News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Rejet de candidature Fang : «Une escroquerie politique sur le capital politique de Mba Obame»

Le site de la Liberté - gabonreview le Mardi 27 Octobre 2015 à 07:20 | Lu 1916 fois

Les raisons de son nouveau positionnement politique, son ambition pour 2016, l’appel au rejet de toute candidature fang et le fameux courrier au président de la Guinée équatoriale… Le président de la Convention nationale de l’interposition et candidat déclaré à la présidence de la République livre sa part de vérité.



Vous prenant en exemple notre confrère Échos du Nord indique que vous avez été l’objet d’attaques de certains hommes politiques pour avoir affirmé, alors que vous êtes ressortissant du Woleu-Ntem, vos ambitions pour 2016. Pouvez-vous le confirmer?

Dieudonné Minlama Mintogo : Oui je le confirme. C’est très visible. Le 20 juin j’ai lancé le mouvement citoyen dénommé «Convention nationale de l’interposition». Vous avez vu la mobilisation que ce rendez-vous citoyen a drainée. Je crois qu’entre 3 000 et 5 000 personnes sont venues m’écouter. Et ce jour-là j’avais dit que 2016 ne se fera pas sans moi. Le lendemain j’ai été surpris, déjà, par un journaliste de TV+. Ceux qui connaissent les relations de longue date que j’ai entretenues avec cette chaine de télévision savent que j’ai toujours travaillé avec ce média dans la défense des intérêts des populations, dans l’intérêt de la démocratie, de la bonne gouvernance au Gabon. Nous avons été surpris par la réaction d’un journaliste de cette chaine qui très rapidement, pendant cinq jours, a mené des pseudo-sondages, des reportages à charge juste pour me discréditer.

La cabale était bien lancée. Et quelque temps après j’ai reçu ici des agents des services spéciaux qui m’ont dit qu’une réunion avait été organisée quelque part où on avait dit qu’un Fang ne doit pas être un candidat. Les organisateurs de cette réunion, qui veulent un candidat non fang porté par la communauté Fang sur la base d’un deal dont nous ne connaissons ni les tenants, ni les aboutissants, ont jugé qu’ils ont terminé avec le cas Minlama. Une campagne avait été organisée pour me présenter comme un traitre ou pire, comme une personne qui défendait les intérêts du PDG. Cette campagne est allée partout aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays. Cette manipulation était très claire. Il ne fallait pas de candidat fang pour gêner un certain candidat qui aurait signé un deal avec un groupuscule de Fangs.

Le maire d’Oyem a fait une déclaration argumentée, indiquant les raisons pour lesquelles il ne devait pas y avoir de candidat Fang…

Essono Mengué a fait sa déclaration bien après qu’une campagne eut été lancée contre moi. Mais ce n’était que la suite du processus mis en place. Je suis un Gabonais, je suis républicain et je pense que les Fangs sont des Gabonais et la Constitution leur donne aussi le droit de se présenter à n’importe quelle élection. Quand je regarde la Constitution, je ne vois pas de critère ethnique. Depuis 1990, les candidats aux élections présidentielles n’ont pas été que des Fangs : en 2005 Mamboundou avait revendiqué une victoire, il n’était pas Fang. Avant lui, nous avons eu des candidatures de personnes d’ethnies différentes.

Moi je ne crois pas que le problème soit une question d’ethnie. Il y a quelques temps encore, ceux qui ont inventé cette histoire étaient les premiers à dire : quand Amo (André Mba Obame, secrétaire exécutif de l’Union nationale, décédé le 12 avril 2015, ndlr) va rentrer nous nous mettrons derrière lui et ces mêmes personnes sont aujourd’hui les chantres de la non-candidature fang. La question que je me pose est de savoir : si Amo était Fang ou pas, ou s’il était un Fang à part. Mais je sais qu’Amo était Fang. À partir de là c’est simplement, à mon avis, une escroquerie politique ou une moquerie juste pour faire main basse sur le capital politique d’André Mba Obame. C’est juste une ruse pour pouvoir tromper les gens. La véritable face de ces personnes est actuellement visible.

