News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : UN (Union Nationale) : Propos liminaire à la conférence de presse

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre pour tous le Mercredi 22 Décembre 2010 à 19:55 | Lu 991 fois



Gabon : UN (Union Nationale) : Propos liminaire à la conférence de presse
Mesdames, Messieurs


France 2, chaîne publique de télévision française vient de diffuser un documentaire sur la Françafrique. Ce qu’affirmait avec force l’opposition depuis le coups d’état électoral du 3 septembre 2009 a été confirmé par la bouche même de plusieurs personnalités françaises de premier plan. Ali Bongo Ondimba n’a pas gagné l’élection présidentielle du 30 août 2009. Selon l’ancien Conseiller aux Affaires Africaines du Président Chirac, André Mba Obame est le vrai vainqueur de cette élection avec 42% des suffrages exprimés.

En déclarant, après la diffusion de ce documentaire qu’Ali Bongo Ondimba n’a pas gagné l’élection et que par conséquent il doit partir, le Président de l’Union Nationale nous engage dans un ensemble d’actions et d’initiatives pour atteindre cet objectif. La conférence de presse de ce soir s’inscrit dans ce contexte.

L’appel du Président du parti est une conclusion logique d’une démarche poursuivie avec constance depuis les dernières élections présidentielles. Nous n’avons jamais reconnu ces faux résultats. Nous n’avons cessé de dénoncer ceux qui ont été proclamés par le Ministre de l’intérieur et nous avons fait constater par huissier qu’ils ne découlaient pas de la CENAP.

Nous avons demandé inlassablement et sans succès un recomptage par confrontation, bureau de vote par bureau de vote des résultats sortis des urnes. Ceci nous a été refusé. Nous sommes donc surpris de constater un an après, que dans les colonnes du journal l’Union de ce matin, un certain Germain Ngoyo Moussavou, Président du Groupe parlementaire PDG au Sénat nous le propose comme solution, pour enfin rétablir la vérité.

Nous lui disons chiche ! Nous sommes disposés à accéder à sa demande. S’il est un homme d’honneur et qu’il est logique avec lui-même, Il lui appartient maintenant d’engager la procédure, lui qui est si proche des membres de la Cour constitutionnelle. Nous espérons que cette demande venant de lui, toutes les conditions seront mises en œuvre par ses amis pour enfin rétablir la vérité dont tous les Gabonais attendent la confirmation. Si Monsieur Ngoyo Moussavou ne le peut pas alors lui et ses amis doivent en tirer les conséquences. Ali Bongo Ondimba doit démissionner et lui administrer, comme à certains de ces camarades du PDG sa très légendaire gifle.

Le pouvoir tente aussi de discréditer les intervenants dans ce documentaire qui sont pourtant d’éminentes personnalités astreintes à une obligation de réserve mais qui par devoir de vérité ont choisi d’en sortir. Ce qu’ils oublient de dire, c’est que ce documentaire a été financé par des institutions publiques françaises notamment le Parlement c'est-à-dire l’Assemblée nationale et le Sénat français ainsi que le Conseil régional d’Ile de France. Nous estimons donc que cette enquête est indépendante et crédible.

Les affirmations qui veulent voir derrière ce travail de professionnels respectés une réaction de Français nostalgiques de l’ordre ancien et revanchards parce que n’acceptant pas les nouvelles règles imposées par le nouveau pouvoir n’engagent que leurs auteurs. Nous savons tous que les positions de nos partenaires n’ont pas bougé depuis lors et qu’ils sont restés les mêmes. L’amateurisme du Gouvernement a surtout atteint le peuple gabonais notamment en envoyant en masse au chômage les salariés de la filière bois.

Ceux qui affirment la crédibilité des résultats ne doivent pas s’abriter derrière une loi dont la force injuste est toujours dirigée contre les mêmes, c’est-à-dire l’Opposition gabonaise. Ils doivent convaincre les plus dubitatifs. En rejetant le recomptage, une demande de bon sens, ils laissent planer pour jamais l’imputation de fraude. Or, la fraude corrompt tout.

