News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Union Nationale Gabon Pour Tous : La Biométrie dans le processus électoral

Le site de la Liberté - LVDPG : Média Libre pour tous : Source : Collectif09 le Vendredi 26 Novembre 2010 à 07:09 | Lu 2522 fois

DE L’USAGE DE LA BIOMETRIE DANS LE PROCESSUS ELECTORAL AU GABON,
Libreville, le 20 novembre 2010



Gabon : Union Nationale  Gabon Pour Tous : La Biométrie dans le processus électoral
Peuple de l’Opposition,

Mes Chers compatriotes, partisans du changement,

Quel immense plaisir renouvelé de nous retrouver ce jour sur cette place de Rio, théâtre des grands combats de l’opposition au Gabon ! Merci d’avoir répondu si nombreux à notre appel, merci pour votre soutien inestimable. Aujourd’hui, ce qui nous ramène en ces lieux, c’est ce combat très important qui, en le gagnant, va nous ouvrir les portes du changement en 2011. C’est le combat pour la transparence électorale. C’est le combat contre la fraude électorale.

Oui toutes les consultations électorales organisées depuis 1990 dans notre pays sont faussées par le manque de transparence. La lutte menée par l’opposition à ce sujet n’a pas connu les résultats escomptés jusqu’ici.

La transparence électorale commence, nous le savons tous par une liste électorale fiable. Or, ce n’est pas du tout le cas aujourd’hui. Tout le monde le sait ; l’Opposition le dénonce chaque fois au cours de chaque élection.

La Cour Constitutionnelle le dit, le rappelle et demande aux acteurs politiques de tout faire pour mettre fin à cette situation, source de conflits en amont et en aval de chaque élection. Pour que cette liste électorale soit fiable, il faut d’abord mettre à plat l’actuel fichier électoral, et recommencer de nouvelles inscriptions en utilisant une technique nouvelle : la biométrie. Aussi, le moment est-il venu de jeter un éclairage lucide sur cette question de la biométrie au Gabon. De quoi s’agit-il en réalité ?

La biométrie est une technique visant à valider l’identité d’une personne par un procédé de reconnaissance d’une ou plusieurs de ses caractéristiques personnelles qui sont uniques à chacun d’entre nous telles, entre autres, les empreintes digitales, la rétine de l’oeil, la voix. Grâce à cette technique qu’est la biométrie, nous allons faire en sorte qu’un même individu ne puisse plus s’inscrire plusieurs fois pour voter 2, 3 voire même 4 fois au cours de chaque élection. Ces caractéristiques personnelles sont infalsifiables, on ne peut donc plus tricher. Comme nous avons pu le constater en regardant les images à la télévision, en Côte d’Ivoire par exemple, la liste électorale établie sur la base de la biométrie comporte la photo de l’électeur. C’est cette même photo qui se retrouve sur la carte d’électeur ainsi que sur la carte nationale d’identité.

Cela veut dire par exemple qu’un appareil attestera votre identité par le contrôle de vos empreintes des doigts qui sont uniques et qui ne peuvent donc appartenir à personne d’autre que vous, même pas à vos enfants.

Ainsi, grâce à ces techniques, nous sommes sûrs que la personne qui s’identifie est bien celle prétendue l’être.

Mes chers compatriotes,

Contrairement à une idée que certains tentent de véhiculer, la biométrie ne crée pas votre identité, elle sécurise votre vraie et unique identité et elle détruit la ou les fausses, à travers les techniques que je viens d’évoquer.

C’est la raison pour laquelle de plus en plus de pays l’adoptent pour créer les conditions de transparence et de sécurisation dans les différentes opérations électorales, administratives, et même financières.

Chez nous au Gabon, l’opposition a engagé la première le combat pour l’introduction de la biométrie dans les années 90, 91, 92 et 93. Ce combat s’est poursuivi au cours de la concertation de la classe politique nationale demandée par l’opposition et acceptée par feu le Président Omar Bongo Ondimba en mai 2006 et c’est à l’issue de celle-ci que le principe de l’introduction de la biométrie pour la confection du fichier électoral a été retenu.

Son expérimentation avait été décidée pour débuter dans la commune de Libreville à l’occasion des élections législatives de 2006. Pour des raisons diversement appréciées, cette expérimentation n’a pas pu avoir lieu.

