News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : René Ndemezo Obiang n'est pas un rebelle ni opposant à Ali Bongo (Interview)

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 4 Mai 2013 à 09:33 | Lu 1540 fois

L’ex éminence grise du régime d’Omar Bongo Ondimba, René Ndemezo’o Obiang, mis à la touche par Ali Bongo Ondimba dévoile sa pensée dans une interview exclusive à Gabonactu.com. Avec son légendaire franc-parler, il évoque son enracinement au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), sa prétendue rébellion contre Ali Bongo Ondimba et son parti, ses relations supposées troubles avec l’actuel Premier ministre et son avenir politique.



Gabon : René Ndemezo Obiang n'est pas un rebelle ni opposant à Ali Bongo (Interview)
Gabonactu.com : Faut-il vous appelez Monsieur le ministre ou Honorable député ?

René Ndemezo’o Obiang : Les deux sont valables

Avant le 10ème congrès ordinaire du PDG vous étiez un militant rebelle. On prédisait votre sortie du parti. Après le congrès vous êtes redevenu un militant docile. Que s’est-il passé ?

Je crois qu’un bon militant c’est celui qui prend son courage de dire ce qu’il pense lorsque cela est utile pour l’avenir. Je ne me suis jamais considéré comme un rebelle. Je sais que lors d’une manifestation que j’avais organisé à Bitam le 24 août 2012, j’avais invité le président de la République d’organiser sous la forme qui lui conviendrait un dialogue avec les gabonaises et les gabonais parce que j’estimais que les gabonais avaient besoin de se parler.

Un appel qui correspondait à celui de l’opposition qui réclamait une conférence nationale souveraine. N’est-ce pas étonnant venant d’un haut cadre du parti au pouvoir ?

Justement mon appel était différent de celui de l’opposition. Que demandait-elle ? Que demande-t-elle toujours ? Elle demande une conférence nationale souveraine. Qu’est-ce que cela signifie ? La dissolution des institutions souveraines existantes. Donc la mise à plat de l’élection présidentielle de 2009. En quelque sorte partir à zéro. Dans mon discours de Bitam, j’ai dis que face à cette surenchère, le président de la République avait déjà dit « force restera à la loi ». Et j’ai ajouté que les gabonais avaient besoin de se parler. J’ai demandé au président Ali Bongo Ondimba, en me remémorant les conseils de feu Omar Bongo Ondimba, de réunir dans les conditions qu’il jugerait bonne la classe politique pour des discussions.

Vous voyez que j’ai réaffirmé l’autorité du président de la République. C’est un point fondamental de séparation avec ceux qui appellent à une conférence nationale souveraine. J’observe que de son propre chef, le président de la République a pris beaucoup d’initiatives dans le sens du dialogue. Il a ouvert un dialogue sur la CEMAC. Il a ouvert d’autres discussions avec la classe politique sur la transparence et la bonne gouvernance. Il a ouvert un dialogue pour la réhabilitation du Conseil national de la démocratie. J’ose penser que cela n’est pas contraire à mon discours de Bitam.

Et si le président vous demande de diriger le Conseil national de la démocratie nouvelle version. Diriez-vous oui ou non ?

Je ne me rappelle pas avoir postulé à une quelconque fonction dans mon pays. En tant que citoyen, j’ai le devoir de servir. Si le président de la République décide de me confier des responsabilités, je ferais ce que je fais depuis que je me suis engagé dans la politique.

Vous direz donc oui !

Je n’ai jamais refusé les taches que le président de la République me confie. Je m’efforce au contraire de m’en acquitter à peu près convenablement.

Si on vous nomme président du CND vous dites oui !

Si on me nomme président du CND je dis oui. Si on me nomme ailleurs, je dis oui. Si on ne me nomme nulle part, je dis toujours oui.

Et si on vous nomme Premier ministre, fonction derrière laquelle vous courez depuis la nomination de Raymond Ndong Sima ?

Je répète que je ne cours derrière rien du tout. Je ne pense pas qu’aujourd’hui il y ait une course pour la primature comme pour aucun poste. Je considère que pour toutes ces hautes fonctions républicaines qui relèvent du pouvoir discrétionnaire du président de la République, il a la latitude de nommer qui il juge apte à assumer ces fonctions.

Il y a eu beaucoup d’ancre qui a coulé lorsque la primature a été déplacée de l’Estuaire vers le Woleu Ntem. J’ai soutenu cette décision. Mais je pense qu’il ne doit y avoir dans notre pays aucune fonction qui appartienne à aucune ethnie ou à aucune province. C’est ma façon de voir les choses. En tout cas pour ma part, il n’y a aucune course, en tout cas aucune course de René Ndemezo’o Obiang pour la primature. Les gens spéculent sur les relations entre René Ndemezo’o Obiang et Raymond Ndong Sima (actuel Premier ministre, ndlr). Je rappelle qu’il n’y a aucun problème dans les relations entre le Premier ministre et moi.

Mais pourquoi c’est si froid entre vous deux ?

