News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : interview de Luc Bengono Nsi

Le site de la Liberté - lloydinho Auditeur Libre le Jeudi 8 Avril 2010 à 19:01 | Lu 3162 fois



Gabon : interview de Luc Bengono Nsi
Luc Bengono Nsi : « Ce n’est pas en deux mois que nous allons réaliser ce que nous n’avons pas pu faire depuis 2006 »

L’ancien candidat à l’élection présidentielle du 30 août dernier réagissait aux menaces de la CAF de nous retirer l’organisation de la CAN 2012. Au cours de ce même entretien, il revient sur le débat sur les indépendances apparentes des pays francophones dont le Gabon, les relations entre le MORENA et la Coalition et se prononce sur la récente déclaration du probable coup d’Etat annoncé par M. André Mba Obame.

Propos recueillis par Aristide Ngonda Lébé.

D’un autre côté, il est difficile d’affirmer que le Gabon soit indépendant, car il n’a pas la maitrise et ne gère pas ses ressources minières. Dans De Gaulle d’Alain Perfitte, Georges Pompidou ne dit-il pas au Général de Gaulle (tous deux anciens Chefs d’Etas français : ndlr) : « Le Gabon n’a pas une économie propre. S’il y a du bois, il est français, le pétrole, il est français, le fer, il est français ». Les gabonais sont déclarés indépendants mais les richesses minières du Gabon appartiennent à la France. Quelle indépendance !

Il est difficile de dire que le Gabon soit indépendant quand les Gabonais continuent d’utiliser comme élément d’échange commercial, la sous monnaie CFA mise en place par le colonisateur pour faciliter les échanges entre la France et ses colonies dont le Gabon, par la liberté totale de transfert entre les colonies et la France, le dépôt de 65% des devises sous forme de réserve à la direction du Trésor français, l’impossibilité de ces pays de commercialiser directement avec d’autres pays sans passer par la France…etc.

Les déclarations d’indépendance n’ont rien changé dans le fonctionnement de ce mécanisme colonial qui permet à la France de rester totalement maitresse des économies des pays africains francophones, y compris le Gabon. Quelle indépendance !

L’indépendance sous entend l’exercice de la souveraineté. La présence sur le sol gabonais des bases militaires françaises garantit-elle l’exercice libre et démocratique de cette souveraineté ? Jean Ziegler souligne d’ailleurs dans un de ses livres, intitulé La haine de l’Occident que « l’occupation militaire garantit l’accès direct aux ressources minières et agricoles ». Ce souci de garantir les sources d’approvisionnement des matières premières passe outre, l’exercice des souverainetés de ces néo colonies.

Quelle indépendance !

La France a imposé dans ces colonies, la langue française au détriment des langues locales qui ont également besoin de se faire connaître et de se développer. L’utilisation de la langue française tue progressivement les cultures africaines dont les supports sont les langues africaines. Ce souci d’imposer la langue française a conduit au maintien des frontières actuelles qui, logiquement après les indépendances, auraient dû être modifiées pour recomposer des Etats authentiquement africains.

Quelle indépendance !

Dans ces conditions, qui peut célébrer les 50 ans de la continuité de l’action coloniale ?

Smith et Glaser ne disent-ils pas dans La France perd l’Afrique que « Dans ce système français, les rapports entre la France et ses possessions, voire plus tard entre l’ex métropole et ses anciennes colonies ne se mueront jamais vraiment en relations inter étatiques, mais resteront toujours des liens intra étatiques si forts qu’ils résisteront même à l’indépendance qui, de ce fait, sera vidée de son sens souverain ».

Il faut également citer ce passage de Jacques Godefrain dans son livre, Afrique notre avenir : « C’est ainsi grâce à ce lien avec l’Afrique, la France ne sera jamais ni le Liechtenstein, ni même l’Allemagne…Nous sommes un pays à part en Europe. Aux Nations Unies, grâce à l’Afrique, nous pesons plus lourds que notre population, notre superficie et notre PIB. L’Afrique est pour nous un levier formidable, petit pays avec une petite force, nous pouvons soulever la planète parce que nous sommes en relation d’amitié et d’intimité avec 15 ou 20 pays africains ».

