News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Tout Sauf les Fang. Mais combien sont-ils ? Que pèse finalement ce courant ? 2016 portera-t-il le changement ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 24 Août 2015 à 18:30 | Lu 3625 fois



Oui il y a un malaise qui s’accroit chaque jour un peu plus dans notre pays. Un malaise né des dérives politiques, des contreperformances économiques et sociales et qui est de plus en plus perceptible. Un malaise installé par les affaires judiciaires et les mondanités qui n’en finissent pas de défrayer les chroniques. Un malaise qui s’accroit des confusions que crée et entretient une partie de la classe politique. Un malaise que l’esbroufe et la malice de certains « syllogistes » amplifient à dessein par des hypothèses extravagantes ou tout simplement simplistes en tout cas erronées.

Il y avait déjà les polémiques relancées par Pierre Péan qui ont créé l’embarras et entrouvert les portes des feuilletons judiciaires de la succession d’Omar Bongo Ondimba et de leurs conséquences comme la relance de la question de la nationalité de l’un de ses enfants devenu Président de la République. Voici que le Directeur de Cabinet du Président de la République s’est invité à ces affaires, alors que la controverse sur la visite de Messi n’était pas encore éteinte, en se faisant interpeler en France sur un sujet qui, s’il était avéré, serait plus que fâcheux.

On se serait attendu à ce que, à l’image de son prédécesseur, le Directeur de Cabinet du Président de la République démissionnât à la fois pour se mettre à la disposition de la Justice, laver son honneur mais aussi et surtout pour ne pas indisposer son chef ; point du tout. Au contraire, solidement arrimé à ce dernier, il s’est protégé en faisant valoir un ordre de mission de régularisation. On peut en effet considérer que les services français ont en réalité cherché eux-mêmes une porte de sortie à cette situation embarrassante en acceptant de requalifier la présence en France de l’intéressé comme relevant d’une mission officielle alors même que le document attestant de ce statut n’avait pas été présenté à l’entrée sur le territoire français. Bref cette arrestation a accru le malaise.

Et puis est venu le 17 août 2015 où les maladresses se sont intensifiées pour atteindre un point culminant. Ce qui aurait pu et aurait dû être une annonce majeure s’est dilué dans un flot de critiques : d’abord en raison de la maladresse qui a conduit à bousculer les usages et à déplacer un discours, depuis 54 ans prononcé la veille au soir de la fête nationale, et que tous les citoyens, quels que soient leurs bords politiques, attendent comme le discours de l’unité et de l’apaisement ; ensuite parce que ce discours est celui du chef de l’Etat et non celui d’un membre d’une famille. Une confusion de trop qui a accru le malaise.

Cette annonce, au delà des calculs que certains y voient, mais par son importance aurait dû être faite séparément, dans une communication spécifique à la nation qui aurait aussi donné des réponses à d’autres questions que l’opinion se pose. Les biens objet du don et des legs sont-ils exempts de toute contestation ? Quelle est leur valeur ?
Bref, les feuilletons qui installent ce malaise se poursuivent et ne semblent pas sur le point de prendre fin. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’une panacée du pouvoir en place ; pas du tout. Le Front supposé Uni offre un spectacle tout aussi navrant et fait étalage de ses divisions sur la base d’arguments difficiles à comprendre, pour ne pas dire pitoyables tant ils sont fantaisistes.

Il y a un mois, lorsque j’ai fait la déclaration du 18 juillet, j’ai répondu à ceux qui me pressaient de rejoindre le Front Uni, qu’une telle démarche serait prématurée et sans doute inopportune en l’état des débats au sein de cette coalition. Certains avaient trouvé que j’avais botté en touche. Le spectacle désolant des évolutions actuelles du Front ne me donne-t-il pas raison. Me serais-je précipité que j’aurais aujourd’hui une part de responsabilité dans la lutte fratricide et le spectacle navrant auquel nous assistons.

On doit maintenant interroger franchement les Frontistes et leur demander ce qui reste de leur coalition et pourquoi, dans l’intérêt général, une clarification qui rétablirait une ligne unique ou bien entérinerait la séparation amiable n’a pas lieu compte tenu des divergences tactiques entre ses composantes. A qui profite la confusion entre Frontistes, unionistes et souverainistes ? Et comment se retrouver dans ce labyrinthe qui s’apparente de plus en plus à un maquis et installe un autre malaise dans la frange de la population qui attend une offre politique alternative ?

Parmi les nombreux et tout aussi curieux arguments développés à l’envie, on entend dire que les Fang, parce que deux d’entre eux auraient été des candidats malheureux en 1993 et en 2009 auraient décidé (où, à quelle occasion, à quelle majorité) de s’exclure de la course à la présidentielle puisque que mal aimés de la France. Argument grossier qui ne repose sur aucune preuve tangible et ne résiste pas à l’analyse des faits.