Je n’ai pas l’impression que ça soit aussi particulièrement froid. Lorsque les députés et sénateurs du PDG de la province sont allés le féliciter suite à sa nomination, j’étais présent dans son bureau et à son domicile. Quand il a besoin de moi j’ai toujours répondu présent. Mais les gens aiment bien là où il y a des problèmes. J’ai l’impression que lorsqu’il n’y a pas de problèmes ça semble gêner les gens. Je répète qu’entre le Premier ministre et moi il n’y a aucun problème.

On dit que le discours de Bitam marquait votre désespoir de n’avoir pas eu ce poste et surtout d’avoir été évacué du gouvernement !

Ce sont des pures spéculations.

On a l’impression qu’il y a un nouveau Ndemezo’o Obiang qui est différent de celui du 24 août 2012 à Bitam. Pourquoi avez-vous mis autant d’eau dans votre vin ?

Je ne sais pas si j’ai mis autant d’eau dans mon vin. Mais ce qui est sûr c’est qu’après le discours de Bitam, un certain nombre de personnes ont pensé que ce discours était une volonté de rupture avec le chef de l’Etat. Et ces personnes se sont employées à accentuer ce qu’ils croyaient être une fissure importante entre le chef de l’Etat et Monsieur Ndemezo’o. Ceux qui l’ont pensé et dit se retrouvent aujourd’hui désemparés. Ils ont fait une analyse erronée. Tout le monde sait qu’en 2009, je suis de ceux qui ont, en première ligne, mouillé le maillot pour faire élire le camarade Ali Bongo Ondimba. Ce sont des vérités connues.


Le fait que j’ai exprimé un certains nombres de doléances des populations de Bitam, le fait que j’ai exprimé mon souhait sur la tenue d’un dialogue politique, les gens ont pensé que c’est un début de rupture avec le président de la République. Je ne pense pas que le président de la République y ait cru.

On a appris que le chef de l’Etat vous a accordé une audience ?

C’est normal. C’est dans l’ordre des choses. C’était programmé et prévu depuis fort longtemps.

Qu’est-ce que vous vous êtes dit ?

Je lui ai partagé mes réflexions sur la situation du parti puisque c’était à la veille du 10ème congrès du PDG.

Il vous a promis quelque chose ?

Non. Il ne m’a rien promis. Cela n’était pas l’objet de nos discussions. C’est peut être la pratique d’autres personnes mais Monsieur Ndemezo’o ne connait pas aller négocier des postes avec le président de la République. (…) Je suis un militant du parti. Je suis un citoyen gabonais. Naturellement je me mets à la disposition de la nation et du président de la République.


Où et combien de temps a duré votre rencontre ?

Le président de la République reçoit au palais présidentiel. Combien de temps a duré la rencontre ? ça c’est confidentiel.

En fin de compte M. Ndemezo’o reste au PDG ?

Naturellement. Je reste au PDG. Je ne suis pas un rebelle ni opposant à Ali Bongo Ondimba.

Gabonactu.com vous remercie

Samedi 4 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1540 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par Monefang le 07/05/2013 02:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Communiqué: Appel à la jeunesse Gabonaise

La nouvelle génération Gabonaise devrait constitué un poids lourd dans la vie politique Gabonaise du futur .Surtout pour les élections présidentielles à venir.
Sur le choix de celle ou de celui qui devra conduire le pays les dix prochaines années. Nous devrons choisir un seul et unique candidat pour la jeunesse. " Le candidat de la jeunesse"

Ainsi nous choisissons ensemble notre candidat dont les conditions requises seront:
-être de nationalité Gabonaise de père et de mère
-être âgé(e) de 25 ans à 38 ans
-détenir au moins un BEPC
-Avoir résidé au Gabon pendant au moins dix ans consécutif
-Enfin le candidat doit avoir été au moins une fois dans sa vie membre d'une association humanitaire, de quartier,lycéenne, étudiante ou autre.

De ce fait ,nous estimons qu'il est grand temps de prendre nos responsabilités et devoirs afin de s’impliquer à la gestion des affaires publics de notre pays et de notre devenir.
Pour cela, dès l'année 2014, nous commencerons à lancer les activités pour faire ce choix à l'intérieur comme à l'extérieur du Gabon via une campagne de sélection.

Alors nous représentons plus de la moitié de la population Gabonaise, donc un tel projet est bien faisable. Afin de mettre barrière aux prédateurs et arrivistes qui veulent se servir du Gabon pour leurs intérêts personnels et non collectifs.

Mouvement Nationaliste Gabonais
Emploi-Croissance-Prospérité

11.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiffd le 07/05/2013 02:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
RNO est l'un des démons essentiels de la galaxie Bongo. J'avais prévenu les naïfs comme Ondo Édouard ici même que son frère essandone est capable du pire pour conserver ou accéder au lucre. En 1981 il avait accepté, sur injonction d'Albert Bernard Bongo, d'aller parader des mois au Gros Bouquet pour épier Oyono Aba'a, passant pour être un prisonnier d'opinion. Par la suite il a liquidé son propre frère Fantomas, et j'en passe et des pires. Son ambition est d'être premier ministre, même s'il sait qu'à Bitam, comme à Oyem avec Ndongo Sima, tout le monde s'en moque.