Nous nous sommes réunis à nouveau autour du Chef de l’Etat en juillet 2007, et nous avons confirmé l’adoption de la biométrie pour son application à l’ensemble du territoire national aux élections locales de 2008.

A cet effet, une commission quadripartite, comprenant des experts de la majorité, de l’opposition, de la CENAP, et du Ministère de l’Intérieur, a travaillé sur la question pour définir les modalités de mise en œuvre de l’introduction de la biométrie dans la confection de la liste électorale.

Parallèlement, le Ministère de l’Intérieur a entrepris un certain nombre d’actions :

C’est ainsi que sur le plan technique, divers prestataires compétents dans le domaine de la biométrie ont été consultés afin d’appréhender les contours pour la mise en œuvre d’un nouveau fichier électoral et la production de cartes d’électeur numérisées avec photo.

Ce travail technique a abouti à des conclusions qui ont fait l’objet d’un rapport remis à l’ensemble des parties. Il ressort de celui-ci que pour un collège électoral d’un peu plus de 500.000 personnes, leurs inscriptions sur une base biométrique peuvent se faire en un temps réduit, deux à trois mois au maximum.

Les consultations qui avaient été lancées en 2007 avaient retenu des propositions se chiffrant à environ 6 milliards de francs CFA et non 16 ou 20 milliards de francs comme nous l’avons entendu ces jours-ci, bien sûr pour faire échec à cette opération. Mais très franchement, pour la paix, la stabilité et la concorde nationale, le Gabon est-il incapable de trouver six milliards de francs quand on sait qu’il en gaspille dix fois plus pour des dépenses de prestige à l’étranger, notamment en France ?

Nous précisons que le Ministère de l’Intérieur a bénéficié des avis techniques du président de la Commission Nationale Informatique et Libertés de France, présent à ce moment là à Libreville.

Puisque les études sont faites et le Ministre de l’Intérieur le sait, cette opération doit être inscrite dans la loi de finances de l’année 2011, de manière à assurer convenablement l’ensemble des dépenses y relatives.

Mes chers compatriotes,

En 2007 une ordonnance avait été prise à l’effet de rendre applicable la décision d’introduction de la biométrie dans le fichier électoral. Cette ordonnance soumise à ratification au parlement avait malheureusement été rejetée par la majorité mécanique du PDG qui avait plutôt souhaité l’adoption d’une loi sur la protection des libertés individuelles face à l’usage des données biométriques. C’est ce qui justifie aujourd’hui la proposition de loi dans ce sens présentée par l’opposition et qui est en voie d’adoption par le parlement.

Voici les différents éléments qui montrent qu’un travail de fond a été fait sur ce dossier.

1. le rapport général de la concertation politique nationale de 2006 et 2007 ;

2. le rapport général d’étape et ses annexes de la commission quadripartite ainsi que la brochure sur l’introduction de la biométrie remise aux acteurs politiques par le ministère de l’intérieur ;

3. le projet de mise en œuvre de la biométrie dans le fichier électoral national.

Alors, le Ministre de l’Intérieur, dans son interview parue dans le journal l’Union du vendredi 12 novembre 2010, ne peut pas affirmer que l’introduction de la biométrie pour garantir la fiabilité du fichier électoral ne serait pas possible lors des élections législatives de décembre 2011 parce que rien n’aurait été fait et qu’il n’aurait rien trouvé comme support pour mener à bien cette opération. En effet, les préalables techniques évoqués plus haut ont été élaborés par la commission quadripartite par ailleurs dirigée par un haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur chargé spécialement des questions électorales, toujours en poste.

Du reste, lors de la passation de service avec le ministre sortant André Mba Obame, ce dossier faisait bien partie des dossiers transmis à Jean François Ndongou ministre entrant.

Par ailleurs, en faisant le lien entre le fichier d’état civil et la confection de la liste électorale sur la base des données biométriques, pour laisser croire qu’il faudrait d’abord fiabiliser le fichier d’état civil avant l’introduction de la biométrie dans la liste électorale, le Ministre de l’Intérieur et tous les autres qui ont fait des déclarations dans le même sens oublient ou font semblant d’oublier que les mêmes éléments biométriques, à savoir, les empreintes digitales, la photo, la signature, sont déjà utilisés, par le Pouvoir, dans l’établissement des passeports biométriques, des cartes de retrait du Trésor, des cartes de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale ainsi que dans le recensement des agents publics.

