News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Un Premier ministre Paul Biyoghé Mba en sursis, Mamboundou futur Premier Ministre ?

Le site de la Liberté - Lvdpg - News : Source : Jeune Afrique le Vendredi 14 Janvier 2011 à 08:27 | Lu 4970 fois

Pas sûr que Paul Biyoghé Mba reste longtemps à la tête du gouvernement. À l’approche des législatives, Ali Bongo pourrait décider de se passer de lui et d’ouvrir son gouvernement.



Gabon : Un Premier ministre  Paul Biyoghé Mba  en sursis, Mamboundou futur Premier Ministre ?
On dit de lui qu’il est un Premier ministre en sursis. Que le couple formé à la tête de l’exécutif du Gabon par Paul Biyoghé Mba et Ali Bongo Ondimba (ABO) ne tiendra pas jusqu’aux législatives prévues fin 2011. Les visiteurs réguliers du Palais du bord de mer soutiennent qu’un remaniement pourrait, dans les prochaines semaines, confirmer la rupture entre les deux hommes. Ceux qui, depuis des mois, plaidaient pour le limogeage de ce natif de Donguila (Estuaire) auraient donc fini par avoir sa tête.

Les raisons de ce désamour tiennent autant au contexte politique qu’à la personnalité et au parcours de ce Premier ministre atypique. Plusieurs fois élu député et sénateur, membre du gouvernement depuis 2002, Biyoghé Mba est un poids lourd de la politique gabonaise. En juillet 2009, les partisans du candidat « Ali 9 » se sont réjouis à l’annonce de sa nomination et y ont vu un renfort susceptible de faire oublier la « trahison » de Jean Eyéghé Ndong, son prédécesseur à la tête du gouvernement, qui avait démissionné pour se présenter face à ABO à la présidentielle.

Habile et travailleur

À l’époque, c’est Rose Rogombé, présidente par intérim, qui avait nommé Biyoghé Mba après avoir consulté les barons fangs de Libreville, dont Jean-François Ntoutoume Emane et Henri Minko. Mais les proches d' Ali Bongo ont toujours scruté avec attention les faits et gestes de ce politicien habile, formé auprès d’Omar Bongo Ondimba, et qui n’hésita pas à démissionner du parti présidentiel en 1994 pour créer son propre parti, le Mouvement commun de développement (MCD).

Avant d’accepter le poste que lui proposait le nouveau président mal élu , il a âprement négocié et obtenu de larges pouvoirs, et la garantie d’avoir les coudées franches dans bien des domaines. Il en a profité pour s’entourer d’hommes de confiance, pour la plupart issus du MCD – parti qu’il a sabordé par surprise, en 2002, avant de réintégrer le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Ali Bongo vit entre deux avions ? Biyoghé Mba, gros travailleur, se charge de mettre en musique la politique de l’« émergence » voulue par Ali Bongo . Lui n’aime pas voyager. Depuis qu’il est le chef du gouvernement, il n’a effectué que deux déplacements officiels hors du Gabon : en Chine et en Zambie. S’il met beaucoup d’énergie à s’acquitter de sa mission, il n’a pas pour autant renoncé à ses ambitions. Se sachant éjectable, il cultive sa popularité et soigne ses liens avec les électeurs de sa circonscription.

À l’inverse du Ali Bongo , qui reçoit beaucoup moins que son père, il tient grandes ouvertes les portes de la maison familiale à Bikélé (dans le district d’Ikoy Tsini, près de Libreville), qu’il a transformée en bureau. Une cinquantaine de personnes s’y pressent tous les week-ends. Rien de plus normal, pense à tort cet homme peu soucieux de son image. Ses ennemis y voient des raisons de mettre en doute sa loyauté. Et le voici devenu la cible favorite de courtisans friands d’intrigues de palais, dont le travail de sape a fini par semer le doute dans l’esprit du président.

"Des bâtons dans les roues"

Le malaise a grandi au point de devenir alarmant, en octobre, lorsqu’ABO décide de réaffirmer son autorité. Plusieurs « Biyoghé boys » sont limogés sans préavis, dont Léon Ndong Nteme, le directeur général du budget, Molière Eyi Engot, directeur général des marchés publics, et Marie-Jeanne Mbazoghe, directrice générale de la marine marchande. Le même jour, s’appliquant à débrancher les réseaux de son Premier ministre, Ali Bongo fait muter un autre de ses proches, Gaspard N’Nang Ella, alors gouverneur du Moyen-Ogooué, dans la province moins enviée de l’Ogooué-Lolo.

