News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - UPG: Communiqué final du bureau exécutif

l'info réelle 7J/7 - Andre B Vincent le Lundi 30 Janvier 2017 à 07:26 | Lu 1627 fois

Prenaient part à cette rencontre, les représentants de deux partis politiques amis, en l’occurrence le Parti socialiste français (PS) et l’Union des populations du Cameroun (UPC), présents à Libreville dans le cadre de la coopération nouée tous azimuts par l’UPG.



Déterminé à distraire l’Afrique, au péril des populations Gabonaises, le Gouvernement dévoile à la face du monde, toute la distance qui le sépare des objectifs du millénaire, s’agissant du combat contre la pauvreté, visiblement souscrit du bout des lèvres, pour plaire à la communauté internationale.

COMMUNIQUE FINAL
Réunion du samedi 28 janvier 2017

Le Bureau Exécutif s’est réuni sous la présidence de Monsieur MOUKAGNI-IWANGOU, Président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), le samedi 28 janvier 2017 à partir de 10 heures, à sa permanence sise au quartier NZENG AYONG.
Prenaient part à cette rencontre, les représentants de deux partis politiques amis, en l’occurrence le Parti socialiste français (PS) et l’Union des populations du Cameroun (UPC), présents à Libreville dans le cadre de la coopération nouée tous azimuts par l’UPG.

A l’ouverture des travaux, le Président a rendu compte au Conseil de la Déclaration faite par la Coalition pour la nouvelle République (CNR), le vendredi 27 janvier 2017.

Après avoir dressé le tableau sombre d’une société clivée de graves inégalités, la Coalition a révélé, à la fois, les incohérences et les desseins du Gouvernement, telle qu’ils transparaissent de la loi des finances 2017.
Dans un pays qui signale une détresse sociale profonde, l’Etat Gabonais, au titre du budget 2017, a choisi de baisser de 6% les crédits alloués à l’Education nationale, de 10% les crédits alloués à l’Enseignement supérieur, et de 42% ceux alloués à la santé, le tout, pour accorder sa préférence au Département de la Défense nationale, largement bien pourvu déjà, qui obtenu une augmentation de 19%, et à celui de la Communication, bénéficiaire d’une augmentation de 4%.

Prenant acte de cet état de fait qui accorde une large part à la propagande et à la violence d’Etat, le Conseil a marqué sa profonde indignation, devant ce mode de gouvernance, qui scelle définitivement le deuil des ambitions du régime pour la Nation.

Sur un tout autre plan, le Conseil a fixé la tenue de la Convention nationale, dans la période du 2 au 5 mars 2017.
Passant à l’examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a délibéré ainsi qu’il suit :
Secrétariat Politique chargé de la Justice et des droits de l’homme
Le Secrétaire Politique en charge de la Justice a informé le Conseil, de l’annonce faite par le Gouvernement, sur la mise en place prochaine de la Haute Cour de Justice, le tout, dans un contexte de grande confusion, dans lequel, l’amalgame le dispute au déni de droit.

En se félicitant de la mise en place prochaine de la Haute Cour de Justice, qui permettra de donner suite aux trois (03) procédures déposées en temps utile par l’Union du Peuple Gabonais, le Conseil a tenu à relever sa surprise, devant la légitimation faite par le Gouvernement, de l’intervention illégale du Parquet de la République dans la poursuite des faits retenus contre les membres du Gouvernement.

Sous l’alibi de l’indivisibilité du Parquet, en vertu de laquelle, tout procureur est fondé à exercer des poursuites devant toutes les juridictions, le Conseil a fait observer, que s’agissant des faits relevant de la compétence de la Haute cour de justice, la loi qualifie exclusivement le seul Parquet général près la Cour de Cassation, et ceci, à l’exclusion de tout autre autorité de poursuite.

En l’absence de procédure de renvoi, dûment prévue par la loi entre une juridiction de droit commun et la Haute Cour de justice, le Conseil note, la nullité pure et simple des procédures délibérément instruites en violation de la loi, par des magistrats ayant pris des libertés avec des principes connus, et notoirement reconnus.
Evoquant le dossier des droits de l’homme, le Conseil a marqué sa vive indignation devant la détention injustifiée, de Monsieur Sylver MAPANGOU MOUYAMA, militant de l’Union du Peuple Gabonais.
Bénéficiaire d’une ordonnance de mise en liberté provisoire, prise courant décembre 2016, de manière conforme aux réquisitions du Parquet, l’Union du Peuple Gabonais s’étonne, de la passivité des autorités gardiennes des libertés, devant l’arbitraire le plus absolu.

Se réservant de se pourvoir devant les toutes les institutions compétentes, sur un cas de discrimination flagrante faite à un homme du fait de sa coloration politique, le Conseil exige la mise en liberté sans condition, de Monsieur Sylver MAPANGOU MOUYAMA.

Secrétariat Politique chargé des Affaires sociales
Le Secrétaire politique aux affaires sociales a fait au Conseil, une communication sur la situation préoccupante de la Fondation Horizons Nouveaux, établissement spécialisé dans la prise en charge des enfants défavorisés par le sort, aujourd’hui menacé de fermeture, par faute de subvention pour pourvoir à son fonctionnement, et à la suite des impayés de salaires de ses personnels.

Au moment où se dispute dans notre pays, une compétition particulièrement dispendieuse, sans conséquences induites à l’ensemble de la population, le Conseil prend l’opinion nationale et internationale à témoin, sur l’indifférence inacceptable du Gouvernement devant le devoir de solidarité nationale, à l’endroit du handicap, sensoriel ou moteur, de jeunes Gabonais.

Déterminé à distraire l’Afrique, au péril des populations Gabonaises, le Gouvernement dévoile à la face du monde, toute la distance qui le sépare des objectifs du millénaire, s’agissant du combat contre la pauvreté, visiblement souscrit du bout des lèvres, pour plaire à la communauté internationale.

Sauf situation de détournement de deniers publics, qu’il importe de sanctionner, le Conseil appelle à l’urgence d’un collectif budgétaire, en même temps qu’il marque son soutien aux familles désemparées, et sa solidarité aux personnels démunis de leurs droits.

La séance a été levée à 13h12 minutes.

Fait à Libreville, le 28 janvier 2017


Le Rapporteur

Lundi 30 Janvier 2017
Andre B Vincent
Vu (s) 1627 fois



Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Vide1 | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée