News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Seul Nicolas SARKOZY pourrait rétablir 695000 Gabonais dans leur droit

Le site de la Liberté - D'AKOK Auditeur Libre de LVDPG - Média en ligne 24h/24 le Mardi 17 Août 2010 à 12:03 | Lu 766 fois

Le 3 Septembre 2009 Ali BONGO, succède à Omar Bongo Ondimba à la tête du Gabon avec 41,79 % des suffrages exprimés, soit environ 141 000 voix sur un total de 800 000 électeurs inscrits. Une injuste que les Gabonais ont du mal à admettre. Ils se remettent désormais à l’arbitrage de la mère patrie



Gabon : Seul Nicolas SARKOZY pourrait rétablir 695000 Gabonais dans leur droit
En ce jour du cinquantenaire du Gabon, près d’un million et demi de Gabonais ont le cœur lourd de constater qu’après un demi siècle d’indépendance, les droits des gabonais soient comprimés. Une situation qui amène la majorité de la population à penser qu’il faut à nouveau interroger la France sur la véritable orientation qu’elle compte donner au Gabon pour les 50 ans avenirs.

Territoire français d'outre-mer depuis 1946, le Gabon devient, en 1958, une république au sein de la communauté française. Il est dirigé par Léon M'Ba lorsqu'il accède à l'indépendance,

deux ans plus tard. À partir de 1967, la vie politique est dominée par Albert (Omar) Bongo aussitôt aux commandes instaure le monopartisme avec la création du PDG muselant ainsi toutes velléités d'opposition à son encontre. L'exploitation des richesses naturelles du pays (bois, minerais et surtout pétrole), assure une relative prospérité au Gabon, et font avant tout du président Bongo, un chef d'état très courtisé, notamment par la France qui en fait un de ses alliés africains les plus sûrs.

À la fin des années 1980, la chute du cours du pétrole plonge le Gabon dans une grave crise économique qui perdure encore aujourd'hui, incitant la population à multiplier les revendications sociales et politiques. Une conférence nationale pour refonder le pays est ouverte en 1990 qui débouche finalement sur le rétablissement du multipartisme. Malgré cette certaine démocratisation, la situation économique du pays n'évolue guère, tandis que les Bongo et leur parti présidentiel se maintiennent au pouvoir
Jusqu’à ce jours, les Gabonais impuissants continuent de dénoncer la répartition inégale de la richesse et la confiscation de leurs droits. Il est désormais établi qu’au Gabon, multipartisme ne rime pas avec alternance au pouvoir.


Le peuple qui, depuis 20 ans a consenti d‘énormes sacrifices pour revendiquer l‘alternance à la tête de l‘Etat s‘est finalement résigné et attend maintenant que la France qui a donné l‘indépendance au Gabon ordonne aussi l‘alternance à la tête de l‘exécutif..

Mardi 17 Août 2010
D'AKOK Auditeur Libre de LVDPG - Média en ligne 24h/24
Vu (s) 766 fois




1.Posté par Baloum le 17/08/2010 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce type nommé Akok est un véritable cancre. Où a-t-il vu les choses se passer comme il l'envisage? La France,après le coup d'Etat d'ali bongo,a été le premier pays à reconnaître à grands renforts de communiqués,l'élection de ce candidat pourtant impopulaire,mais désigné par sa presse comme le favori. Bien plus, Jean François Copé, pdt du groupe ump à l'Assemblée française, a affirmé sur France info qu'avec 40% d'intérêts,la France ne pouvait pas " laisser" le Gabon. Cela veut dire qu'elle ne pourra jamais laisser le Gabon disposer de lui-même,choisir ses dirigeants librement,laisser les règles démocratiques se faire.Sans cesse,elle installera donc des types illégitimes,discrédités et minoritaires,pour mieux leur faire le chantage qui leur garantira le service de l'exploitation sauvage des richesses du Gabon et le maintien du monopole qu'elle a dans ce pays. Croire donc que les bras croisés, la France viendra sauver les Gabonais de la violence qui leur est faite, c'est vraiment lamentable. La violence,comme eux-mêmes qui ont fait la Révolution le savent, n'appelle que la violence. C'est tout.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...