Invoquer la fiabilisation du fichier d’état civil comme préalable, revient à remettre en cause toutes ces opérations. Notons que les agents de la CNAMGS, pour remplir leur mission, parcourent tout le territoire national et tous les villages où il n’y a ni électricité ni installation et moyen de communication. Et pourtant, ils se sont organisés et font leur travail.

Il convient d’ailleurs de souligner que tous ceux qui sont concernés par les opérations susvisées ont tous l’âge de voter et sont donc électeurs.

Comme vous le voyez, le Pouvoir vous trompe. Il vous trompe à tel point que le Ministre Délégué, Porte-Parole du Gouvernement a déclaré à la télévision hier soir que le Ministre de l’Intérieur avait lancé une étude des termes de référence sur l’introduction de la biométrie dans le système électoral. Moins de deux heures avant cette déclaration, nous avons évoqué cette question avec le Ministre de l’Intérieur en commission de finances à l’Assemblée Nationale qui ne nous l’a pas fait savoir.

Une fois de plus, les choses sont très claires. La biométrie ne crée pas une identité, elle vient pour la sécuriser une fois que celle-ci est établie. Alors contrairement aux affirmations du Ministre, la biométrie est plutôt un avantage pour solutionner les nombreuses fraudes et les manquements dans la gestion du fichier d’état civil. Le gouvernement et le pouvoir PDG ne doivent donc pas penser nous berner en voulant repousser à plus tard l’introduction de la biométrie dans le fichier électoral. Le peuple gabonais ne l’acceptera pas !

Le peuple de l’opposition dit NON ! Il souhaite que l’on tienne compte de son vote et de l’avènement des dirigeants qu’il choisit réellement.

Alors très chers compatriotes, comment peut on qualifier cette attitude du pouvoir en place au Gabon pour qui la démocratie rime avec fraudes aux élections, coup d’état électoral et utilisation de la force publique ?

Le peuple est fatigué d’un pouvoir injuste, d’un pouvoir qui fait toujours fi des préoccupations des Gabonaises et des Gabonais !

Prévoyant toutes ces magouilles politiciennes, nous avons mené des actions aux fins de prévenir et d’informer la communauté internationale quant à la nécessité d’organiser, en 2011, des élections transparentes, libres, justes et crédibles, gage de paix et de stabilité. Nous avons ainsi rencontré la Président français, Monsieur Nicolas SARKOZY, le Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur BAN KEE MOON, lors de leurs visites dans notre pays, les Ambassadeurs de France, des Etats-Unis et de l’Union Européenne au Gabon. Nous avons insisté, entre autres, au cours de ces audiences sur l’urgence de la mise à plat du fichier électoral, l’établissement de la liste électorale sur la base des données biométriques.

Nous avons écrit au mois d’août au Président de la Commission de l’Union Africaine, Monsieur Jean PING, pour solliciter une audience afin de l’entretenir des mêmes sujets, lui qui, avant l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, avait pris soin de rencontrer bon nombre de candidats pour appeler leur attention sur la nécessité de maintenir la paix dans notre pays.

Pour nous, si telle avait été sa préoccupation majeure, nous estimons qu’il importe que les conditions préalables à une élection transparente soient également une préoccupation pour lui. Nous attendons toujours sa réponse.

Nous voulons ici interpeller avec gravité toutes ces autorités car nous savons, qu’elles peuvent aider le Gabon à mieux gérer la situation actuelle.

La loi sur la biométrie, oui, elle est à l’Assemblée Nationale en ce moment venant du SENAT. Le Groupe des Forces du Changement qui en a parlé avec le Président de l’Institution, suit particulièrement son évolution.

Mais le vrai problème n’est plus celui de la loi puisque le Gouvernement lui-même n’en a pas tenu compte dans les dossiers des passeports biométriques, des cartes du Trésor, du recensement des agents publics et des cartes de la CNAMGS.

Le vrai problème est celui du manque de volonté politique du Pouvoir pour l’aboutissement du dossier de l’établissement des listes électorales avec les données biométriques. Le pouvoir a peur de la suite.

