News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Union Nationale : Discours de Raphaël Bandega-Landoye

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 23 Juillet 2012 à 13:04 | Lu 2243 fois



Gabon : Union Nationale  : Discours de Raphaël Bandega-Landoye
Premier Ministre du Gouvernement Légitime du Gabon d’André MBA OBAME

Cent Causeries pour une reprise en mains du terrain.

Monsieur le président de l’Union Nationale,
Madame et Messieurs les vice-présidents,
Messieurs les membres du Gouvernement légitime du Gabon d’André Mba Obame
Mesdames et Messieurs,

L’Union Nationale a organisé pendant près de six semaines près de cent causeries à Libreville. Elles ont consisté en une sorte de parlement de proximité mettant en rapport les Gabonais avec une délégation des cadres mandatés par la direction de l’Union Nationale.

Lancées par la direction du parti, les causeries eurent lieu du mardi au samedi dans l’ensemble de la ville de Libreville et dans ses environs au rythme de quatre causeries par jour. Marquées par la volonté de toucher au plus près le maximum des gabonais, elles se sont tenues dans des lieux divers et privés, aménagés par les militants. Les cadres du parti constitués en délégation se transportaient en chacun de ces endroits. Elles ont connu un franc succès et furent suivies par près de dix mille personnes.

Les causeries étaient préparées par une logistique légère et efficace composée de jeunes militants dévoués qui tenaient leur rôle jusqu’à des heures tardives. C’est le lieu de remercier chacun d’entre eux et de leur adresser de chaleureuses félicitations.

Les messages préliminaires exposés par la délégation avaient été précédés par la distribution de documents qui synthétisaient les problèmes d’ordre politique, économique et sociaux sur lesquels ils portaient. Toutefois, les propos de chacun s’efforçaient de coller à l’actualité et de susciter la prise de conscience, la réflexion de l’auditoire sur les problèmes de notre pays.

L’échange qui suivait ces exposés était souvent faite de préoccupations parfois récurrentes : les nouvelles du Président André Mba Obame, les explications sur la biométrie, la situation juridique de l’Union Nationale, sa stratégie pour la prise du pouvoir, les mots d’ordre et le moment pour en découdre avec le pouvoir émergent et sa cohorte d’étrangers, les précisions sur la Rencontre de Paris… Parmi les réponses apportées j’aime à répéter deux traits de style: « Quand Mba obame viendra, soyons des milliers à l’aéroport ». « Lorsque sonneront les cloches de la liberté soyez prêt à y répondre », « nous ne disons pas : on va encore faire comment ? on va faire »

Ces contacts avec le terrain ne doivent pas s’arrêter. Ma proposition est de continuer ces échanges selon un calendrier et une organisation à convenir, au siège du parti. En même temps, doivent être mise en œuvre le plus tôt possible des formations pour satisfaire la soif des gabonais pour la chose politique. Ensuite, ce qui a été entrepris à Libreville doit s’étendre en province où cette soif de connaissances est encore plus soutenue.

Je remercie la direction du parti et les cadres de l’Union nationale qui ont sacrifié de leur temps pour animer ces échanges citoyens. Je remercie particulièrement les ministres d’André Mba Obame. Ils se battent contre des difficultés multiformes dont la privation de traitement est celle qui marque la vraie césure entre les sociétés démocratiques, légalistes ou civilisées et celle dans laquelle nous vivons. Le martyr ou le sacrifice de ces hommes et de ces femmes privés depuis dix-neuf mois de leur salaire a été relevé même au cours de l’audience fameuse de Paris. Il doit appeler de la part de chaque militant de l’Union Nationale, de chaque partisan du changement un sentiment de respect à leur égard. Le mien leur est garanti.

Je dis à la face de tous que notre combat ne sera pas vain car la peur panique qui étreint le pouvoir émergent depuis son fiasco parisien est aussi un des résultats tangibles de notre implication pour construire le changement au Gabon. Avec les autres membres de l’Union Nationale, avec les partisans du changement, il nous faut nous impliquer encore davantage pour l’éradication du système suranné qui empêche le Gabon de prendre le train des nations démocratiques. Nous devons être prêts, à tout instant, pour imposer la Conférence Nationale Souveraine. Vous devez m’en faire la promesse : êtes-vous prêts ?

Vive la République et vive la liberté !

