News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : l’Education Nationale : Séraphin Moundounga au pied du mur

Le site de la Liberté - LVDPG Auditeur Libre le Mercredi 4 Août 2010 à 11:24 | Lu 2404 fois

A quelques jours du conseil des ministres qui se penchera sur les mouvements des personnels de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur pour la rentrée académique 2010-2011, les Gabonais sont nombreux à se demander si M. Séraphin MOUNDOUNGA préservera l’intérêt général



Gabon : l’Education Nationale : Séraphin Moundounga au pied du mur
L’année académique 2010-2011 s’achève sous fonds de crise. Les résultats des différents examens nationaux tant au niveau de l’Education Nationale qu’au niveau de l’enseignement supérieur viennent confirmer la tendance qui s’est dégagée des « Etats Généraux de l’enseignement tenus à Libreville au mois de mais 2010.

Le système éducatif gabonais est en panne. Depuis plusieurs années, le secteur de l’Education nationale souffre de grèves à répétition qui résultent en grande partie des engagements non tenus par le gouvernement malgré de multiples rencontres et l’élaboration des cahiers de charges acceptés par les deux parties.

Dès sa nomination, Séraphin MOUNDOUNGA a donné le ton des réforme et mobilisé les syndicats des enseignants, les responsables de l’administration centrale et les associations des parents d’élèves pour lancer les fondements de ce qu’il qualifie de nouvelle école gabonaise.

Le comité préparatoire des états généraux de l’Education qui a planché pendant quatre mois sur les carences structurelles, infrastructurelles et humaines du secteur a rendu les conclusions suivantes, pour doter le Gabon d’un système éducatif de référence, l’Etat doit débloquer 1500 milliards de Francs CFA sur 10 ans.

Recrutement d’enseignants pour le primaire, le secondaire et le supérieur, construction d’établissements scolaires et d’ateliers, construction de logements, recyclage d’enseignants, le comité préparatoire a dressé une liste et un chronogramme des actions à entreprendre sur le court et le moyen terme pour redresser le système éducatif gabonais. Ce sont les grands chantiers qui attendent désormais le ministre de l’Education Nationale.

Ce grand parlementaire qui n’est pas partisan de la langue de bois, doit maintenant convaincre les Gabonais que ce nouveau schéma directeur de l’éducation au Gabon va se mettre en place, et s’appliquera avec tous les acteurs de ce département ministériel. Qui vivra, verra.


D’AKOK.

Mercredi 4 Août 2010
LVDPG Auditeur Libre
Vu (s) 2404 fois




1.Posté par le ragard le 04/08/2010 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allons! Allons messieurs. Le titre ne correspond pas au développement de l'article. Il semble que vous valorisez l'actuel ministre pour son action à l'éducation nationale et le titre parle d'épuration ethnique. C'est quoi l'épuration ethnique pour vous? Il me semble que si le ministre instaure une gestion par les résultats, les chefs d'établissements qui ont fourni les mauvais résultats doivent quitter leurs fonctions pour mettre d'autres acteurs qui apporteront une nouvelle dynamique en faisant confiance aux différents cadres. Pour moi, s'il y a 20 bons candidats d'une même ethnie à des postes de proviseurs, j'en mettrai les vingts bons. Il ne s'agit pas de faire de la géopolitique comme jadis. Ou bien on fait de la géopolitique rationnelle en prenant uniquement les bons de chaque contrée à la place et lieu de l'appartenance ethnique.
Effectivement, je m'attends à des boulversements énormes. Le deuxième critière d'éfficacité d'un système c'est la qualité du pilotage. Il faut des bons pilotes dans les établissements en lieu et place de ceux qui comptent sur les parapluies. Le premier étant l'expérience des enseignants.
Pas d'état d'âme pour les "sorciers de l'éducation". C'est la gestion par les résultats.