Ce n’est encore moins un problème de délais qui seraient courts. Des pays plus peuplés et moins riches que le nôtre comme le SENEGAL, la Guinée, le Bénin et la Côte-d’Ivoire l’ont fait en trois ou quatre mois. L’argument des délais qui seraient courts ne tient donc pas la route. Ce n’est qu’un alibi.

Un autre prétexte du Pouvoir est le manque d’électricité dans une large partie du pays. Mais comment fait la CNAMGS qui va pourtant dans tous les villages ? Les autres pays qui ont mis en pratique la biométrie, ont-ils l’électricité partout ?

Tout ceci montre tout simplement le manque de volonté politique du Pouvoir. C’est ce que nous retenons tous.

Chers compatriotes,

Ce que nous voulons, c’est que chaque électeur soit inscrit sur la liste électorale avec sa photo, la même photo sur la carte d’électeur et la carte nationale d’identité.

Chers compatriotes, ce que nous demandons, c’est pour assurer un avenir paisible à notre pays et à nos enfants, pour que le Gabon ne soit pas la propriété d’un parti, d’un clan ou d’un système.

Nous voulons un Gabon pour tous les Gabonais.

La démocratie, c’est le Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Nous le disons ici devant vous, tous ceux qui s’opposeront au Gabon pour tous les Gabonais trouveront le peuple devant eux.

Il est temps que chacun le comprenne, le Gabon change, le Gabon évolue et nous devons tous changer avec lui pour ne pas rester dans les vieux schémas de la tromperie.

Comme disait le Président américain Abraham Lincoln, « on peut tromper tout le peuple une partie du temps, on peut tromper une partie du peuple tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ».

Je vous remercie.

Le Président

Zacharie Myboto




Par Camarade

Vendredi 26 Novembre 2010
LVDPG : Média Libre pour tous : Source : Collectif09
Vu (s) 2522 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par nietszche le 29/11/2010 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pour reprendre un intervenant :

Sur le difficile chemin de la transparence des idées et des débats, depuis les debats televisés de la campagne toutes les questions traitant du " faiseur de rois " ont toujours été éludés : la franc-maconnerie, les contrats et les accords avec la france ...

Et aujourd hui le meeting de Myboto et Mayila font suite à la video des proches d AMO sur le serment macon, l affaire des BMA , sans qu aucun n en disent mot . Soutiennent -il les positions de l Executif gabonais derriere celui qui a representé la premiere institution nationale , celle de du pouvoir legislatif francais ou comme on dit vulgairement chez nous, n etant pas clean , ils ont peur de se mouiller ?

Omerta ou opposition de facade ? Quelle credibilité ? Quel sens critique ?

Quand on m assome alors de discours sur la liberté et les pensées de Benjamin Franklin , je me demande quel est le but reellement visé, nous affranchir comme on le pretend ou permettre un simple changement de joueurs en bousculant le moins possibles les règles du jeu ?

15.Posté par nietszche le 29/11/2010 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pour reprendre un intervenant :

Sur le difficile chemin de la transparence des idées et des débats, depuis les debats televisés de la campagne toutes les questions traitant du " faiseur de rois " ont toujours été éludés : la franc-maconnerie, les contrats et les accords avec la france ...

Et aujourd hui le meeting de Myboto et Mayila font suite à la video des proches d AMO sur le serment macon, l affaire des BMA , sans qu aucun n en disent mot . Soutiennent -il les positions de l Executif gabonais derriere celui qui a representé la premiere institution nationale , celle de du pouvoir legislatif francais ou comme on dit vulgairement chez n etant pas clean , ils ont peur de se mouiller ?

Omerta ou opposition de facade ? Quelle credibilité ? Quel sens critique ?

Quand on m assome alors de discours sur la liberté et les pensées de Benjamin Franklin , je me demande quel est le but reellement visé, nous affranchir comme on le pretend ou permettre un simple changement de joueurs en bousculant le moins possibles les règles du jeu ?