Je vous remercie.


Lundi 23 Juillet 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2243 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

13.Posté par St.Michael le 25/07/2012 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mamberi Orphé dit ce-ci: ''…ce que je veux c'est une alternance à la tête du pays pas avec un ancien du régime….'' C’est légitime et je le respecte.

Ce que moi je veux c’est que le fils de Mamberi Orphé ou ma fille puisse atteindre leur GOD given Potential y compris celui d’être élu librement et démocratiquement Président(e) des gabonais et non ce clan bongo le moins méritant et le plus mal éduqué….Cela aussi devrait être légitime et respecté.

Alors je ne vois pas d’incompatibilité entre nos desires. Cependant nos désires ne peuvent s’accomplir qu’à une seule condition : L’élimination complète par tous les moyens de la thermite ou vermine venue du Biafra et tombée mystérieusement dans le ventre de Nkama Josephine qui avait 12 ans et dont la grande sœur Ngoulakia était en mariage avec Bongo Albert.

Cheers,

12.Posté par FOUTAISE le 25/07/2012 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mamberi Orphé

Ressaisissez vous! Il est encore temps de basculer du côté de la résistance. AMO et tous ces anciens que vous citez sont, à mon sens, le chemin vers l'alternance et la fin des Bongo.

11.Posté par Mamberi Orphé le 24/07/2012 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tchougoudja , tu n'est pas le seule Gabonais à vouloir le changement au Gabon, en outre , moi , ce que je veux c'est une alternance à la tête du pays pas avec un ancien du régime mais plutôt avec une personne qui n'a jamais fleurté avec le régime PDG, soyons assez objectif pourquoi tous anciens du PDG AMO, Myboto et autres sont ils devenus opposants? tout simplement parce qu'ils croyaient être choisis pour succéder à feu OB. donc ne soyons pas amnésique .je suis pour l'alternance au Gabon afin que notre pays connaisse la démocratie mais surtout un progrés économique , social ....... vive le Gabon afin que vive la République.

10.Posté par BONGO le 24/07/2012 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les gabonais ont besoins d'une conférence nationale souveraine en septembre prochain qui verra la partiticipation de tous les acteurs politiques à l'intérieurs qu'à l'extérieur du GABON.
Nous demanderons à cette occasion que :
- Le mandat présidentiel soit de 5 ans.
-Le président de la république sera élu deux fois pas plus.
- Les éléctions municipales,législatives et présidentielles doivent se faire en deux tours
- Le candidat à la présidence de la république doit être gabonais de 5 ieme génération.
-Tout gabonais vivant à l'étranger ou au GABON a le droit de se présenter à la présidentielle, il suffit qu'il dépose une caution de 5 millions de francs CFA!
- Le budget du gabon doit être voté en début d'exercice et controlé en fin d'exercice par les élus.
-Aucune somme supérieure à un milliard de franc cfa ne peut être sortie du budget sans l'aval des élus.
-Répartition équitable des investissements entre toutes les provinces du GABON, autrement dit, les investissements ne doivent plus être faits seulement à libreville et Franceville, toutes les autres villes du GABON doivent bénéficier des investissements.
- Le budget de la présidence de la république ne doit plus être un sécret.
-Le budget d'investissement ne doit plus être géré par le président de la république.
- Il faut instaurer un conseil national des nomminations ou chaque gabonais devra déposer son CV
-Demander un audit de l'utilisation des budgets du GABON depuis 1967 date de la prise de pouvoir par les Bongos.
-Déposer une plainte à la cour internationale de justice sur les détournements d'ELF GABON sur les richesses du GABON.
-Déposer une plainte à la CPI sur les assassinats et crimes rituels commis sous le régime d'Omar BONGO. Ces actes sont prescriptibles pendant 30 ans, si l'auteur des crimes est décédé ses héritiers payeront les frais.
Je vous remercie.
Tchaou.
bongo.albertbernard@gmail.com

9.Posté par FOUTAISE le 24/07/2012 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers amis,

personnellement je ne me bats pas et je ne me battrai jamais pour 1 homme. Je me bats pour mon pays. Je veux une alternative crédible au Bongo-system.

Ne voyez pas AMO et ses alliés comme l'ultime solution. Considérez-le (les) comme le moyen, le catalyseur qui permettra de connaître autre chose qu'un système dépassé grâce auquel les Bongo et leur "légion étrangère" tiennent le pays en laisse.

Il n' y a que ceux et celles qui connaissent les rouages d'1 système qui peuvent le détruire.Se focaliser sur les personnes revient à penser que ces gens sont éternels. Ils mourront tous autant qu'ils sont (y compris le grand Raïs des musulmans et pédé-gistes du Gabon) mais le Gabon lui demeurera.

Reste que le Gabon ne doit pas appartenir à un clan, à un club d'amis (Ali Baba et ses 40 violeurs-voleurs), à une famille (Bongo ou même Mba Obame). Le Gabon doit rompre avec le culte de la personnalité, le tribalisme (le tout sauf 1 ethnie), le clientélisme et la grande braderie du pays aux étrangers.

Ojukwu et sa bande vous enfume. Arrêtez de gloser sur le passé, le futur se conjugue au présent, et dans l'action svp.

Comme qui dirait FH, le changement c'est maintenant! Je rajouterai: "YES WE CAN" !!

8.Posté par Pitié le 24/07/2012 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, RESISTANCE!

7.Posté par Oréma le 23/07/2012 19:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NOUS SOMMES LÀ ET SERONS LÀ POUR LA LIBÉRATION DE NOTRE PAYS. TOUS ENSEMBLE, NOUS VAINCRONS LE DESPOTE ET DICTATEUR ALI JEFFREY. DÉJÀ BEAUCOUP DE SIGNES DE SA FIN SONT LÀ, ENTRE AUTRES, L'ÉLECTION DE MADAME DLAMINI ZUMA, QUE NOUS SALUONS AU PASSAGE, QUI EST UNE GIFLE ET UN REJET DE GAGUIE PAR LES AFRICAINS.

VIVE L'AFRIQUE LIBRE POUR QUE VIVE LE GABON LIBRE!!!

6.Posté par TCHOUGOUDJA LE FILS le 23/07/2012 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mamberi Orphé

Enfin, je suis rassuré, et c'est une bonne chose qu'il y ait des milliardaires dans l'opposition. Dieu fait bien les choses car ça fera d'eux des incorruptibles ayant 1 seule idée chevillée au corps: la libération du pays des griffe d'un système et du clan BONGO.

5.Posté par TCHOUGOUDJA LE FILS le 23/07/2012 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mamberi Orphé

Il faut encourager ceux et celles qui ont dit NON à la monarchie. ça ne m'aurait pas plus choqué que ça qu'un autre PDgiste prenne le pouvoir, mais encore 1 Bongo (biafrais de surcroît!), après 42 ans du père! ça fait trop.

Sais-tu seulement que le fils du biafrais est déjà intégré dans une grande école militaire en Angleterre et que lui aussi peut potentiellement prétendre au "trône"? Le maboulisme de certains gabonais s’arrêtera t il 1 jour?

Je préfère mille fois celui qui reconnaît qu'il a péché, qu'il a fauté et qui démontre qu'il a envie de se ressaisir et œuvrer pour l'intérêt général, à celui qui persiste et signe dans l'idiotie, l'arrogance et 1 certaine idée que le Gabon appartient à une seule et unique famille: les BONGO.

Dieu merci, la fin est proche et le Gabon appartiendra bientôt à tous les (vrais) gabonais qui aiment ce pays.

Je t' exhorte à rejoindre la résistance le plus rapidement possible, mon frère ou ma soeur...

4.Posté par Le Gabonais le 23/07/2012 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Mamberi Orphé
C'est pas de votre faute, ne rien comprendre à la vie politique et sociale,
Depuis 47 ans le pédé-G dirige le pays avec ses mafieux, quel est le Gabonais qui a eu le salaire qu'il méritait dans un pays aussi bien nanti que le Gabon? quel est le Gabonais qui a renié son parent qui est au pédé-G et qui soutient la famille en cas de besoin, qui suis-je pour juger mon frère qui a accepté les "CADEAUX" de Bongo je dis bien "CADEAUX" car Bongo a fait usage de la corruption pour réduire le Gabonais au rang de mendiant et celui qui refusait cette vie allait à la soupe.
Tous les Gabonais ont directement ou indirectement pillés le pays.
La plus belle expression de culpabilité des Gabonais " ON VA ENCORE FAIRE COMMENT"


1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...