News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Trahison: ces gens qui changent de camp politique comme ils changent de chemise

Le site de la Liberté - Joel Mbiamany-N’tchoreret le Mercredi 17 Mars 2010 à 14:34 | Lu 1698 fois

Aussi longtemps que la classe politique gabonaise acceptera de vivre ou de faire le va et vient entre l’opposition et le pouvoir, faire «le tué tué», cette espèce de prostitution politique, comme le disait mon ami et ancien collègue Oniane Gervais à l’université Laval en 1994, c'est la démocratie au Gabon qui y perdra. Mais enfin, quelle est cette versatilité politique?



Gabon : Trahison: ces gens qui changent de camp politique comme ils changent de chemise
Longtemps encore, j’aurai cru que la politique se faisait par conviction jusqu’à ce que Père Mba fasse sa déclaration, même là encore, je crus que ce n’était qu’un cas d’exception et que l’engagement politique résidait dans un être de totalité entre le soi construit de par l’expérience de l’injustice et le soi échafaudé par la détermination de la recherche de la vertu, la vérité, mettre fin à l’injustice, faire mieux. Mais voilà, la fin de semaine dernière fut une épidémie de retournement de veste. Tout cela est gênant. J’ai honte.

Le combat politique est une bataille qui se fait sur la base des convictions. Du moins, c’est comme cela que je comprends l’engagement politique. Une conviction est un état d’esprit qui se distingue de la croyance en ce qu'elle participe à la construction de l'identité individuelle et sociopolitique. Je peux croire que Dieu existe, mais il existe indépendamment de moi.

Par contre si j’ai la conviction que les Gabonais souffrent, c’est parce que je vis cette souffrance par le truchement de mes valeurs, de ma façon de me représenter la réalité et d’interagir avec celle-ci dans les sentiments qui murissent en moi. Cette conviction d’existence de la souffrance, de la mienne ou de celle d’un tiers, m’amène à m’instituer, à être socialement et politiquement. Parce que je suis en harmonie avec moi-même et avec mes frères et sœurs, mes compatriotes, dans l’état d’être de soi, je suis amené à m’engager pour continuer à exister moralement, spirituellement et ou philosophiquement.

Aussi, je ne vais pas m’engager en politique par effet de mode. Mon engagement ne peut provenir que de la douleur que je ressens dans le peuple gabonais, dans ma famille, dans ma région, dans mon pays. Cette douleur vient des sentiments d’empathie développés à l’égard de ma condition, des miens, de mes amis d’enfance, des espoirs déchirés des compatriotes, de l’avenir national compromis par des politiques égoïstes. Je veux alors participer à la conquête du pouvoir pour changer les choses.

Pour mener ce combat, on se joint à ceux que l’on croit partager nos convictions, notre perception des choses. On devient alors des alliés, des amis, des frères dans le combat. On forme une équipe, une famille et par l’amour que nous nous portons les uns les autres, on se croit plus fort malgré la diversité. La force de nos convictions forge notre fidélité. Le combat politique devient ainsi une foi et un engagement presque sacerdotal.

Dans les pays ou règne l’arbitraire du pouvoir, on est en droit de croire aussi à l’engagement de ses compagnons pour avancer en rangs serrés. On croit à l’autre comme on croit en soi-même. Puisqu’on ne peut avoir de doute sur soi, on ne saurait avoir de dote sur son compagnon. Appelez cela de la naïveté, moi j’appelle cela la force des convictions dans l’être de soi de l’autre. C’est pour cela, quand l’autre traverse la muraille pour aller combattre avec l’ennemi d’enfance, on a l’impression de mourir de l’intérieur : on vit la trahison. Le geste de l’autre est vécu ou interprété comme une attaque contre nos convictions, à notre façon de nous représenter la réalité, une attaque contre soi. C’est la trahison.

Il y a trahison parce qu'il y a un lien qui implique une fidélité quelconque. Avoir le sentiment d'être trahi me ramène automatiquement aux ententes explicites ou implicites qui existaient entre moi et celui qui m'a trahi. Cela me permet aussi de constater que je comptais sur le fait que l'autre serait solidaire de cette entente. On ne se sent jamais trahi par quelqu'un à qui on ne faisait pas confiance.

Comme Jésus, la démocratie au Gabonais est trahie par toutes ces personnes qui viennent de quitter les rangs de l’opposition pour aller faire les déclarations d’allégeance à l’émergence. Il ne croit pas à l’alternance mais à la prostitution politique. L’avidité de l’argent contribue pour beaucoup dans leur retournement de veste. C’est des personnes sans convictions : des enveloppes de chaire vide de contenu morale. La peine qui est la mienne n’a d’égale que la souffrance que je leur souhaite.