Concernant les arguments d’Essono Mengue, je dirai, si tel est qu’il est interdit aux Fangs de devenir président du Gabon, l’histoire de l’humanité nous enseigne qu’aucun peuple devant une injustice pareille, devant le refus du droit, n’a croisé les bras. Je prends, pour exemple, les Noirs Sud-africains : nous savons que la Constitution ne leur permettait même pas de voter, mais ils ont engagé une lutte qui a abouti à l’élection de Mandela à la tête de ce pays. Les Sud-africains n’ont pas reculé. Je prends pour exemple, les Etats-Unis avec les Noirs Américains qui sont sortis de la ségrégation raciale et qui ont engagé des luttes pour arriver au pouvoir. Aujourd’hui Obama est là après la grande déclaration de 1968 de Martin Luther King. Je pense qu’aucun peuple ne recule devant le refus du droit. Et je ne pense pas qu’au Gabon, il est interdit aux Fangs d’être candidat, d’être président. Nous avons eu un premier président Fang et nous aurons un autre président Fang.

Quelle aurait été l’attitude des acteurs auxquels vous faites allusion, si Amo était revenu en pleine forme?

Je pense que c’est la question qu’il faut leur poser, parce qu’ils ont déclaré haut et fort. Il ne faut pas oublier l’inconstance de certains de ces acteurs politiques. Parmi eux, il y a en qui, en 2009, avait déclaré qu’Ali Bongo avait gagné les élections ; en 2011, ils ont confirmé qu’Ali Bongo avait gagné les élections. Ces mêmes personnes disent aujourd’hui qu’Ali Bongo n’a pas gagné les mêmes élections. C’est au peuple gabonais de regarder quel type d’homme politique nous avons en face. Sont-ils sérieux ? Sont-ils simplement mus par leurs intérêts du moment?

Auriez-vous eu les ambitions que vous défendez aujourd’hui si Amo était revenu en forme ?

J’avais été clair lors de ma déclaration. J’ai dit à ce moment là que s’il n’y avait pas eu le 12 avril, il n’y aurait jamais eu le 20 juin. J’avais expliqué qu’au-delà du fait que je sois président de l’Observatoire national de la démocratie, j’ai développé un certain nombre de discussions avec le président André Mba Obame qui font que nous avons réussi à avoir une convergence de vues et d’idées sur un certain nombre de choses.

Ceux qui savent le connaissent. J’étais sûr et certain qu’avec Amo président de la République, les réformes nécessaires allaient être réalisées dans un climat de stabilité, dans un climat de responsabilité, de non-exclusion. Il est clair que si Amo était revenu en forme, je ne me serais jamais présenté à la candidature à la présidence de la République et je ne serai allé jamais faire de la politique. Je serai resté à l’Observatoire national de la démocratie. D’ailleurs, je crois que si le président Ali Bongo avait réussi son mandat, en terme de réformes, de renforcement de l’Etat de droit, de renforcement de la démocratie, je ne me serais sûrement pas porté candidat.

Ma candidature découle du fait que, actuellement la situation du Gabon est suffisamment grave, aux points de vue économique, social et politique. Je crois que le président Ali Bongo lui-même avait déclaré que les pesanteurs que son père Omar Bongo avait décriées en 2007 sont toujours bel et bien là. Et ce sont ces pesanteurs, qui font que si on démarre une reforme, on rencontre un mur. Il est difficile au président Ali Bongo d’amorcer un mouvement de réformes au risque de fragiliser sa majorité. Je pense que nous avons besoin d’une nouvelle gouvernance, qui ne soit pas empêtrée dans les dossiers du passé.

Que dites-vous de ce fameux courrier adressé au président de la Guinée équatoriale ?

Je suis vraiment déçu de constater que ceux qui ont fait cette démarche nient cela. J’ai reçu, ici dans mon bureau, des personnes qui sont venus me voir dans le cadre de cette démarche. Il y en a qui m’ont dit qu’une lettre a été envoyée en Guinée-équatoriale, une autre au Cameroun. Une liste comportant des noms de personnalités devant aller rencontrer le président Obiang-Nguema dans le cadre de cette démarche a été dressée au début de cette année. Il y a certaines personnes qui sont dans cette liste et qui sont venues ici pour m’en parler.

Ils ont utilisé cela comme un argument de mobilisation en pays fang. Je ne dis pas que toutes les personnes dont les noms figurent sur cette liste le savaient, parce que nous avons en face de nous des grands manipulateurs. On m’a dit ici, qu’Obiang-Nguema a reçu des cadres fang, on m’a dit ici qu’Obiang-Nguéma leur aurait dit un certain nombre de choses. On m’a dit que des lettres étaient déjà envoyées à Obiang-Nguéma et à Paul Biya. On m’a même dit qu’un accord sera signé sous l’autorité du président équato-guinéen. Pourquoi ces gens-là reculent aujourd’hui ?

