News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Pourquoi l'opposition a boycotté le recompte de Mborantsuo

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Jeudi 1 Octobre 2009 à 23:09 | Lu 1231 fois

Dans un communiqué publié ce 1er octobre, que nous livrons in extenso, l'opposition expose les raisons pour lesquelles ses huissiers ne prennent pas part à l'opération de recomptage des voix et fustige les propos tenus par la présidente de la Cour Constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, suite à leurs revendications sur les modalités de recomptage des procès verbaux. Les requérants devant la Cour Constitutionnelle avaient déjà adressé le 29 septembre dernier une demande d'audience au chef de l'Etat, Rose Rogombé, à laquelle ils ont souhaité voir associés le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, et le ministre de l'Intérieur en charge de la Défense nationale, Jean François Ndongou.



Gabon : Pourquoi l'opposition a boycotté le recompte de Mborantsuo
«Afin de permettre à l’opinion nationale et internationale de disposer de l’ensemble des éléments lui permettant de comprendre et d’apprécier la position des requérants sur la question du recomptage des suffrages, la coalition des candidats et partis politiques de l’opposition, régulièrement informée des actions des requérants auprès de la Cour Constitutionnelle, dont elle réaffirme la totale solidarité et le total accord de chacun de ses membres, voudrait d’abord restituer les faits.

1.Le recomptage des suffrages est une demande clairement exprimée dans les requêtes en annulation de l’élection présidentielle du 30 août 2009 présentées par plusieurs requérants, afin de permettre, sur la base des procès verbaux, des fiches d’émargement et des feuilles de dépouillement de chaque bureau de vote dont la Cour détient légalement une copie, d’établir la réalité et l’ampleur de la fraude électorale orchestrée par le Parti Démocratique Gabonais, avec la complicité du Gouvernement et de la CENAP, au profit du candidat Ali Bongo Ondimba.

2.Le texte intégral de la "Mesure d’instruction" de la Cour Constitutionnelle, remise à chacun des requérants le 25 septembre 2009 après 16 heures est le suivant :

"Dans le cadre de l’instruction des recours dont la Cour Constitutionnelle est actuellement saisie, il sera procédé à partir du mardi 29 septembre 2009 à 14 heures, au recomptage des suffrages en présence d’un Huissier de Justice commis par les requérants et d’un Huissier de justice commis par le défendeur.

À cet effet, les requérants et le défendeur sont invités à communiquer au greffe de ladite Institution au plus tard le samedi 26 septembre 2009 à 18 heures, le nom de l’huissier respectivement commis par l’une et l’autre parties."

3.La mesure d’instruction de la Cour Constitutionnelle, en tant qu’elle indiquait que le recomptage se déroulait dans le cadre de l’instruction en cours, pouvait fort justement être interprétée par les requérants comme correspondant à leur demande. Et ce d’autant plus que les déclarations dans la presse du Président de cette Institution précisaient qu’ "il s’agit pratiquement d’un dépouillement, mais cette fois-ci des 2800 procès-verbaux de chaque bureau de vote".

4.Dans leurs réponses à cette mesure d’instruction, les requérants ont individuellement demandé par écrit à la Cour d’autoriser:

a)Que le recomptage de la totalité des suffrages soit effectué sur la base d’éléments qui concourent à leur authentification, à leur validité et à leur comptabilisation telles que spécifiées aux articles 77, 89, 97 et 103 du Code électoral. Ces éléments sont : la liste électorale du bureau de vote, le procès-verbal du bureau de vote, la feuille de dépouillement des suffrages et la liste d’émargement des électeurs dans le bureau de vote.

b)La désignation d’un représentant pour chacun des requérants lors de ce recomptage.

c)La désignation d’un huissier pour chacun des requérants.

En réponse à ces préoccupations, la Cour n’a accepté que la présence d’un huissier pour chacun des requérants.