On nous parle de l'USB, une équipe de quartier. Qu'à-t-elle gagné sur la scène africaine? Tous les démons demeurent fidèles à leur maître Belzébuth jusqu'au dernier souffle. C'est cela Ndemezo'o obiang. Fidèle au serment satanique qui le lie au clan.

10.Posté par SOLANGE ANTIMI NGARI le 06/05/2013 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

RNO EST L'HOMME DE VOTRE SITUATION ET DES PD-GISTES ET NON DES GABONAIS.

9.Posté par domba le 06/05/2013 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
RNO est l'homme de la situation, lune preuve de plus, son club réussi fort bien.
Où est l'erreur ?

8.Posté par Inch''''''''''''''''''''''''''''''''allah le 05/05/2013 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est toujours surprenant de voir comment les gens veulent s'attacher indefiniment a certaines choses!

Vos soit disant politiciens, laisser moi vous le rappeler, sont les commenditaires des omnis presents CRIMES A DES FINS RITUELS.
Vos soit disant politicien et hommes potentiels, sont des crasseux et profiteurs, ennemis de la nation qui se sucrent et continuent de se sucrer sur la misere, la maladie, la peur, l'oppression et la pauvrete des gabonais.
Vos soit disant politiciens etaient quoi avant de se remplir les poches avec les taxes que nos parents et nous payons en vain a l'etat sans amelioration aucune de nos chiennes conditions de vie?
N'est pas plus aveugles que celui qui refuse de voir??????

7.Posté par nkoumou le 05/05/2013 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 6, le PDG et le Gabon en général nt besoin de ce fin politicien, l'homme a du potentiel à mettr au service du chef de l'Etat. Encourageons le

Ndemezo n'est demandeur de rien, il est tout simplement au service du PDG et du chef de l’État en particulier, et c'est le Gabon qui gagne comme par exemple son club de foot-ball qui nous plaisir tant sur le plan national que continental.

Nous souhaitons que le chef de l’État lui donne les moyens pour travailler pour le PDG et servir ABO dans sa dynamique émergente pour le bien de notre pays.

6.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiffd le 05/05/2013 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'avais dit ici même l'année dernière, après son discours de Bitam qui a emballé certains opposants, que cet homme n'était pas digne de confiance. J'avais rappelé son passage par Gros Bouquet pour aller épier Oyono Aba'a et ses amis qui avaient été embastillés. René est au service du diable, malgré ses discours apparemment cohérents, il s'est livré au diable depuis plus de trente ans, couchant avec ses sœurs, sacrifiant ses propres parents comme Fantomas, distribuant le VIH... Égal à lui-même, il fait ici la démonstration parfaite de ce qu'il est, un démon au service de son maître Belzébuth. Entre temps, il a la liste de tous ceux qui, le croyant sincère comme nouvel opposant ou opposant potentiel au régime satanique des Bongo, sont allés le voir pour le féliciter et partager avec lui leur vision du Gabon et la volonté d'en découdre avec Ojukwu Jeffrey Bongo. Comme en 1981 au Gros Bouquet, il a entre ses mains une marchandise qu'il vendra chère pour une place au soleil.

5.Posté par Monefang le 05/05/2013 02:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème avec les gens de Bitam, ce qu'ils n'ont pas de dignité. Ils sont capables de vendre leur âme au diable pour le bien matériel. Vraiment pathétique ces Camerounais!

4.Posté par ONDIMBA OLERI le 04/05/2013 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KIAKIAKIAKIAK QUELLE IRONIE MADOUNGOU

JE NE SAIS PAS EN QUOI VOUS LE QUALIFIER DE BÊTE PLTIQUE QLQ1 QUI EXCELLE DANS LES CRIMES RITUELS ET LE PARTAGE DU SIDA AUX JEUNE FILLES. JE LE COMPREND LE FAIT D'AVOIR VENDU SON ÂME AU REPRÉSENTANT DIRECTE DU DÉMON ALI ODJOUKOU ONDIMBA. PARCE QUE SE SACHANT MALADE. MAIS JE DIRA QLQ PART QUE C'EST DE LA LÂCHETÉ, UN NIGÉRIAN VENU DE NUL PART ET QUI N'A MM PAS UN BAGAGE INTELLECTUEL , MALMÈNE LES LETTRÉS COMME CE NDEMEZO OBIANG.,JUSTE POUR LES BIENS DE CE MONDE. QUELLE PITIÉ, QUELLE HONTE

3.Posté par madoungou le 04/05/2013 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ndemezo est l'homme de la situation, c'est une bête politique, le PDG en a besoin.
AMO doit pleurer parce que il ne fait pas trop de poids devant lui, et le Président ABO peut travailler sereinement pour un Gabon émergent.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...