Le petit coup de balai a valeur d’avertissement. Biyoghé Mba voit rouge et menace de remettre sa démission. La crise est vite étouffée, mais a miné la confiance qui existait jusqu’au mois de juillet entre les deux hommes, quand le chef du gouvernement expliquait à Jeune Afrique que leurs « relations [n’avaient] jamais cessé d’être cordiales ».

Même au sein de son gouvernement, ses détracteurs sont légion. « Certains membres de l’équipe font tout pour lui mettre des bâtons dans les roues », accuse un haut cadre. Ses relations sont délicates avec le ministre de l’Économie, Magloire Ngambia, et avec celui du Logement, Rufin Pacôme Ondzounga. Elles ne sont pas meilleures avec un autre proche du président, le ministre de l’Enseignement technique, Léon Nzouba. Cette situation a inspiré une partie du discours présidentiel du 17 octobre dernier.

Ali Bongo avait alors prévenu que « le temps de l’évaluation [avait] sonné » : « Certains projets connaissent une lenteur dans l’exécution. J’ai d’ailleurs fait remarquer au gouvernement que beaucoup de projets pourtant budgétisés souffraient de l’absence criarde de réalisation. […] J’ai décidé de corriger au plus vite certaines erreurs, notamment celles de casting pour placer l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », avait martelé Ali Bongo Ondimba, sans préciser s’il pensait changer de Premier ministre ou simplement de ministres.

Motifs d'un changement

À quelques mois des législatives, Ali Bongo pourrait trouver judicieux de remplacer Biyoghé Mba pour contrer une opposition qui avait rassemblé plus de 50 % des suffrages à la dernière présidentielle, avec les candidatures de Pierre­ Mamboundou et André Mba Obame. ABO a rencontré à deux reprises l’opposant Pierre Mamboundou, naguère chantre du changement radical à la tête de l’Union du peuple gabonais (UPG).

Après plusieurs tentatives infructueuses pour parvenir à la tête de l’État, celui-ci a jeté son dévolu sur la primature. En se ralliant à Mamboundou, Ali Bongo sait qu’il divise l’électorat de l’opposition et isole l’Union nationale d’André Mba Obame. Sauf qu’il n’est pas certain que, s’il obtient le poste de chef de gouvernement, Mamboundou parviendra à faire taire sa nature d’homme d’ambition pour s’en tenir au rôle ingrat d’homme de missions…

La deuxième raison pour changer de Premier ministre est cosmétique. Ces derniers jours, la diffusion par la télévision française du documentaire Françafrique, 50 années sous le sceau du secret, de Patrick Benquet, a menacé de raviver la contestation des résultats de l’élection qui a porté ABO au pouvoir. Et pour cause : Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique de Jacques Chirac, y met en doute la régularité du scrutin. Il a depuis démenti, mais Zacharie Myboto, président de l’Union nationale, en a profité pour demander la « démission » Ali Bongo. Nommer une personnalité issue des rangs de l’opposition pourrait donc permettre de désamorcer la contestation.

Cependant, les jeux ne sont pas encore faits. Biyoghé Mba n’a pas abattu toutes ses cartes, ni commencé à faire ses cartons. Il est certes affaibli, mais il n’est pas dit qu'Ali Bongo soit assez fort pour s’en séparer sans drame. Qui vivra, verra...

Source : Jeune Afrique


Gabon : Un Premier ministre  Paul Biyoghé Mba  en sursis, Mamboundou futur Premier Ministre ?

Vendredi 14 Janvier 2011
Lvdpg - News : Source : Jeune Afrique
Vu (s) 4970 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

24.Posté par ninon NO le 17/01/2011 03:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
YA ALI

ya pas assez e femmes !!!
ni au gouvernement ,ni au senat ect ectera fais quelque chose merci , on en reparlera à ton arrivéeà paris

23.Posté par MBOUMBA le 16/01/2011 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gabonais dort, se réveille et ne vit que de la rumeur (le kongossa). Maintenant que Mamboundou n'est pas au gouvernement, j'attends de voir ou d'entendre la prochaine rumeur. Puisque sans la rumeur il n'y a pas débat sur les blogs.
les signaux viennent de cote d'ivoire et maintenant de Tunisie. pendant ce temps nous on kongosse en attendant que le Bon Dieu descende nous délivrer.
Attendons toujours et continuons le Kongossa.... Pathétique

22.Posté par OLAME NDONG Eric Parfait le 15/01/2011 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes les grandes gueules disent quoi après le remplacement de BIYGHE MBA par BIYOGHE MBA?

