News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Woleu - Ntem : Oyem

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Lundi 26 Juillet 2010 à 11:33 | Lu 7477 fois

Actualisation en permanence



Gabon : Woleu - Ntem : Oyem
Le Woleu-Ntem est l'une des neuf provinces du Gabon. Son chef-lieu est Oyem qui rassemble, avec les villes de Bitam, Minvoul, Mitzic et Médouneu, la grande majorité des 125 400 habitants de la province (estimation 2002).

La forêt équatoriale occupe l'essentiel du territoire de cette région, ce qui explique sa très faible densité de population. Elle est trouée ça et là par quelques routes qui relient les villes principales entre elles et le long desquelles on peut traverser de petits villages isolés. L'est de la province est pratiquement inhabité, sauf par de petits groupes de pygmées semi-nomades, ce qui a facilité la création du parc national de Minkébé.

Il s'agit d'une région peu industrialisée qui produit du cacao et du caoutchouc. Les cultures vivrières et la chasse en forêt fournissent encore une bonne partie de l'alimentation des populations locales.

Les relations sont assez importantes avec la Guinée équatoriale et le Sud du Cameroun, en raison de l'appartenance commune à l'ethnie fang de la majorité de la population, de part et d'autre de la frontière. Dans la vie quotidienne, beaucoup de gens parlent fang, le français étant la langue de l'école et de l'administration. Les échanges avec le Cameroun sont facilités depuis l'inauguration, à Eboro, en 2005, d'un pont sur le fleuve Ntem, frontière naturelle entre les deux pays. Jusqu'à cette date, il fallait traverser en pirogue ou par le bac.

Le Woleu-Ntem est subdivisé en cinq départements.

Haut-Como, chef-lieu Médouneu
Haut-Ntem, chef-lieu Minvoul
Ntem, chef-lieu Bitam
Okano, chef-lieu Mitzic
Woleu, chef-lieu Oyem

Départements du Woleu-NtemSignification du blason : Le fond vert évoque la forêt équatoriale, les cabosses de cacao représentent la culture du cacaoyer, les deux lignes ondulées bleues symbolisent les fleuves Ntem et Woleu qui traversent cette province et lui donnent son nom.

Histoire du Woleu-Ntem

Isolés dans la forêt équatoriale, loin des côtes et des premiers établissements coloniaux, les Fangs du Woleu-Ntem n'eurent de contact direct avec des commerçants et explorateurs européens qu'à la fin du XIXe siècle. S'ils acceptèrent facilement d'établir des relations commerciales, les Fangs se montrèrent assez hostiles à la pénétration européenne. Leur pays fut découpé arbitrairement entre la France (Gabon), l'Allemagne (Cameroun) et l'Espagne (Guinée équatoriale) dans les années 1900. La rivalité franco-allemande entraîna plusieurs redécoupages de frontière entre le Gabon et le Cameroun.

La région du Woleu-Ntem fut officiellement créée en 1907. Le premier administrateur colonial, Weber, créa les postes de Oyem, Bitam et Minvoul dans le but de rendre la présence française effective. Une confrérie fang, dite des Binzima, s'y opposa. Simple mouvement de pillards pour les uns, mouvement de résistance à la colonisation pour d'autres, elle réunit de gré ou de force des milliers de Fangs. Les villages ralliés furent initiés, tandis que les villages collaborant avec les Français furent pillés. Oyone Mintsa, du clan Nkodjé, et Ekome Adza, du clan Odzip, furent les principaux chefs Binzima, selon les archives du service historique des troupes de Marine AEF.

Mais la France dut céder le Woleu-Ntem à l'Allemagne en 1912, suite au marchandage franco-allemand sur le Maroc. La Première Guerre mondiale n'épargna pas la région. Des combats eurent lieu en 1914-1915 et le Woleu-Ntem fut définitivement rattaché au Gabon. La guerre, l'occupation française, l'impôt obligatoire et le travail forcé furent la cause de plusieurs années de famine qui réduisirent sensiblement la population.


Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Gabon : Woleu - Ntem : Oyem

Bitam

Ville située au nord du Gabon dans la province du Woleu-Ntem, à une trentaine de kilomètres de la frontière camerounaise et non loin de la Guinée équatoriale, Bitam compte plus de 10 000 habitants. La principale communauté ethique de la ville sont les fangs, et la langue parlée est le ntoumou.

Bitam signifie en langue fang « les sources ». Située dans le département du N'tem dont elle constitue le chef-lieu, Bitam est fréquentée par des Camerounais et des équato-guinéens. Son marché offre une ample variété de produits alimentaires locaux et ses petits restaurants proposent toutes sortes de viandes de brousse.

Économie

La culture de l'hévéa constitue la principale activité industrielle au profit de la société Siat-Gabon qui a racheté, en 2004, Hévégab. On compte 2000 hectares de grandes plantations d'hévéas et les villageois en possèdent eux-mêmes plusieurs centaines d'hectares supplémentaires. Depuis quelques années, la pisciculture s'est développée par un employe de Siat-Gabon Kurt Naeye. On élève à Bitam des tilapias, sortes de carpes fort appréciées dans tout le Gabon.Il faut noter aussi une forte communauté haoussa qui pratique l'islam ; pour la plupart, ils sont situés au quartier Est qui vit au rhytme de l'apel a la prière.

Bitam possède un aéroport


Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Oyem

Oyem et ses environs (60 000 habitants après l'extension de la commune jusqu'à l'aéroport et Angone,) est la troisième ville du Gabon après Libreville et Port-Gentil en terme démographique. Capitale de la province du Woleu-Ntem et chef-lieu du département de la Woleu, carrefour entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée équatoriale, la ville est tournée vers le commerce et dominé par les échanges avec les pays voisins avec la Guinée équatoriale et le Cameroun .

C'est la capitale régionale du Nord. C'est surtout le centre du pays fang qui s'étend du pays Ewondo ( Yaoundé au Cameroun) jusqu'à Libreville. Elle est principalement habitée par des Fangs mais comprend aussi une très forte communauté d'éleveurs et commerçants haoussas, de culture et de religion musulmanes.

Il existe d'ailleurs une mosquée dans le quartier sinon deux. la seconde est construite non loin de la résidence du gouverneur de province. Ils habitent principalement à Akouakam. C'est le plus grand quartier de la ville et aussi le plus populaire avec son stade de football, sa population melting-pot (fang, haoussa, peul, bamiléké) communiquant et échangeant tous en langue fang.

Le quartier Akoakam a également une équipe de football participant au championnat provincial et national du Gabon. Ce quartier a fourni au foot régional les noms de légende: Abdul, Malem, Debaker, Mbomeyo, Baba Halé (Cheri wawa), etc.

Oyem dispose d'un aéroport qui permet de rejoindre Libreville en moins d'une heure par avion, d'un hôpital régional construit par les canadiens et d'un lycée d'État qui accueillent des élèves de toute la région.

Il existe également un collège catholique d'Angone, un collège protestant de Mfoul, un collège privé Ondo & Fils. L'ancien CES public est devenu le lycée d'excellence qui va accueillir les meilleurs élèves de la région avec une classe préparatoire.

A Angone, à quelques kilomètres du centre ville il y a, l'Ecole de Développement Rural, appelé anciennement école des cadres Ruraux.On y trouve aussi la société Sobraga qui brasse et embouteille la fameuse bière " Regab" et Castel et autres boissons gazeuses ( Coca cola, Fanta, Top, etc). Ces boissons sont distribués par un réseau de revendeurs locaux dans toute la province, dans l'ogoué-Ivindo et en Guinée équatoriale.

Située à plus de 600 mètres d'altitude, Oyem bénéficie d'un climat plus frais que Libreville.

Oyem c'est aussi la deuxième région militaire du Gabon et le siège de la légion de gendarmerie Nord ( Woleu-Ntem et Ogoué-Ivindo). c'est la capitale d'une région avec Trois pays: le Cameroun au nord, la Guinée équatoriale à l'ouest et le Congo à l'est).

Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI




Elone Antenne 2 minvoul (Gabon)

Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Lundi 26 Juillet 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 7477 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Février 2015 - 07:40 Gabon : Histoire : Jean-Hilaire AUBAME

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...