La France était–elle à l’origine du Boycott de 1990 lorsque les Bûcherons, sous la conduite d’un Fang, Mba Abessolo, ont renoncé à prendre la majorité quasiment acquise à l’Assemblée Nationale ? Qui d’Omar Bongo Ondimba, Pierre Mamboundou, Zacharie Myboto, Moussavou King ou Christian Maroga était Fang en 2005 ? Pourquoi le changement ne s’est-il pas produit à cette occasion et contre qui la France a-t-elle joué cette fois là ?

1040 électeurs viennent de manquer à l’appel à Bitam à l’occasion des législatives partielles consécutives à la démission du député de la commune de cette ville. Est-ce encore la France qui a découragé ces électeurs et comment explique-t-on leur faible engouement puisque aux locales de 2013 sur la base de nouvelles listes, 3478 électeurs avaient pris part au vote contre seulement 2438 à ces législatives de 2015. En fait, l’opposition est passée à deux doigts d’une défaite en raison de ses divisions internes et du flou de son discours, chacun trop occupée à pérorer sur sa force et convaincu que la seule critique du Président et de son cercle d’amis suffirait à galvaniser les électeurs. Personne ne semble s’y interroger sur les raisons de cette désaffection de l’électorat à un moment où il fallait administrer la preuve du fort ancrage populaire de l’opposition.

La théorie de la France qui fait perdre les Fang relève d’un populisme destiné à cacher les faiblesses répétées de la mobilisation de l’électorat et à accréditer l’idée que le seul vote Fang suffit à faire basculer une élection. Hélas, il s’agit là d’une théorie naïve et d’une rhétorique surannée qui s’appuient sur des arguties sans la moindre preuve tangible. La France n’aime personne mais ne déteste personne non plus. Elle veille à ses intérêts économiques, stratégiques comme tous les pays du monde et c’est à chacun d’en faire autant. Elle n’a que faire de nos états d’âme puériles. Elle s’inscrit dans la dynamique qui caractérise les relations politiques.

On ne nous aime pas, répètent quelques ténors en canon et en écho. C’est assez pour que le troupeau s’engouffre dans la brèche de la victimisation, s’autocensure et se range curieusement derrière quelqu’un qui refuse résolument de s’inscrire dans une démarche logique permettant de s’accorder sur le changement envisagé, son contenu, bref sur la gouvernance projetée et les gages sur le futur.

Il est d’ailleurs pour le moins surprenant que des républicains s’inscrivent dans une logique communautaire et s’installent, sans gêne, dans ce fauteuil bancal. Certes, il y a des gabonais qui mobilisent sur le sombre leitmotiv du Tout Sauf les Fang. Mais combien sont-ils ? Que pèse finalement ce courant ? 2016 portera-t-il le changement pour une communauté et n’est-ce pas plutôt l’espérance de tous les gabonais qui veulent correctement se soigner, mettre leurs enfants dans de bonnes écoles, habiter des quartiers salubres, trouver du travail quelles que soient leur province d’origine et leur communauté ?

N’est-ce pas cette espérance partagée que tous les Gabonais ont en commun et qui surpasse les esprits chagrins qui cultivent le Tout Sauf… N’est-ce pas cette conviction qui doit nous pousser à rechercher et à soutenir, au delà du critère communautaire, celui ou celle qui sera capable de porter ce challenge ?

Pour sûr j’en aurai marre avait écrit Aimé Césaire. C’est maintenant que j’en ai marre de ces calculs byzantins de tous ces gens qui naviguent depuis si longtemps en eaux troubles, s’arrogent des prérogatives et parlent au nom des autres en enfumant l’opinion sur leur vraie nature tout en semant le doute sur les autres, parés des falbalas du populisme. Refusant aux autres le droit à la contradiction, ils s’offusquent de n’être pas écoutés et suivis y compris lorsque leurs démarche conduit à des impasses.

Que chacun sorte ses arguments et les expose. Puisque l’heure semble aux choix, quels critères guident le choix qu’on veut imposer au forceps. Il se dit que tel est un bon candidat parce qu’il a un bon carnet d’adresses. Mais que pèse un bon carnet d’adresses diplomatique dans la sphère économique et financière? Pas grand-chose. Et ce carnet est-il aussi bien étoffé qu’on le dit ? D’autres soutiennent que tel est un bon candidat parce qu’il en a les moyens financiers. Faut-il comprendre que le portefeuille des candidats se substitue au projet qu’il faut porter pour le pays ?

