News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Rapport de la société civile – Les législatives de 2011 ne serviront à rien !

Le site de la Liberté - Source : Ben Moubamba le Jeudi 24 Juin 2010 à 19:34 | Lu 1665 fois



Gabon  : Rapport de la société civile – Les législatives de 2011 ne serviront  à rien !
Les élections partielles ont donné la tendance de ce que seront les LÉGISLATIVES de 2011 : une tartuferie politique de plus visant à endormir le Peuple Gabonais à nouveau.

Ces élections ont été un acte d’anesthésie partielle avant la générale de l’année prochaine. Le rapport du reddhga vient confirmer nos craintes et cela est bien entendu inacceptable. Il faut le dire par avance !

Bruno Ben MOUBAMBA / bruno@moubamba.com

RAPPORT GÉNÉRAL D’OBSERVATION
ÉLECTIONS LÉGISLATIVES PARTIELLES DU 6 JUIN 2010

Plan du rapport Général

Introduction
Organisation du scrutin
Mise en place du matériel et des équipes
La liste électorale et les cartes d’électeurs
Déroulement des opérations de vote
Les Résultats
Participation
Les forces en présence 10
Conclusions
Recommandations




1. Introduction
Dans le cadre de la tenue le 06 juin 2010 de l’élection législative partielle, le Réseau de Défense des Droits Humains du Gabon a organisé un séminaire de renforcement des capacités des membres des associations affiliées au REDDHGA.

Cette activité, appuyée par le Programme du Gouvernement des États-Unis d’appui à la démocratie et aux Droits de l’Homme, a eu pour objectif de former cent (100) observateurs électoraux issus des associations membres du REDDHGA et des organisations partenaires.

Au terme de cette formation, ces observateurs nationaux ont été déployés sur les trois (3) des cinq (5) sièges appelé à élire leurs représentants à l’Assemblée Nationale pour combler le vide occasionné par les exclusions ou la démission des députés de ces circonscriptions politiques au terme du processus de la nouvelle recomposition politique survenue à la veille de la dernière élection présidentielle anticipée du 30 Août 2009.

Le présent rapport présente les résultats de cette première mission d’observation des élections du Réseau et de ses organisations partenaires.

Outre, les résultats électoraux, en prélude de l’organisation des prochaines élections générales de 2011, à travers ce rapport les organisations de la société civile gabonaise soulèvent les différentes anomalies et les dysfonctionnements observés avant, pendant et, après le scrutin avant de formuler quelques recommandations fortes pour des prochaines élections fiables et transparentes gages de paix et de stabilité.

2. Organisation du scrutin
21. Mise en place du matériel et des équipes
De façon générale, le matériel concourant à l’organisation du scrutin était disponible au niveau des différents bureaux de vote des trois sièges à pourvoir. Des retards ont par contre été enregistrés dans la mise en place des équipes. Dans certains cas aussi, il est arrivé qu’un camp politique ne soit pas représenté dans le bureau de vote. Toutefois, ces retards et absences n’ont pas eu une grande influence sur le déroulement du scrutin.

22. La liste électorale et les cartes d’électeurs
Aucune révision de la liste électorale n’ayant été effectuée officiellement depuis les présidentielles anticipées du 30 Août 2009, l’organisation des élections législatives partielles ne pouvait se reposer que sur la liste électorale élaborée et utilisée à l’occasion de cette dernière consultation électorale.

Autrement dit, seuls les électeurs qui ont pris part à la dernière élection présidentielle devaient participer à ces élections partielles. Nous savons que les listes électorales font l’objet d’une révision annuelle du 1er janvier au 31 mars par les autorités administratives. Cette révision prend en compte les nouvelles inscriptions, les décès, et les changements de résidence (art 37 du code électoral). Aucune présentation d’un certificat de radiation de la liste du domicile électorale antérieur des électeurs ne nous a pas été présentée.

Si cela a été le cas dans le premier siège du deuxième arrondissement de la commune de Libreville, les choses ont été tout autre au niveau des deux (2) autres sièges : 1er Siège de Mulundu (Lastourville) et 1er siège du Komo Mondah (Ntoum).

