News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Quand des soldats menottent et mettent nues des femmes +vidéo !

Le site de la Liberté - times24.info et info241 le Jeudi 29 Octobre 2015 à 08:00 | Lu 23222 fois

Les faits remontent au 14 octobre dernier. Des commerçantes gabonaises du plus grand marché de Libreville (Mont-Bouët, ancienne gare routière) faisaient face à des policiers alors qu’elles manifestaient contre le racket de ceux-ci. Au sommet de leur mécontentement, certaines d’entre elles vont aller jusqu’à se dénuder et furent aussitôt interpellées par la police.



Au Gabon, l’image de la femme est entrain d’être ternie. Dans une vidéo très choquante, publiée sur les réseaux sociaux, on voit deux femmes nues, menottées, descendant d’une véhicule des forces de l’ordre gabonaise. La vidéo fait le tour de la toile.

Les droits de la femme sont outragés, leur dignité éclaboussée, leur valeur négligée. Les associations des femmes doivent très vite interpellées le Président de la république du Gabon, Ali Bongo Ondimba, pour que ses femmes retrouvent et très vite leurs dignités, dénoncent des observateurs, visiblement triste. D’autres d’ajouter « ses soldats doivent être poursuivis de leurs actes ».

La dictature au pouvoir en Afrique ou ailleurs, commence très souvent, avec ses actes « barbares » de forces de l’ordre qui, réagissent avec de telles méthodes comme elles ne sont pas mises au monde, par une femme.

La vidéo publiée ce mercredi matin sur les réseaux sociaux par un utilisateur anonyme est devenue rapidement virale, se rependant sur la toile comme une traînée de poudre. Suscitant ainsi l’indignation des internautes qui n’hésitent pas à dénoncer l’attitude des policiers face à ces deux mères de famille dénudées, menottées et poussées comme du bétail au commissariat de Nkembo dans le deuxième arrondissement de Libreville.


Dans la vidéo, on peut entendre les lamentations et les cris des deux femmes d’un âge avancé, dénonçant de gros bras venus les déloger du travail servant "à envoyer leurs enfants à l’école" et questionner le commandant du dudit commissariat sur sa "crainte de Dieu". On peut y déplorer la brutalité physique et verbale dont ces femmes ont fait l’objet de la part de la police gabonaise.

Florilège de réactions :

Condamnées pour atteinte aux bonnes mœurs

Selon le ministère de l’Intérieur, ce sont quatre femmes qui auraient été interpellées par la police pour "trouble à l’ordre publique, outrage à agents et atteinte aux bonnes mœurs". Le 20 octobre, soit six jours plus tard après enquête, elles ont été présentées au procureur de la République qui a décidé de la relaxe de deux d’entre elles et inculpé les deux autres pour uniquement "atteinte aux bonnes mœurs" ! Rien que ça !

Reste que ces commerçantes gabonaises qui dénonçaient le racket dont elles sont victimes de la part des policiers, n’auront jamais elles, le plaisir de voir croupir en prison les policiers coupables de ce genre de méfait ou de telles brutalités physiques. Au Gabon, les commerçantes ne sont pas les seules victimes de la cupidité de certains éléments des forces de police. Les transporteurs terrestres (taximen et autres professions connexes) ont plusieurs fois interpellé les autorités gabonaises sans que l’éradication de ce phénomène soit possible.

Une justice à rebours

La justice gabonaise semble plus prompte à sévir sur les questions touchant aux "bonnes mœurs" qu’à celles liées à la corruption des agents de police. Une justice qui voit double dirait-on et qui châtie avec une dextérité hallucinante les plus faibles. Ali Bongo qui avait déclaré la décennie 2015-2025 comme celle de la femme, a désormais fort à faire avec ces images choquantes qui ternissent l’image de la femme gabonaise et ce, par sa propre administration.

Enfin, on a appris qu’une enquête diligentée par le ministère de l’Intérieur aurait été ouverte pour retrouver les agents coupables de ces brutalités à la suite de la publication de cette vidéo ce mercredi. Sans elle, les responsables de ces agissements n’auraient assurément pas été inquiétés. Merci qui ?

[MISE A JOUR DE 21H06] L’auteur de la vidéo aurait été identifié par les services du ministère de l’Intérieur. Il s’agirait d’un policier, gardien de la paix qui a immédiatement été suspendu de ses fonctions par "mesures conservatoires". Ses pairs dénoncent "la façon dont un maintien de l’ordre public a été exploitée à travers des images obscènes sur la toile". Il y a là comme un déni des brutalités devenues secondaires pour l’autorité ministérielle.

"Conformément au Code de bonne conduite et à la discipline des Forces de Police Nationale, poursuit le communiqué du ministère, il sera traduit en conseil de discipline tout comme les complices de cette propagande malsaine". Il semblerait que les autorités gabonaises s’emploient à la recherche des auteurs des fuites qu’à ceux de ces brutalités pourtant bien identifiables administrativement.


Jeudi 29 Octobre 2015
times24.info et info241
Vu (s) 23222 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par NEM le 02/11/2015 07:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Où sont ces femmes des groupes d'animation qu'on fait tourner les fesses à longueur de journées depuis 1968. Kounabeli, Nkol Engong, Missema, Ayina et autres? Où sont ces femmes d'Etat qui parlent des Droits des femmes opprimées, des veuves etc. où sont passées Patience Dabany, Borantsuo, les dames Ministres et autres? Où sont passées les maris des femmes gabonaises; Où sont passés les enfants du Gabon; Où sont les étudiants; où sont les gabonais face à cette humiliation?
Le texte signale que les policiers et le commandant du commissariat de Nkembo sont les bourreaux de ces actes pudiques sur nos mères. Mais quand irions-nous à Nkembo bon sang? LE COMMISSARIAT DE NKEMBO ET SES POLICIERS MAL EDUQUES ET FORMES SAUVAGEMENT DOIVENT ACCUEILLIR LE PEUPLE GABONAIS. Nous devons commencer à attaquer nos oppresseurs et ceux de nos familles.