14.Posté par igorema le 28/11/2010 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis un peu perdu parce que je ne comprends pas vraiment les Gabonais surtout les suiveurs de cet AMO qui en font de ce criminel de la nation gabonaise un messie de leur identite perverse et critiquee.ZACMI
l ideologue du PDG recrimine aujourdhui,AMO et les autres executeurs des basses besognes du regime toujours en place pretendent parler au nom de ce peuple qu ils ont detruit? Cest avoir la memoire courte qu AMO qui il y a pas longtemps a combattu l'idee de BIOMETRIE dans le Fichier electorale et aujourd'hui il en fait son cheval de bataille pour distraire les gabonais habitues a la pauvrete, a la servitude,aux humiliations...Cautionner ces gens parce que vous etes de la meme ethnie que lui vous range dans le clan des fossoa yeurs de la Republiqque gabonaise Des gens qui marchandent des parties du territoire national ,ces gens qui ont liquides AIR GABON ,un bien de souverainete ,vous revez les hisser a la tete du Gabon.Alors que les suiveurs de ces traitres sachent qu'ils devront marcher sur les cadavres des vrais fils la mere Allaitante ,notre mere a nous///

13.Posté par Jean Philippe Hector le 28/11/2010 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis plus vingt ans, le Gabon s’étouffe dans un modèle qui a du mal à libérer les marges nécessaires de la démocratie et du développement. Est-il nécessaire de tenir un inventaire des projets et des programmes initiés ? La liste serait longue. Mais le pays, dans ses frontières traditionnelles semble s’adapter à un fatalisme qui, finalement a inversé l’approche certes décriée (mais jadis pleine d’espoir), selon laquelle démocratie=développement).

Le Gabon pourrait plutôt dire (démocratie = sous-développement). Si nous résumons ce long parcours par les rapports des forces en présence depuis la dernière élection présidentielle de septembre 2009, il est facile de développer divers points qui soutiennent cette aversion (démocratie = sous-développement).
Le premier palier est celui de la plateforme qui alimente l’expression plurielle. Si celle-ci est admise comme telle (pluralisme politique, multiplicité des candidats aux différents scrutins locaux ou nationaux), il demeure une étonnante facilité avec laquelle ce foisonnement de l’expression plurielle oublie ou combat le projet politique à succès ; celui du consensus.
C’est une tare pour une opposition censée exercer une réelle pression contre une majorité gouvernementale qui domine l’exercice politique national depuis plus de quarante ans.

En fait, l’explication politique est qu’il n’y a pas de véritable leadership parmi les centres de pouvoirs ethno-provinciaux.. puis qu’il s’agit d’eux. D’abord dans la majorité, puis dans l’opposition, oubliant que chaque province du Gabon, quelle qu’elle soit, est stratégiquement faible pour faire émerger un leader consensuel capable d’assumer un rôle de rassembleur.

L’élection du nouveau Président de la République au Gabon, a toute la possibilité de fragiliser davantage cette opposition, d’autant que ce nouvel élu modifie à une vitesse étonnante la massification des choix antérieurs qui n’ont pas fait que bien ni au peuple gabonais, ni au pouvoir lui-même. Et comme disent les sociologues, toute innovation est perçue dans un champ comme une menace. On comprend aisément le niveau de déchirement simplement médiatiques mais important mais important tout de même, car son corpus virtuel alimente des haines qui ont la force de gêner ou d’obstruer parfois des initiatives de qualité.

Au Gabon, les faiblesses fonctionnelles actuelles tant dans le secteur public que dans le secteur privé, prennent leur lit dans l’héritage commun qui a pourtant été une bonne chose en théorie (la restauration du pluralisme politique) du début des années 90, avec l’explosion du nombre de leaders sur la plateforme de l’expression libérale qui a déversé un grand nombre de revendications et des exigences qui courent toujours.

Deux problèmes majeurs à ce jour semblent se faire oublier. Le premier est celui d’une opposition désorganisée qui refuse de se remettre en cause, et le second problème est que le plus grand nombre des animateurs de cette opposition sont tous des anciens apparatchiks du pouvoir restés très longtemps aux côtés du défunt Président Omar BONGO ONDIMBA, et (qui n’ont pas forcément convaincu sur les explications qui les ont conduits à se trouver soudainement des vertus d’opposants).

