News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Réplique cinglante de Léon Paul Ngoulakia aux menaces de Moubelet Boubeya

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 9 Janvier 2016 à 08:43 | Lu 5548 fois

Les menaces qu’aurait lancées le ministre de l’Intérieur à Léon Paul Ngoulakia, par l’entremise de l’un de ses petits frères, ont été l’objet d’une réponse épistolaire méthodique. L’occasion en or pour l’ancien patron de la Caistab de laisser entendre qu’il sera candidat à la prochaine présidentielle.



Léon Paul Ngoulakia représenterait-il une menace pour le régime en place ? Oui serait-on tenté de le croire, au regard déroulement des récents évènements survenus autour de lui à Libreville. Dans un courrier adressé au ministère de l’Intérieur, daté du 5 janvier, avec ampliation à la Présidence de la République, au président de l’Assemblée nationale, au Premier ministre ainsi qu’aux ambassades de France, des Etats-Unis, des pays limitrophes du Gabon, de l’Union européenne et de la société civile, l’ancien directeur général de la Caisse nationale de stabilisation et de péréquation (Caistab) révèle la convocation au ministère de l’Intérieur de l’un de ses frères cadets, le 28 décembre dernier.

Soulignant que cette convocation avait lieu alors que lui-même était bel et bien présent sur le territoire national, Léon Paul Ngoulakia indique qu’à travers son frère, Pacôme Moubelet Boubeya lui transmis plusieurs messages aux allures intimidantes : «En politique, si les intérêts du pouvoir sont menacés…» ; «Si on ne peut pas l’atteindre personnellement, on sait par où le pincer pour lui faire mal» ; «En décortiquant son message d’invitation à la réunion du 19/12/15 et plus son discours, je peux me permettre de le mettre aux arrêts, car celui-ci avait une connotation subjective du fait d’avoir salué l’assistance en plusieurs langue du Gabon et d’avoir prononcé le mot dialogue».

Le ministre de l’Intérieur lui aurait également transmis les messages suivants : «Même si le président de la République ne donne pas d’instructions, son entourage peut prendre des initiatives dans le but de préserver leurs acquis et intérêts» ; «Aucun opposant ne pourra être élu tant que je serai ministre de l’Intérieur et même si Léon Paul se portait candidat» ; «Que Léon Paul ne fasse plus de déclaration et tout rentrera dans l’ordre. Personne n’a de problème avec lui, je lui conseille de prendre des vacances». Pour l’ancien secrétaire général du Conseil national de sécurité, les propos du ministre de l’Intérieur génèrent «une foule d’interrogations consistant à savoir si nous sommes dans une démocratie ou dans une dictature».

Et Léon Paul Ngoulakia d’y aller de son commentaire sur chaque menace proféré à son encontre. Sur la première, il s’interroge quels intérêts il s’agit. «Ceux du peuple ?», demande-t-il avant de poursuivre : «Je pensais que le pouvoir avait pour devoir de défendre les intérêts du peuple : à savoir à savoir la protection des personnes et des biens. Mais je constate à la suite de vos menaces à peine voilées que les intérêts de vos compatriotes sont les derniers de vos soucis».

Il n’en veut d’ailleurs pour preuve que l’absence de suite concernant sa plainte sur les évènements du 19 décembre dernier lorsqu’il a été empêché de faire une déclaration publique, alors que les auteurs desdits troubles ont formellement été identifiés. Au sujet de la seconde menace, le correspondant de Moubelet Boubeya prend à témoin ses compatriotes et la communauté internationale.

«Je comprends d’après vos propos que vous ne pouvez pas m’éliminer, vous vous en prendrez donc soit à mon épouse, à mes enfants, ma mère, mes frères et sœurs», a déduit Léon Paul Ngoulakia avant de s’interroger : «Le ministre de l’Intérieur a-t-il placé un contrat sur la tête d’un Gabonais et sa famille ? Quelle en est la cause ?» Passant à la menace suivante, il s’étonne de ce qu’aux yeux du ministre, les salutations en langues vernaculaires et l’utilisation du mot «dialogue» tiennent de la subversion.

«Au sein des familles, le dialogue n’est-il pas le fondement du vivre ensemble ? Parler la langue vernaculaire est-il un délit ?», a-t-il rétorqué avant d’affirmer, un brin didactique : «Sachez pour votre gouverne et pour le prestige des fonctions que vous exercez que le dialogue est consubstantiel à la nature humaine. Et la force de ceux qui maîtrise la connaissance et dirigent le monde ont choisi le dialogue comme mode de règlement des conflits qui secouent les sociétés».

Au sujet de la substitution aux prérogatives du chef de l’Etat, Léon Paul Ngoulakia pense que cela traduit l’absence de dialogue, la renonciation à la cohésion sociale chez le ministre de l’Intérieur ainsi qu’une rupture avec le peuple. «Ce constat m’amène à conclure que lorsqu’on n’a pas la connaissance des principes et la culture des fondamentaux de protection du citoyen (…) je crains qu’il soit prétentieux de se substituer au chef de l’Etat dans certaines de ses charges régaliennes», a-t-il soutenu.

