News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon-éducation :Crise dans le secteur de l'Education : la grève a changé de couleur

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mardi 24 Novembre 2009 à 18:57 | Lu 2556 fois



Gabon-éducation :Crise dans le secteur de l'Education : la grève a changé de couleur
Les directives du ministre de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur d'Ali Bongo visant à favoriser et contrôler l'effectivité de la reprise des cours, ont permis de ramener certains enseignants dans les salles de classes, mais n'ont pas résolu la crise au sein de ce département .

Un détour à travers quelques établissements primaires et secondaires de la capitale gabonaise, tels, l'école publique Batavéa I, l'école pilote du centre, le lycée national Léon Mba et le lycée Paul Indjendjé Ngondjout, entre autres, a permis de lever le voile sur une reprise effective qui ne le serait que de nom.

Les enseignants qui n'avaient pas pu bénéficier de leurs bons de caisse le mois précédent, pour avoir suivi à la lettre, le mot d'ordre de grève de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), semblent avoir juré de ne plus s'y faire prendre.

C'est soucieux de régler leurs problèmes, de loyer, de crédits bancaires et de toutes les charges sociales qui sont les leurs, que bon nombre d'enseignants syndiqués seraient allés rejoindre ceux qui, jusque là avaient continué d'enseigner, malgré l'amalgame dont ils avaient été victimes à la fin du mois dernier.

Les enseignants du primaire, en particulier, feraient le déplacement pour contenter les inspections des chefs de circonscriptions scolaires et des conseillers pédagogiques qui s'assurent de leur présence. L'un d'eux de l'école publique de Batavéa I, II et III qui a requis l'anonymat a précisé que : " l'enseignement est le fruit d'une vocation. Un enseignant ramené à l'école par la contrainte, n'enseigne pas véritablement ".


Dans les lycées et collèges, en dépit des visites des classes par les chefs d'établissements, la réalité est la même. De nombreux élèves interrogés affirment ne pas avoir la totalité des cours prévus dans leurs emplois du temps. De mêmes ils constatent les absences répétées de certains de leurs condisciples de classe.

Par ailleurs, cette situation, semble renforcer le pessimisme de certaines familles qui préfèrent, par soucis de sécurité, garder leurs enfants à la maison. De ce fait, dans certains établissements, on observe de forts taux d'absentéisme, alors que les instituteurs sont tous présent. A l'école publique de Batavéa I par exemple, toutes les salles de classe ont reçu un enseignant, mais paradoxalement, sur 36 élèves d'une classe, seuls 18 y suivaient les cours. A l'école Pilote du Centre, le constat est quasi le même, avec en plus des écoliers de deux classes jouant dans la cour aux heures indiquées de cours, faute d'enseignants.

Cette situation montre à suffisance, d'une part que, les enseignants ne sont pas satisfaits des propositions qui leur ont été faites par le gouvernement d'Ali Bongo et que les parents doutent, d'autre part, de la qualité sinon de l'effectivité des enseignements.

Le dialogue au sommet entre le gouvernement, le Collège des pairs de la CONASYSED et les associations des parents d'élèves, paraît traîner les pas et favorise une asymétrie de comportement qui ne permet pas une lisibilité de la sortie de crise.

La Conasysed en grève depuis le 5 octobre dernier, réclame entre autres, le payement intégral de leurs rappels de Solde, l'octroi des postes budgétaires aux 751 enseignants auxiliaires, la régularisation de toutes leurs situations administratives, l'octroi de la prime d'incitation à la fonction enseignante à tous les ayants droit.


Suite à la reprise du mouvement de grève de la Conasysed depuis le 15 octobre dernier pour cause de non respect de certaines dispositions du Protocole d'accord signé le 13 janvier 2009, le gouvernement et la Conasysed, soucieux de l'avenir de la jeunesse gabonaise, ont décidé de réviser certains points du Protocole d'accord en tenant compte de la nouvelle donne.

Dans cette optique, le gouvernement d'Ali Bongo et la Conasysed étaient parvenus le mercredi 4 novembre dernier à la Primature aux accords révisés. Mais, Près d'un mois après, les cours n'ont toujours pas atteint leur optimum. Il semblerait que l'éducation ne serait pas le soucis de ce pouvoir illégitime. Qui vivra, vera

LVDPG




Mardi 24 Novembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2556 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par Ali7 le 28/11/2009 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Terence,

C'est cet instituteur qui t'a permis de pouvoir produire des écrits en langue française. Crois-tu sincèrement que c'est le diplôme qui fait la compétence? Autrement, Tous les trous du C... à la tête des grands Etats du monde ne seraient que des agrégés; demande-toi combien il y en a.

Pierre Bérogovoy (paix à son âme) a été le meilleur ministre des finances qu'ait connue la France sous la 5è République, pourtant il n'avait même pas le CEPE! un simple autodidacte.

Je pense, en toute amitié, qu'il te faut porter plus loin ta réflexion; celle-ci me semble-t-il, pèche par trop de nombrilisme chez toi.

