trop on doit un peu ouvrir les yeux et libérer le pays des mains des bongos....

12.Posté par PATRIOTE le 31/10/2015 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien dit poste 11, c'est bien ce que, nous allons mettre en place.
Ce ne plus qu'une question de temps!

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...