News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Trois braconniers arrêtés dans les aires protégées de Gamba en possession de gibiers

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Mercredi 23 Février 2011 à 07:52 | Lu 983 fois



Trois braconniers ont été arrêtés en milieu de semaine dans le complexe des aires protégées de Gamba, dans le sud-ouest du Gabon, en possession de gibiers, dont un gorille à dos argenté, espèce intégralement protégée, a appris l’AGP dimanche de source proche de la brigade de la faune de la localité.

Selon la source, les braconniers, âgés de 18 à 25 ans, ont été interpellés au cours d’une opération de routine menée par le responsable de la brigade de la faune de Sette-Cama, M. Bio Be Essone 2 et le conservateur du parc de Moukalaba-Doudou.

L’opération a permis de mettre la main sur un butin composé d’antilopes Sitatunga, de singes et d’un gorille à dos argenté, ainsi que d’un fusil de chasse de type calibre 12.

Cette prise intervient au moment où la chasse est fermée sur l’ensemble du territoire national, conformément à une disposition du ministère des Eaux et forêts.

En décembre dernier, une mission similaire, menée conjoitnement par la brigade de la faune de Sette-Cama et le conservateur du parc de la Moukalaba-Doudou, a abouti à l’interpellation de trois braconniers, dont un conseiller municipal de la commune de Gamba, qui avait abattu un éléphant à 300 mètres du terminal pétrolier de la société Shell Gabon, la multinationale anglo-néerlandaise qui a conclu, avec l’Etat gabonais, un accord pour la préservation de la faune et de la flore dans la zone de l’exploitation pétrolière à Gamba.

Situé à cheval sur les provinces de la Nyanga, de la Ngounié et de l’Ogooué-Maritime (sud-ouest), notamment la ville de Gamba, où le pétrolier Shell Gabon consacre l’essentiel de ses activités, le parc national de la Moukalaba-Doudou est l’une des treize aires protégées mises en placeen 2002 au Gabon, pays du bassin du Congo, 2ème massif forestier de la planète après l’Amazonie.


Mercredi 23 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 983 fois




1.Posté par Poé le 23/02/2011 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jusqu'à présent je me demande - sans bien sûr me convaincre de ce qu'on nous annonce au sujet d'un "Gabon vert" et d'un avenir envisageable de l'économie gabonaise vers un écotourisme compétitif - quelles sont les raisons profondes de cette nouvelle gestion de la faune et de la flore.

1. Comme d'habitude, les habitants du Gabon, mal préparés et peu informés de ce que signifie ces affaires de " chasse fermée", "espèce protégée", pèche à telle ou telle autre espèce "interdite" pendant une période donnée, vont continuer d'être les victimes de réformes hâtives, et , à mon avis, capricieuses. Peut-on aussi facilement discipliner un peuple habitué à chasser librement sur son territoire, sans campagnes d'informations sérieuses, pour rentrer dans l'intelligence d'une politique dont personne n'a la visibilité ?

Et on continuera de mettre des compatriotes en prison, alors qu'en amont, l'Etat ne s'est pas assuré d'avoir joué son rôle d'éducateur populaire. Des jeunes de cet âge en prison pour quelques bêtes, et affublés du qualificatif peu élogieux de "braconniers", pour un calibre 12 - demandez donc à ceux qui ont participé, dans le temps, aux razzias en hélicoptère dans ces fameuses aires protégés, pour que le gibier ne manque aux fêtes organisées à la présidence de la république, ce qu'on appelle vrai braconnage - c'est un scandale!

Vous me direz peut-être que ces jeunes chasseurs savaient pertinemment qu'ils avaient fait incursion dans une réserve, et qu'ils s'exposait à des sanctions, mais vous savez bien qu'ils se moquent de ces nouvelles lois. Voilà ce qui arrive quand il n'y a pas dialogue entre les sphères décisionnelles de l'Etat et les citoyens qui le composent: on n'impose tout et le peuple doit se soumettre sans même comprendre pourquoi la chair du porc-épic, pourtant véritable délice, doit se transformer en délit. Quelle démocratie peut se construire sans dialogue?

Ah, Gabon!!!! Un peuple ça s'éduque. Si ces jeunes vont chasser ainsi en pleine réserve ; c'est qu'il ont des commandes, et donc des "mangeurs" de gibier potentiels qui attendent, frustrés de ces mesures gouvernementales sans fondement réel, qu'on leur serve un bon bouillon de viande, dans leur restaurant préféré, ou à la fête du mariage prochain de l'ex-bonnamie du bonnami de leur ex-bonnamie, à laquelle ils ont été invités (ainsi va la parenté au Gabon). ET à la limite ce sont des "héros" et non pas des poules mouillées, qui risquent la prison en terrassant un éléphant, comme l'avait fait ce ex-conseiller municipal, mis aux arrêts lui aussi, si mes informations sont bonnes...

2. L'avenir nous le dira, je ne voudrai pas être un prophète de malheur, mais je ne crois pas trop en cet avenir vert dont on parle au Gabon. Notre pays est vert depuis que Dieu a bien voulu le placer en pleine forêt équatorial. Rien ne le rendra plus vert que par le passé. Certes, il faut réglementer la chasse, mais j'ai du mal à croire qu'un petit million d'habitants puissent constituer une menace pour les milliers d'espèces animales qui peuplent notre territoire. Il faut, bien sûr préserver les acquis, mais je ne vois pas en quoi la faune est menacée au Gabon. Pour la flore, c'est certain: les grumiers de nos amis sont plus gourmands que nos consommateurs de gibier. Je doute de l'existence au Gabon d'un braconnage systématique. Les fameux protecteurs de cette nature nous apprennent que les tortues marines font des milliers de kilomètres à pied (disons à pied dans l'eau... ou alors à la nage?) pour gagner les côtes gabonaises. Je crois que ce n'est pas d'abord parce qu'elles sont protégés, mais parce que le cadre leur est propice. Mon ami Benga du Cap Esterias ne peut plus me faire un bon ragoût de tortue quand je viens à Libreville, parce qu'il paraît que cette espèce aussi est protégée.... Mais soyons sérieux !

De toutes les façons, je ne serai pas surpris d'entendre depuis ma tombe où je serai allongé, un jour, que tout ceci cachait quelque chose de bien flou: que cache-t-on désormais dans les forêts gabonaises que personne ne doit voir? Ls plus grandes planques d'armes de la sous-région? Des déchets toxiques enterrés et surement radioactifs, qui mettraient en danger les populations (n'oublions pas la fameuse fièvre hémorragique dite "Ebola" que nous avons brusquement connue il y a quelques années). Ou encore ces fameuses matières première inexploitées dont notre sous-sol est riche et qui nous appauvrissent tant. Il faut bien décourager des incursions incontrôlés dans ces "zones cibles" Au motif de chercher ce qui rampe sur le sol, on peut bien rechercher ce qui dort en dessous.

Ah, pauvres de nous! Mon fils me fera me retourner dans ma tombe, en ce temps-là où les vérités seront connues, en maudissant le ciel d'être né d'un gabonais. Mon coeur s'en émeut...

2.Posté par Larévolte le 24/02/2011 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entièrement d'accord avec vous monsieur Poé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...