Joel Mbiamany-N’tchoreret


Mercredi 17 Mars 2010
Joel Mbiamany-N’tchoreret
Vu (s) 1698 fois




1.Posté par chantalondo le 17/03/2010 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je remercie celui qui a mis cet article en ligne. Oui au Gabon, certaines personnes font de la prostitution politique, et deux personnages m'intéressent dans mes propos:

1- Mba Abessolo. au fait, est ce que quelqu'un peut m'expliquer ses réelles convctions politiques. Aujourd'hui il est opposant radical, le lendemain il est de la majorité présidentielle, le surlendemain il est du RPG et trois jours plus tard il est en année sabattique de la poltique. En 8 mois, Mba abessolo est passé par toutes ces situations. Alors peut-on vraiment dire que c'est un opposant. Il va là ou le vent souffle, l'essentiel étant que ces intérêts soient préervés.

2- Gervais Oniane/ le deuxième exemple du prostitué politique. J'ai encore le journal UNION lorsque feu président Omar Bongo l'avait enlevé au ministere de la defense. Après il est allé au CLR, puis il a fait campagne avec nous pour AMO. Voyant que les choses n'ont pas évolué comme on l'avait pensé du côté de AMO car un imposteur a volé la victoire du peuple gabonais, voilà à nouveau Gervais au PDG. Je connais très bien Gervais et trouve regrettable son comportement. Mais c'est cela peut-être l'émergence politique.

Abat les prostitués politiques et Bravo aux partisans du changement

2.Posté par Odjuan'a Mbédé le 17/03/2010 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mes frères et soeurs,

Pourqquoi s'en plaindre alors que les masques sont entrain de tomber et c'est tant mieux car on aurait gardé des rats dans nos sacs d'arrachides ?

Quand quelqu'un comme Edmond Okemvélé que je connais bien et qui a solicité par écrit la direction de campagne de Myboto démissionne d'un parti qui n'existe plus, là, il fait voir son niveau de stupidité ! il n'a jamais adhéré à L'UN mais de quoi demissionne-t-il?

voici des gens qui on pensé que c'était facile d'être opposant au gabon et s'y sont jeté juste pour se faire remarquer pour être convoités et sauter les deux pieds joints à la moinder occasion!

Des opportunistes politiques au gabon il y en a des tonnes!!! Mais que reprensentent-ils? Rien !!! Lorsque le pdg se rendra compte de ce qu'ils pèsent réellement; ils seront je tés aux oubliettes !!!

3.Posté par rambourakinda le 17/03/2010 21:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher frère,

je te remercie pour cet article et j'admire ton courage car il n ya pas beaucoup de compatriotes qui ont le courage de s'afficher et de s'exprimer ouvertement comme tu le fais si bien. Nos frères et soeurs ont choisi d'aller se coucher à l "enervance" et de se laisser bercer par les promesses du rais(rires) c'est le nouveau titre du dictateur gabonais.

Mon frère, j'ai l'impression de rever et de croire que ces gars là vivent dans une autre planete, il suffit de faire le tour de libreville et de constater que la "baie des cochons" l'un des plus gros bidonville de l'afrique centrale est situé à 15mn du palais de marbre de l'emmergeur, sais tu qu'il existe à libreville des quartiers qui sont pris en otage par des bandes de gangsters des la tombé de la nuit. et cela au nez et à la barbe de l'armée en "or" du nouveau dictateurs.

Mon frère, saches que ces gens là finiront par partir parce que les gabonais n'en veulent pas, toutes les campagnes de com n'engendreront pas le bonheur de nos compatriotes, il faut inspirer confiance et offrir des opportunités de réussites à tous les compatriotes et non seulement à la famille et aux valets.

COURAGE ET A BIENTOT A L UNION NATIONALE....

4.Posté par OLAME le 18/03/2010 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 1 et 2,

Vous avez sans doute raison de condamner ces pratiques qui finissent par décrédibiliser leurs auteurs et même la politique en général au Gabon.

Au poste 1 sur Gervais ONIANE, je suis surpris de lire qu'il a fait la campagne pour AMO. Gervais ONIANE a fait la campagne pour le compte de l'ACR car il était très proche de Me MAYILA.

Regardez les images des meeting et surtout les présentations des membres partenaires de l'UPG lors de ces élections. G.O. était présenté comme membre de l'UPNR.

A Gervais ONIANE je dis merci pour sa bravoure le 03 septembre 2009 à la cité de la démocratie.

