News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Recalés du bac 2013 : l’argumentation de Séraphin Moundounga

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 30 Mai 2013 à 08:44 | Lu 1194 fois

Bien avant que ne soit mis en place la commission spéciale chargée d’examiner, au cas par cas, les dossiers des candidats pré-recalés du baccalauréat 2013, à la suite d’une sanction du ministre de l’Education nationale, Séraphin Moundounga, celui-ci avait fait publier une note d’information pour expliciter son action visant assainir les examens et concours dans le cycle secondaire. Le texte intégral.



Gabon : Recalés du bac 2013 : l’argumentation de Séraphin Moundounga
NOTE D’INFORMATION

SUR LES INSCRIPTIONS IRREGULIERES

AU BACCALAUREAT

Dans le cadre des sanctions disciplinaires à l’encontre des élèves irrégulièrement inscrits sur la liste des candidats au Baccalauréat au titre de l’année scolaire 2012-2013, il est porté à la connaissance de tous les épris d’une école émergente au Gabon, que cette grave situation des déviances qui affecte le rendement du système éducatif, le niveau de nos élèves, et la crédibilité des diplômes gabonais à l’international, est un phénomène contre lequel on lutte depuis trois (3) ans.

Le nombre des candidats initialement inscrits au Baccalauréat était de 20 511 élèves. Sur cet effectif, 1 650 inscriptions ont été présumées irrégulières. Après les différents Conseils de discipline, tenus dans chaque établissement en présence d’un Huissier de Justice qui dressait Procès-verbal et des parents d’élèves concernés, 279 élèves ont été autorisés à composer. Il reste 1 371 cas dont 477 élèves ont été rétrogradés en classe de Première (1ère) parce que convaincus qu’ils reprenaient cette classe l’an dernier ; 894 élèves sont proposés à la radiation et à l’exclusion, pour falsification des bulletins ou détention des faux bulletins de notes achetés à l’ex-Gare routière.

Les déviances découvertes au cours des Conseils de discipline peuvent être résumées en quatre (4) catégories, à savoir :
1.Elèves ayant redoublé la classe de Première (1ère ) en 2011-2012 dans un établissement et qui déclarent, devant l’Huissier de Justice, avoir « acheté un bulletin de notes a l’ex-Gare routière », pour s’inscrire « absolument » en classe de Terminale en 2012-2013, dans un autre établissement, pensant ainsi déjouer toute vigilance possible ; ‘

2.Elèves redoublent la classe de Première (1ère ) à l’intérieur du pays ou à l’Etranger, mais présentés pour une inscription en classe de Terminale (T le) par un parent enseignant ; c’est notamment le cas d’un enseignant originaire de la République Démocratique du Congo qui a saisi à cet effet le Proviseur du Lycée DJOUE DABANY en prétextant que l’ élève revenait de la RDC où il serait inscrit en classe de Terminale alors que cette élève, Mademoiselle MPANDA MOUESlOU Paméla, revenait, en réalité, du Lycée privé MOUTOUMAMBOU de Koula-Moutou. Le professeur concerné, enseignant au Lycée public Jean Baptiste OBlANG ETOUGHE de Libreville, en la personne de Monsieur MPANDA KATMABWE Jean Gaston, avait prétexté, dans sa lettre au proviseur, que cette élève revenait de la RDC, particulièrement de la Commune de LEMBA ;

3.Elèves redoublant la Première (1ère) en 2011-2012 à Libreville, mais présentés dans un autre établissement de Libreville pour une inscription en classe de Terminale, à la demande d’enseignants véreux, avec des faux bulletins d’admission en classe de Terminale (Tle) ;
4.La transhumance scolaire qui affecte gravement le rendement du système éducatif et le niveau des élèves, se fait principalement du public vers le privé et entre établissements privés, rarement, désormais, du privé vers le public. Elle concerne les élèves ayant repris l’an dernier la classe de Première (1ère) avec les moyennes de 5/20 à 8/20, qui se sont fait procurer des bulletins de notes d’admission en Terminale (Tle), mais refusent de coopérer pour aider l’administration des examens et concours à démanteler le réseau des faussaires ; préférant l’usage de la force a l’office du BAC, dans la rue et à la Primature, sous, sans doute, l’instigation de leurs soutiens tapis dans l’ombre.

La découverte de ces irrégularités n’était possible qu’au mois d’avril consacré aux vérifications d’inscriptions aux différents examens ; fin janvier étant la date limite d’établissement d’états nominatifs dans chaque Lycée et Collège ; février et mars constituant la période de centralisation par académie. Il en sera ainsi pour les années futures.