Or, le peuple gabonais coincé à ce jour entre l’espoir et la résignation, ouvre davantage les yeux et défie cette opposition en la convoquant à l’exercice de la crédibilité, d’autant que leur passé au sein de la majorité qu’ils dénoncent et combattent aujourd’hui a laissé des traces quasi indélébiles sur le difficile chemin de la transparence des idées et des débats. L’expression politique se saisie de l’espace virtuel (adaptation à la modernité) et fabrique en continu des peurs. On assiste à un lâcher des « garnisons » de la dénonciation et des atteintes à la vie privée avec de relents qui sentent fortement les origines provinciales et ethniques, alors que le Gabon qui a l’obligation de s’arrimer aux mutations du monde gagnerait à unifier autant des forces éparpillées par l’appétit des uns et des autres qui inscrivent durablement une forme de déchirement pour caler les stratégies destinées à affirmer leur volonté d’accès aux postions de pouvoir.


12.Posté par Ngone le 27/11/2010 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trop lucide La Pensée Gabonaise. Merci d'élever le débat.

11.Posté par la pensee gabonaise le 27/11/2010 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Monsieur ggk
Vous dites ue je manque d'objectivite, ok, je l'accepte! Mais, expliquez moi pourquoi, ceux-ci se taisent sur le servent d'Ali fait devant les crapuleux francafricains, quand on sait que cela, pour quelqu'un qui se dit President d'une Republque, va a l'encontre des interets du peuple dont il est le garant des institutions? Pourquoi, ce silence dans l'affaire des BMA quand cela conserne le probleme fondamental de bonne gouvernance?! Est-ce que ces deux questions evoquees revetent a leurs yeux aucune importances pour que ceux par leurs caracteres de "bas etages" subissent un black-out?! Qu'avez-vous a repondre a cela?

Nos opposants montrent par leur attitude que ce qui les importe le plus c'est le pouvoir et non la resolution des problemes fondamentaux des gabonai. Aussi, je dirais que ceux-ci sont animes d'une opposition cynique, comme je l'ai deja dit parce que, on ne fait l'opposition, on ne denonce que ce que l'on peut encore denoncer du fait que son implication serait difficile d'etre prouvee,...Quand on se sent directement vise ou concerne, on se tait tout simplement et, ce constat est la, car vous ne pouvez le nier a moins que vous ne faites preuve de malhonnetete intellectuelle!

Une autre caractere de nos fameux opposant est que, ceux-ci, prouvent a suffisance qu'il ne pourraient jamais avoir les caracteristiques d'homme d'Etat: l'homme d'Etat contrairement a l'homme politique pense aux generations future quand l'homme politique pense a la prochaine election! C'est ce que nous observons maintenant, nos opposant veulent garder leur siege de depute et les avantages qui vont avec - la deputation du ventre, voila ce qu'ils font! Comme bientot les legislatives, les voila qui gesticulent beaucoup! Pourtant beaucoup ont deja amasse assez d'argent pour s'assurer une retraite, mais pour les chefs negres, il en ont jamais assez et, il faudrait que l'on ne voient que sa tronches! Quant est-il de laissez un peu de place aux plus jeunes qui, je suis sur, ont plus d'idees nouvelles qu'eux, en se mettant un peu en arriere plan? La, ce serait comme signer leur acte de deces politique.

Je ne suis pas contre le fait qu'ils soient dans l'opposition, mais ce qui me derange, c'est leur cynisme, leur manque de vision nouvelle, leur soif de pouvoir, leur egocentrisme meme s'ils declarent a travers toutes les ondes l'avoir depasse! Comprenez moi bien sur ce point! Notre objectif en tant que partisan de l'opposition est aussi de denoncer les incoherences, le mande de vision et methodologie qui manquent a nos chefs negres, leur rouille politique car, avant de vouloir nettoyer la devanture d'autrui, il faudrait commencer par chez-soi: c'est une logique toute simple. Notre opposition, contrairement a ce que beaucoup pensent, en sortirait que forte de cela! La critique constructive est la condition de tout developpement.

