News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Trois programmes agricoles pour booster la culture du manioc

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 21 Janvier 2010 à 17:30 | Lu 1598 fois

Dans le cadre de la politique de développement agricole, un atelier de trois programmes nationaux axé sur la lutte contre l’insécurité alimentaire et une meilleure gestion des ressources alimentaires a été lancé le 20 janvier à Libreville par le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima. Ces programmes financés par l’Union européenne (UE) et le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO) à hauteur de 600 millions de francs CFA, doivent permettre de réduire la dépendance alimentaire du pays, qui exporte plus 80% de ses denrées alimentaires.



Gabon : Trois programmes agricoles pour booster la culture du manioc
Le ministre de l’agriculture, Raymond Ndong Sima, a lancé le 20 janvier dernier à Libreville, un atelier axé sur trois programmes comprenant l’agriculture, la lutte contre l’insécurité alimentaire et une meilleure gestion des ressources alimentaires, qui s’inscrivent dans le cadre de la politique de développement agricole.

Les deux premiers programmes de cet atelier, qui concernent le développement de la culture du manioc, s’inscrivent dans le cadre d’un projet régional financé par l’Union européenne (UE) et un programme de coopération fiancé par le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO) à hauteur de 600 millions de francs CFA. Le dernier quant à lui, doit permettre de former et structurer les organisations professionnelles agricoles.

«Le lancement de ces trois projets, d’une valeur totale de 1,3 million de dollars, soit près de 600 millions de francs, s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit de projets qui contribuent à la mise en œuvre de la politique de développement agricole du Gabon, notamment la promotion de la sécurité alimentaire», a expliqué le représentant du FAO au Gabon, Benoît Hormans.

Actuellement, le Gabon a une capacité de production de 72 000 tonnes de manioc alors que la demande nationale est de 220 000 tonnes, soit un déficit de 143 000 tonnes. Selon le coordonnateur du programme d’appui et à la protection intégrée du manioc, Jean René Nzamba, ce sont «le vieillissement des producteurs, la forte pression parasitaire, l’absence d’encadrement des producteurs et l’absence de matériel végétal de qualité», qui expliquent ce déficit.

Par ailleurs, le programme d’appui et à la protection intégrée du manioc financé par le FAO à hauteur de 150,720 millions de francs CFA, concerne essentiellement les provinces de l’Estuaire, la Ngounié et le Haut-Ogooué. «L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration de la gestion de la culture du manioc au Gabon, par la mise à disposition des bénéficiaires cibles du matériel végétal sain et de renforcer leurs capacités de gestion de la culture à travers l’approche Champ -école paysanne (CEP)», a déclaré Jean René Nzamba.

Le programme prévoit à cet effet 600 représentants de familles agricoles divisées en 24 groupes dont 8 par province, comprenant chacun 25 producteurs au moins. Toutefois, les 6 autres provinces bénéficieront du projet financé par l’UE, à hauteur de près de 304 millions de francs CFA, lui aussi axé sur la culture du manioc. Si la partie gabonaise ne déboursera pas le moindre franc dans la mise en place de ces projets, elle doit cependant s’acquitter de la fourniture des locaux, des ressources humaines, en plus d’abriter les ateliers.

Au cours de cet atelier, la question des organisations professionnelles agricoles a également été abordée. Car si quelques organisations agricoles paysannes existent, aucune ne «fonctionne sur un mode efficient et efficace». Une situation qui avait d’ailleurs nécessité un diagnostic de ces organisations et de la micro-finance au Gabon. «Les résultats de ce diagnostic ont justifié la mise en œuvre d’un projet pour aborder les insuffisances constatées et renforcer les capacités de ces organisations», a précisé monsieur Horemans. Le principal défi est donc de définir un cadre institutionnel et juridique propice au bon fonctionnement de ces cellules agricoles.

Source : Gaboneco


Jeudi 21 Janvier 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1598 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...