News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : grogne après l’interdiction d’exporter les grumes

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Mercredi 19 Mai 2010 à 08:26 | Lu 991 fois

L’interdiction d’exporter de grumes (bois non transformé) est entrée en vigueur au Gabon le 15 mai. Selon le gouvernement, la mesure va favoriser le développement de l’industrie forestière locale. Mais pour certains opposants, exploitants forestiers et ONG, elle pourrait au contraire s’avérer contre-productive, et entraîner des suppressions d’emplois.



Gabon : grogne après l’interdiction d’exporter les grumes
Polémiques autour du bois gabonais. Un flot de contestations s’est élevé dans le pays après la mise en application samedi, d’une loi votée en novembre 2009, interdisant l’exportation de bois à l’état brut. Certains opposants, des exploitants forestiers étrangers et nationaux, ainsi que des ONG sont montés au créneau pour dénoncer une mesure appliquée de manière brutale selon eux, et dont la mise en application pourrait coûter cher, tout en entraînant des pertes d’emplois.

Pour justifier sa décision, Ali Bongo a évoqué la nécessité de relancer l’industrie de transformation locale du bois. Il espère ainsi augmenter de moitié la capacité de transformation du bois de son pays, qui produit actuellement 1,5 millions de tonnes de grumes par an. Pour ce faire, il a contracté, dès le mois de janvier, un prêt de 266 millions d’euros, auprès de plusieurs banques gabonaises.

Une dépense qui ne se justifie pas, selon André Mba Obame, secrétaire exécutif de l’Union Nationale (UN), un parti de l’opposition. « On est obligé d’avoir recours à des procédures particulières qui sont onéreuses. Aller chercher l’argent dans des banques commerciales au Gabon avec des taux d’intérêt de plus de 15% pour rembourser la dette, c’est de l’amateurisme », s’est-il plaint.

L’arbre qui cache la forêt

Chez les responsables d’ONG forestières et exploitants nationaux comme étrangers de bois, c’est la mise en application qui pose problème. Chef de projet à Brainforest, une ONG gabonaise, Richelieu Zue Obame, estime que les entreprises ne sont pas suffisamment préparées pour faire face à la nouvelle situation.

« La décision qui fait l’objet de tous les débats se trouvait déjà à l’article 16.1 du code de la foret gabonais, qui stipulait qu’à l’horizon 2012, les entreprises forestières doivent atteindre 75 % du seuil de transformation forestière (…) Le problème, c’est qu’entre 2001 et 2010, les entreprises n’ont absolument rien fait pour arriver aux 75 % », explique-t-il. A l’en croire, l’interdiction d’exporter des grumes pourrait surtout servir les intérêts d’Ali Bongo qui, dit-il, est lui-même un grand propriétaire forestier. Dans cette initiative « c’est le peuple qu’on abuse », martèle-t-il.

« Nous avions besoin d’un délai », reconnaît Guillaume Fenart, directeur général de la Compagnie des Bois du Gabon. Pour Hervé Bourguignon, président de l’association interafricaine des industries forestières, on va de « manière très certaine » assister à une « baisse de l’activité », qui entraînera la suppression de « nombreux emplois ».

Le secteur forestier gabonais est le plus grand employeur du pays (avec 20 000 emplois pour une forêt occupant près de 80% du territoire), après l’Etat.


Mercredi 19 Mai 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 991 fois




1.Posté par Mado07 le 19/05/2010 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne idee tres bonne iee d'illeurs d'aant plu qe ceux ui traient actuellemnt les pieds sous pretexte que les entreprises ne sont pas pretent compredront plus tard quand les chinois et autes nteresses du bois commenceront ä investir que ces retardataires commenceront de se rattraper aussitot qu'ils constaterot que ce marche de bois leur file sous le nez...qui vivra vera

2.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 20/05/2010 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madoo7,
ces retardataires comme tu dis iront ailleurs. Les étrangers ( chinois et français) ont d'autres possibilités. Par contre tes frères gabonais seront les seules victimes, que ce soient les exploitants ou les ouvriers. Il aurait fallu que les exploitants gabonais soient capables de se doter d'usines de transformation avant de prendre ces mesures.
Toi tu es certainement à l'abri du besoin ( fonctionnaire ou dans une boîte) mais si tu essayais de te mettre à la place de tous ces gens dans nos villes à l'intérieur ou dans nos villages dont la principale activité est centrée autour de l'exploitation forestière, tu comprendrais le drame qu'ils vivent mais comme d'habitude nos autorités ignorent.
Cela rappelle la mort de l'agriculture dans les années 80 pour mettre en place des structures agroalimentaires qui ne nous rapportent rien du tout et qui ont fait du gabon un pays incapable de nourrir sa population.
Comme d'habitude les populations gabonaises sont sacrifiées pour des intérêts de quelques groupes ou individus. Comme la plupart des gabonais ne sont pas conscients ( niveau d'études supérieures trop bas), ils ne se rendent jamais compte que toutes ces décisions se prennent à leurs propres détriments, certais vont jusqu'à les approuver ( comme spécialement les têtes vides pdgistes).
Après ne venez plus maudire les équatos ou autres africains qui avancent parce qu'ils sont conscients de leurs intérêts qu'ils éssaient de défendre.

3.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 20/05/2010 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut arrêter de penser que le Gabon est le centre du monde, que l'okoumé est irremplaçable, que le pétrole est irremplaçable. On développe aujourd'hui des énergies qui vont se subtituer au pétrole, comme on peut trouver des essnces de bois ayant des propriétés proches de celles de l'okoumé. l'époque où Bongo disait que la france sans le gabon est une voiture sans essence est révolue.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...