Tableau 1 : Observations sur la liste électorale 1er Siege MULUNDU

Centre Observation sur la liste électorale
MISSION CATHOLIQUE Radiation des noms sur la liste électorale
NGOUAMBA Radiation des noms sur la liste électorale
LINGOMA Radiation des noms sur la liste électorale
LIMBENGA Radiation des noms sur la liste électorale
PAHON PIRA Radiation des noms sur la liste électorale
PAHON YOUNGOU Radiation des noms sur la liste électorale
PAHON YOUNGOU 2 Radiation des noms sur la liste électorale
MOUANA DZOKOU Radiation des noms sur la liste électorale
MOUANA DZOKOU 2 Radiation des noms sur la liste électorale
CENTREVILLE 2 Radiation des noms sur la liste électorale
EP MAKATSIA NON CONFORMITE DE LA LISTE
CENTREVILLE 1 NON CONFORMITE DE LA LISTE

En effet, au niveau de ces sièges, bon nombre d’électeurs ayant voté à l’élection présidentielle partielle du 30 août 2009 et détenteurs de cartes d’électeurs ont été surpris de ne plus retrouver leurs noms dans la liste présentée et utilisée par la Cénap le dimanche 06 juin 2010. Les dix jours de contestation ou réclamation réservés à tout électeur après affichage n’ont pas été respectés (article 38 du code électoral)

Cette situation a, de suite, jeté un doute sur la sincérité et la fiabilité de la liste électorale utilisée et créé un doute sur l’issue cette consultation électorale. Par contre, dans le même temps, il a été constaté que plusieurs nouveaux noms des personnes, le plus souvent non connues dans la circonscription, ont été ajoutés à la liste.

Aussi, plusieurs électeurs légaux se sont ainsi vus privés de leur droit de vote au profit des personnes venues d’ailleurs et n’ayant jamais voté au niveau de la circonscription électorale.

En tout état des causes, à la vue des anomalies et autres observations relevées au niveau de la liste électorale, il est certain que cette liste a subit un toilettage frauduleux. Soit au niveau du Ministère de l’Intérieur soit au niveau de la Cénap.

Tableau 2 : Observations sur la liste électorale 1er Siege du Komo Mondah

Centres Observations faites sur la liste électorale
OKOLASSI Absence de plusieurs noms des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
AYEME Maritime Absence de noms de plusieurs des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
Ecole Publique AKOK Absence de noms de plusieurs des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
NZOG BOUR Absence de noms de plusieurs des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale et disparition de 2 pages dans une liste
Ecole Publique Elong EKO Absence de noms de plusieurs des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
NFOULAMEYONG présence de nouvelles cartes d’électeurs sans des noms correspondants sur la liste
NFOULAYONG Absence de noms de plusieurs des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
CIAM Absence de cartes d’électeurs
EP MOTORO Absence de la troisième liste qui sert d’émargement dans deux bureaux et absence de noms des personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
AKONEKI Scierie Certains électeurs en possession de carte d’électeurs n’avaient pas leurs noms sur les listes et d’autres avaient leurs noms sur les listes et ne disposaient pas de cartes d’électeurs
EP OKOLOSSI Absence de liste électorale affichée à l’extérieur des bureaux de vote
EP NTOUM 6 Absence de noms de plusieurs personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
MEKONANE Absence de liste électorale affichée à l’extérieur des bureaux de vote
NZAMALIGUE Absence de noms de plusieurs personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
AKOK MISSION CHINOISE Plusieurs personnes non inscrites sur la liste détenaient des cartes d’électeurs
MVANA YEME Absence de noms de plusieurs personnes ayant votés en août 2009 sur la liste électorale
MEYANG CHEFFERIE Existence de deux listes contradictoire celle affichée or des bureaux de vote et cette dans le bureau de vote

23 .Déroulement des opérations du vote
231. Les horaires
En général, dans la quasi-totalité des bureaux vote, le scrutin a démarré avec une à deux (2) heures de retard. Trois (3) principales raisons sont responsables de ce décalage :

Arrivée tardive des membres de la CENAP ;
Absence de la liste électorale affichée à l’extérieur de certains bureaux de vote ;
Disputes autour de la liste électorale modifiée.

Par contre, l’heure de clôture des opérations de vote a été scrupuleusement respectée en dehors de celui d’Atanga dispensaire (premier siège du département de Komo Mondah et de la commune de NTOUM) qui a clôturé à 17 h30.

