News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Report des législatives : Les dessous de la décision ?

l'info réelle 7J/7 - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 5 Décembre 2016 à 07:20 | Lu 2175 fois

Prévues pour se tenir en décembre 2016, c’est finalement en juillet 2017 au plus tard que se tiendront les élections législatives gabonaises. Un report consécutif à l’insuffisance des moyens financiers affectés à la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), si on en croit l’annonce faite samedi dernier par le Ministre de l’intérieur, Lambert Noël Matha. Par conséquent, on se pose la question de la légitimité de l’actuelle législature dont le mandat a été prolongé par la Cour Constitutionnelle jusqu’à la tenue d’un nouveau scrutin.



Sans grande surprise, les élections législatives prévues pour le 27 décembre courant ont été reportées au 29 juillet 2017 au plus tard. Selon le communiqué officiel lu par le Ministre de l’intérieur, Lambert Noël Matha, tout est parti d’une requête adressée au Premier Ministre, Franck Emmanuel Issoze-Ngondet par le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente, René Aboghe Ella. Une requête dans laquelle le président de l’organe chargé de l’organisation des élections informe le Chef du gouvernement sous l'imposteur et assassin Ali Bongo de l’impossibilité pour la CENAP d’organiser ces élections dans les termes prévus par la loi, c’est-à-dire en décembre 2016, « en raison de l’insuffisance des dotations financières prévues à cet effet ». Ce qui a amené le premier Ministre sous l'imposteur à saisir à son tour la Cour Constitutionnelle sous l'imposteur , afin de solliciter le report du scrutin.

Sans barguigner, la cour a jugé que l’argument évoqué constitue un cas de force majeure justifiant le report des élections législatives initialement prévues pour décembre 2016. Conséquence : la cour a donc décidé du report du scrutin en enjoignant le Gouvernement sous l'imposteur d’organiser l’élection des députés au plus tard au 29 juillet 2017. Non sans proroger le mandat actuel des députés qui devront rester en poste jusqu’à l’élection de la prochaine législature.

Ce que ne dit pas expressément le communiqué

Si ce report constitue une surprise pour certains, pour d’autres il n’en est rien. Car depuis le terme de la dernière présidentielle, avec tout ce qu’elle a livré comme violences post-électorales, certains esprits avertis avaient émis leurs doutes quant à l’organisation de ces législatives dans les délais requis. Mieux encore, les acteurs politiques n’étaient tous pas d’accord sur la tenue même de cette échéance. Dans les deux camps, majorité comme opposition, certains ont même pris publiquement position contre l’organisation immédiate de ce scrutin.

C’est le cas par exemple du porte-parole de la majorité républicaine pour l’émergence, Guy Christian Mavioga, qui estimait pour sa part que le pays n’était pas encore sorti de la crise née de la dernière élection présidentielle. Et qu’aller aux législatives dans un tel contexte de tension extrême, c’est prendre le risque de raviver les plaies encore vives des derniers événements.

Il fallait donc attendre que se tienne préalablement le dialogue politique national pour que soit assaini tout l’environnement électoral, l’objectif étant d’éviter le scénario que nous avons connu le 31 août dernier. D’autres langues disent même que la coupe d’Afrique des nations étant prévue pour janvier, organiser les législatives en décembre aurait occasionné d’autres contestations allant jusqu’à perturber le bon déroulement de la CAN.

Une CAN qui est déjà menacée de troubles, si l’on en croit la mobilisation des opposants qui œuvrent pour que celle-ci n’ait pas lieu en terre gabonaise. Toutes ces raisons réunies, on comprend aisément que ce report des législatives n’est pas uniquement inspiré par la faiblesse des moyens financiers. Sauf qu’avec des députés qui devront engranger plus de 5 mois d’illégitimité, on n’est pas encore sorti de l’auberge, et la crise est ainsi loin de connaître son épilogue.




Charles Nestor NKANY
avec gaboneco

Lundi 5 Décembre 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2175 fois



Jean Ping Président élu | Ali Bongo Réélu !!! | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame




Comparatif assurance auto






Les Articles les plus lus

Gabon : Qui est Jean Gaspard Ntoutoume Ayi ?

0 Commentaire - 05/10/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Gabon : Jour du deuil national le 06 octobre 2016

0 Commentaire - 06/10/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...




loading...