Smith et Glaser d’ajouter : « Même si cela est exprimé ici plus crument qu’ailleurs, qui nierait que « ce besoin d’Afrique » a longtemps été une partie intégrante et intégrée de la politique, de l’économie et même de la culture française ».

Le Gabon et l’Afrique francophone doivent comprendre que par les mécanismes divers, ils sont toujours maintenus sous domination française et doivent désormais chercher à conquérir leurs indépendances respectives et véritables.

Votre parti a-t-il réellement apporté quelque chose au Gabon pour sa libération totale ?

Le MORENA qui, à sa création le 23 novembre 1981, avait exigé le retour du multipartisme, va participer à certaines concertations avant la tenue de la conférence nationale. C’est le cas de la rencontre du 7 juin 1989 à 21h avec le défunt Chef de L’Etat, Omar Bongo Ondimba et en présence de Paul Mba Abessole, André Mba Obame et Ali Bongo.

De cette rencontre informelle, il en est ressorti que le Gabon devait désormais accéder au multipartisme et pour y parvenir, une commission paritaire PDG-MORENA devait être mise en place. Ce consensus est vite remis en cause avec les discours de Bitam de juillet et du 17 août 1989 dans lesquels le Chef de l’Etat réaffirmait solennellement son refus du multipartisme au Gabon tant qu’il était au pouvoir.

Dans le même ordre d’idées, le colonel français Conan, en service au CEDOC nous affirmait le 6 septembre de la même année que le parti unique avait été imposé au Gabon par l’équipe des Français Delaunay (ambassadeur de France au Gabon après le coup d’Etat de 1964, en provenance du Cameroun: ndlr) et autres qui avaient réprimé la révolution camerounaise et qui ne souhaitaient pas les scènes horribles de ce pays au Gabon.

Et le colonel terminait son intervention par la phrase suivante : « Si maintenant vous-mêmes les gabonais, voulez du multipartisme, on vous le donnera ».
La rencontre PDG-MORENA de décembre 1989 qui devait donner naissance à la majorité présidentielle va accoucher d’une souris car une partie de la délégation de notre parti rejettera la proposition.

Et c’est après l’échec de ces négociations que le PDG et le Père Paul Abessole vont proposer la création du Rassemblement démocrate et social gabonais (RDSG). Proposition rejetée aussi à la conférence nationale de mars-avril 1990, optant pour le multipartisme intégral.

Même déclarée non souveraine, la conférence nationale a suscitée un réel espoir au niveau du peuple gabonais par le retour au multipartisme, la limitation des mandats présidentiels de 7 à 5ans renouvelables une seule fois, la mise en place des nouvelles Institutions telles que la cour Constitutionnelle, le Sénat, le Conseil national de la Communication.

Mais malheureusement, l’espoir de ce travail sera d’abord ébranlé par la nomination unilatérale par Omar Bongo, du Premier Ministre Casimir Oye Mba, violant le principe de consensus et brisant ainsi le rêve de l’opposition de se voir confier la Primature. Et ce n’est un secret pour personne, de là jusqu’à ce jour, le Gabon n’a jamais connu d’élections libres régulières et transparentes. J’ai même envie de dire que le bulletin de vote a perdu de sa valeur démocratique, malgré le fait que la gestion des élections a été confiée à des structures dites autonomes.

En témoignent les élections législatives de 1990, la présidentielle de 1993 où le président Bongo était crédité de près de 35% mais sera proclamé de 51,18% et celle du 30 août dernier.

Autres exemples. Le CNC, créé pour défendre la liberté de la presse et les intérêts du peuple dans le domaine de la communication est devenu aujourd’hui le premier censeur de tout organe qui ose donner les véritables informations. La Cour Constitutionnelle quant à elle est une émanation pure et simple des membres du PDG et des personnes ayant des relations personnelles avec les dirigeants du pouvoir, foulant aux pieds, comme en ce moment, l’article 89 relatif à la durée de 7 ans, renouvelable une seule fois, de leur mandat.

En résumé, si le multipartisme a conduit à la liberté d’association et une certaine liberté d’expression, il n’a pas permis l’alternance au pouvoir.

Monsieur le Président, il y a quelques jours, un homme politique gabonais entrevoyait un coup d’Etat militaire dans notre pays. Votre appréciation sur cette déclaration.