232. Les modalités

Si les opérations de votes se sont déroulées dans des conditions acceptables au niveau du 1er siège du deuxième arrondissement de la commune de Libreville et dans le calme dans le 1er siège du département de Mulundu et de la commune de Lastourville malgré les manipulations faites sur la liste électorale dans ce siège , des anomalies et des graves violations de la Loi électorale ont été par contre constatées en ce qui concerne les modalités qui entourent la régularité des opérations de vote au niveau du 1er siège du département de Komo Mondah et de la commune de NTOUM :

Utilisation des fausses cartes d’identités portant le cachet de police de NTOUM et datées du mois de juin 2010 ;
Distribution frauduleuse des cartes d’électeurs ;
Transfert d’électeurs ;
Distribution d’argent aux électeurs le jour du vote ;
Activités de campagne menées pendant le scrutin ;
Inscription des électeurs par les Présidents des bureaux de vote pendant le scrutin et production de listes additives séance tenante; alors que la loi stipule que « les listes électorales sont closes trente jours avant le scrutin » article 47 du code électoral
Remplacement des représentants de candidats le président du bureau de vote sans mandat;
Autorisation de voter pour les personnes absentes sans présentation d’une procuration ;
Vote sans présentation de pièces d’état civil et avec les cartes d’identité scolaires ;
Vote à l’extérieur de l’isoloir.

2321. Fausses cartes d’identité
Plusieurs cartes d’identités portant le sceau la police de NTOUM et datées du mois de juin 2010 ont été distribuées à plusieurs électeurs. Deux types d’électeurs ont reçu ces cartes :

Des personnes nouvellement inscrites et dont les noms ne figuraient pas dans la liste électorale utilisée lors de l’élection présidentielle anticipée du 30 Août 2009 ;
Des personnes recrutées séance tenante pour voter soit à la place des électeurs décédés, soit à la place des électeurs absents ou encore à la place des personnes ayant déjà quitté la circonscription électorale.
Or, il n’existe pas de poste de police à NTOUM, ce qui confirme le caractère illicite et frauduleux de cette opération.

Aussi il a été observé les situations qui suivent :

L’âge des votants ne correspondait pas à l’âge notifié dans les CNI (Meyang Chefferie)
Les électeurs ont voté avec des cartes d’identités ayant des photos non visibles (Donguila, EP Okolassi, EP Ntoum 6, CIAM Administration)
Plusieurs électeurs ont voté avec des fausses cartes d’identités délivrées par la police de NTOUM et datée de juin 2010 (Donguila, MEKONAM, Nkoulameyong, Ep Ntoum).

2322. Fausses cartes d’électeurs
Des cartes électeurs ont été délivrés aux personnes nouvellement inscrites et disposant de fausses pièces d’identités (Donguila, MEKONAM, Nkoulameyong, Donguila, EP Okolassi, Meyang chefferie…).

Dans certains autres centres de vote (Mvana-yeme, EP Ntoum 6), des électeurs ont été recrutés sur place par les représentants du candidat du PDG en complicité avec les présidents des bureaux de vote : des cartes d’électeurs et de fausses cartes d’identité leur ont été remises afin de leur permettre de voter.

Par ailleurs, un réseau de distribution des cartes d’électeur a été découvert au village Nzamaligué derrière l’école.

2323. Transfert d’électeurs
Plusieurs voitures ( Toyota 3360 G1V, taxi bus 2763 G1W, taxi bus 2550 G1Z, PAJERO 4643 G1X, Double Cabine 3711 G1U…) sont parties de Libreville avec des électeurs. Toutes les personnes transportées dans ces véhicules ont voté avec les fausses cartes d’identités et aux noms d’autres personnes (MEKONAM, DONGUILA, NZOGBOUR, NFOULAYANG)

2324. Distribution d’argent aux électeurs le jour du vote
Dans les centres NTOUM 6 et Akok Mission Chinoise, les représentants du PDG ont distribué de fortes sommes d’argent aux électeurs le jour du vote pour les inciter à voter leur candidat.

2325. Activités de campagne menées pendant le scrutin

Au centre de vote d’Atanga dispensaire, les responsables du PDG ont continué à mener la campagne pendant le vote.