Dénonce le fait que Moundounga soit un pdgiste, qu'il sert un régime pourri, mais ne parle pas de qualification car dans l'espèce, les philosophes, professeurs des universités et autres grosses pointures réelles ou prétendues n'auraient pas fait pour la plupart, choux-blanc une fois à la tête du MEN.

Gabonitudement.

14.Posté par critique objective le 25/11/2009 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les gars vous aussi... Vous rendez-vous compte de ce que vous dites? Vous pronnez la haine contre nos frères africains... Vous exagérez! Vous pensez que ce sont nos frères africains qui tuent notre sytème éducatif ou ce sont le gabonais eux même?! Soyons sérieux les gars... D'accord, la CONASYSED a des raisons de faire grève afin de revendiquer leurs droits. Cependant, je n'ai nullement lu dans ce site une seule personne qui a essayer d'analyser la stratégie utilisée par ce syndicat afin d'obtenir gain de cause. Comme d'habitude, ce sont les autres qu'on accuse, les étrangers... Ce sont en général les enseignants gabonais qui fouttent la merde dans nos établissements secondaires et universitaires. Ce sont eux qui exigent le plus de nos frères et soeurs le droit de cuissage, le pognon et j'en passe afin d'obtenir un diplome. Reconnaissons qu'en même nos erreurs et défauts svp avant de toujours accuser les autres!!! Nous avons la situation en main et une seule chose est à faire: Nous faire une auto-critique et changer de mentaliter. Pas seulement faire porter le chapeau à un X ou à un Y car cela nous avancera à rien.

13.Posté par terence de Limoges le 25/11/2009 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PAUVRE GABON
UN INSTITUTEUR PRINCIPAL QUI DEVIENT MINISTRE DE L ÉDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR?
OU EST LE MÉRITE QU A PROMIS CE BATTARD DE BIAFFRAI?
MOUNDOUNGA SERAPHIN A QUEL MÉRITE? SAUF CELEUI D AVOIR EMPOISONNE LE MINISTRE NZIENGUI PATRICE ET LE GÉNÉRAL ATHANASE NZAMBA POURQU IL SOIT AU DEVANT DE LA SEINE DANS SON VILLAGE DE MOABI.
IL TU IL ASSASSINE SANS SCRUPULE ET SANS VERGOGNE ET N A JAMAIS ÉTÉ INQUIÉTÉ PARCE QUE COUVERT PAR UN ILLUSTRE NZEBI DU POUVOIR.
VIVE LE GABON DU MÉRITE ET DE L ÉMERGENCE ET SURTOUT VIVE L IMPUNITÉ.

12.Posté par sebdepog le 25/11/2009 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi la sortie de crise tarde-t-elle à être trouvée dans l’éducation nationale ? A cause du gouvernement. Ils sont toujours prompts à venir déclarer à la RTG1 de David Ella Mintsa que le gouvernement à fait, a fait cela. Que le gouvernement a déjà résolu 90% des revendications des enseignants et que ce sont les profs qui bloquent toute avancée. Qu’ils sont manipulés ! Etc… Soit !

Pour sortir de la crise actuelle, la Conasysed a demandé au gouvernement de publier la liste des bénéficiaires des postes budgétaires qu’ils prétendent avoir dégagés au profit des enseignants, de publier également la liste des enseignants concernés par les 3 milliards de FCFA qu’ils disent vouloir payer en décembre et les trimestres suivants au titre des rappels de solde. Et tout nouvel accord entre les deux parties devra être paraphé en présence de l’association des parents d’élèves.

Cela ne devrait pas poser problème s’ils ont réellement dégagé ces sommes au profit des enseignants. Or que remarque-t-on ? Ils tergiversent, ils temporisent. Ils traînent les pas. Comme qui dirait « : « Le gouvernement se hâte très lentement ! » Comme s’il y avait anguille sous roche.

Le hic est justement là ! En décembre prochain, comment les Gabonais sauraient-ils que 3 milliards de FCFA ont été payés pour les rappels des profs? Comment savoir que 815 postes budgétaires ont effectivement été dégagés pour eux ? Rien ! On aura que leur belle parole de menteurs professionnels ! Et c’est précisément ce que la Conasysed veut éviter. Tout le monde doit maintenant jouer carte sur table pour que les grèves à répétition dans le secteur de l’éducation ne soient plus qu’un lointain souvenir.

Mais la crise sans fin dans l’éducation fait-elle partie de leurs préoccupations ? Nous nous le demandons.