Soulagés Mesdames Messieurs les tocards faux analystes et accusateurs sans preuves?

21.Posté par librevilloise le 15/01/2011 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je seconde ce que vieent de dire post 20.

Ali Ben doit partir dans les prochains jours, avec ou sans leader le peuple doit marcher vers la felicite.

C'est maintenant ou jamais!!!!!!!!!!!!

Tous gabonais, tous unis, un seul objectif, ALI BEN DOIT PARTIR!!!

Le plus tot possible.

La France ne sait plus ou mettre la tete, elle ne viendra pas mettre son nez ds nos affaires interieures, elle n'arrive deja pas a gerer le dossier Cote-d'Ivoire. L'ONU, pareil, ni meme les USA, ils sont deja debordes pas ce qui se passent chz eux et la gestion de la crise ivoirienne.

Au Gabon, Ali multiplie les insolences, Revision de la Constitution pour en faire une sur mesure, nouveau gouvernement, on reprend les memes et on recommence, POG a des problemes de coupures d'eau et courant, et l'emergence, les promesses faites lors du conseil de ministres de pog?!? Nada!!!, Les biens mal acquis, videos sur la France Afrique, Wikileak...Pour ceux qui ne sentent rien, ca sent la fin d'un regime au Gabon. Il faut secouer un peu, UN DERNIER EFFORT AU NOM DE NOTRE AVENIR ET DES PERTES DE VIES A POG.

Un dernier, tout drnier effort,le fruit est sur le point de tomber.

Une revolution pacifique bien ciblee va en venir a bout de Ali Ben.

Et si notre opposition si met, QUELLE BOMBE EXPLOSIVE.

OJUKU doit partir, exhile.

C'est maintenant ou jamais.!!!!

God bless Gabon.


20.Posté par MLUTHERKING le 15/01/2011 01:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alilebiafra doit subir la même chose dans les tous prochains jours. Quant aux opposants Gabonais on en a mare des discours il faut et on doit passer aux actes, le peuple doit agir suivant le vent de libération et de la vraie démocratie qui souffle en Afrique aujourd'hui et dans le monde entier. on n'en veut plus des beaux discours.

19.Posté par Le visionnaire le 15/01/2011 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@DongoDongo ,

Je pense que la vérité triomphe toujours. Est-il entré au gouvernement Mamboundou? Vous êtes vraiment pathétiques. Dongo Dongo, tout être est un mort vivant. Peut-être que tu seras le premier à être rappelé à Dieu avant Mamboundou.

18.Posté par fghjklikjfkgh le 14/01/2011 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sondage: Ali Ben doit-il subir le même sort que Ben Ali?

17.Posté par jean sebastien le 14/01/2011 21:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne vous comprends pas vous passiez tout votre temps a insulter Mamboudou, et au finish vos informations ne se trouvent pas avérées....

Depuis 1998, vous spéculez sur celui-ci d'une éventuelle entrée au Gouvernement...

16.Posté par Lobservateur le 14/01/2011 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Annonce du nouveau gouvernement ce soir :

François ENGONGAH OWONO devient Premier Ministre ce soir et effectivement :
LAURE OLGA GONDJOUT, remplace François ENGONGAH OWONO au secrétariat général de la présidence de la République.

Le président reprend la main.

15.Posté par Germain Mba le 14/01/2011 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'histoire biblique du post 6 est tres tres explicite
Mais bon sang! Qu'est ce que l'imposteur biafra venu d'imo state province du nigeria attend pour nommer ce "saint homme politique" (Pierre Mamboundou).
opposant historique, leader de l'opposition etc etc, vraiment le gabonais est né avant la honte quoi!
Pierre claver Maganga Moussavou avait bien dit lors des dernières presidentielles que, qui etait vrais opposant de bongo ondimba albert bernard el hadj omar se retrouvait soit en exile soit six pieds sur tèrre, cela veut tout simplement dire que l'histoire de l'opposition de "saint" Pierre Mamboundou là est comme celle du prètre excommunié Mba des bois.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...