Moi je dis qu’on ne peut pas voir le problème du Gabon en termes d’ethnie. En tant qu’expert et développeur, j’ai fait le tour du Gabon. Je sais qu’il existe la pauvreté dans le Haut-Ogooué, chez moi à Bitam, à Mouila, partout et dans les quartiers de Libreville, la pauvreté que nous vivons n’est pas ethnique. Il y a une classe de Gabonais pauvres dans laquelle on retrouve Obamba, Fang, Punu et autres. Il y a également une classe de Gabonais qui a détruit ce pays en le pillant, dans laquelle on retrouve tout le monde. Donc je ne pense pas qu’il s’agit là d’une question d’ethnie pour qu’on veuille jouer avec cette question sensible qui a endeuillé plusieurs pays. Et je sais que dans le Woleu-Ntem et partout en pays fang, les gens ne marcheront pas dans cette escroquerie politique.

Vous parlez d’escroquerie politique, est-ce à dire que vous ne croyez-pas aux démentis diffusés çà et là ?

Il faut que les gens assument leur démarche. Je vous dis qu’il y a eu des démarches. Des gens sont venus me voir ici. Et ceux qui font des démentis aujourd’hui, dans leur for intérieur savent qu’ils ont utilisé cet argument pour appâter certains cadres. C’est à eux de nous dire à quel niveau ils ont menti. Parce qu’il y a beaucoup de personnes qu’ils ont rencontrées dans la communauté fang qui vous diront qu’elles ont été approchées avec cet argument. Et on leur a clairement dit qu’il y a des lettres qui ont été envoyées. Dire aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de lettre, est un manque de courage.

Vu que vous aviez été approché, que recherchait-on auprès d’Obiang-Nguema ?

Ce sont des stratégies de ruse : c’était pour eux une façon de chercher à avoir une légitimité et pouvoir tromper les autres, parce que je ne pense pas que l’élection du Gabon se joue en Guinée équatoriale.

Cette légitimité recherchée auprès d’Obiang-Nguema prouve quelque part que c’est un sage fang, une autorité en pays fang…

Je pense qu’Obiang-Nguéma, de par son âge, son expérience, ses relations, est un grand notable fang. Mais je ne pense pas qu’on va faire une démarche politique qui exclut la communauté fang en s’appuyant sur Obiang-Nguéma. Cela explique sûrement le fait que cette démarche n’a pas toujours prospéré.

Aviez-vous quelque chose à dire que nous n’avons pas abordée ?

J’avais dit que la politique ne doit pas être mensonge, invective, calomnie ainsi que le disent aujourd’hui certains acteurs politiques qui ne pratiquent véritablement pas ce qu’ils prêchent. Je dis qu’aujourd’hui ceux qui ont véhiculé des mensonges sur ma personne, savent que depuis l’université, j’ai toujours milité pour les droits des Gabonais, pour un Gabon meilleur et je n’ai jamais adhéré au PDG. J’ai toujours considéré que le PDG a échoué et le président Bongo l’a d’ailleurs reconnu en 2007.

Ceux qui me connaissent savent que durant toute ma carrière dans les mouvements étudiants, les jeunesses politiques et la société civile, je n’ai jamais été et je ne serai pas le genre de personne à me cacher sous les cagoules. Mes états de service parlent pour moi. J’ai toujours affirmé, défendu et assumé mes prises de position. J’avance à visage découvert, mais ils ont essayé de me salir, ceux-là qui hier frappaient l’opposition, qui en 2009 quand le président Ali Bongo a été battu dans le Woleu-Ntem ont dressé des listes noires de cadres de la province pour qu’ils soient licenciés des grandes entreprises et de la Fonction publique. Je dis aux Gabonais que la pire des dictatures est en hibernation dans ce camp-là.

Ce qu’ils ont fait hier – tricher aux élections, exclure tous ceux qui ne pensaient pas comme eux-, ils vont le reproduire avec plus d’acuité s’ils arrivent au pouvoir. Je crois qu’il n’y aura plus de presse, plus de parti politique, plus d’élection et c’est ça le danger actuel. Chez nous on dit ce n’est pas parce qu’on a jeté un bois dans l’eau qu’il devient poisson. Ce n’est pas parce que des dictateurs, des pseudo-démocrates, qui ont torpillé la démocratie, ont quitté le PDG et se retrouvent maintenant dans un autre camp, qu’ils deviennent des démocrates.