11.Posté par Eboulou le 25/11/2009 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mme Diyombi, cela m' insupporte profondément de m' accuser de tenir envers vous , des étrangers résidant au Gabon, des propos bondés de haine. Sincèrement , vous voir jouer la victime ici m exaspère , je sais que si vous étiez gabonaise de souche vous ne réagiriez pas de cette façon face à ce que vit le peuple Gabonais . Je pense que la véritable victime ici est la jeunesse Gabonaise sacrifiée . Chère Mme , le terme d'injustice me paraît même euphémique compte tenu de la gravité des problèmes éducatifs dans notre cher et beau Pays .
Attendez , avant d' endosser l' étiquette de victime ,vous conviendrez avec moi que la mission fondamentale de l' éducation est de se réaliser en relation avec le milieu social, culturel et économique d'une communauté donnée , c'est-à dire qu'il faut une adéquation entre les valeurs et les connaissances enseignées aux membres de cette communauté d'une part, et leur univers socio-culturel et économique d'autre part .
Mais au Gabon où ce sont des étrangers qui gouvernent et occupent les postes clés de notre administration éducative , les donnes ont changé , les Gabonais ne se reconnaissent pas dans ce système éducatif où le crédo est l' affairisme et l' opportunisme . En effet pour être scolarisé ou obtenir un diplôme dans le primaire, le secondaire et le supérieur au Gabon aujourd'hui , il faut soit débourser des sommes faramineuses de CFA ( sachant que la majorité des parents sont démunis ) , soit se vendre sexuellement aux enseignants ou autres cadres imbus de leurs places dans cette administration . Et malheureusement ma chère dame , je ne peux que vous confirmer que toutes ces pratiques odieuses et contraires à notre éthique nous sont inconnues ,donc importées .
Ainsi donc, sans aucun complexe et sans haine , je vous dis que le système éducatif importé par les étrangers vivant au Gabon est une véritable hécatombe puisqu'il ne fait que produire des effets désastreux dans notre société .
Désolée pour vous , laissez -moi au moins exprimer mon ressentiment , le peuple Gabonais est à terre et malheureux chez lui .Dans votre pays d'origine à l' heure précise où j' écris ces mots toute votre jeunesse est à l' école sans difficulté et cela vous arrange .L'ingratitude de tous ceux qui étaient accueillis de façon désintéressée chez nous m'insupporte atrocement .

10.Posté par sebdepog le 25/11/2009 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Effectivement, le tableau dans l'éducation nationale est surprenant en cette fin du mois de novembre. Dans le secondaire, les enseignants sont en classe, à l'exception notable des enseignants qui n’ont pas perçu leur bon d’octobre, et ils sont nombreux ! Dans le primaire, certains reprennent petit à petit le chemin des cours mais le malaise perdure. Beaucoup de profs et maîtres ont basculé dans la grève perlée. Une grève autrement plus sournoise.

A Port-Gentil par exemple, on assiste à une école à deux vitesses : cours à 90% dans le secondaire, paralysie quasi-totale dans le primaire. Les élèves viennent à l’école mais aucun maître n’est présent. Nombreux sont les maîtres qui disent qu’ils attendent la fin officielle de la grève.

Les bons d’octobre ont été distribués à la tête du client. Les non grévistes ont été servis. Mais bizarrement, en fonction de leur appartenance ethnique ou de leur affinité avec le proviseur ou le principal, certains grévistes l’ont aussi été. Et ceux qui ne l’ont pas été continuent de bouder le chemin des classes et préfèrent s’asseoir en salle des profs ou vaquer à des occupations plus lucratives. D’autres encore ont vu leur bon de caisse envoyé à l’autre bout du Gabon, au lieu de leur première affectation. On se demande à quoi a finalement servi le recensement des enseignants du début 2009. C’est ça le Gabon « immergeant ».

9.Posté par St. Michael le 25/11/2009 01:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chere Eboulou,
J'avais bien lu entre les lignes et j'avais compris un message d'une colère atomique....
Tu as raison, ces étrangers viennent détruire ce qui a fait la fierté du Gabon : Avoir l’un des meilleurs systèmes éducatifs en Afrique.
C’est parti de bongo père qui n’a jamais connu ou reconnu la valeur de la scolarité, et maintenant bongo fils qui veut achever l’œuvre de son père adoptif de détruire notre system éducatif qui a propulse les Gabonais très loin et un peu partout sur le globe terrestre.
Mais rien n’est perdu car nous gardons toujours la vision de l’excellence…. N’ayons pas peur de ceux qui peuvent seulement tuer le corps mais ne peuvent pas tuer l’âme ou modifier notre ADN. Amen.

8.Posté par diyombi le 25/11/2009 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis vraiment desolee de l'amalgame que vous faites en ce moment(poste 5) Quelle haine...Je viens regulierement sur ce site parceque je suis indignee par ce qui se passe au gabon trop d'injustices .Je suis d'origine etrangere mon mari etant gabonais et nous luttons depuis des annes pour un etat de droit au gabon .Mai assimiler tous les etrangers vivant au gabon a des traitres ou je ne sais quoi est vraiment exagere

7.Posté par L'inconnu le 25/11/2009 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne mélangeons pas la politique avec le syndicalisme car nos détracteurs auront raison de croire que les enseignants se font manipuler par les opposants. C'est facile de parler de sacrifice pendant que nous vivons avec pour certain une bourse et d'autres des ressources diverses. Combien de mandats avons-nous fait envoyer à nos vaillants enseignants qui luttent pour un bon système éducatif?

6.Posté par Eboulou le 24/11/2009 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ce sont eux les premiers à boycotter les stratégies mises en jeu par la CONASYSED. Tous les désordres qu'ils fuient chez eux ils apportent au Gabon pour tout détruire . Ces exclavagistes d'enfants doivent maintenant être expulsés de chez nous .

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...