En venant à l’impossibilité de victoire d’un opposant aux élections, Ngoulakia rappelle dans son courrier que «la Constitution et les lois en vigueur au Gabon nous apprennent que l’élection du président de la République dépend de la volonté du peuple et non du bon vouloir d’un individu fût-il ministre de l’Intérieur». «Si selon vous, parler aux clans, amis, alliés et connaissances (…) sur les raisons de ma démission du Parti démocratique gabonais (PDG) et les édifier sur ma vision de la patrie et de la République font de moi un potentiel candidat, alors je le serai», a-t-il poursuivi. On peut donc d’ores et déjà ajouter le nom de Léon Paul Ngoulakia sur la liste des candidats à la toute prochaine élection présidentielle.

Revenant sur les vacances que lui a recommandées Pacôme Moubelet Boubeya et le fait de se taire, Léon Paul Ngoulakia s’est voulu quelque peu moqueur. «J’ignorais qu’il était de votre ressort de planifier mes vacances», a-t-il ironisé avant de répondre que le Gabon est malade : «Mon devoir de citoyen m’interpelle, je reste à son chevet car mes intérêts sont liés à ceux de mes compatriotes». Sur le second aspect de cette dernière menace, il s’est voulu formel : «Ma liberté ne s’emprisonne pas tant que je n’ai porté atteinte ni à l’intégrité territoriale, ni à la stabilité de mon pays».

Pour la chute de sa correspondance, Léon Paul Ngoulakia a vraisemblablement choisi de revêtit son tablier et ses gants de Franc-maçon pour donner une résonnance spirituelle à sa réplique : «Monsieur le ministre et cher frère, l’ordre auquel nous avons librement adhéré de notre plein gré et consentement, nous enseigne depuis les temps immémoriaux, à participer à la construction d’un meilleur monde, à devenir des hommes de valeur dans la cité, à défendre les opprimés, à refuser l’arbitraire et l’injustice, à cultiver l’amour fraternel, à assurer les libertés individuelles, à conforter la démocratie et, enfin, à défendre dans l’honneur les causes justes pour que les peuples puissent vivre en paix. Hélas ! Peine perdu. Mais l’Omniscient, l’Omnipotent, Omniprésent veille», a-t-il conclu avant de renvoyer le ministre de l’Intérieur à la lecture de quelques versets bibliques : «L’Ecclésiaste chapitre 10, versets 4 à 20»

source : gabonreview

Samedi 9 Janvier 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 5548 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par Rtg1 le 09/01/2016 02:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'avis avec Ndembi, il faut que les gabonais se parlent SINCÈREMENT sur des sujets capitaux comme :

- La Constitution (nombre de mandat, durer du mandat, référendum...),

- Le nombre de ministres, DG, SG, Fonctionnaires

- L'entreprenariat

- La forme de gouvernement (Présidentielle FRANCE, Parlementaire ANGLETERRE, Fédéral SUISSE ou un mixe entre ses différents type de gouvernance avec les réalité local)

- La justice,

- La religion

- Les langues locals

- Les traditions

- L'identité nationale (L'histoire)

- Les médiat d'état et privés nationaux

- Les programmes scolaires et bien d'autre choses...


Tout ceci sans tabou. ;-)

15.Posté par Rtg1 le 09/01/2016 01:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Grand Moubelet si tu es conscient il faut commencer à faire profil bas...

Ce qui est sur tout est bouclé dans moins de 8 mois on va prendre le pouvoir il n'y a plus aucun doute sur ce point.

On vous laisse seulement finir le délais constitutionnel de votre mandat... ;-)

14.Posté par Rtg1 le 09/01/2016 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Témoignage : la FRANC-MAÇONNERIE, secte satanique (Maurice Caillet, ex-18e grade)

13.Posté par Orema Kakaka le 09/01/2016 00:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour ceux qui n'ont pas la sainte Bible ou ceux qui en sont allergiques, voici le renvoi de M. Ngoulakia.

Quelle elle leçon de civisme......

4. Si l'esprit de celui qui domine s'élève contre toi, ne sors point de ta condition; car la douceur fait pardonner de grandes fautes.
5. Il y a un mal que j'ai vu sous le soleil, comme une erreur qui procède du Prince;
6.C'est que la folie est mise aux plus hauts lieux, et que les riches sont assis en un lieu bas.
7. J'ai vu les serviteurs à cheval, et les Seigneurs aller à pied, comme des serviteurs.
8. Celui qui creuse la fosse, y tombera; et celui qui coupe la haie, le serpent le mordra.
9. Celui qui remue des pierres hors de leur place, en sera blessé; et celui qui fend du bois, en sera en danger.
10. Si le fer est émoussé, et qu'on n'en ait point fourbi la lame, il surmontera même la force; mais la sagesse est une adresse excellente.
11. Si le serpent mord sans faire du bruit, le médisant ne vaut pas mieux.
12. Les paroles de la bouche du sage ne sont que grâce; mais les lèvres du fou le réduisent à néant.
13, Le commencement des paroles de sa bouche est une folie; et les dernières paroles de sa bouche sont une mauvaise sottise.
14. Or le fou entasse beaucoup de paroles; et TOUTEfois l'homme ne sait point ce qui arrivera; et qui est-ce qui lui déclarera ce qui sera après lui?
15. Le travail des fous ne fait que les fatiguer, et pas un d'eux ne sait trouver le chemin pour arriver à la ville.
16. Malheur à toi, terre, quand ton Roi est jeune, et quand tes Gouverneurs mangent dès le matin!
17. Que tu es heureuse, ô terre! quand ton Roi est de race illustre, et que tes Gouverneurs mangent quand il en est temps, pour leur réfection, et non par débauche!
18. A cause des mains paresseuses le plancher s'affaisse, et à cause des mains lâches, la maison a des gouttières.
19. On apprête la viande pour se réjouir, et le vin réjouit les vivants; mais l'argent répond de TOUT.
20. Ne dis point mal du Roi, non pas même dans ta pensée; ne dis point aussi mal du riche dans la chambre où tu couches; car les oiseaux des cieux en porteraient la voix, et ce qui vole en porterait les nouvelles.