2326. Inscription séance tenante des électeurs et liste additive

A NZOGBOUR le président du bureau de vote a procédé à des inscriptions séance tenante des électeurs qui, ensuite ont été permis de voter.
De même au centre de NFOULAYAN, un deuxième bureau de vote a été rajouté à 13h30 mn avec une liste additive. Plusieurs personnes non résidentes du village ont voté dans ce bureau.

2327. Remplacement des représentants des candidats sans mandat

Au centre de vote Mvana-yeme les représentants de l’opposition ne s’étant pas présentés, le Président du bureau de vote les a procédé à leur remplacement par deux autres personnes qu’il a lui-même désignées sans aucun mandat.

2328 Vote pour des personnes absentes sans procuration

Au centre de vote de l’Ecole Publique Okolassi Mekonanam, le Président du bureau a permis à plusieurs personnes de voter à la place des électeurs absents sans présentation d’une procuration.

2329. Vote sans présentation de pièces d’état civil et avec les cartes scolaires

Au centre de vote de l’Ecole Publique d’Akok, le Président a permis aux électeurs de voter avec des cartes d’identité scolaires et parfois sans aucune pièce d’état civil. La loi prévoit la carte d’électeur avec l’une des pièces d’identités suivantes : la carte d’identité nationale, le passeport, le permis de conduire, ou une pièce d’état civile en milieu rural (article 54 du code électoral)

23910. Vote à l’extérieur de l’isoloir

Plusieurs électeurs transportés dans les taxis bus arrivés de Libreville (2763 G1W et 2550 G1Z) ont voté à l’extérieur de l’isoloir au centre de vote de DONGUILA.

233. Dépouillement
En général, les opérations de dépouillements se sont déroulées dans le calme et en toute transparence au niveau des trois sièges observés.

3. Les Résultats
31. La participation
Depuis 1990, date de la première élection multipartiste au Gabon, le taux d’abstention des électeurs aux différents scrutins ne cesse de s’accroître. Au cours des législatives partielles les taux d’abstention suivants ont été enregistrés :

1er siège du département de Mulundu et de la commune de Lastourville (50,88 %) ;
1er siège du 2ieme arrondissement de la commune de Libreville (78, 66 %) ;
1er siège du département de Komo Mondah et de la Commune de Ntoum (70,73 %).

Il est évident qu’en l’absence d’une liste électorale fiable ces chiffres ne semblent pas dire grand-chose. Et il nous parait difficile voire hasardeux de les analyser et d’en tirer les conséquences.

Toutefois, il a, tout de même, été remarqué un très faible engouement des électeurs à ces élections surtout au niveau du 1er siège du 2ème arrondissement de la commune de Libreville.

Par ailleurs, il est à noter que les différentes manipulations subies par la liste électorale utilisée lors de la présidentielle anticipée du 30 août 2010 ont privé plusieurs électeurs du 1er siège de Mulundu et ceux du 1er siège du département de Komo Mondah et de la Commune de Ntoum de leur droit de vote.

32. Les Forces en présence

Trois (3) partis groupes politiques ont participé à cette élection au niveau des trois (3) sièges observés :

Au 1er siège du 2ème arrondissement de la commune de Libreville, le groupe majorité présidentielle conduit part un ticket RPG /PDG s’est opposé au candidat de l’Union National (UN).
Au 1er siège du département de Komo Mondah et de la Commune de Ntoum, trois candidats ont pris part à cette élection : le groupe majorité présidentielle représenté par le PDG, l’Union Nationale (UN) et le PSD ;
1er siège du Mulundu département de Mulundu et de la commune de Lastourville, le groupe majorité présidentielle représenté par le PDG s’est opposé au candidat de l’Union National (UN).
Au terme de cette élection, les résultats suivants ont été obtenus :

1er siège du 2ème arrondissement de la commune de Libreville,
Inscrits Votants Bulletins blancs ou nuls Suffrage exprimé Abstention Taux d’abstention UN RPG/PDG UN RPG/PDG
11530 2461 64 2397 9069 78.66 1906 491 79.52% 20.48 %
Est déclaré élu le candidat de l’Union National avec 79,52% des suffrages exprimés.