Est-ce à dire que celui qui a le portefeuille bien rempli achète finalement le droit de candidature et que lui dira-t-on si la victoire est au rendez-vous. Cet investisseur ne répondra-t-il pas à ceux qui voudront lui demander des comptes : qu’avez vous mis au pot pour prendre le pouvoir ? Rien, alors circulez. A l’évidence, il y a là une source de malaise.
Le départ d’Ali Bongo Ondimba n’est pas une fin en soi. C’est une condition nécessaire mais pas suffisante. L’objectif final c’est une autre gouvernance du pays qui offre de vraies perspectives de progrès et non un one man show qui ouvre béantes les portes de l’inconnu et nous ferait passer de Charybde en Scylla.

Raymond NDONG SIMA

Lundi 24 Août 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3625 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

27.Posté par nfufup le 27/08/2015 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand les gabonais comprendront que cette guerre raciste beneficie qu' à ces opposant nous ne les ecouterons plus moi je conseille à tous les fangs de voter jean ping

26.Posté par nfufup le 27/08/2015 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand les gabonais comprendront que cette guerre raciste beneficie qu' à ces opposant nous ne les ecouterons plus moi je conseille à tous les fangs de voter jean ping

25.Posté par nfufup le 27/08/2015 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le peuple saura prendre ses responsabilités en 2016 car on a compris que tous ces gens soit disant candidats jouent pour leur poche ils prennent de l'argent chez ali et corrompent les vrais gabonais attention qui tue par l'epee meut par l'epee si tu as trahis toi ossi sera trahi

24.Posté par nfufup le 27/08/2015 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nous voulons le départ de ali et des bongo si tu n'as rien à dire tu te taies

23.Posté par nfufup le 27/08/2015 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous ne comprenez pas encore le jeu de certains candidats déclarés pourkoi ils ne combattante ali bongo ce qui veut dire que ndong sima et l'autre joue le jeu de ali ils sont là pour diviser l’électorat du nord mais peine perdu moi je suis fang je vais voter jean ping ndong sima a fait koi kan amo était le seul à combattre le pouvoir établi par la france ndong je donne un conseuil à ndong sima au niveau d'oyem tu es impopulaire les fangs qui te suivront seront naifs car tu rosi à ali pour fuire la prison de l'argent detourné

22.Posté par Diakité Oumarou le 27/08/2015 00:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pitié que la honte, un opposant gabonais qui injure Ping.
Eh ping, gardes ton carnet d'adresse dans ta poche, car d'apres Ndong SIma que nous avons rencontré au Burkina, toi ping, tu ne merites rien, ton carnet d'adresse n'est l'ombre que toi meme.
Nous comprenons mieux, pourquoi la communauté internationale, traite les opposants gabonais de guignols.
Aucun projet de société, meeting de haine, de division ethnique, de xénophobie. A croire que la double nationalité ou devenir gabonais etait un mal.
Les droits de l'homme déclarent que chaque individu a le droit de faire la demande de nationalité de son choix.
Pitié pour l'opposition gabonaise.

21.Posté par monefang le 26/08/2015 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'aimerai bien demander à mr l'ex premier ministre si pendant son sejour premier ministeriel il ne fustigeais pas le système et son patron pourquoi avoir accepter le poste puis porter des critiques en disans que le pays est mal gouverner? ignorait il comment fonctionne le système? meme un tiers concitoyen sait comment il fonctionne tout en étant exterieure , qu'il nous explique parceque cela nous fait penser que lorsqu'on est à la mangeoire on la bouche trop pleine pour parler et dès lors qu'on est hors de la mangeoire la bouche est vide pour péroqueter.... il est mieux d' apprendre à avoir la bouche fermé en toute circonstance. ses soit disant pahouins du système qui ne comprenent rien à rien de leur propre situation nous désole beaucoup ne s'interesant qu'à la mangeoir ou plutôt au reste de la mangeoir qui tombe par terre ils ne le remarque meme pas ou plutôt font semblant

20.Posté par democrate le 26/08/2015 06:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ecoutez le belle et bien avec ses sales propos de ndong sima et essono mengue que vous n aller jamais prendre la presidence du gabon.car la france vous a toujours remarque avec vos paroles de divisions ethniques c est honteux pour nous tous ...

19.Posté par democrate le 26/08/2015 05:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pensez vous que hors mis mr ping quelle est le futur candidat de l opposition le mieu placer?j aime mes freres fang sommes tous gabonais.mais certains de vos dirigeants ne meritent pas etre rassembleur plutot divisioniste ..

18.Posté par democrate le 26/08/2015 05:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour pour moi les propos de mr ndong sima ne meritent pas etre diffuser?sa s est des provocations mais il a taper sur lui meme.si il veut creer son parti ou il ny a que une seul ethnie .qu il le dise ouvertement c est decevant et honteux ...

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...