News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon / Voirie urbaine : La quasi majorité des artères de Nzeng-Ayong dans un état de dégradation avancée, quelques semblant de réhabilitations visibles

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Mercredi 3 Novembre 2010 à 13:45 | Lu 671 fois



Gabon / Voirie urbaine : La quasi majorité des artères de Nzeng-Ayong dans un état de dégradation avancée, quelques semblant de réhabilitations visibles
Le 3 novembre 2010. On ne le dira jamais assez. Au Gabon, il y a des gens qui sont nés avant la honte et n’ont cessé de ramer à contre sens. Ici un semblant de bitume, puis du gravier rouge (la terre) ! Ensuite du bitume, et encore une fois la terre ! C’est le triste spectacle auquel assistent, impuissants, les usagers des routes de Nzeng-Ayong et autres quartiers alentours, qui sont dans un état de dégradation très avancée, en dépit des réhabilitations qui y ont été effectuées.

Il va sans dire que si certaines rues et ruelles ont jadis eu la chance d’être bitumées, il a donc fallu quelques années seulement pour qu’elles se dégradent à nouveau.
Ainsi, l’artère permettant de rallier facilement les PK 5 et 8, en partant du rond point de Nzeng-Ayong, est un exemple éclatant. Alors, en lieu et place du goudron, des crevasses recouvrent la majeure partie du tronçon. Du fait des travaux de réhabilitation avaient été confiés à l’entreprise Colas. Pour sauver les meubles et pour se racheter, Colas Gabon a déployé des engins pour remblayer les mauvais endroits. Sans véritablement convaincre les usagers, l’initiative les a plutôt courroucés. D’où l’érection des barricades par les riverains qui s’en plaignent souvent.

« Nous avons refusé le remblai parce que les automobilistes roulent souvent à vive allure, arrosant les passants des eaux boueuses. Nous passons des moments difficiles lorsqu’arrive la saison des pluies ».

En effet, la dégradation du réseau routier de tout le sixième arrondissement porte inéluctablement préjudice à l’Institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle (Iphametra), en charge de la gestion de l’Arboretum de Sibang. Les murs de cette structure, inaugurée en 2006, sont rougis par les eaux de pluies. De même que ceux des habitations avoisinantes. Le bitume de la route passant devant cette entité de recherches avait pourtant été refaite la veille de son inauguration. D’où des problèmes sur la qualité des travaux de certaines entreprises qui excellent dans le saupoudrage. « Les pouvoirs publics devraient recourir à la solution des pavés », estiment les habitants rencontrés sur le terrain.

Au fil des années, l’axe partant du carrefour de la pharmacie de Nzeng-Ayong pour le quartier Fin-goudron a perdu tout son bitume depuis des lustres. Aujourd’hui, place à la boue, aux flaques d’eau et aux véhicules roulant à vive allure, éclaboussant ainsi les piétons qui ont eu la malchance de se trouver à cet endroit. Depuis que la dégradation de la route a empiré, les commerçants installés non loin de la chaussée éprouvent d’énormes difficultés à exercer. Surtout pendant la saison des pluies, leurs produits sont imbibés de boue.

Et un tenancier peiné d’une cafétéria, dit préférer la saison pluvieuse à la saison sèche. S’il n’est pas du tout affecté par le problème des commerçants susmentionnés, M. Fidèle Ngou, le responsable de l’imprimerie située non loin du rond point de Nzeng-Ayong affirme que sa structure passe cependant à côté d’importantes recettes. Du fait que les clients n’y vont plus passer des commandes, à cause du mauvais état de la route.

Il va sans dire que l’image peu reluisante qu’offre aujourd’hui le 6è arrondissement de Libreville fait dire au Maire Rpégiste Maurice Obiang Moro que sa circonscription administrative a tout simplement été laissée à l’abandon par l’Etat. « Si la mairie centrale avait les moyens d’entretenir le réseau routier urbain, je crois qu’elle le ferait. Mais nous tournons avec un budget de 15 milliards de francs depuis des années, vous comprenez aisément qu’il est insuffisant ».

Tout en reconnaissant que les conditions climatiques compromettent la qualité des travaux, Obiang Moro stigmatise les entreprises adjudicataires des marchés. Lesquelles, estime-t-il, « répondent parfois aux exigences financières de certaines personnalités véreuses les ayant aidés à obtenir les marchés, pour ne poser au finish qu’une couche infime de bitume sur la chaussée ».

Les premiers signes de décrépitude des principales routes surviennent, dans ce cas de figure, en l’espace de deux à trois ans seulement après leur réhabilitation. Le gouvernement gagnerait à être très regardant sur les investissements réalisés à partir des fonds du contribuable gabonais.

Source : Infos Gabon


Mercredi 3 Novembre 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 671 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...