1er Au 1er siège du département de Komo Mondah et de la Commune de Ntoum,
Inscrits Votants Nul Suffrage exprimé Abstention Tx d’abstention PDG PSD UN PDG PSD UN
17580 5146 257 4889 12434 70.73% 3463 406 1020 70.83% 8.30% 20.86%

Est déclaré élu le candidat de la majorité présidentielle avec 70,83% des suffrages exprimés.

1er siège du département de Mulundu et de la commune de Lastourville
Inscrits Votants Nul Suffrage exprimé Abstention Tx d’abstention PDG UN PDG UN
7648 3882 170 3766 3712 50.76% 3017 685 81.28% 18.72%

Est déclaré élu le candidat de la majorité présidentielle avec 81,28% des suffrages exprimés.

4 .Conclusions
Grâce au soutien du Gouvernement des États-Unis, plusieurs organisations de la société civile gabonaise viennent de prendre une part active aux élections législatives partielles du 6 juin 2010 en assurant une observation efficace du scrutin au niveau de trois circonscriptions électorales, à savoir :

Le 1er siège du département de Mulundu et de la commune de Lastourville ;
Le 1er siège du 2ieme arrondissement de la commune de Libreville ;
Le 1er siège du département de Komo Mondah et de la Commune de Ntoum.
Au lendemain d’une élection présidentielle partielle anticipée dont les résultats ont été fortement contestés au niveau national et international et qui a abouti à des violences qui ont failli faire basculer le pays dans l’incertitude (Port Gentil, Libreville …) et à un contentieux électoral long et pénible , et à l’orée de l’organisation des élections générales de 2010 , la participation de la société civile à cette élection avait valeur de test grandeur nature, elle visait trois principaux objectifs :

jauger de la fiabilité de notre système électoral ;
mesurer la volonté de l’exécutif à jouer le jeu démocratique ;
évaluer la capacité de nos institutions à organiser une élection juste, transparente, équitable et accepté par tous.

41. A propos de la fiabilité de notre système électoral
Force est de constater qu’en l’absence d’une liste électorale fiable et honnête, notre système électoral ne peut jouir d’une quelconque crédibilité. Il est, aujourd’hui, impossible de donner avec exactitude les véritables résultats de cette élection dans les deux sièges de Mulundu et du Komo Mondah si on se réfère à la norme internationale sur l’organisation d’une élection, libre et transparente. A la question de savoir s’il a eu élection dans ces deux (2) sièges, au vu des anomalies recensées et les manipulations de la liste électorales, répondre par la négative s’avère plus juste.

42. A propos de la volonté de l’exécutif à jouer le jeu démocratique
Les indices recueillis au cours de cette consultation électorale n’inspirent guère à l’optimiste. En effet, c’est sur les deux sièges ou deux (2) ministres du gouvernement ont été candidats que toutes les formes de violations de la loi électorale et toutes les formes de fraudes les plus humiliantes ont été enregistrées.

Le mutisme du gouvernement sur les réseaux de fabrication de fausses pièces d’état civile avec le sceau de la police et la fabrication des fausses cartes d’identité est aussi inquiétant.

Complice ou auteur ? Le Gouvernement a intérêt à s’exprimer et à prendre ses responsabilités face à toutes ces dérives qui ne rassurent ni la classe politique, ni les populations gabonaises et encore moins la communauté internationale.

43. A propos de la capacité de nos institutions à organiser une élection juste, transparente, équitable et accepté par tous
En attendant la Cour Constitutionnelle, cette élection est venue confirmée que la Cénap n’est pas apte à organiser une élection crédible. Le comportement de la Cénap en ce qui concerne la liste électorale est suffisant pour qu’elle soit définitivement disqualifiée du système électoral gabonais s’il existe une volonté de démocratisation du pays.

En somme, la principale leçon à tirer de ces élections partielles est que le Gabon n’est pas apte à organiser une élection juste, transparente, équitable et accepté par tous. Ce constat à la veille des préparatifs des élections générales est une sonnette d’alarme pour la Communauté internationale. Pour assurer la Paix social, la Communauté Internationale doit accompagner le Gabon dans la préparation et l’organisation des élections générales de 2011.