Je voudrais d’abord dire que je n’ai pas suivi la déclaration de l’homme politique en question. Mais pour notre parti, l’analyse qui peut être faite repose sur quelques interrogations. D’une part, à quelle question de la presse répondait l’homme politique puisqu’il faut tenir compte à la fois du développement antérieur et postérieur de cette déclaration pour mieux saisir son sens.

D’autre part, il est possible qu’au cas où cet homme politique pouvait détenir quelques informations, il ait voulu tirer l’attention du gouvernement gabonais et l’inviter à plus d’efficacité pour résoudre les multiples soucis qui préoccupent le peuple gabonais (Taux de mortalité très élevé, coût de la vie, transfert excessif des capitaux à l’extérieur, absence d’investissement malgré les discours, insalubrité criarde à Libreville, absence de voiries dans toutes les villes du pays, réseau routier calamiteux… etc.).

Enfin, il est possible que l’homme politique en question ait voulu faire un scoop pour occuper la scène pendant qu’il était en France. Ce qui pouvait le positionner aujourd’hui comme une personnalité nationale. Et je pense qu’il a réussi parce qu’à l’époque, le PDG était en congrès et selon certaines informations, cette déclaration serait restée au centre de toutes les conversations à la Cité de la Démocratie et aurait même causé des réaménagements protocolaires imprévus.

Pour le MORENA, le gouvernement est tombé dans le piège car il aurait dû éviter d’amplifier cette information qui semble devenir aujourd’hui un problème d’Etat. Car d’après les quelques éléments en notre possession, l’homme politique aurait dit : « Si la situation du Gabon n’évoluait pas, il y aurait risque de coup d’Etat militaire ». Ce qui ne signifie nécessairement pas qu’un coup d’Etat est en cours de préparation.

En fait, cette réaction du gouvernement est exactement celle de quelqu’un qui doute de lui-même.
Mr le Président, à la suite de l’injonction que la CAF vient de donner au Gabon, la grande majorité de la population pense que la Coupe d’Afrique des Nations va nous échapper.

Le MORENA peut réaffirmer aujourd’hui la déclaration de son candidat à la dernière élection présidentielle. Interrogé le 23 août dernier sur le plateau de la télévision nationale sur le débat concernant l’organisation de la CAN au Gabon, nous avons estimé que l’état d’avancement des différents chantiers ne pouvait pas permettre l’exécution des travaux dans les bonnes conditions et le respect des dates prévues par la CAF.

Nous disions alors qu’il valait mieux demander à la Guinée Equatoriale, si elle pouvait avoir les moyens et le temps, de construire deux autres stades aux deux villes frontalières avec le Gabon et le Cameroun, pour que la CAN ait lieu là-bas. Ainsi, le Gabon pouvait disposer de suffisamment de temps pour réaliser des investissements adéquats et accueillir cette grande compétition dans des délais qui permettraient, entre notre pays et la CAF, de trouver un compromis.

Sans être pessimiste, nous pensons que ce n’est pas en deux mois que nous allons réaliser ce que nous n’avons pas pu faire depuis 2006. Et par conséquent, pour le respect de notre peuple, nous rejetons l’exécution des travaux dans la grande précipitation comme cela risque de se produire à partir de maintenant. Et ceci, sans garantie de qualité et de solidité.

Par ailleurs, nous déplorons aussi quelque peu la complaisance de la CAF qui, devant les incertitudes du Gabon, aurait pu fixer les peuples africains sur cette situation depuis longtemps.

Pouvez-vous nous dire un mot sur les relations actuelles entre le MORENA et la Coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance ?

Elles ne souffrent d’aucune entorse. Jusqu’à ce jour, je suis Vice président de la Coalition et à ce titre, je prends part à toutes les réunions de notre regroupement. Mais je confirme ici que le MORENA a décliné son entrée dans l’Union nationale. Il faut préciser d’ailleurs que sur les huit partis de la Coalition, seuls trois ont accepté de fusionner. Il s’agit de l’UGDD, le RNR et le MAD. Les cinq autres partis dont le MORENA, le CDJ, le PGP, le FAR, le MORENA Unioniste ont estimé la proposition de la fusion inopportune ».

Le Peuple : Dans quelques mois, notre pays va célébrer les 50 ans de son indépendance. Quel jugement portez-vous sur cet événement ?