Mardi 27 Octobre 2015
gabonreview
Vu (s) 1916 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

13.Posté par L''Enfant du Pays-Bas le 29/10/2015 18:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi perdre du temps et de l''energue à parler à ou d''un certain Milama qui n''a ni poids, ni base politique? A Milama, en toute franchise, as tu déjà remporté une seule élection dans ta vie? Que ce soit les municipales ou locales?

12.Posté par De Source Sure le 28/10/2015 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu dis porter l'idéal d'AMO, mais moi, je t'apprends qu'AMO aurait d'abord refléchi 7 fois avant de venir ahuri, etaler ta traitrise devant les medias! quand on a envie d'etre un grand homme et qu'on veut se meler à la politique pour sauver des vies en danger, comme vous dites, il faut apprendre aussi à se taire et accorder le benefice du doute à l'autre camp, qui dit pourtant aussi lutter pour les memes ideaux que tu dit defendre toi-aussi! Ne t'es-tu pas dit une seule fois que peut-etre en venant étaler au grd jour ce q tu dis avoir été informé, qui allait pourtant dans le meme sens que le combat que tu dis combattre, celui de la liberation du Gabon, tu pouvais finir par constituer un obstacle à la liberation du Gabon, plutot qu'1 combattant pr la cause?
C'est une grave insulte à l'intelligence et à la memoire d'AMO que de le meler à tes aspirations que je soupconne fortement égoïstes ou pire opportuniste et suicidaire, ne serait-ce que politiqment. AMO aimait à dire tjr:"ceux qui connaissent ne parlent pas"! sais-tu au moins pourquoi? Dommage que je n'aurai jamais l'occasion de te l'expliquer! mais, une chose est sure, toi, tu combats pas le bon combat, mon frère pour la liberation du Gabon! parce que, un vrai combattant aurait choisi de se taire en soupçonnant ne serait-ce que le danger de dire certaines choses pouvant eventuelmt causer du tord à la même cause pour laquelle PING, JEN, MYBOTO, OYE MBA, MOUKAGNI...et toi-meme nous disent tous que vous combattez: le combat pour la liberation du pays!
Dis moi, cher frere, qui prefererais-tu voir au pouvoir apres 2016? Ali, ou bien un autre compatriote qui veut et doit sortir, ne serait-ce que pour le moment le Gabon du joug cinquantenaire du systeme Bongo-pdg?
Vois-tu, cette lettre de M. NDEMEZOO OBIANG, ton propre grd frere, ne nous dit rien dans le sens de la non-liberation du Gabon, mais, au contraire, nous apprend que tous les TéTés fang sont entrain de se reunir, et ont appelé le super TéTé fang de la Guinée Equato à la rescousse pour les aider dans le combat qu'ils menent au Gabon pour la liberation de leur pays! René ne l'a jamais pourtant caché lors de tous ses discours lors de la tournée de PING au W-N: ane fek! bia be fang, bi dzia gagné bi elections au Gabon, depui le multipartism, akore MBA ABESSOLE en 93, e'zu ku AMO en 2009 hier hier là, nos braves enfants que vous avez vs-memes envoyé combattre le bon combat...ont bel et bien gagné ce combat! Mais pourquoi, notre pays est tjr geré par les Bongos? Quand et quand un Bongo a-t-il vraiment gagné une election presidentielle au Gabon depui le multipartisme? Ve bia wok wok na, migoum mi bore bezing ba juré na monefang ase ngong eto nsi Gabon! mone fang ase bera ndzè e'Gabon! bote bete beka'a ngame ba be mitangane, aval bia wok! Ede biaghe bia dzo na, bia yiane liberer esi dza, coute que coute, transparence electorale ou pas, biadoute esi dza pour liberer le Gabon! Ede, fek y'ete ene na, e'mone nkomii gni eyola na: Personalité Internationale de Nationalité Gabonaiz (P.I.N.G), egne fogue bi bene tele, bi souk ki ngne!
FEK, FEK, FEK, a chaque discours de Rene, du patriarche Essono Mengue, d'Eyeghe...