5. Recommandations
A la vue de ce qui précède, les observateurs nationaux ont formulés les recommandations suivantes :

A l’endroit du gouvernement
Mettre à plat et fiabiliser la nouvelle liste électorale en introduisant la biométrie ;
Ouvrir une information judiciaire sur les réseaux de fabrication des fausses cartes d’identité et des fausses cartes d’électeurs et punir les auteurs conformément à la Loi ;
Organiser une concertation sur le processus électoral au Gabon avec la participation de toutes les parties prenantes (gouvernement, majorité, opposition et la société civile) en vue de définir et de mettre en place des outils efficaces pour une meilleure organisation des élections au Gabon ;
Faciliter la participation de la société civile aux opérations d’observation des élections.

A la Communauté Internationale
Appuyer et accompagner le Gabon dans toutes phases de l’organisation des prochaines élections générales de 2011 ;
Renforcer les appuis apportés à la société civile en vue d’une participation des Acteurs Non Étatiques dans toutes phases de préparation et l’organisation des élections générales de 2011.


Jeudi 24 Juin 2010
Source : Ben Moubamba
Vu (s) 1665 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par Diaz le 25/06/2010 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Yacelio (#8)
Cela ne me surprendrait pas que vous soyez l'un de ces "cartouchards de l'UOB" si je m'en tiens à votre incapacité à distinguer entre un article de presse, une thèse et un rapport d'observation.

Le texte que nous commentons ici n'est ni un article de presse ni une thèse, mais un rapport général compilé par une ONG suite à un certain nombre d'observation sur le terrain. BBM n'a fait que du copié-collé. Le dernier des intelligents sur ce forum l'a si bien compris.

Rassurez-vous, je ne vous tiens pas rigueur pour cette incompréhension de votre part. L'inintelligence est une caractère naturel chez les "émergents" gabonais.

10.Posté par St.Michael le 25/06/2010 02:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis 42 ans le Bongo/PDG-francafrique ont organisé les élections au Gabon et depuis 42 ans il n’y a jamais eu d’alternance politique et le Gabon s’est enfonce jusqu’à submerger dans les mains impures d’un sanguinaire biafrais.

Ce pendant depuis 42 ans, les pays comme les USA, la Grande Bretagne, l’Israël , Le Japon, le Ghana, le Mali…ont vu des régimes, organisant des élections accepter les résultats des urnes qui ont conduit à Barack Obama premier noir président des USA, Tony Blair laisser la place à Gordon Brown qui lui même vient de jeter l’éponge en reconnaissant qu’il n’avait plus le mandat du peuple britannique.

Est-ce que le Gabon serait dans une autre planète ? Non
Est-ce que le PDG serait plus génial que les démocraties USA, GB, Allemagne, Mali ? Non.

Le régime Bongo/PDG-francafrique n’est ni dans une autre planète, ni plus génial, mais tout simplement plus stupide et plus ignorant car empêcher la démocratie c’est refuser le développement…It’s simple as that.

La Démocratie est un préalable au développement.

Je ne suis pas surpris que le Gabon a reculé…
Je ne suis pas surpris que la BEAC viens de basculer dans les mains des plus méritants.

Je ne suis pas surpris de voir les bongo vider les 80,000 Milliards de CFA que le pays a produit pendant les dernières 20 années et acheter bêtement des immeubles à l’étranger avant d’aller succomber dans ces mêmes pays étrangers comme des Rats Bongo.

Je ne suis pas surpris que la CAN bascule maintenant dans les mains des plus capables et plus sérieux la GE.

Liberté, Transparence et Alternance d’Abord et le reste ne serait que corollaire.

Faire autrement serait une perte de temps comme aller dans une élection organisée par l’axe du mal Bongo/pdg-francafrique


Amen.

9.Posté par St.Michael le 25/06/2010 02:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis 42 ans le Bongo/PDG-francafrique ont organisé les élections au Gabon et depuis 42 ans il n’y a jamais eu d’alternance politique et le Gabon s’est enfonce jusqu’à submerger dans les mains impures d’un sanguinaire biafrais.

Ce pendant depuis 42 ans, les pays comme les USA, la Grande Bretagne, l’Israël , Le Japon, le Ghana, le Mali…ont vu des régimes, organisant des élections accepter les résultats des urnes qui ont conduit à Barack Obama premier noir président des USA, Tony Blair laisser la place à Gordon Brown qui lui même vient de jeter l’éponge en reconnaissant qu’il n’avait plus le mandat du peuple britannique.

