News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Vers une ’’démilitarisation’’ Ali Bongo s'impose par la force, vive la monarchie...

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 12 Novembre 2009 à 08:52 | Lu 1786 fois



Gabon : Vers une ’’démilitarisation’’  Ali Bongo s'impose par la force,  vive la monarchie...
Libreville et les autres principales villes du Gabon sortent vraisemblablement d’un état de siège qui ne dit pas son nom, après une ‘’occupation’’ militaire instaurée et imposée au peuple, dans la foulée du passage en force de la dernière présidentielle.

La genèse de cette sombre page de l’histoire qui sera de toute façon récrite sans la France et ses sbires imposés au peuple gabonais pour ce cas d’espèce et aux peuples africains en générale, remonte pour l’actuelle cas de figure du Gabon, aux troubles post électorales nées de la désignation aux allures de nomination voir de cooptation d’Ali Bongo Ondimba à la tête du pays , selon, les résultats de la présidentielle du 30 Août dernier que rendait public le ministre de l’intérieur, alors que la commission électorale nationale autonome et permanente CENAP n’avait pas encore achevé sa plénière censé valider les résultats globaux du vote.

Résultats des courses, la désignation précipitée comme nouveau président de la république d’Ali Bongo Ondimba, fils de feu Omar Bongo Ondimba, s’est faite sans que les représentants de l’opposition à la commission électorale, ne signent des procès verbaux de compilation des résultats de cette présidentielle.

Une accalmie s’en est suivie après une répression sanglante des manifestations un peu partout sur le territoire national, avec épicentre des violences, la frondeuse ville de Port Gentil, capitale économique du pays, ou la passage à tabac des populations par les forces de l’ordre du Gabon, épaulées par les forces armées françaises, selon certains témoignages des populations locales. Une répression qui se serait soldée par près d’une centaines de morts et par la mise à sac de cette ville pétrolière, qui constitue une véritable vache à lait pour la France, qui depuis de longues années exploite abusivement son or noir, sous le couvert d’accords de coopération très opaques, qui ne profitent nullement au peuple gabonais.

Hormis la ville de Port Gentil qui reste sous couvre feu, l’accalmie malheureusement de courte durée, avait plié bagages la veille de la confirmation par la cour constitutionnelle de ce qui est qualifié de confirmation de hold up électorale, contraignant la population au mutisme par un déploiement sans précédant ’’ d’hommes en armes’’, en quête des foyers de contestation à réprimer sans ménagement. Les velléités de soulèvement auraient été tuées dans l’œuf selon les auteurs du passage en force, faux, rétorque la population qui s’être refusé à verser à la provocation et à l’affrontement.

Un bémol est mis depuis quelques jours dans cette pratique sous fond de trafic d’influence, avec des allègements progressifs des unités militaires déployées dans toute le pays par les ‘’vainqueurs’’ de la dernière présidentielle, qui disent craindre une révolte du même peuple qui les aurait voté, bref.

Dans cette ambiance sous fond de crise latente, l’opposition s’insurge contre la décision de la cour constitutionnelle de reporter de 8 mois les élections législatives partielles, censées déboucher sur le renouvellement de sièges des ancien membres du parti démocratique gabonais, qui s’étaient clairement désolidarisés du candidat du parti au pouvoir lors de la présidentielle du 30 Août dernier, en s’engageant en candidat ou en soutenant un candidat autre que celui de PDG au pouvoir.

Le nouveau bloc de l’opposition quasiment composé d’anciens cadres du parti au pouvoir, dénonce une fuite en avant du PDG, qui craindrait de se faire laminer après un très frais hold up électorale qui est encore loin d’être oublié par les populations. L’opposition dit y voit une manière de vouloir gagner du temps, en tentant de multiplier des opérations de charme visant à séduire une population qui s’est prononcée par la voix des urnes, pour la mise à mort du PDG, après plus de 40 ans de chaos.

Le cadre de la mise en place du projet politique de ‘’Gabon émergent ‘’cher à Ali Bongo Ondimba, le gouvernement était ces derniers jours réuni en séminaire dans la réserve de la Lopez, à quelques heures à vol d’oiseau de Libreville, afin d’épouser une vision commune de politique générale, pour tenter d’exorciser le souvenir du hold up électoral, à travers une série de reformes au rélance de renouveau. "Qui vivra, vera"

LVDPG - Source : Koaci

Jeudi 12 Novembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1786 fois




1.Posté par Espérance le 12/11/2009 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin un article qui colle avec les aspiration du site. Dépuis un certains, LVDPG s'illustre par la publication des articles qui tendent vers une allégence aux voleurs du mois d'Octobre.
Pour preuve, les administrateurs prennent le luxe de publier des articles édités par d'autres site sans prendre le soins de rayer les mentions inutiles telles que Président, Gouvernement.
Baby Zeus est le Président de qui? Ces amis regroupés autour du chef du groupe d'animation qu'est Biyighe Mba representent quel gouvernement ?
En tout cas ce n'est nullement les dirigeants que nous avons choisi le 30 aout 2009.
Sur l'article, je ne peut qu'appécier la conclusion: Qui vivra vera.

2.Posté par IBouango le 12/11/2009 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
très bel article,bon sens de l'analyse,cheminement de la pensée correcte,on capte une maitrise du sujet,fellicitation!!!

3.Posté par Mi_homme-mi- femme le 12/11/2009 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, c'est bien l'analyse. Mais tout le monde le sait dejas. alors mon frere Koaci, que proposes-tu pour sortir de ce bourbie? On veut des solutions concretes pour avancer!

4.Posté par leblagueur le 14/11/2009 01:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N° 575 12/11/2009

FRANCE-GABON
Ali Bongo, hôte d'un déjeuner à l'Elysée le 20 novembre
Selon nos informations, le président Ali Bongo sera en "visite de travail" en France du 19 au 21 novembre. Il déjeunera à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy le 20. Venant de Londres après avoir participé à Rome au sommet de la FAO (16-18 novembre), Ali Bongo sera accompagné d'une trentaine de personnes dont son épouse, "Sylvia", et les ministres Paul Toungui (affaires étrangères), Magloire Ngambia (économie et industrie), Jean-Félix Mouloungui (PME) - ancien représentant à Paris de l'opposant Pierre Mamboundou (UPG) – et Laure Gondjout (communication, poste et économie numérique). Sa sœur, Pascaline Bongo, haut représentant personnel du président, sera également du voyage ainsi que le chef de cabinet, Maixent Accrombessi, puisque le directeur de cabinet et très proche ami du président, Jean-Pierre Oyiba, a démissionné pour assurer sa défense dans le dossier de la BEAC. Première rupture à Paris avec son père : "Ali" s'installera à l'Hôtel George V et non à l'Hôtel Meurice !

On se mobilise tous ok?

5.Posté par Ali7 le 15/11/2009 01:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les gabonais sont des peureux. je ne comprends pas toujours comment une armée de quelques t^tes tondues arrivent à museler une population de 1 milions d'habitant. Rien qu'à Pog avec ces 150 000 habitants, ils pouvaient bloquer ces quelques bidasses et même renversées leurs chars légers sur les voies publiques ou tout simplement les brûler.

A défaut d'avoir des armes apprenez au moins à se servir desz frondes pour viser les militaires à l'oeil. Ils faut qu'ils deviennent des bornes.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...