News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : de quoi sera fait demain ?

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Vendredi 14 Août 2009 à 17:56 | Lu 379 fois



Gabon : de quoi sera fait demain ?
C’est demain samedi, 15 août, que devrait commencer la campagne pour la présidentielle du 30 août prochain. 23 candidats dont trois femmes sont sur la ligne de départ. A l’arrivée, occuper le fauteuil présidentiel laissé vaquant par Omar Bongo Ondimba. L’homme qui régna en maître absolu sur ce pays d’environ un million d’habitants pendant 42 ans. La mort l’a finalement détrôné et terrassé le 8 juin dernier.
Parmi les 20 candidats masculins en lice figure son propre fils Ali Ben Bongo, 59 ans. Il en avait 12 lorsque son père prit les rènes du pays à la mort de Léon Mba, le tout premier président de la République gabonaise. Dans cette course figurent également d’autres caciques du parti démocratique gabonais (Pdg), parti créé par le président défunt. Il s’agit de Jean Eyeghe Ndong, ancien Premier ministre et ancien vice-président du parti, occupant les deux fauteuils à la mort du président. Il y a un autre ancien Premier ministre, ministre du Pétrole lors du dernier gouvernement de Omar Bongo. Il y en a d’autres qui, comme ces deux-là, ont dû, par dépit, quitter le navire Pdg, pour nager à leur propre compte vers le fauteuil tant convoité. Le parti ayant porté son choix sur le fils du président, ministre de la Défense jusqu’à ce jour.
Une position de force que la plupart des candidats ne voient pas d’un bon œil et exigent sa démission du gouvernement. L’opposition exige par ailleurs le report de cette élection ainsi qu’un toilettage des listes électorales qui, selon elle présente des irrégularités susceptibles de favoriser la fraude au profit du candidat gouvernemental Ali Ben Bongo.

Au-delà de ces querelles gabonaises, c’est l’ensemble des pays de la sous-région Cemac dont le Cameroun qui ont les yeux et les oreilles rivés sur le Gabon. Voisinage oblige. Ainsi que la sourde rivalité qui oppose depuis longtemps Libreville et Yaoundé. Aussi, pour des raisons diverses dont géopolitiques, Paul Biya et bien sûr les autres chefs d’Etat de la région dont le Congolais Denis Sassou Nguesso beau-père de Omar Bongo. Ce dernier, comme doyen des chefs d’Etat de la région, très actif sur le terrain politique et diplomatique dans la sous-région et au-delà, a laissé des actifs et des passifs chez ses voisins. La longévité aux affaires en a fait un interlocuteur privilégié de Paris dans la nébuleuse Françafrique. Même si les autorités françaises se déclarent publiquement « neutres » dans la succession d’Omar Bongo, cette neutralité n’est que du bout des lèvres. Tant les intérêts français au Gabon, comme dans la sous-région sont nombreux et colossaux. Paris entend bien tirer son épingle du jeu du 30 août. A ces intérêts se greffent des connexions maffieuses.
L’homme qui sera appelé à gouverner le Gabon à l’issue de cette élection fera-t-il le consensus entre Yaoundé, Brazzaville, Malabo et Paris ? Bien malin celui qui peut avancer la moindre réponse. Au-delà du choix des Gabonais, ceux de ces quatre capitales devraient compter aussi. D’ores et déjà, les spéculations vont bon train sur les choix éventuels de Paul. Pendant que certains lui attribuent le soutien à Jean Eyeghe Ndong, d’autres avancent que Casimir Oye Mba serait son candidat. Deux candidatures de l’aire géographique fang dont Paul Biya est aussi originaire comme Teodoro Obiang Nguema. Or au Gabon, les régions ne voudraient pas d’un Fang au pouvoir. La-bas, on jurerait que « tout, sauf un Fang ». Alors ? Qui sera l’homme du consensus à la fois pour les Gabonais, Yaoundé, Brazzaville, Malabo et Paris.
L’autre équation à résoudre pour Paris est celle de leader de la Françafrique. Paul Biya interpellé sur cette question à Paris se dit disposé. Il faut encore compter avec les ambitions de Denis Sassou Nguesso qui vient de se faire reélire à la tête de son pays avec les méthodes frauduleuses bien connues dans la sous-région Afrique centrale. D’où les incertitudes qui pèsent sur cette élection présidentielle gabonaise et après.

Source : Messager

Vendredi 14 Août 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 379 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...