News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Rogombé, Mborantsuo et Nyngone : face à l’Histoire

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Lundi 17 Août 2009 à 20:33 | Lu 2560 fois



Gabon : Rogombé, Mborantsuo et Nyngone :  face à  l’Histoire
Le sceau de la République gabonaise est une femme allaitante. Signe tout indiqué pour montrer le rôle prépondérant de la femme dans l’histoire de cet Etat. Comme aussi pour dire que la gente féminine tient entre ses mains pouvoir, histoire et avenir du Gabon. Ironie du sort ou de l’histoire ce sont effectivement les femmes qui se sont souvent retrouvées dans des positions charnières à des moments décisifs de l’histoire du pays. Comme c’est le cas en ce moment avec la gestion de transition dont l’issue et le succès dépendent deux personnages clés : Rose Francine Rogombé, Président de la République par intérim, et Marie-Madeleine Mborantsuo, président de la Cour Constitutionnelle, toutes deux, ironie du sort de ou l’histoire, juristes de formation.

Elles gravent et graveront chacune à sa manière l’histoire du Gabon. Mais de quelle manière effectivement ? C’est là toute la grande question.

La première citée et première femme à la tête du Gabon, en prêtant serment, avait promis placer son mandat intérimaire sur le triptyque : « Constitution-concertation-consensus ». Alors que cette transition tire déjà à sa fin, il est très difficile de déceler les marques de son empreinte dans tout ce qui a été fait ou décidé ou jusqu’ici. A des moments on a parfois cherché à savoir, sans vraiment y parvenir, ce qu’elle pense réellement et décide face à des situations les plus contradictoires qui opposent majorité et opposition. En somme, sa poigne et son charisme ne sont toujours pas perceptibles. Normal, Pourrait-on dire. Car pour une personne issue d’un parti où la contradiction n’est pas la chose mieux partagée et qui se retrouve face à des responsabilités qu’elle n’avait pas imagées et auxquelles elle ne s’était pas préparée au préalable, la tâche n’est pas du tout aisée. Tout laisse croire qu’elle est entre le marteau et l’enclume, otage d’un système qui n’est pas prêt de se départir des avantages et privilèges auxquels il s’agrippe, contre vents et marrées, depuis près d’un demi-siècle. Toutefois, n’ayant pas encore achevé sa mission à la tête du pays, avec le bénéfice du doute, on peut d’abords s’abstenir, un temps soit peu, de la juger.

Un minima de crédit qui sera difficile à accorder à la seconde, Marie-Madeleine Mborantsuo, au regard de son lourd passé et de ce qu’elle a prouvé jusqu’ici. En effet, au vu et au su de tout le monde, elle ne s’est jamais gênée de se maintenir à un poste où au regard de ses relations avec le défunt président, père de ses deux enfants, et par conséquent avec l’un des candidats à la prochaine élection présidentielle, elle se retrouve dans une situation qui dénote grossièrement du conflit d’intérêt. Le bon sens aurait voulu qu’elle démissionne, déjà que selon son article 24 « la Cour constitutionnelle statue obligatoirement sur les conflits d’attribution entre les institutions ». Or elle s’est toujours retrouvée dans une situation de juge et partie, malgré le serment de neutralité auquel est astreinte.

En outre, qui d’autre serait mieux placé qu’elle pour savoir que l’article 89 de l’institution dont elle a la charge stipule que : la durée du mandat des conseillers est de sept (7) ans renouvelable une fois » et que le président de la Cour Constitutionnelle est nommé pour la durée d’un mandat ? Or ça lui fait près de seize ans (16) qu’elle occupe ce poste sans que cela ne l’émeuve. Alors que dire ou penser d’une magistrate de son rang qui foule au pied la Loi fondamentale ?

Pire, lors des élections très contestées de 1993 elle rejeta le recours des candidats déclarés perdants sous le seul prétexte qu’ils avaient mal protesté en formant un gouvernement parallèle. Jusqu’aujourd’hui tous les experts et professionnels du droit ont du mal à trouver l’article sur lequel elle fonda son sa décision. Va-t-elle récidiver ou chercher à se rattraper ? Seul l’avenir nous le dira. Pour le moment, quoi qu’on en dise elle est entrée et à écrit une page de l’Histoire du Gabon à sa manière. Mais d’une manière peu admirable.

En parlant d’Histoire, à la même époque et dans le même contexte de cette élection présidentielle de 1993 qui restera à jamais gravée dans la mémoire des gabonais à cause des gros troubles et de la paralysa de toutes institutions du pays qu’elle engendra, s’illustra une autre femme, moins connue, mais des plus braves et certainement des « héros nationaux », Pauline Nyngone, à l’époque gouverneur de l’Estuaire.

En effet, pendant que le décompte des votes pour Libreville, la capitale et plus grande agglomération du pays, n’était pas terminé le ministre de l’Intérieur de l’époque, Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou, avec la complicité et l’appui du commandant en chef des Forces Armées des Gabonaises, Idriss Firmin Ngari, aujourd’hui ministre de la Santé, alla déclarer à la télévision Omar Bongo vainqueur avec un peu plus de 51% des suffrages. Ce qui par ailleurs a valu à « Ya Mboumbou » le surnom de « tripatouilleur national ». Cette courageuse et honnête femme, Pauline Nyngone, refusa de cautionner cette ignominie et, au péril de sa vie, démissionna de son poste gouverneur de l’Estuaire. Ce que l’Histoire retint d’elle, déjà qu’avant ou après elle personne n’a démissionné pour des raisons similaires et de la même manière.

C’est dire qu’avec trois Pauline Nyongone, l’histoire du Gabon aurait connu ou connaitrait un autre cours. Mais malheureusement ce n’est pas avec des « si » qu’on n’écrit et que s’écrira l’histoire du Gabon, pays où les gens se sentent plus redevables envers des individus ou des familles qu’envers leur patrie. En attendant Wait and see.

Source : Koaci

Lundi 17 Août 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 2560 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...