Luc Bengono Nsi : «Le Mouvement de redressement national (MORENA) vous exprime sa reconnaissance pour l’opportunité que vous lui accordez de s’exprimer sur le jubilé de la déclaration d’indépendance du Gabon et des pays africains francophones et sur le multipartisme.

Il est utile de rappeler dès ces premières lignes que le MORENA, dans ses déclarations des 23 novembre 2007 et 17 août 2008, a démontré assez clairement que le Gabon et bien d’autres pays africains francophones ne sont pas réellement indépendants. L’indépendance étant entendue dans le Petit Larousse comme étant « une autonomie politique et la souveraineté nationale ».

Il est difficile d’affirmer aujourd’hui que le Gabon soit indépendant car depuis la proclamation du 17 août 1960, son peuple ne parvient pas à choisir librement ses dirigeants. Après les cas de Léon Mba et Omar Bongo Ondimba, la dernière élection vient de donner la meilleure illustration de cette situation.M. Luc Bengono Nsi

Jeudi 8 Avril 2010
lloydinho Auditeur Libre
Vu (s) 3162 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

17.Posté par Larévolte le 13/04/2010 03:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Ngone,
Je ne crois pas trop aux épopées de nos "vaillants hommes africains noirs" d'antan.
Où sont les vestiges?
Où étaient-ils quand les autres bâtissaient des châteaux comme versailles et autres?
Quand on nous parle du roi Makoko, on va nous vanter comment il tuait et comment il avait été enterré avec ses mille femmes.
S'agissant du roi Rapotchombo, lui il a brillé dans la vente de ses frères aux blancs etc....
Nos valeureux hommes africains noirs d'avant ont laissé quoi au juste à notre génération? A part la colonisation.
Voilà que nous aussi à notre tour, nous nous attelons à perpétuer la tradition et sommes en bonne voie pour ne rien laisser de meilleur aux futures générations, c'est triste et malheureux.
Nous vantons toujours la valeur de nos ancêtres et pourtant ils ne nous ont rien laissé, c'est eux qui ont établi les bases de la situation que nous vivons aujourd'hui. Comment se fait-il que des individus (les européens) venus de nulle part, arrivent en bateaux après une très longue traversée des mers et des océans arrivent chez nous, nous proposent d' achèter nos frères contre quelques bouteilles d'alcool et autres babioles, nous acceptons, et nous nous livrons au commerce le plus ignoble que le monde ait connu. A mon avis, l'africain noir de jadis ne vaut pas mieux que celui d'aujourd'hui.
Ce sont nos ancêtres qui nous ont laissés dans cette merde non? Ils ont accepté d'être colonisés.

Et pour revenir à l'emprise de la France sur ses anciennes colonies, je crois pour ma part que c'est l'esprit de cupidité et l'égoïsme des africains noirs
( surtout ceux de l'Afrique centrale) qui font en sorte que cette domination se pérennise. Les français savent que l'homme africain est cupide et égoïste, ils exploitent à volonté ces faiblesses qui nous caractérisent. Ce sont les chefs d'état africains qui attisent cette emprise des français sur nous car ils trouvent leur compte. Ils (les chefs d'état africains) s'enrichissent personnellement et la France de son côté en profite pour puiser ses richesses et cela durera jusqu'à épuisement
des ressources. Enfin c'est mon analyse...

16.Posté par Larévolte le 13/04/2010 02:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Waooooooooooooooooo!!!
Bravo M. Luc Bengone

15.Posté par Blaise le 10/04/2010 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous devons remercier Luc BENGONE NSI de montrer le cap.
Que la politique c'est d'abord une affaire de conviction et de vision. La politique
du ventre, de la soupe, et de la pate molle n'amène le pays que dans des abîmes de progrès.
Restons dans nos idéaux , car ils seront la réalité du Gabon dans un futur beaucoup plus proche qu'il n'y parait.