D'ailleurs le 30 août 2009, avec lui bien d'autres, nous avons contribué à "pêcher les PV" dans différents bureaux de vote de la capitale.

Au 2 , sauf erreur de ma part, ce que j'ai entendu de Aide mon coeur MVELE oh pardon!!! Edmond OKEMVELE c'est qu'il vait passé un accord politique avec ZAC pour les besoins de la campagne. Et que pour lui les actes que posent ALi correspondent à ce pourquoi il se bat depuis 1990. Il a dit: "il était tant qu'il adhère lui aussi à un parti politique".

Mais comme les gens ne s'écoutent pas lorsqu'ils parlent, ce ne sera pas surprenant de se "croquenjamber" comme ça!!!

Je ne disculpe pas ces deux hommes, loin de là.

Cet argumentaire ne convaint personne, en tout cas pas moi. Et c'est d'autant regrettable que ça soit des hommes de ce niveau qui se comportent ainsi.

Je voudrais attirer votre attention sur cette transhumance politique qui n'est pas un phénomène nouveau dans notre Gabon.

Je vois des vendus et des stratèges, l'avenir nous édifiera!!!

Qui sait si l'opposition va vouloir implanter une cellule dans le PDG comme le PDG en dispose dans les parti de l'opposition?

Wait and see!!!

5.Posté par Critique Objective le 18/03/2010 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voilà un article bien écrit, bien pensé et qui touche du doigt le véritable problème du Gabon.

Au gabon, pendant longtemps, on a cultivé l'égoïsme, le profit personnel au détriment du collectif. Si jamais un X ou un Y s'aventurait à penser collectif (Ceci impliquait aller à l'encontre des aspirations des membres du gouvernement qui voulait se remplir les poches au maximum), on le convoquait,le rappelait à l'ordre et lui remettait un Grosse valise pleine de CFA pour s'il se taise ou se calme et fonctionne comme tous les autres membres de la république. Quelqu'un qui essayait de bien faire risquerait de faire ressortir l'incompétence des autres et donc fragiliserait le régime en place. Il fallait que tout soit homogène. Ainsi, les têtus étaient purement et simplement évincés du système en place.

Cependant, quand on a déjà gouté une fois au pouvoir, il faut avoir une force d'esprit immense pour le laisser ou accepter qu'on puisse le perdre.
MBA ABESSOLO en connait un rayon. Ayant des revenus modestes à l'époque du combat (Il habitait à Ozangué), il n'a pas su résister à la malette empoisonnée et y a pris goût. De ce fait, il ferait tout et n'importe quoi afin de continuer à bénéficier du pouvoir que procure l'argent facile. Ceci explique sont comportement inconstant:
1- A la mort du vieux, il quitte la majorité présidentiel se disant que le pouvoir allait échappé au PDG (C'était l'avis de tous car le peuple avait faim de changement) et rejoint l'opposition.
2- Voulant jouer sur la soif de liberté du peuple, il essaie de l'embobiner avec des propos mielleux mais ne parvient pas à s'approprier ses bonnes graces (Son changement de bord après les évènements de 90 où de nombreux compatriotes sont morts pour lui et son passage à l'hotel de ville de Libreville ne lui ont jamais été pardonné).
3- Voyant la défaite, il scrute le paysage politique et ethnique du pays et se rend compte que celui qui a plus de chance d'arriver à la magistrature suprême du pays n'est autre que MBA OBAME. Il s'allie à lui tout en espérant bénéficier de ses bonnes grâces un foi la bataille gagnée.
4- Coup de théatre, l'élu n'est autre que le fils de son ancien patron. Vu les circonstances de l'élection et ne sachant pas si réellement le fils allait se maintenir sur le fauteuil brulant, il décide de se mettre "en marge de la république" histoire d'observer l'évolution de la situation politique du Pays.
5- Voyant que c'est effectivement le fils qui conserve le fauteuil, il cherche des voies et moyens afin de s'y rapprocher mais comment faire après les propos proférés envers lui? Il commence par renvoyer son député RPG pour attirer l'attention, il villipende ouvertement ses anciens associers de l'opposition aux médias locaux et internationaux et enfin demande une audience au PR sous prétexte de parler de la potique dite de 'L'EMERGENCE" et se range de son coté.

C'est le cas pour beaucoup d'hommes politiques du pays.

De ce fait, il nous faut des politiciens neufs et jeunes motivés non pas par ambition mais par conviction afin de voir un jour nos institutions évoluer et notre pays devenir une grande démocratie.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...