News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Un Gabon sans matitis à l’horizon

Le site de la Liberté - Source : Gaboneco le Samedi 7 Août 2010 à 21:46 | Lu 819 fois

Le premier forum national sur l’Habitat s’est ouvert le 6 août à la Cité de la démocratie de Libreville. Ce conclave qui s’achève aujourd’hui, vise à trouver les voies et moyens pour doter tous les Gabonais d’un logement décent.



«Un toit pour tous pour un avenir en confiance» ou «Un Gabon sans matitis», peut-on lire sur les banderoles déployées dans l’hémicycle de la Cité de la démocratie à l’occasion du forum national sur l’Habitat qui a démarré le 6 août à Libreville.

Selon le premier ministre, Paul Biyoghe Mba, qui a lancé les travaux de ce conclave, «l’urgence est de trouver de nouvelles approches à la question de l’habitat social au Gabon. Chaque Gabonais doit disposer d’un logement décent et facilement accessible qui ne le prive pas de l’essentiel des revenus mensuels».

«Qui dit logement, dit terrain et maison. En ce qui concerne le terrain, le gouvernement a d’ores et déjà décidé cette année que la superficie minimum de chaque parcelle de terrain est désormais de 500 m2, qu’il s’agisse de lotissement public ou de lotissement privé. Celui-ci devra être obligatoirement desservi en eau, en électricité et en route carrossable en toute saison», a-t-il poursuivi. Sur la maison d’habitation, Biyoghe Mba indiqué qu’elle répondra aux normes légales et règlementaires en vigueur au moment de la construction.

«En ma qualité de chef du gouvernement (…) le logement comme la route, l’hôpital, la formation, l’amélioration du climat des affaires au Gabon, sont pour moi des priorités incontournables», a affirmé Biyoghe Mba.

Le ministre de l’Habitat, Rufin Pacôme Ondzounga, quant à lui, a dressé un bilan sombre sur l’urbanisation des villes du pays. «Le développement de ces villes s’est poursuivi de manière anarchique, en dehors de tout cadre réglementaire. Libreville reste marquée par la prolifération des quartiers sous intégrés et l’insuffisance chronique de terrains à bâtir», a-t-il déploré. Pour lui, ce conclave permettra des solutions pour «une urbanisation rationnalisée et modélisée de nos cités pour que les citoyens soient logés dans un environnement sain et sécurisé».

Le ministre de l’Habitat est vivement attendu pour la construction de 5000 logements par an à compter de 2011, conformément à la promesse de campagne du président Ali Bongo. Un projet prometteur qui doit permettre de réduire déficit patent de 160 000 logements à Libreville notamment.

Samedi 7 Août 2010
Source : Gaboneco
Vu (s) 819 fois




1.Posté par Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA le 09/08/2010 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je venais de parcourir l'article ci-dessus ("Un Gabon sans matitis à l’horizon") qui résume le premier forum national sur l’Habitat s’est ouvert le 6 août dernier à la Cité de la démocratie de Libreville.
Ce conclave est salutaire. Mais, et c'est mon point de vue, il est fait dans la précipitation. Car, il méritait une communication promotionnelle d'envergure afin de sensibiliser non seulement les gabonais mais également les divers futurs partenaires à travers le globe pour venir y prendre part...
La problématique de l'habitat au Gabon n'est non seulement un casse tête chinois, mais également une hécatombe nationale et un gros gâchis...

Si la problématique du logement préoccupe tant le gouvernement, et est pour Monsieur Biyoghé Mba "des priorités incontournables" pourquoi ne prend t-il pas le temps d'une réflexion concertée et de fond pour dimensionner une fois pour toute un canevas national de construction de logements décents pour tous les gabonais?

Ce dimensionnement, je me repète, ne trouvera ses solutions qu'autour d'un mécanisme de financement intégré dans un "Code de Construction et de l'Urbanisme Gabonais" ou "CCUG" qui incitera tous les acteurs de l'art de construire et de l'urbanisation à travailler obligatoirement ensemble.
Il incitera de même à attirer les financements étrangers à venir investir au Gabon au regard de l'environnement des affaires qui se retrouvera amélioré, dégagé et incitatif dans ce domaine. Si le gouvernement gabonais a bien mis en place un Code Agricole, il pourrait également le faire pour la mise en place d'un un "Code de Construction et de l'Urbanisme" en appellant la contribution des experts en la matière et celles des professionnels du domaine de la construction et de l'urbanisme autour d'un véritable débat de fond sur la question.

Si ce conclave qui s’achève vise à trouver les voies et moyens pour doter tous les Gabonais d’un logement décent, il convient de souligner et d'insister de repeter que ce genre de réfléxions mérite un débat de fond et pas des forums de fuite en avant...
La manière légère et cavalière avec laquelle les autorités gabonaises ont toujours traité la problématique de l'Habitat et de l'urbanisme depuis des decennies relève de l'amateurisme, et montre que ce n'est pas pour demain que le gouvernement y trouvera des solutions.
Depuis des années, je me suis permis, à travers le magazine "Nouvelle Afrique dont je suis le fondateur et Directeur de la Publication, d'interpeler le gouvernement pour faire des proposition (voir Nouvelle Afrique n°1 Janvier 1994 version papier dont des exemplaires avaientt été adressé à feu le président Bongo, à Monsieur Louis Gaston Mayila à cette époque ministre de l'intérieur; et au journaliste Sambhat Mamadou à cette époque attaché de presse près ledit ministère et à la direction de l'Union du Peuple gabonais.