Quant a votre tv+, malgre ce que l'on peut penser, elle est ce que son patron voudrait qu'elle soit, c'est-a-dire que: si aujourd'hui elle doit etre partisane, elle le serait; si demain , elle doit etre objective elle le serait... Elle reste collee a la pensee et aux humeurs de son proprietaire; elle n'est pas un media libre, cree par des hommes libres!!! Elle ne sert que la cause de ceux qu'il droit comme media la creation! Aucun media appartenant a un politicien, ne peut se pretendre objectif a l'endroit de celui-ci. C'est pourquoi, vous ne verez jamais sur tv+, un discours qui discreditise AMO et sa bande! Fort de cela, quel credit peut-on l'apporter? Il est question ici de l'objectivite! Si vous pendez le contraire, donc, ne vous etonnez pas que pour les PDGistes, RTPDG et gabonews, TV Africa et Gabon Matin, soient les medias de l'objectivete absolue, si nous le disions pour tv+! La verite ne depend parfois que d'ou on se trouve, aissi pour un musulman MAhomet est un prophete et Jesus n'est qu'un simple croyant, ce qui est le contraire chez les chretiens. Qui a alors tord et qui ne l'a pas,la est la question? Chacun d'eux a raison selon la verite qu'il se font par rapport a leurs croyances et religion!

J'espere que vous avez compris la portee de ma pensee...

10.Posté par Taty le 27/11/2010 18:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@la punu

Ne peut soutenir l'UN que celui qui s'exprime correctement en français?


9.Posté par ndong jean le 27/11/2010 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
zacharie,jete dis encore pour reprendre le post 4, que tu preche dans le desert ,si tu crois que la biometrie est la potion magique qui va te donner une virginité politique tu te trompes, tu ne vas d'un baton magique resoudre les problemes des gabonais par la biometrie et d'ailleurs de quelle biometrie parle ton chef amo,n'a t-il pas la clé de la fraude ? c'est plutot vous qui trompez le peuple,il a raison de te traiter de okoukout (maboule) qui sait si ce n'est pas lui qui a demandé ases partisans de ne pas venir à rio pour te ridiculiser tu ne re presente rien pour son parti tu as ete idiot pour dissoudre ton parti chez nous qd on vieilli on s'assagit j'ai bien peur que ça soit le contraire chez toi . Ton chef amo croit qu'il est intelligent,çane se decrete pas,pourquoi il est parti s'immoler à barcelonne ,?tu n'est qu'un paravant pour tromper le peuple et tu sembles jouer le jeu est ce que j v leyama et kombe lekambo seront encore deputés sous la banier de l'UN ,? je ne crois pas pitié zach mais comment celui qui t'a sorti du gvt et ecrit tout un livre sur toi peut te manipuler jus qu'à te demander de disoudre ton parti ? pitié zaach

8.Posté par rire à gogo le 27/11/2010 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Lapunu, post 2
je sais pas à quoi correspond votre demarche, mais je viens vous en feliciter. le raisonnement qui est le votre et la logique qui vous conduit sont tres au dessus du mien. votre grande intelligence est plusieurs niveau au dessus de ma modeste personne. j'espere de tout coeur, pour vous du moins, que vous etes satisfaite, car je suppose que vous avez eu ce que vous vouliez..

7.Posté par SNO le 27/11/2010 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec "Moi aussi je sais lire"! les Myboto nous emmerdent! la biométrie d'accord. mais qui va centraliser les résultats? N'est ce pas toujours le démon d'abogho ella? Qui va proclamer les résultats les résultats à la télé (il n'y a que ça qui compte) n'est ce pas le loup-garou de ndongou? qui va valider les résultats électoraux? n'est ce pas la meme prostituée de luxe et non moins vampire de Mborantsuo? sachant que toutes ces personnes souffrent de dislexie (au lieu de lire que c'est AMO le vainqueur ou Myboto ou Mouity Nzamba ou autre, ils vont toujours lire c'est ABO ou un autre pédégiste le vainqueur). Sachant et je le répète, au final, c'est ce qu'on diffuse dans les médias qui compte et l'opposition criera toujours à la fraude.

je me pose alors cette question: que feriez-vous quand Ndongou sans aucune honte ni scrupule viendra encore proclamer le PDG vainqueur avec sa grosse langue? vous vus contenterez de crier à la fraude et à parler du pouvoir illégitime. si votre seule stratégie c'est la biométrie, pardon, il faut laisser tomber et laisser les gabonais qui se lassent progressivement de votre inertie. autre question, quelle est la position de la fameuse oposition sur les biens mal acquis et la francmaçonnisation du pays? ne sont-ce pas là des sujets d'intérets vitaux de la république, pourtant pas un mot de votre part, vous vous contentez de sujets marginaux! allez vous faire voir.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...