19.Posté par hm! le 01/11/2015 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais où sont passées les "dignes" dames de l'Union des Femmes du Parti Démocratique Gabonais, parti au pouvoir, pour condamner avec la dernière énergie les brutalités policières inhumaines sans précédent commises sur leurs soeurs commerçantes? Veulent-elles en fin de compte suggérer aux gabonais, à travers leur mutisme, qu'elles ne sont là que pour louer leur dieu PDG?

18.Posté par ficherlinker le 31/10/2015 08:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis tout a fait d'accord avec toi leïla,nous devons pour une fois mettre tous nos egos de coté par exprimer notre ras le bol et notre exasperation de ce regime a travers les urnes.Tout peuple detient entre ses mains la force de renverser tout regime dictatorial tel qu'il soit.Ne vous laissez plus abuser,c'est en etant tous uni qu'ont pourra mettre fin a cette imposture presidentielle.A bas le communautarisme,a bas le tribalisme.Pensons aux generation futures.

17.Posté par ficherlinker le 31/10/2015 08:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
jusqu'où le regime dictatorial et sanguinaire des bongo veut il rabaisser les vrai(e)s gabonais(es).non satisfait de nous maintenir depuis pres de 60 ans dans la misere et la precarité voila qu'aujourd'hui que ce meme regime emprisonnent celles qui chanterent,souvenez vous il n'ya pas si longtemps dans les années 90 et ses fameux groupes d'animation,la gloire du PDG.Voila la recompense de ces meres de famille qui aujourd'hui payent le prix de leur"soutient indefectible"a Omar Bongo O.et de la perenité de son regime.

16.Posté par ficherlinker le 31/10/2015 07:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
detournements de deniers publiques,empoisonnements,crimes rituels,assassinats politiques...tous ces dossiers passent bien sure a la trappe de nos autorités judiciaires...que reproche t-on a ces commercantes?le droit d'exprimer a la face du Gabon et du monde les abus dont elles sont les victimes quotidiennes.le droit de crier leur ras le bol et leur exasperation en temps que vraies Gabonaises malmenées et maltraitées par nos propres institutions donnant l'apanache aux etrangers.honte a vous kan meme messieurs les soit disant force de l'ordre meme si vous avez vendu votre dignité de gabonais a un usurpateur,qui pensez vous defendre en agissant ainsi.vous avez le sang de ces gabonaises et de leur famille sur les mains.

15.Posté par Patrice Lumumba le 30/10/2015 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 14 LEILA, t'es toujours en train de dire que les Gabonais ne sont que des brailleurs et qu'ils n'excellent que dans ce domaine. J'aimerais juste te demander d'excuser l'amorphie d'un peuple qui n'a jamais connu de guerre. Par ailleurs, t'ignores l'identité de ceux qui interviennent sur ce forum, car ils sont cachés derrière des pseudos. Donc, tu ne connais rien de ce que nous posons comme actes pour essayer de faire évoluer les choses dans le sens commun. Mais toi-même qui sembles désirer une effusion de sang, pourquoi ne t'immoles-tu pas par le feu comme l'a fait Mohammed Bouazizi en Tunisie? Nous sommes à l'orée des présidentielles. Aucun de nous sur ce site n'est devin pour savoir ce qu'il adviendra du Gabon. Alors, stp, arrête de nous traiter de lâches. T'as le monopole ni du patriotisme ni du désir de l'alternance, encore moins celui de l'action.

14.Posté par Leïla le 30/10/2015 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout ce que nous savons faire au Gabon, c'est brailler. Les élections présidentielles auront lieu l'année prochaine avec un scénario identique à 2009. Que ferons les égoïstes, individualistes, tribalistes et régionalistes que nous sommes? Rien du tout.
Ailleurs en Afrique et dans le monde, les hommes se battent pour le progrès social et contre les injustices. Tandis qu'au Gabon, ils se masturbent devant des vidéos de femmes nues, victimes de ce régime criminel. Pensez à vos mères...

13.Posté par une jeune mére revolté le 29/10/2015 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
n oubions pas que ses femmes peuvent etre nos meres un peu de respect pour elle , elle ont le droit de manifesté car elle nourissent leur famille avec leurs commerces , ces policiers qui rient dans la video y a rien de drole que ALI soit maudis de s en prendrent a ses mamans aussi vrai la terre gabonaise est la terre de nos ancetre

12.Posté par Réaction gabonaise le 29/10/2015 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non il faut recadrer l'info sur votre site.

Tout le monde le sait, ces femmes se sont délibérément déshabillées pour manifester leur mécontentement face à leur expulsion du marché. OOOOH gabonais, l'intox est devenu votre sport favori ici.
Mais à qui profite cet état de chose sur la toile??//?

Elles se sont déshabillées délibérément. OK plus de POLEMIQUE!!!!

11.Posté par BIGBILY le 29/10/2015 17:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bouka, arrête de te ridiculiser si tu veux que Ali parte tout de suite vas le faire sortir du palais du bord de mer après on en parle plus comme ça le problème est résolu.
Sinon va te faire soigner si Ali te rend malade.
VIVE ALI BONGO ONDIMBA

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...