Dis moi, honnetement, pourqoi, toi, en petit frere de loin de tt ces kokos de ton village, qui pouvaient pour certains etre tes peres...et quand on connait aussi la rigueur fang ds le respect des ainés. Ils sont tes ainés de naissance, ils le sont aussi par l'experience de la vie, et plus particulierement en politique! pourqoi vas-tu jusqu'à mettre en doute les informations des agents des services speciaux, qi t'ont rendus visite? qu'as-tu en echange de leur information pour convaincre du contraire! En tout honneteté, quel but poursuis-tu en réalité? Que crois-tu pouvoir faire de mieux que Ping, qui est ton ainé de loin, dans tout, tout, et tout d'ailleurs, pour liberer le Gabon, face à Ali et lui obligé de quitter le pouvoir, pcq'il va encore s'imposer de force comme avec AMO? quand bien meme, tu sais q'AMO que tu venere aujourd8, et qui connaissait mieux ALI q tous, et, AMO avec tout son genie qui a fait de lui aussi bien l'homme le plus haï du Gabon pendant des decenies et aussi, et en moins de 2 semaines l'homme le plus adulé des gabonais! Avec son genie, et tout son agenda, il n'a pas pu s'asseoir sur ce fauteuil presidentiel qu'il a reussi à gagner pourtant! Pourqoi ne te poses-tu pas ce genre de question afin de faire le bon choix et soutenir un candidat qi veut combattre le bon combat mais qui presente plus de force et de capacité pour gagner contre le monstre Ali. Ali est un vrai monstre sur tous les plans, il faut vraiment un autre monstre pour le combattre. Tu le sais pourtant! tous les gabonais le savent, c'est pour cela qu'ils soutienne dja prsq tous PING, pcq il le seul qui parait aussi avoir assez de forces d'un monstre pour combattre le monstre Ali. De grace, arretons de croire qon est ds un pays normal, avec des gens normaux qui penseront un jour partir d'eux-memes, en cas de defaite quelconque! Si on etait dja dans cette configuration là, mon cher Minlama, tu pourrais te presenté, meme moi, je pourrais meme me presenté, pourqoi pas! psq c'est mon droit en tant q citoyen. Mais au Gabon, pour le moment, il n'y a pas de lois du moins electorale qui vale, le pouvoir ne se gagne pa par le vote encore au Gabon, mais par la force! c'est pour cela que nous voulons tous unir et concentrer toutes nos forces pour combattre toutes les forces obscures qui nous tienne tous dans la captivité. Pour cela, il faut des strategies comme cel que tu viens de reveler, si el existe, dvant la place. A partir de là, ne t'etonnes plus q'o cocotiers par exemple, le peuple te jete des pierres, pcq tu as trahi, expres d'ailleurs, je soupconne un peu, et certainement, à mauvais desseins!
C'est seulmt apres la liberation alors, a'Minlama, que tn beau discours sur la constitution et les lois au Gabon aura toute sa valeur! pour le moment, inconsciement, ou en toute conscience, tu travailles pour le camp adverse par tn entetement, qui pourra simplement reussir à voler 1;2;3,4 voix au candidat de la vraie opposition qi sera élu pour aller battre officielmt Ali Bongo.
Sais-tu qu'AMO, dont le seul but et la seule raison pour laquelle il devait continuer de vivre etait devenu la liberation du Gabon du joug, meme lui AMO, aurait pu ceder sa place pour un non-fang, par strategie de liberer le Gabon, si les services speciaux, lui avait dit que tu es fang, meme si tu gagnes tu ne seras pas president du Gabon? Bein parceque le Gabon, c'est encor cela, mon cher! et parce que c'est ce qui s'est passé simplement en 2009 aussi. Les Bourgi, Sarkozy et autres lui avait dit clairement qu'il ne pe etre president du Gabon pour le moment! On lui a meme proposé d'etre le 1er ministre d'Ali, et il a refusé! si on disait à nouveau à AMO soutiens un non-fang si tu ve que le régime change au Gabon! Si le peuple ekang par la voix des patriarches venait aussi à le lui demandé, parce que s'il a été tres fort comme il a été, c pcq'il a d'abord ecouté la voix de ses ancetres et aussi respecté ses traditions.

11.Posté par De Source Sure le 28/10/2015 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Analysons le discours de ce MINLAMA, pour comprendre son leure! ou alors que ce Monsieur est vraiment né de la derniere pluie, tellement il parle comme un quoi...suedois, finlandais, p-etre un anglais, voire un francais, un allemand! mais certainement pas comme un Gabonais des années 2000, qui vit au Gabon. Il parle de l'idealité, pas que gabonaise, mais dont tout citoyen reve! tous les vrais gens qui revent, revent de democratie veritable, de transparence électorale, de pouvoir du peuple qui decide par lui-meme de quoi sera fait son lendemain! Un allemand, un francais peut, lui, parler djà ainsi, la France, comme l'Allemagne, ont deja payer leur prix fort pour la liberté, l'independance electorale...

Au Gabon, meme un simple conseillé municipale, est encore nommé, un deputé, un maire... sont encor imposé par un carcan, une toute petite poignée d'invidues, amis d'une seule petite famille parmis des milliers d'autres familles et d'individus qui sont tout aussi proprietaires de ce Gabon.

Aujourd8, il parait meme qu'à la tete de la gang qui commande au Gabon, ce st meme des non-gabonais, une colonie venue d'ailleurs nous dicter sa loi sur notre propre territoire! Meme dans la nature, dans une vraie jungle, ce genre de choses-là ne pardonnent pas!

Ce Monsieur Minlama dit qu'il est un republicain! de quel pays republicain est-il donc originaire, dans lequel il peut peut-etre exprimer sa republicitude (esprit republicain)? En tout cas, pas du Gabon dont il s'agit! parce que, pour le moment, le Gabon ressemble plus à une jungle, plutôt qu'à une Republique. lui, le Gabon, notre pays, a été transformé en une espece de jungle ou seul prevaut la loi du plus fort : qui au fait de LP NGOULAKIA, le pur sang d' OBO, et d'Ali, le biafrai debarqé au Gabon pied-nu, devrait limogé l'autre? Quel crime a t-il commis, ce brave homme de la Caistab? celui de démissionné d'un parti politique? Non, cher M. Minlama, le Gabon n'est pas une Republique, mais un farsi d'hypocrisie et de mensonges! Et tu te demandes pourqoi t'a -ton taxé de vendre ton propre pays, pire, sacrifier de ta propre fille au viole collectif de la gang-band.

Encore aujourd8, aujourd'hui, tant soit peu que cette demarche dont tu parles ait été faite...ou soit vraie, pourqoi te pavannes-tu, sachant que, tu es p-eut-etre là entrain de deballer au grand jour une strategie parmi tant d'autres qui sont mis en place en ce moment, aussi bien au Gabon, q'à l'exterieur, par les vrais proprietaires de ce Gabon, pour nous sortir du joug des rapaces qui nous tienne? tu serais peut-etre donc entrain de reveler au grd jour les decisions d'un conciliabule ds lequel tes grands freres gabonais, fangs comme toi t'auraient fait l'honneur de te convier! Et tu crois convaincre les gabonais de ta bonne fois en agissant ainsi?Ca meme, dans tes valeurs culturelles, ca s'appelle de la Traitrise! Et tu t'etonnes des regards de traitre que toute la nation te regarde maintenant! le Gabon actuel, une Republique, non! une jungle, OUI au moindres mots! Et dans une jungle, les mange-mil et les cameleons, au risq de se faire devorer cru, ne parlent pas quand les lions, les mammouths et les anacondas tentent de devorer une panthere à cause de son trop grand apeti du sang des gabonais, et ce, par tous les moyens en leur possession.

Le soutient à Ping est un soutient d'envergure nationale, et pas seulement des fangs. Et chaque ethnie est dans une demarche ou toutes les strategie sont mises en place pour guerir enfin le Gabon de la gangrene apporté par les etranger qui nous commande et nous briment chez nous! Ping, dans cette demarche, est deja pour beaucoup la pierre de lance que chaque ethnie, dans chaque province (as-tu vu les videos de sa tourné dans la Nyanga? connais-tu les strategies (le bwel) qui ont été ou sont entrain de se mettre en place labas? tjr nous les fangs, à vouloir montrer, je ne sais qoi! et aussi pret à trahir finalment!). Chaque peuple de tous les coins du Gabon a choisi de combattre le bon combat. Et chaque ethnie, au Gabon,est entrain de s'organiser pour empoisonné cette lance à sa facon, pour que, une fois la cible atteinte, elle ne puisse plus resister et tombe une bne fois!

Et, pcq'il y a p-etre des cas comme Minlama qui n'ont pas encore compris l'ampleur de ce que le Gabon est entrain de vivre depuis l'imposture d'Ali Bongo, que l'imposture resiste finalement! A'Minlama, de combat dis-tu combattre finalement?
Essaies de te rapprocher aujourd8 de la Caistab, ne serait-ce que cet exemple encor vif, depuis l'annonce du limogeage de son DG, pour avoir juste demissionné d'un parti politique (il ny a donc q dans ta République ds ton village à BTM ou les gens agissent ainsi alors (ss moi mm de BTM oooh, mais ss très énervé contre ce traitre de frere, donc, pa d'interpolations svp)). Dans une Republique normale on appel ca la loi du plus fort, la dictature, et on sanctionne cela par des marches et des cascades jusqu'a demission des auteurs de ce genre d'imposture. Eh les gens, je vs signale meme qu'au moment du limogeage, ce grd homme de la Caistab était entrain de parapher en Italie un solid contrat de fabrication du chocolat made in Gabon avec une firme Italienne...pauvre Gabon!
A'Minlama, tu sais au moins ce q pouvait signifier une valorisation du cacao gabonais au Gabon, toi dc le pere ou le grd-pere etait producteur de cacao? n'est-ce pa là une raison suffisante pour toi d'aider à chasser ton type du pouvoir helico presto? A'Minlama, combats le bon combat enfin!

Pire encore, imagine un peu cette scene: toi et ton pere, vs etes assis à table entrain de savourer les bons plats que ta maman vient de vous concocter avec bcp d'amour...et d'un coup, frappent à votre porte 2 petits enfants, 1 fille et 1 garcon, tous salles, les pieds nus et habits dechirés... ils vous expliquent qu'ils ont faim et soif, q'ils n'ont point ou aller, ils ne connaissent personnes, leur parents viennent d'etre massacrés dans une guerre dont vous etes bien au courant. Votre papa, en homme de cœur accepte de les accueillir. Et au fil du temps, ils finiss par rester! Des années, des decennies plutard, ce sont eux qi finiss par devenir les maîtres dans ta maison! le garcon a tué ton pere, et s'est acaparé du fauteuil de chef de ton pere. C'est meme lui par la force, qui partagent jusq'aux biens de ton propre pere, entre vous les vrais enfants de votre pere! avec tous tes autres freres, soeurs, c'est lui maintenant qui decid de qui est beau ou vilain, de qui est bon ou mauvais, il vous imposent meme son amitié, et le premier qui refuse d'etre son ami, à defaut de le tuer, il lui retire tout par la force...la famille est entrain d'appeler au secours, d'alerter tout le monde (c'est surtt le garcon qui est beliqueux à ce point, psq la fille,elle, a fini par retourner ch eux après avoir retrouver des parents proches de leur famille biologique...mais le garcon-là meme, il s'est acaparer meme de tout le quartier ooh, tout le foncier du quartier est à lui, toutes les forets embrigader par lui...ojrd8, on le soupconne meme d'avoir une salle idée derriere la tête, mais on ne sait pa clairement encore laquelle... tout par la force, tjr!). Et toi, Minlama, tu preferes faire ami avc cet usurpateur, et quand ts les habitant du quartier se reuniss pour trouver une solution à cette imposture, et qu'ils te convi à leur reunion, croyant que tu es des leurs, toi Minlama, le digne fils de ton pere, tu vas nuitament tout rapporter à ce voyou, et tu viens meme ensuite sur la place publique pour trahir tes freres et soeurs, qui t'ont fait confiance!

Autrefois, en pays fang, on t'aurait pendu!

10.Posté par MAFIACRATIEGABONOFRANCAISE-FADA le 27/10/2015 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais pourquoi, diable, cette histoire de candidature fang revient toujours? Vous n'avez jamais entendu parler de primaires dans les partis politiques en Europe et en Amérique à la veille de toute élection présidentielle? Que ça se fasse aussi chez nous et que les fangs, qui sont des enfants du Gabon à part entière, se présentent aux éliminatoires. Si un fang arrive en tête de ce mini scrutin dans chaque parti, ce sera une confrontation entre Fang. En quoi cela serait-il hors normes? Ils seraient tout simplement les meilleurs de tous!

9.Posté par L'Autre le 27/10/2015 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
François BANGA EBOUMI , si tu as des couilles entre les jambes, prend l'exemple de ton petit Léon Paul Ngoulakia. Lui au moins a eu le courage de dire haut et fort ce que vous autres n'osez pas dire. Tout le monde sait que le torchon brule entre Ali Bongo et Léon Paul Ngoulakia depuis bien longtemps . N'a t-on lu sur ce site que Léon Paul Ngoulakia était menacé de mort.?

8.Posté par doukdouk le 27/10/2015 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous évitez le débat- Minlama a voulu vous faire comprendre, que l'histoire de la lettre de Jonas Moulenda, dans le Journal Echos du Nord, n'est pas fausse, comme on voudrait le faire croire - ces mêmes personnes figurant sur la liste, l'on contacté à cet effet. le reste n'est que gesticulation. Ce n'est pas une affaire des FANG mais plutôt la ruse... du groupe. car ceux-là mêmes protègent leurs intérêts suite à leur gabegie- si un nouveau vient à prendre le pouvoir, qu'est ce qu'ils adviendraient de leurs malversations ?

7.Posté par hm! le 27/10/2015 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Positionnez-vous comme candidat aux présidentielles de 2016, rien ne vous l'interdit, M. Minlama, personne non plus. Cependant, mieux vaut écouter la voix des sages qui nous dit souvent,"malheur à l'homme seul". Osons vous poser abruptement cette question: va-t-on aux élections pour les perdre ou pour les gagner? La suite que vous donnerez à celle-ci dépend du niveau de conscience que vous vous faites de la perception de la chose publique au Gabon. Etant convaincu au plus profond de vous-même qu'il vous est impossible dans des conditions actuelles d'accéder à la magistrature suprême, qu'est-ce qui peut dès lors justifier votre positionnement actuel à vouloir vous présenter coûte que coûte comme candidat aux prochaines élections si ce n'est cette volonté farouche mais souvent sournoise qui anime certains de nos syndicalistes dont vous faites partie, et hommes politiques à vouloir émietter à tout prix l'électorat au profit du pouvoir en place uniquement en vue d'assurer sa pérennité?

6.Posté par Bayaka le 27/10/2015 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi RuéesverslescandidaturesetlesCfa

Moi aussi je vais préparer et présenter ma candidature.

Pour convaincre le pouvoir distributeur il faut prouver qu'on peut réunir entre 3000 et 5000 personnes sur la base d'une liste de personnes signataires établie et multi signée par vous et quelques compères-du genre pétition-,et le tour est joué!!

5.Posté par ali le 27/10/2015 11:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je viens juste dire a poste4 d`éviter les passions,elles sont ruines de l'ame.Pour poste1,oui,les fang st barbares,c pourquoi le pays a besoin d'eux pour faire marcher la politique et srtt le syndicalisme dt le secretaire general est le plus souvent un fang.Chaque ethnie au Gabon a un point faible et un point fort qui ft avancer ou reculer la nation com le babarisme qe tu decris chez les fang.
Pour Milama,je dirais qe si les fang ont peur de faire de la politique ethnique,alors cela ne vaut la peine car en 2009,j'ai d'abord soutenu le candidat du PDG,mais quand j'ai entendu un notable du G2 dire en plein meeting en langue a Gabon expo,la seule phrase française de la soirée:ceux qui ne voudront ps votet Ali qu'il vote au moins un altogovéen.Et l'autre Altogovéen candidat en 2009 etait?quand j'ai entendu cela,je me swui replié identitairement vers AMO.si les autre font de la politique ethnique,les fang peuvent aussi le faire,c pas un crime.Et le PDG a peur que les fang se reunissent autour d'un candidat qlqonq,fabg iu pas,c pourquoi a chaque election,on refait sortir la notion créee pour le peuple fang :repli identitaire,avec com. chantre fang pour diviser:la celebre madame Mezui.Pour finir Milama,le vrai amour c aimer ss tenir compte des defauts de l'autre.swa solidaire a tes freres fang malgres tout.un msl entendu se regle ss l'arbre a palable.

4.Posté par jimmy le 27/10/2015 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à vous qui traité mon peuple de barbare. d'abord laisser moi vous informer qu'en Europe, un homme à dit qu'il n'y a pas de barbare mais de personnes de cultures différentes.
Ensuite je voudrais vous informer qu'un Fang du nord ne dit pas pas je suis" Nordiste", Nais plutôt je suis du grand nord. par ailleurs je vais vous rappeler qu'au CP1 mon maire disait: une phrase commence par une lettre majuscule et se termine par un point. Alors qu'elle ignorance d'écrire toute une phrase en majuscule tu n'avez quand même pas un niveau CP1?
Quand à toi Minlama, tous les fang, peuple dont je tire ma source ne te voteras pas car tu es égoïsme tu ne pense pas à la nation mais à toi même.
Mamboundou a fait carrière seule et bien qu'il a remporté les élections en 2005 n'est point arrivé au pouvoir. Mba Obame dont tu souilles le non de même.
Toi un idiot, un idiot et idiot de dernière génération pourrais y arriver? Même les enfants moins instruit que toi clament la faisabilité d'une candidature unique et toi ne comprends pas cela? Tu souilles le nom de notre illustre frère il est allé se reposer en paix, ne le souilles pas sinon tu partiras toi aussi.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...