Est-ce que le Gabon serait dans une autre planète ? Non
Est-ce que le PDG serait plus génial que les démocraties USA, GB, Allemagne, Mali ? Non.

Le régime Bongo/PDG-francafrique n’est ni dans une autre planète, ni plus génial, mais tout simplement plus stupide et plus ignorant car empêcher la démocratie c’est refuser le développement…It’s simple as that.

La Démocratie est un préalable au développement.

Je ne suis pas surpris que le Gabon a reculé…
Je ne suis pas surpris que la BEAC viens de basculer dans les mains des plus méritants.

Je ne suis pas surpris de voir les bongo vider les 80,000 Milliards de CFA que le pays a produit pendant les dernières 20 années et acheter bêtement des immeubles à l’étranger avant d’aller succomber dans ces mêmes pays étrangers comme des Rats Bongo.

Je ne suis pas surpris que la CAN bascule maintenant dans les mains des plus capables et plus sérieux la GE.

Liberté, Transparence et Alternance d’Abord et le reste ne serait que corollaire.

Faire autrement serait une perte de temps comme aller dans une élection organisée par l’axe du mal Bongo/pdg-francafrique


Amen.

8.Posté par yacelio le 25/06/2010 01:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
po po po ! ça c'est pas un article de presse mais une thèse pour cartouchard de l' U O B vraiment trop kilométrique faut un récyclage pour ce rédacteur ,n'a pas apris le résumé de texte en seconde !

7.Posté par CHE2 le 25/06/2010 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui est bizarre c'est qu'on n'a jamais vu le parti au pouvoir (PDG) établir un rapport sur les fraudes manigancées par l'opposition lors d'élections!!!! Mais pourquoi c'est toujours l'inverse qui se constate!!!? Qu'est ce que ce constat veut réellement dire!? Posons nous des questions, du moins pour ceux qui peuvent réfléchir....

6.Posté par CHE2 le 25/06/2010 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur PACIFICATEURGABONAIS.
Excusez moi de m'exprimez à vous de cette manière mais ne me laissez pas croire que vous êtes aussi idiot que votre post ne le laisse croire! Est ce que ce n'est pas logique que si l'opposition gagne c'est qu'il n'y a pas eu de fraudes étant donné que c'est le parti au pouvoir qui contrôle toutes les élections!? Sinon dites nous comment l'opposition triche alors puisque vous le savez!!!!
Par contre je vous donne entièrement raison sur la dernière phrase de votre post: et c'est justement pour cela que le PDG triche parce qu'il sait qu'on ne peut rien faire.... C'est ça la démocratie à la PDG!!!
C'est de cette façon que le Gabon va devenir émergent!!!!!!?????

5.Posté par Jabulani le 24/06/2010 23:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Ebouboua
il n'y a pas que monsieur MBOU YEMB qu'il y a virtuellement tué. Il l'avait déjá fait avec Sassou...

4.Posté par PACIFICATEURGABONAIS le 24/06/2010 21:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
venant de BBM c n importe koi cet homme a perdu toute credibilité, quant vous gagné ya pas de fraude ,quant les autre gagne ya des fraude.pffffffffffffffffff
ppppppppppppfffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

MEME SI LE PDG TRICHE VOUS ALLER FAIRE KOI A PART VENIR ICI ECRIRE DES COMMENTAIRES ET DES ARTICLES BIDONS

3.Posté par Ebouboua le 24/06/2010 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur MOUBAMBA quelle tête faites après avoir annoncé la mort de MBOU YEMBI, lequel est pourtant bien vivant et joignable à son domicile du PK9?

Arrêtez de jouer avec les gabonais

Nos yeux sont grandement ouverts

2.Posté par Diaz le 24/06/2010 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A la lecture de ce rapport, on a la certitude que Missambo et Oye Mba n’ont pas perdu l’élection comme le chantent les pédégivrés. J’espère que ce rapport va être déposé sur la table de la Cour Constitutionnelle.

J’attends maintenant de voir quel sera le commentaire de sa majesté JURGENT, roi de l’insulte et de l’ineptie, prince de la stupidité, duc de l’incompréhension et marquis de l’entêtement.

Merci BBM de toujours nous tenir au courant. Grand merci!

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...