2.Posté par L'éducateur le 04/08/2010 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"les Gabonais sont nombreux à se demander si M. Séraphin MOUNDOUNGA préservera l’intérêt général"

Je ne comprends pas toujours les gabonais. Il y a comme une souspicion qu'on accorde au Ministre de l'éducation nationale actuelle sur les nominations des chefs d'établissements et des services centraux et déconcentrés du système éducatif. On prête des intention au Ministre de faire une épuration au profit de l'ethnie.

Mon oeil! Je me rappelle bien qu'après le départ de Paulette Missambo de ce ministère, les différents ministres qui lui ont succédé à l'exception d'un seul ont simplement procédé à une chasse aux sorcières pour la promotion des fils d'une ethnie, d'une province, d'un clan, d'un département ou d'un village. Sans compter l'appartenance à une famille politique ou au sein d'une famille, du courant d'un leader politique. Il fallait un certainSidoine Mbouna pour apporter un contre-poids pour que l'on pense aussi aux cadres du haute-ogooué.

Ce blindage partait des écoles primaires (surtout à LBV) jusque dans l'administration centrale. Plusieurs articles des journaux ont dénoncé à l'époque l'ethnisation de l'éducation nationale.

Les résultats des examens et concours étaient biaisés par la couleur éthnique dans une arrogance et sans la moindre pudeur. Il y avait dans certains établissemments déducation et de formation une configuration monoethnique dans l'ossature du corps de direction.

En en croire qu'il n'y avait pas d'autres cadres d'autres localités capables d'occuper l'une des fonctions. Cette situation était sans doute normale aux yeux des donneurs de leçons d'aujourd'hui.

Ainsi, l'intérêt général était préservé. Pour peu que l'on fasse des petits réaménagements pour pouvoir équilibrer les choses, on pense déjà à une "épuration ethnique". Ne faites pas aux autres ce que vous ne souhaitez qu'on vous fasse un jour car la roue tourne.

On parle de l'éducation nationale donc les nominations doivent être équilibrées en prenant en compte une variable sensible pour nos pays d'Afrique: Les origines ethniques.

Les fangs et les Teké ne sont pas les seules ethnies capables de gérer les différents services de l'éducation. Il y a bien d'autres ethnies du Gabon dont les fils sont aussi compétents. Finie cette gestion villageoise de l'éducation nationale. De quoi se plaint-on?

Actuellement, le Ministre est Punu, le SG est Fang, le DG des enseignements et de la pédagoie est Punu, l'Inspecteur général et son adjoint (?)sont Teke, il y a des directeurs centraux et directeurs adjoints, fang, téké etc.... Il reste à équilibrer dans les directions des écoles, collèges et lycées.

Un jeu de chaise musicale est nécessaire pour non seulement équilibrer mais aussi sanctionner les chefs d'établissements qui ont fait des mauvais résultats. Sidoine Mbouna nommait ses frères altogovéens, le ministre les membres du clan, des amis, les protégés de ses amis et on injectait de façon non innocente certains pour nous jeter la poudre aux yeux.
Tenez! Les responsables des syndicats et des parents d'élèves participaient pour leurs propres nominations et celles de leur proche (jusqu'aux épouses) au nom du partenariat (idée de AMO alors ministre de l'éducation).

Soyons un peu sérieux maintenant car l'éducation n'est pas une affaire de famille ou encore moins une affaire lucrative L'intérêt supérieur de la nation ( autrefois intérêt supérieur de l'éthnie) sera préservé avant qu'un prochain ministre ne vienne rétablir les nominations ethniques.

J'espère que Monsieur Moudounga saura placer les hommes de valeur quelle que soit son appartenance ethnique, réligieuse ou politique. Il s'agit d'un grand rassemmblement des cadres de l'éducation pour soigner ce cancer qui est l'inéfficacité du système éducatif.

3.Posté par emane etole le 05/08/2010 03:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nous sommes trop bêtes et cons dans ce pays. dans un pays sérieux;le premier qui aurait dû b etre evincé c'es te le moniteur de Moundounga, et de de fil a aguille le gouvernement Biyoghe Mba pour son incompétence, enfin le gorille du bord de mer.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...