Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: l'activiste Junior Ebong Tchissambo aux prises avec la police, appel à continuer le combat pour la libération du gabon.

l'info réelle 7J/7 - Junior Ebong Tchissambo le Samedi 2 Septembre 2017 à 18:49 | Lu 1492 fois



Il faut inexorablement continuer à combattre l'imposteur Ali Bongo et son imposture par le dictat

Ce 31 Aout à 11h45, j' ai été arrêté et conduit à la préfecture de police pour avoir filmé un policier au lieu habituel du rond-point Avenue de Cointet où le racket s'y déroule depuis plus d'un an de maniéré intempestive.

C'est en prenant un jus avec l'un de mes proches que, comme depuis une semaine déjà, j'ai filmé un des policiers qui était en plein "service" à moins de 30 mettre de nous. Une omission de désactivation du flash de mon téléphone a été à l'origine du bémol, ce qui a très vite interpellé l'agent de police qui, après constat, s'est rapproché de moi et m'a demandé de montrer les images de mon appareil.

Après, qu'il ait effectivement vu les trois images contenues dans mon appareil, il a alerté ses collègues et m'a demandé de le suivre jusqu'à la préfecture de police pour me livrer à son supérieur hiérarchique, du moins, à son poste. Je n'ai opposé aucune riposte et nous nous y sommes rendus.

Arrivé à la préfecture, il m'a baladé ici et là avant de me conduite dans le bureau d'un capitaine officier de police judiciaire qui, elle, m'a conduit chez un commandant chargé le la sécurité routière. Cet ainsi que interrogatoire a débuté. J'ai affirmé que je l'avait fait délibérément et ledit commandant a fouillé le téléphone après m'avoir intimé l'ordre de le déverrouiller et a, de ce fait, vu les autres photos de policiers de la section motorisée, pris en photo le Samedi 24 Aout au même endroit.

Ensuite, il m'a passé la parole; je me suis présenté en donnant ma grande identité et expliquer les raisons de mes actes. Ayant pour certains des policiers constatés que je n'était pas à ma première venue dans cet édifice, ils m'ont demandé si l'objet de ma démarche était de publier des photos des agents de police afin de ternir leur image puis m'ont demandé de donner le nom de mon blog.

Après vérification d'un des 7 agents présents, celui-ci ne connaissant certainement pas comment trouver un lien internet sur la toile, a déclaré que je mentais et ils ont, à l'exception du commandant et deux agents, commencé à m'injurier et émis des railleries sur ma personne.

Menacé d'être mis en garde à vue et déféré au parquet mardi sans oublier d'avoir été intimidé, je n'ai pas baissé ma garde et j'ai tenu tête à l'un de lieutenant qui hurlait sur moi et le faisant aussi quand il m'accusa d'avoir été arrêté pour injure et outrage à une autorité de police.

Vint alors la période de l'audition: j'ai réaffirmé dans celle-ci qu'une activité de racket se déroulait au dit endroit et que les policiers "ripoux" touchaient des pot-de-vin au vu et au su de tout le monde, ce qui vaut mon indignation pour une police qui se veut respectable.... et que je gardais ses archives pour mon compte personnel..... Que je n'étais pas à ma première tentative de privation de liberté...Passons

Aussi, est-il nécessaire de rappeler que j'ai été interdit de faire mes besoins par le capitaine du bureau 116 mais grâce au brin d'humanisme du lieutenant que m'a auditionné Officier de police judiciaire ABEME NDONG Marie Clarisse du bureau 115 au premier étage, qui a bien voulu ma faire accompagné par un agent pour une partie de mes besoins.

Un proche a moi a été contacté pour venir s’enquérir de la situation puis j'ai été libéré sans avoir été placé en garde à vue mais mon téléphone de marque Samsung J1 2016 a été mis sur scellé et ils nous ont dit de revenir lundi 4 Septembre afin que le commandant transmette mon dossier au préfet qui jugera de mon sort.

A une loi injuste nul n'est tenu; à un pouvoir inique, il ne vaut dévoué aucun respect, je suis sûr d'une chose après avoir observé tous ceux qui se passent à la préfecture de Libreville, la peur a changé de camp. Il ne faut pas battre un brèche. Comme Patrice Lumumba, aucune forme d'intimidation, de torture ne me fera implorer la grâce et je regarderais la prison ou la mort en face.

Si je sors indemne, je me battrais toujours contre l'injustice et contre ce régime moribond, inique, usurpé et ses suppôts dont certains corps habillés. Plus que jamais déterminé.

Libérons notre pays, advienne que pourra.

Au service de mes droits et des droits de mes concitoyens.

" N'ayez jamais peur, jamais peur de défendre les droits des plus faibles, car si vous ne le faites pas, les punitions que la société vous infligera ne seront rien à coté de ce que vous infligera votre âme" Martin Luther King.

Je suis Junior Doumbouyou Kany Tchissambo, citoyen gabonais résidant à Libreville, de mouvance insurrectionniste, Fils de Feu Ebong Guy et Bouanga Therese. je suis accusé de délit de badge et Je suis prêt à répondre de mes actes.

" Personne ne fera le Gabon à notre place" Gregory Ngwba Mintsa.

Désormais les panthères ont remplacé les chiens!!!!!

Samedi 2 Septembre 2017
Junior Ebong Tchissambo
Vu (s) 1492 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame






Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée