News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Regard sur l’Election législative du 17-12-2011 Pr. Pierre André Kombila

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 25 Décembre 2011 à 14:29 | Lu 1751 fois



Gabon : Regard sur l’Election législative du 17-12-2011 Pr. Pierre André Kombila
La presse locale vient de nous gratifier des commentaires du PDG sur les élections passées. S’ils ont manqué de qualificatifs, conformément à leur habitude, ceux utilisés sont grandiloquents, irréalistes, surréalistes.
Pour ma part, je voudrais porter un regard sur deux points de ce scrutin. D’abord sur les élus puis sur la participation.
Concernant les élus (114 du PDG, 3 du RPG, 1 du CLR/PSD/UPNR), soit 118 à la majorité présidentielle. Alors, plébiscite ou piège ?

Quant aux électeurs, il y aurait eu une « très faible participation » pour ne nous en tenir qu’à la déclaration des observateurs internationaux. Ici, nous ne discuterons pas des chiffres, retenons les 34% de participation en attendant ceux plus crédibles de Wikileaks qui ne sera à coup sûr pas loin des 80-90% d’abstention, soit 10-20% de participation.
Quels enseignements tirer alors de ce scrutin ?

Si, pour le PDG, cette élection est un plébiscite de la politique du Président Bongo, pour l’analyste indépendant qui se réfère « à la très faible participation» notée par les observateurs internationaux, seule la fraction qui a voté le candidat Ali Bongo en 2009 s’est rendue aux urnes, soit 11% auxquels il faut ajouter les électeurs des autres fractions de la majorité et de la dissidence de l’opposition.

Cela ne nous amène guère à plus de 20%. Qu’à cela ne tienne, 41%, octroyés à Ali Bongo aux élections présidentielles en 2009 sans l’apport des Mba Abessolo, Ndao, Maganga, Mayila , Mbou Yembi et autres UPG travestis et 34% avec les voix de tous ceux-là pour se constituer une Assemblée introuvable deux ans plus tard, y a t’il de quoi pavoiser ? Où est le raz de marée ? Il s’agit plutôt d’un recul. Parler ici de plébiscite, autant dire qu’on a perdu le sens des mots ou simplement la raison !

Les résultats électoraux, comme les autres événements de l’Histoire finissent toujours par être révélés. Tôt ou tard, des proches de Rogombé, Mborantsuo, Ndongou, Aboghe Ela ou eux-mêmes, sur un coup de remord, finiront par passer au crachoir.
Quant à moi, observateur politique de notre pays, je tire trois enseignements de ce scrutin.

Tout d’abord, notons qu’une fois de plus, notre peuple a réagit conformément à l’intérêt supérieur de la nation gabonaise. Dans le passé, il a toujours été fidèle à cette idée. Mais sa victoire a toujours été volée et ses choix détournés. Voici quelques exemples à partir des élections dont nous détenons des données : 1957, Obame Jean Hilaire obtient la majorité à l’Assemblée territoriale. Il devrait être premier ministre du gouvernement de la Communauté et devenir Président de la future République lors de la proclamation de l’indépendance.

Mais il perdra le pouvoir à la suite d’une manipulation des forestiers français du Gabon. Intègre, il ne voulait pas brader la forêt gabonaise. 1993, première élection présidentielle de la nouvelle ère démocratique. Les Gabonais se sont massivement mobilisés. Omar Bongo est quasiment battu. Il conservera le pouvoir suite à la proclamation anticipée après manipulation des résultats. 2009, Ali Bongo n’atteint même pas 11%. Il est crédité de 41% et proclamé vainqueur.

Le 17 décembre 2011 notre peuple s’est une fois de plus mobilisé. Cette fois pas pour aller voter, mais pour s’abstenir de voter. Dans certains bureaux, les citoyens allaient retirer leur carte d’électeur au moment du vote. Mais curieusement, au lieu de s’orienter vers l’isoloir, ils sortaient et s’en allaient. Quel patriotisme ! Oui, je dis patriotisme. Car tout au long de la campagne, preuves à l’appui, les leaders de l’opposition leur ont démontré que le Gabon était bradé à des ressortissants étrangers.
Pour une fois, notre peuple s’est reconnu dans son opposition. Il le lui a dit partout où elle est passée. En effet, pour la première fois nos populations voyaient l’opposition rassemblée, parcourir le territoire et parler d’une même voix.

C’était un moment fort.

Oui on ne peut nous refuser ce premier enseignement d’un peuple mobilisé sur un mot d’ordre rassembleur: « ça suffit comme ça, pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élection ». Car comment interpréter la débâcle des candidats UPG dans leurs propres fiefs (et à un moindre degré les défaites d’un Ndao ou d’un Maganga) sinon par l’abstention des électeurs de ce parti qui ont voulu honorer la mémoire de Pierre Mamboundou : « Yi sile mfoumbi mougandou », littéralement « ce que laisse un défunt doit être protégé » ou encore « le testament du mort est inviolable » m’a dit une militante à Port-Gentil.
Ainsi, lorsqu’à Tchibanga et à Port-Gentil, l’idée de faire du 17 décembre 2011 une journée Pierre Mamboundou avec ville morte a été lancée, une salve d’ovations l’a accompagnée.

Le deuxième enseignement est qu’unie l’opposition peut mobiliser la population. Nous le savons. Tout le monde le sait et le pouvoir joue sur les divisions de l’opposition pour se pérenniser. En 2009, il nous est revenu que la seule crainte du PDG résidait dans l’éventualité d’une candidature unique de l’opposition. A tel point que la France-Afrique se mobilisa pour susciter une candidature, deuxième digue, dans le cas où la première digue, celle d’Ali, céderait, avec pour mission de barrer le Tsunami Mamboundou, candidature d’une alliance (Boisbouvier in Jeune Afrique). Du nord au sud, de l’est à l’ouest, les Gabonais ne cessent de nous le dire : « unissez-vous, unissez-vous ». Nous y avons répondu, avec ce relent d’unité, en parcourant ensemble le territoire et en disant la même chose. Ils ont applaudit. Ils ont massivement refusé d’aller voter. A chaque coin de rue, ils nous le signifient aujourd’hui. Mais ce n’est qu’un essai, il nous faut maintenant le transformer.

Le troisième enseignement est que, d’une élection à l’autre, se confirme et se renforce cette réalité connue et établie : le PDG n’est pas majoritaire au Gabon. 118 députés plus les 2 de l’opposition avec 34% d’électeurs. La démonstration est ici faite et notre objectif est ainsi atteint : démontrer à l’opinion ce que vaut la PDG, moins de 1/3 de l’électorat. Car, comme nous l’avions programmé, si les Maganga, Ndoa, Mayila et Mbou Yembi n’avaient pas cautionné ces élections, probablement seulement un électorat de moins de 20% aurait été élire les députés PDG, dépassant à peine les 11% d’Ali Bongo aux élections présidentielles de2009.

En dépit de cette réalité, le PDG veut conserver le pouvoir. A cet effet, ce parti a mis au point toute une stratégie: paupérisation de la population pour la rendre facilement achetable à vil prix lors de chaque scrutin (des Gabonais sont transportés comme du bétail de ville en ville pour 5000 fcfa aux fins d’aller voter pour les candidats PDG), maîtrise de la liste électorale avec utilisation de techniciens chevronnés en informatique au Ministère de l’intérieur pour établir des listes sur commande, chaque candidat PDG fournissant sa liste électorale aux inscripteurs tapis dans les préfectures, les mairies et au Ministère de l’intérieur, utilisation de la Cour Constitutionnelle qui intervient en dernier recours avec pouvoir de proclamer vainqueurs même des non élus, de la Commission électorale qui peut bloquer le processus et laisser le Ministre annoncer des résultats « arrangés », de l’administration, des fonds publics pour un contrôle total du processus électoral. Et si, malgré tout cet arsenal, le processus coince, les forces de défense et de sécurité viennent brutaliser les opposants, autant d’actions qui se soldent souvent par des morts que l’on tait (Libreville 1993-1994, Libreville et Port-Gentil 2009).

Pourtant, après la Conférence Nationale, une Constitution adoptée par la 8ème législature comportait bien des éléments de régulation de la Démocratie : élections à deux tours, mandat présidentiel à 5 ans, renouvelable une fois, prérogatives du Gouvernement sur les forces de sécurité et de défense, sur la justice, etc. Les Accords de Paris, en créant la Commission Nationale Electorale (CNE), enlevèrent au Ministre de l’intérieur la primauté de la liste électorale, lui évitant d’être à la fois juge et partie et édicta les principes de la loi 7/96 qui contenait des gages de transparence renforcés par la suite avec la remise des procès verbaux et l’enveloppe à double compartiment.

Grâce à cet arsenal légal, les perspectives d’alternance étaient à tel point rendues possibles qu’aux élections locales de 1996, l’opposition rafla les grandes municipalités du pays (Libreville, Port-Gentil, Oyem, Mouila, etc..). C’est alors que, faisant fi des principes constitutionnels, Bongo et son groupe modifièrent aussi bien la Constitution que la Loi électorale pour revenir à la toute puissance d’un Ministre de l’intérieur manipulateur chargé, comme ses prédécesseurs, d’assurer la victoire du PDG à toute consultation électorale. Bongo ne disait-il pas que « On ne perd pas une élection que l’on organise ».

Ce système si verrouillé à fait prendre conscience à l’électeur Gabonais, loin d’être stupide, de la quasi impossibilité de l’alternance par le bulletin de vote. Ainsi, l’abstention du 17 décembre 2011, comme celles qui l’ont précédée a une signification unique : le vote ne sert à rien tant qu’il n’y a pas de transparence électorale. Que le pouvoir l’admette ou non ce choix populaire a été amplifié par le mot d’ordre d’une opposition soudée, parlant d’une seule voix : « pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élection ».

Alors que faire ? Nous avons dit : « ça suffit comme ça. Trop, c’est trop ». Quelles actions alors la raison peut-elle nous dicter ?
Parce que l’histoire montre chaque jour qui passe qu’ il n’est pas possible « de tromper tout le peuple tout le temps » et que les Gabonais viennent de signifier une fois de plus leur rejet du système PDG, l’objectif visé à l’issue de cette élection est unique et simple : mettre en place les outils de la transparence électorale, organiser les élections dans cet esprit et laisser la place à de véritables réformateurs ayant la volonté de mettre le pays sur la voie de la démocratie et du progrès.

C’est la voie que devrait choisir le PDG et ceux qui le soutiennent, si tant est que ce parti a le souci de maintenir la paix et d’assurer l’évolution de ce pays. Mais en ont-ils la capacité ? Garson, professeur à l’Institut Européen de Sciences Politiques, analysant la situation créée par le choix français aux élections présidentielles gabonaises de 2009 concluait que la France avait commis une erreur aussi grave que celle de Marcoussis en enlevant le pouvoir au vrai vainqueur réformateur et en le laissant à des prédateurs minoritaires qui ont planqués tant de milliards à l’extérieur, hypothéquant pour longtemps le développement du Gabon. Et il concluait que l’Histoire et les Hommes se chargeraient de les rattraper.

L’Histoire est entrain de les rattraper. Car quand bien même ces chiffres étaient vrais, 41% en 2009, 34% en 2011, n’est-ce pas là un désaveu ?

A écouter leurs fanfaronnades, et malgré le verdict populaire, ce groupe n’est pas prêt à entendre raison.
Tirer les leçons implique que le peuple qui s’est exprimé ainsi et l’opposition prennent leurs responsabilités. A la lumière du passé, cette opposition est à interpeller afin que tous ceux qui se croient investis d’une quelconque « mission » taisent leur ego et œuvrent pour la communauté.

Chacun d’entre nous à son passé, son histoire, son itinéraire. Mais aujourd’hui le seul chemin est le combat pour la démocratie et l’alternance aux côtés de notre peuple qui passe par l’adoption des 13 points conditionnant la transparence électorale qui lient aujourd’hui notre action à celle de la Société civile.

Pr. P A Kombila
Président du Rassemblement national des bucherons


Dimanche 25 Décembre 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1751 fois




1.Posté par TCHOUGOUDJA LE FILS le 25/12/2011 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un vrai recul de la démocratie!

Retour au parti unique. Mais qui vivra verra!

2.Posté par moi le 25/12/2011 20:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les analyses d'un homme de sciences de la trempe du professeur P.A. kombila portant sur l'histoire politique de notre pays et plus particuliere
ment le regard sans complaisance qu'il jette sur le scrutin du 17 decembre dernier, doivent plus que jamais interpeller tout gabonais anime de l'amour pour son pays a federer ses efforts a ceux des autres
pour le debarrasser a tout jamais de la chienlit (clan
Bongo et Francafrique ) qui freine son developpement.


3.Posté par Ongarah le 26/12/2011 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'analyse du premier agrégé Gabonais(1977), le Professeur Pierre André Kombila, ne peut qu'être pertinente. Elle éffleure un point très important. C'est, à mon avis, cet aspect qui constitue le véritable lieu de la méditation sur l'alternance au Gabon. Discrédité,illégitime et minoritaire, le PDG n'a que deux remparts: la fraude et la force; ce depuis plus de 43 ans.Une sagesse gabonaise dit qu'un petit animal ne broute que la même herbe qu'il a vu brouter ses parents. Enfait, le même système continue avec un masque différent. Alors, la question, c'est celle de savoir comment faire qu'au Gabon, celui qui remporte une élection étant de l'opposition prenne effectivement le pouvoir et l'exerce?Autrement dit, la question n'est même plus seulement celle de la transparence, la question a évolué.Car, malgré la fraude et les conspirations de toutes sortes, le PDG finit toujours par perdre.Médias des adversaires cassés, objets de campagne bloqués, mobilisations de la presse et de tous les moyens de l'Etat à son seul bénéfice, intimidation, menaces et autres violence: le PDG perd toujours et, en dernier ressort, il met l'armée dehors et actionne ses caisses de résonnance(Cenap, ministère de l'intérieur et cour consti). Voilà tout. Comment amner celui qui gagne par les urnes, à prendre le pouvoir dans les faits?

4.Posté par Abess le 27/12/2011 15:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'analyse du Pr PAK est pertinente et ses observations!
La vraie question est celle que pose Ongraha
Comment faire en sorte que celui qui a remporté les élections puisse excercer le pouvoir?
Pour répondre à la question il faut d'abord identifier les freins à l'alternance au gabon, le Pr PAK l'a souligné, les intérêts français sont encore présents et très importants et leurs intérets sont incompatibles avec ceux des gabonais, c'est pour cela qu'il leur faudra toujours un bon gardien pour surveiller les intérets des francais aux détriments de ceux des gabonais;c'est le role qu'a joué Albert Bernard Bongo et c'est le même que joue Alain Bongo!A chaque fois qu'un patriote a voulu accéder au pouvoir, c'est l'armée francaise directement (coup d'état de 1964) ou indirectement(les élections depuis 1993) a toujours intervenu;
Un autre frein est celui des loges qui ont pour objectif de servir les intérets de la mère patrie et du groupe
L'autre frein et non des moindres, c'est le sens égoiste qu'incarne nos leaders politiques et les responsables des diverses institutions; il leur manque le sens de l'intéret commun, l'idée de nation, d'état,de patrie pour le bien-être tous et toutes;
L'autre frein, c'est aussi la peur, la peur d'oser les choses, la peur de dire NON, les militaires sont capables de nous débarrasser des Bongos;les responsables des institutions politiques ou apolitiques sont capables de choisir le chemin de la vérité et non du complot;
Une fois les différents freins à l'alternance identifiés, il faut choisir les voies et moyens efficaces pour imposer la vérité des urnes au gabon ou la force de contraindre les Bongo de libérer les gabonais

5.Posté par St.Michael le 27/12/2011 17:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je fais pparti de ceux qui ont critique cet Illustre 4cientoifique quand il a choisi de se separer du vampireux et du vampire mba des bois. Aujourd'hui le courage et le sens de la realite nous oligent a saluer la visipon , l'ethoique et le sens de lakinteret general demontre par ce talentuex professeur Nkpombila.
Cette analyse du Professeur devrait etre conserve dans nos archives nationales pour dervire des generations futures.

Excellent and welldone Professor, you are one of the best...and all the best for 2012.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...