12.Posté par PATRIOTIQUE le 08/01/2016 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si Jean Paul aime son pays, je lui demande de dire haut et fort qu'il est le fils biologique d'Albert Bernard Bongo et d’Emma Rose. De ne pas se présenter pour 2016 mais par contre, de soutenir le candidat que le peuple va juger crédible, ce dernier a besoin d'un véritable changement !

11.Posté par Maroundou Badingua Geaorgette le 08/01/2016 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aucun président en Afrique n'a jamais accepter de faire juste un mandat,ouvrez les yeux Ping joue le jeu en voulant se présenter avec l’imposteur ,réveillons ns Gabonais,si on ne fais pas comme les Burkinabés qui avaient chasser Blaise ,en Août nous n'aurons que nos yeux pour pleurer.
VIVRA VERRA

10.Posté par etat d''âme le 08/01/2016 19:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c kanmem fou ce pays un mini ministre pense kil est un au dessus du monde il va juska penser k c le ministre d linterieur ki valid ds election. mai vraimnt cs bonhome là. c a mont bouet. geant ckdo .mbolo kon se croiz mem pr sa famille il a pa peur

9.Posté par NDEMBI ASSEKO le 08/01/2016 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, chers compatriotes, je m'inscrits dans le projet du dialogue pour tous initié par M. OSSONGO sur ce site. C'est vraiment important que les Gabonais se parlent. Que les compatriotes expliquent ou justifient certaines choses. Ici, je vais surtout m'adrésser à des jeunes qui se cachent derrières les pseudo Gia effayong, Ngone, la Nation etc. J'ai du plaisir à vous lire, car derrière vos écrits se cachent les sociologues, les économistes, les psychologues etc. Mais voilà, les élections approchent et d'ici, là l'heureux candidat va remercier son équipe de campagne en nommant les membres aux hautes fonctions de l'Etat. Malheureusement, certes, votre volonté est de prôner le bien être de tous, mais vous ne serez pas là pour impulser votre dynamisme et concrétiser vos idées. Le Gabon vit une situation dramatique qui nécessite des explications. Depuis trois ans, un de vos brillants collègues, sorti de l'Université du Roi Mohamed V du Maroc à Casablanca a été nommé Directeur Général du Budget. Ce gar là, avec l'appui de sa majesté, ALI a lancé un grand projet sur la réforme du budget de l'Etat à partir de ce qu'il a appelé Budgétisation par objectif de projet (BOP). Cette affaire a été rélayée dans la presse à gros coup de PUB. Les experts ont été sollicités partout en europe, asie, Etat Unis, Moyen Orient, Amérique latine, Irack, sirye etc...près de 500 formations à destination des utilisateurs ont été organisés.La mise en oeuvre de cet impressionnant projet qui devait révolutionner la gestion des finances publique à commencé depuis 2013 et se poursuit. On constate cependant que depuis la mise en oeuvre du projet, tous les budgets disparaissent. Le RPROG qui est le responsable suprême concentre tout. C'est vrai, le but était ambitieux : réduire le nombre de voleur et voleuses de budget.mais aujourd'hui, on a un seul grand RPROG qui est un SEUL GRAND VOLEUR.Depuis 3 ans aucun budget n'a été exécuter pour cause, défaut de trésorerie. Ce type de projet savant, quand il quand il échoue, comment devra-t-on ?
Parce que, le plus souvent, vous les intélos, vous n'accepter pas la contradiction.

8.Posté par COOLMANN le 08/01/2016 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ON ACCEPTERA PLUS DE NOUS LAISSEZ FAIRE OH!!!! "L'ESCLAVE QUI REFUSE DE SE LIBÉRER MÉRITE SES CHAINES" A BON ENTENDEURS, SALUT!!!

7.Posté par NDEMBI ASSEKO le 08/01/2016 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On est fatigué de tout ça, les affaires d'une seule famille, un conglomérat qui pille le pays depuis. Qu'est qu'il nous apporte de nouveau et de surcroît il envisage une candidature à la présidentielle?
famille de mes fesses.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 00:00 Gabon : Lettre ouverte à Ben Moubamba

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...