Ainsi, je me permets, en ma qualité de citoyen de la République d'adresser mes propositions et ma contribution, que je pense réalisable par le gouvernement gabonais, pour mettre l'économie dans un rayon circulaire au bénéfice du plus grand nombre et de la croissance...

Depuis des décennies, l'Etat gabonais, par les gouvernements passés aux commandes du pays, ne cesse de briller par son interventionnisme à tout va dans tous les domaines de son l'économie.

Cette attitude à vouloir tout régenter ou tout contrôler a amené le Gabon dans son etat actuel: économie exsangue, populations paupérisées et brutalisées, insalubrité croissante, etc.

Monsieur le Premier ministre doit arrêter cette descente aux enfers; surtout que votre chef hiérarchique, Monsieur Ali Bongo Ondimba -peu importe maintenant la manière dont il est arrivé au pouvoir- a promis au gabonais un "Avenir en confiance" dans son projet de société pour un Gabon meilleur: "L’émergence".

Pour ne pas aller trop loin pour notre premier contact, je ne mettrais en relief que le domaine du BTP très capital pour le Gabon. Et, il devient impérieux que cela soit pansé...
La question de l'épineuse problématique du logement qui se pose au pays depuis les années 80, et qui y est toujours récurrent mérite des solutions de poids et non des mesurettes.

Ainsi, depuis 1985, les statistiques révélées à l'opinion nationale par le gouvernement gabonais sont demeurées statiques: on parle toujours du même chiffre (160.000 logements. Non! ces statistiques sont erronées, car il n'y a plus jamais eu d'enquêtes in situ. Et, pour les yeux avertis des problèmes du logement au Gabon et au regard de la lisibilité des besoins visibles; le Gabon a plus de besoins qu'on ne cesse de véhiculer publiquement. Il s'agirait de plus de 200.000 logements en terme de demande. Il suffit de regarder la cartographie et la photographie urbanistique de notre pays. C'est tout un programme national du logement à long terme qu'il faudrait mettre en place. Il requiert par conséquent une stratégie, loin des mesurettes récurrentes qui datent des décennies. Il faut arrêter cette hécatombe .
Pour ne pas faire le "Consultant", j'aiguilleraiss le gouvernement gabonais vers quelques pistes qui sont d'ailleurs des principales, et d'où viendrait l'essentiel des réponses:
-L'Etat gabonais doit légiférer afin de mettre en place des mécanismes d'aide aux Petites et Moyennes Entreprises (PMI), et aux Petites et Moyennes Industrie (PMI); afin que les entrepreneurs nationaux aient les moyens d'expression de leur savoir-faire,
- les exonérer des taxes douanières pour l'importation de divers matériels de BTP,
- les aider à financer des outils de travail (le minimum de matériels de BTP),
- créer des zones franches à l'intérieur du pays pour inciter le développement et la croissance à l'intérieur du pays et exonérer d'impôts les entrepreneurs de ces zones pendant une période, etc.)

- décentraliser les chambres consulaires actuelles (Chambres de commerce et Chambres d'Agriculture), tout en vous rappelant que le Code agricole gabonais a été promulgué depuis 2008, donnant désormais un statut à l'agriculteur gabonais.

- Créer les Chambres de Métiers - initiés par l'AMNAF à Poitiers en 1992-, pour que les artisans gabonais des petites entreprises ou très petites entreprises aient leurs propres statuts et se responsabilisent en vivant de leur savoir-faire et participent ainsi à l'agrandissement de l'assiette fiscale...

- Mettre en place les "Pépinières d'entreprises": des structures (Bâtiments équipés de bureaux où travailleront des spécialistes de l'entreprise pour accompagner les jeunes entrepreneurs).

- Dimensionner une politique d'attrait des investisseurs étrangers (mécanismes liés aux exonérations fiscales, diverses afin d'attirer les financements, réfléchir sur un code gabonais d'urbanisme et du logement, etc. (nous avons de nombreuses réflexions dans nos cartons))

Il faut que le Gabon mette des moyens à la disposition des gabonais qui veulent ou aspirent travailler pour relancer l'économie nationale pour y imprimer une croissance permanente, et ainsi participer au développement et à la modernisation du pays.

Tous les pays du monde le font, mais pas encore le Gabon. Ce sont des mesures qui apportement des solutions à l'habitat gabonais, et relanceront la croissance nationale par le biais du secteur du BTP, car "Quand le bâtiment va, tout va"

Pour le logement, il faut légalement légiférer pour lancer le financement du logement par des mécanismes d'attrait des investisseurs.

L'Etat ne doit assurer que son rôle régalien; Il doit, certes, y apporter des aides et soutiens à cette politique, mais pas déléguer des ministères ou des ministres pour construire les logements.

Il faut arrêter ce mélange des genres. Bref il y a d'autres pistes qui seront exploitées au bénéfice du plus grand nombres pour lancer au plus haut la croissance économique du Gabon.

Monsieur le Premier Ministre Biyoghé et son Ministre, ministre de l’Habitat, Rufin Pacôme Ondzounga doivent revoir leur copie.

Par Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA
E.mail: nouvelle_afrique@yahoo.fr

2.Posté par Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA le 09/08/2010 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Prière m'excuser pour les coquilles et les erreurs de syntaxe intervenues dans mon analyse en dépit de la relecture faite.Merci.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...