La fin de l'empire est proche!
Encore un effort,
Il faut continuer

14.Posté par Afirikara le 10/04/2010 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je remercie M le Président du MORENA, premier parti politique à dire non au régime totalitaire et inique de Bongo. Cette personne est l'une des rares personalités politiques a rester ferme, intègre et à continuer à nous faire rêver qu'un autre Gabon est possible. Malheureusement ce genre de personne n'arrivent rarement au sommet de l'état, à l'exception de Nelson Mandela notre prophête.
Nous sommes dans un monde capitaliste de profits et d'intérêts, rien ne se fait par humanisme. Ainsi, 50 ans après la distribution des indépendances aux anciennes colonies, le Gabon reste à part et entièrement géré par les Français pour leurs intérêts avec la complicité des assassins du Gabon qui se disent Gabonais. Cet équilibre pourra perdurer aussi longtemps possible si les Gabonais, les vrais ne font rien pour en finir. Tout cela explique le bordel orgainisé sur tout le territoire national : la misère, les routes, les hopitaux, les libertés bafouées, la constitution pas respecté (article 89, Mborantsuo et certains membres de son équipe sont dans l'illégalité depuis 4 ans), il n'y aura jamais de président choisi par le peuple. Tout cela protège les intérêts des français qui jouissent de nous voir avilir et souffrir!
Si le prefêt nommé par la France par l'élection du 30 août arrive à faire des réformes qui vont dans le sens d'améliorer la vie quotidienne des Gabonais, de rendre le Gabon indépendant, cette personne sera tuée par la France; si elle reste vivante, c'est qu'elle aurait continuer à protéger bonnement les intérêts supérieurs des ses supérieurs au détriment des intérêts locaux
Le Gabon nous appartient, à nous de le rendre indépendant, le temps n'a pas eu d'effet sur cette marche, il nous faut chercher et trouver les voies de la libération pour la Liberté!

13.Posté par aaa le 10/04/2010 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M.BENGONE NSI a toujours été pertinent dans ces analyses .Lui au moins on sais où il va .Quand aux autres je les soutiens mais je reste ds le doute.Compte tenu de leur passé .je m'efforce à l'oublier mais j'ai trop peur d'une mauvaise surprise.
Le seul qui a véritablement dit tout haut ce qu'on rumine encore aujourd'hui .A savoir les pratiques sectaires des hommes politiques du Gabon la nationalité douteuse d'Ali Ben Bongo et toutes les autres vérité concernant la piètre gestion des finances publique et du choix de la politique financière de la France en Afrique.
Là en bon sage il dit simplement ce que le gouvernement s'obstine à ignorer à savoir qu'il est impossible de réussir en deux mois ce qu'on a pas pu faire en quatre ans.
Merci M. B. d'intervenir sur les sujets qu'on aimeraient souvent entendre,loin des batailles politicienne .Le Gabon n'a pas autant d'homme de votre qualité nous n'avons que les opposants de circonstances en masse .
Bonne continuation

12.Posté par leblagueur le 09/04/2010 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M Bengone Nsi, toujours égal à lui même, donc au dessus de la moyenne de la classe politique.
Tout simplement.

11.Posté par luc bengono nsi le 09/04/2010 16:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vifs remerciements a tous ce qui ont déjà reagi a cette interview tres sensible a vos propos.les propositions coulent de source:il faut instaurer dans nos differents pays une democratie veritable afin de permettre aux peuples d'exercer leur souverainete;la creation des monnaies des zones africaines detachees de la garantie francaise en attendant la mise en place d'un chronogramme de la creation d'une monnaie africaine;le redecoupage de l'afrique en fonction de ses realites et de son relief et ainsi faire disparaître l'hegemonie de l'imperialisme colonial;l'enseignement des langues africaines en vue de revaloriser nos cultures;l'ouverture du capital des entreprises transcontinentales aux africains;exploitations et gestions de nos ressources minieres par des entreprises a capitaux majoriterement africaines.c'est grace aux ressources decoulant de ce nouveau systeme de gestion que nos pays et l'Afrique toute entiere pourront se développer.je vous remercie et a vous de jouer!.

10.Posté par popidou le 09/04/2010 15:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toi ki a ecri l'9eme comentair j'pari k t es nigerian comme ali dnc tai toi et laisse quelqun ki conai l'histoire de ntre pays(t n'es pas inclu)nous edifier

9.Posté par Bengone Si le 09/04/2010 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste censuré motif : des Injures Avertissement

8.Posté par MAKATA-MA-NGOYE le 09/04/2010 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La constance dans la droiture c'est ce que je peux retenir de cet homme patriote et lucide dans ses analyses.

Dommage que les gabonais le comprendront mieux après sa mort.

Des hommes de cette qualité sont cycliques.

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...