News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Sit-in anti «Françafrique» devant l’Assemblée nationale

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Jeudi 24 Septembre 2009 à 21:55 | Lu 989 fois

Un groupement de la société civile, «Les forces féminines de lutte pour la démocratie au Gabon», a tenu un sit-in ce 24 septembre devant le palais de l’Assemblée nationale à Libreville, pour protester contre l’ingérence de la France dans l’élection présidentielle du 30 août dernier. Le collectif a également interpellé la présidente de la Cour Constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, afin qu’elle proclame les «vrais résultats», estimant que la victoire revient au candidat des Forces du changement, André Mba Obame.



Gabon : Sit-in anti «Françafrique» devant l’Assemblée nationale
Oh ya yo ! On veut le changement !», tel est le slogan scandé en coeur par les femmes des Forces féminines de lutte pour la démocratie au Gabon devant le palais de l’Assemblée nationale, lors du sit-in organisé ce 24 septembre pour dénoncer le poids des réseaux de la «Françafrique» sur l’élection présidentielle du 30 août.

«Le Gabon n’est pas une province de la France» ; «Sarkozy menteur», pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestantes qui s’insurgeaient contre l’appui présumé de la France au candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Ali Bongo Ondimba, annoncé vainqueur de l’élection présidentielle avec 41,73% des voix.

«Nous sommes là pour interpeller l’opinion nationale et internationale. Nous sommes là pour prendre tout le monde à témoin, parce que nous disons que nous en avons marre de la Françafrique, et nous voulons qu’à partir du Gabon, la Françafrique soit désormais enterrée», a déclaré sous réserve d’anonymat la responsable du collectif.

Dans la lettre ouverte adressée au chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, les Forces féminines rappellent notamment les promesses électorales du président français en 2007, qui annonçait tambour battant «je vais liquider la Françafrique».

«Je ne passerais jamais sous silence les atteintes aux Droits de l'Homme au nom de nos intérêts économiques. Je défendrais les Droits de l'Homme partout où ils sont méconnus ou menacés», avait déclaré Nicolas Sarkozy.

Sur la base de ces déclarations, le collectif rappelle au président français que «votre soutien à l'élection frauduleuse de monsieur Ali Bongo le 30 août dernier annule cet engagement pris devant le peuple français et la communauté internationale».

«En cautionnant par vos appuis multiformes et votre message de félicitations prématuré le coup de force électoral en cours au Gabon, vous venez de remettre en cause l'universalité des Droits de l'Homme et de violer honteusement la souveraineté du peuple gabonais», poursuivent les Forces féminines de lutte pour la démocratie au Gabon.

Elles interpellent également la présidente de la Cour Constitutionnelle afin qu’elle puisse proclamer, à l’issue de l’examen du contentieux électoral, «le vrai résultat des urnes».

«Nous sommes là pour interpeller madame Marie Madeleine Mborantsuo pour qu’elle dise la vérité, que le droit sois respecté, parce que je crois que ce qui est plus important pour nous, comme le disait Barack Obama, ce ne sont pas les hommes forts, c’est plutôt que nous ayons des institutions fortes, et nous ne pouvons avoir des institutions fortes que lorsque les magistrats ou les responsables de ces institutions arrivent à être au dessus des considérations partisanes», explique la responsable du mouvement.

« Nous connaissons le résultat des urnes, nous savons exactement qui a remporté l’élection, nous savons que ce sont les Forces du changement. Et malgré le hold-up électoral, bien qu’elle ait lu le droit après que le ministre de l’intérieur est proclamé, nous pensons et nous faisons confiance à cette institution qu’elle pourra dire la vérité et rien que la vérité», a-t-elle conclu.

Le 11 septembre dernier un groupement de 12 associations et ONG françaises dénonçaient dans une lettre adressée aux parlementaires, «la position ambiguë de la diplomatie française face à l’élection contestée d’Ali Bongo Ondimba». Même son de cloche pour l’Observatoire nationale de la démocratie (OND), qui avait adressé une lettre ouverte au Président français pour dénoncer «les pesanteurs externes au vote» qui ont pesé sur le processus électoral.
Publié le 24-09-2009 Source : gaboneco Auteur : gaboneco

Jeudi 24 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 989 fois




1.Posté par LIBERATION le 24/09/2009 22:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaucoup d'admiration et courage pour ces femmes qui osent et dénoncent la privation de nos voix.

Elles sont là un exemple pour toutes les gabonaises à qui il manque le courage - elles sont aussi celles-là qui ne sont pas "bougeuses" de fesses du PDG.

2.Posté par Paris SArkosy le 25/09/2009 01:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BRAVO BRAVO BRAVO!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
mes soeurs je vous soutiens et je sui entièrement avec vous , se sont des femmes qui sauvent souvent les vies. Dieu ne nous abandonnera pas; la lutte continue
Que Dieu nous quide et nous protège
Femme du grand changement

3.Posté par BLAISE le 25/09/2009 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci et Bravo pour cette Détermination. Cette info est passée
sur i télé en France hier
Chaque acte posé compte
ALI tombera quel que soit alpha !!!

4.Posté par Ifanifa le 25/09/2009 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo, bravo, pour votre courage et votre engagement, vous êtes en train de poser des actes qui donnent chaud au cœur.
Vous avez tout mon respect; il faut que des voix s'élèvent pour soutenir nos malheureux candidats du changement, victimes des groupuscules sans scrupule qui entretiennent délibérement, le Sous-Développement de l'Afique et pour dénoncer l'implication du gouvernement SARKOSY, dans le hold up électoral perpetré par Ali Bongo, le 3 septembre 2009, voire son inertie à rappeler Ali Bongo au respect de la voix du Peuple et des Institutions de la République.

Que DIEU LE PERE ETERNEL vous protège.


5.Posté par Anti Fada le 25/09/2009 23:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MAIS QU'EST CE QU'ILS VIENNENT CASSER LES COUILLES AUX PARISIENS CES CONS DE GABONAIS.
ON S'EN BRANLE DE VOUS !!!!
CASSEZ VOUS AU GABON

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...