La seule façon de s’en dégager est de remettre les choses en leur état antérieur les lavant ainsi de cette souillure. Tout argument ou toute procédure dirigée contre qui l’affirme ne peut constituer qu’une manière d’occulter ce pêché originel. Qu’attendre d’autre d’un voleur si ce n’est une dénégation ? Qu’attendre d’un usurpateur si ce n’est le verrouillage et le renforcement des situations indûment acquises ? Qu’attendre d’un mauvais arbitre qu’une mauvaise application des règles du jeu ?

La modification constitutionnelle en cours s’explique d’ailleurs par cela. Elle ne permet en effet de régler aucun problème politique. Elle renforce uniquement le pouvoir d’un Président pas élu et donc usurpateur et qui profite de la complicité de parlementaires plus préoccupés par leur ventre que par l’intérêt supérieur du Gabon et des gabonais.

Ceci dans le but de lui donner les moyens d’entraver le déroulement démocratique de l’action politique du gouvernement notamment en cas de cohabitation et de se maintenir au pouvoir en reportant les à l’infini les élections, en muselant les libertés individuelles ou en usant de pouvoir exceptionnel sans contrôle du parlement. C’est la légalisation de la dictature émergente.

Nous ne sommes pas surpris des arguties éculées de politiciens plus préoccupés par leurs conditions personnelles que par des exigences de justice. Nous aurions pu ne pas avilir notre combat en nous abaissant à y répondre et nous limiter à exhorter nos militants, qui ne sont pas tous d’anciens pédégistes, à ne pas être surpris lorsque certains d’entre eux demanderons à gagner nos rangs.

L’existence est un perpétuel renouvellement. Nos énergies doivent tendre à gommer les conséquences néfastes de quarante années d’une longue présidence et d’un parti vivant de deniers publics placé sous l’aile du président de la République, clé de voûte des institutions et arbitre du jeu politique.

En nous inscrivant résolument en faveur du départ du pouvoir d’un usurpateur proclamé élu par des institutions qui ont trahi la confiance placée en elle par le peuple gabonais, les membres de l’Union Nationale affirment leur volonté de changer la manière de faire la politique au Gabon. Nous voulons éviter d’être la risée des autres peuples qui nous voient comme le pays des paradoxes.

Il est plus qu’anormal qu’avec une population estimée à un million cinq cent mille habitants le corps électoral ai été de 807402 lors de la dernière élection présidentielle.

Avec la révision proposée ces jours ci il pourrait approcher le million d’inscrits. Cela rend nécessaire une mise à plat totale du fichier électoral et sa sécurisation par l’usage de données biométriques. Nous réaffirmons qu’avec la liste actuelle il ne peut y avoir d’élections crédibles. Nous concluons donc en reprenant ce qui a déjà été dit par la direction du parti : « Pas de biométrie, plus d’élections au Gabon. » Ainsi, ce faisant nous préparons la paix véritable et la concorde nationale

Je vous remercie.


Mercredi 22 Décembre 2010
LVDPG - Média Libre pour tous
Vu (s) 991 fois




1.Posté par DIAZ LE CHIEN le 23/12/2010 03:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vs avez telment parler que plus persones ns vs regarde vs perdez votre temp un de naz

2.Posté par le penseur le 23/12/2010 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi avoir attendu un an pour mettre à jour les vrais resultats quoi la FRANCE est-elle dos au mur; la FRANCE s'est-elle tompéé de cible a t-elle fait un mauvais choix cette histoire cache autre chose derrière ???? Faite comme en COTE D'voire 2 présidents et l'ONU viendra trancher c'est sa l'AFRIQUE l'endroit où les gens s'accrochent au pouvoir par la force l'endroit où les institutions ne font pas leur travail le lieu où la démocratie n'existe pas ...........

3.Posté par staline le 23/12/2010 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je vous conseille de lire ces articles de la lettre du continent.
http://gabonenervant.blogspot.com/
merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...