S’agissant de la base juridique des sanctions disciplinaires prises ainsi que des possibles actions en Justice, à engager, le Ministère s’appuie sur :

Pour les sanctions disciplinaires :

1. L’article 21 du décret n° 450/ PR/MENESTFPRSCJS du 19 avril 2013 fixant les modalités préparation, d’organisation et de délivrance du baccalauréat qui dispose : « L’inscription à l’examen du Baccalauréat est réservée aux élèves régulièrement inscrits dans les établissements publics et privés reconnus d’utilité publique ou privés détenteurs d’une autorisation d’ouverture et aux candidats libres ». En l’espèce, les élèves frappés par la mesure sont en situation d’inscriptions irrégulières.

2. L’article 36 alinéa 2 du même décret, dispose : « Sans préjudice des poursuites pénales, lorsque la fraude ou la tentative de fraude est établie, la sanction maximale encourue est de cinq (5) ans de non participation au Baccalauréat ». En l’espèce, lorsque je serai amené à signer la décision nationale d’exclusion au Baccalauréat, avec effet sur les dix neuf (19) territoires des Etats membres du CAMES, cette mesure couvrira une période allant d’un (1) an à cinq (5) ans. Elle sera notifiée à l’ensemble des requérants et à tout le réseau CAMES, conformément aux stipulations des textes du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur.

Au plan judiciaire, le chapitre Vlll du Code Pénal qui traite des faux, notamment en ses articles 115 à 120, sur la production de faux et l’usage de faux, des crimes et de délits contre la chose publique, fixe un minimum de cinq (5) ans d’emprisonnement de peine encourue par les auteurs et complices de ces infractions; le bulletin de notes étant une chose publique.

Sur le fondement de ces différents éléments, je souhaite être saisi officiellement par quiconque soutenant la médiocrité et les déviances, afin que sa position soit connue de l’ensemble de la Communauté éducative gabonaise ainsi que de l’opinion nationale et internationale, comme étant une volonté manifeste de s’opposer à la quête de l’excellence, du mérite et à l’éradication des déviances multiformes au Gabon. Ce faisant, les établissements scolaires et universitaires cesseraient d’évaluer les élèves et de délivrer des bulletins et autres relevés de notes, pour laisser place à l’ex-Gare routière et à certains Syndicats nostalgiques de l’époque où tout se monnayait à l’Education Nationale.

Fait à Libreville, le 22 MAI 2013

Séraphin MOUNDOUNGA

Jeudi 30 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1194 fois




1.Posté par Agnos le 30/05/2013 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Moudounga,
Comment tu as fait pour avoir ton doctorat
Comment tu as fait pour avoir Ton BAC.
Ce que tu reproches au petit aujourd'hui, c'est exactement ce que tu as fait.Les articles de loi que tu egraines s'appliquent a toi aussi.
Tout le monde sait que tu n'es pas seul dans votre gouvernemat a avoir pris ces raccourcis.
Et que dire de tous ces gabonais(es) ayant ramene de Dakar/Abidjan/Lome/Accra... qui d'un master 2 ...un doctorat... apres avoir suivi des cours dans des ecoles de quartiers comme Gamco au Gabon et etcccc....

2.Posté par Crocky le 30/05/2013 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que citoyen Gabonais, vous avez ci-dessous mes requettes :

1/ Nous fournir l'intégralité du contenu des lois et decrets cités ci-dessus ou dans une moindre mesure le contenu des articles dont il se sert pour justifier ses actes. histoire que nous ne soyons tributaires de l'interpretation de la loi fait par le ministère.

2/Que l'on m'explique par quel mecanisme le decret promulgué le 19 avril 2013 est retroactf et en supposant que j'ai une explication claire, que l'on me dise ou se place le curseur ? jusqu'aux indépendances ?

3/Que le ministère nous fournisse la liste des huissiers ayant validé ces fameux conseils de classe ainsi que les dates et heure de ces validations.

Pour le reste, allez voir là bas --> Clicquer ici

3.Posté par Priscilla le 30/05/2013 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le dernier paragraphe de son communique demontre le bas niveau intellectuel de ce type parachuter ministre de l'education nationale et de l'enseignement superieur. L'arrogance, l'intimidation, la suffisance, le mepris et le manque d'education sont la les traits de caracteres de cet homme qui transparaissent dans ces qlq lignes. Ou a ton vu un ministre faire un communique officiel en employant un tel ton de bagareur de comptoir?

4.Posté par Saint Pierre le 30/05/2013 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un ministre de l'éducation nationale docteur par correspondance un président de la république par correspondance, un gouvernement par correspondance, des universités par correspondance, un pays émergent par correspondance.

Bravo mon PAYS GABON!!!!!!!!!

5.Posté par rogé le 04/07/2013 00:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand on na rien a dire on ce tait bande d’imbécile que vous êtes en particularité toi saint pierre de mon trou du cul oui !!!!!

6.Posté par kokoumbo le 05/09/2013 08:46 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cè un sage con

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...