5.Le mardi 29 septembre 2009 à 14 heures, les requérants concernés par la procédure de recomptage des suffrages, c’est-à-dire les candidats ayant formulés cette demande dans leurs requêtes en annulation de l’élection présidentielle du 30 août 2009, se sont présentés à la Cour Constitutionnelle. Leur démarche visait à s’enquérir avant le début de cette opération, des modalités du recomptage arrêtée par la Cour.

6.Les requérants ont été introduits à la Cour par le Protocole de l’Institution qui les a installé dans une salle d’attente à 14h 30mn. Après 3 heures d’attente, sans information particulière, deux Conseillers de la Cour, le Doyen Jean Pierre Ndong et le Conseiller Michel Anchouey, mandatés par le Président de l’Institution, donc agissant au nom de la Cour Constitutionnelle, se sont présentés aux requérants. Au cours d’un échange courtois et respectueux, ces deux éminentes personnalités ont expliqué que le recomptage dont il s’agit est une opération interne à la Cour Constitutionnelle. Pour la Cour Constitutionnelle, le recomptage qui allait avoir lieu ne se faisant pas de manière contradictoire, seule la présence des huissiers était admise. Les requérants ne pouvaient être présents lors du recomptage, ils ne pouvaient non plus être représentés.

7.À la suite de ces explications, les requérants ont d’abord rappelé aux Conseillers mandatés par la Cour que le recomptage des suffrages qu’ils demandaient dans leurs requêtes respectives exigeait une procédure contradictoire emportant la présence des représentants des candidats. Et qu’en conséquence, le recomptage qui devait débuter ce mardi 29 septembre 2009 ne répondant ni à la lettre, ni à l’esprit de leurs demandes ne pouvait les engager d’aucune manière. Pour permettre à l’Institution de mener sereinement cette opération interne, les requérants ont indiqués aux représentants de la Cour Constitutionnelle que ce recomptage, qui pour la Cour devait se faire sans la participation des représentants des requérants, allait également se faire sans la participation de leurs huissiers.

Nous avons été par la suite stupéfaits de l’intervention télévisée de Madame le Président de la Cour Constitutionnelle qui laissait entendre que

"… certains requérants (...) ont assiégé la Cour, avec avocats, représentants (...) s'imposant aux membres de la Cour et voulant participer à cette séance qui est une séance interne à la Cour".

"La Cour Constitutionnelle n’entend pas se laisser dicter une conduite à tenir"

"La Cour n’est pas une jungle…"

Ces propos sont regrettables. Nous réaffirmons que pour être crédible et reconnu de tous, le recomptage initié par la Cour Constitutionnelle devra se faire de manière transparente et contradictoire, sur la base des listes électorales des bureaux de vote, des feuilles de dépouillement, des procès-verbaux des bureaux de vote et des listes d’émargements des électeurs.

Jeudi 1 Octobre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 1231 fois




1.Posté par Ifanifa le 02/10/2009 00:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La position des requerants est claire et se passe de commentaire. Bravo à vous car vous venez d'évincer la Cour Constitutionnelle. Ne cédez sur pas, courage, les Dieux et nos morts tombés sous les balles des meurtriers de la République, vous accompagnent, leur sang crie vengeance.

2.Posté par sebdepog le 02/10/2009 07:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Surtout pas de compromis avec ces imposteurs dont fait parti Madeleine Mboratsuou.
On vient de démasquer cette poufiace, qui veut à chaque fois, par des arguties juridiques, faire croire aux yeux du monde que son institution est impartiale alors nous savons tous qu'elle est elle même juge et partie.
Le problème de l'opposition n'est pas le comptage des voix. On sait que le PDG sait calculer. Ils avaient déjà calculé pour annoncer les résultats du 3 septembre. Notre problème est de confronter les PV des 2800 bureaux de votes. Le reste n'est que du pipeau.
En tout cas, l'imposture est mise à nu. Et le monde entier est dorénavant convaincu que Mado fait parti intégrante de cette mascarade électorale sous les tropiques.
Maintenant, que leur mascarade soit éventée ne va pas les empêcher de dormir et de continuer à piller le Gabon.
Nous devons les gêner un max en istaurant un climat d'incivisme dans le pays.

3.Posté par Onday le 02/10/2009 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est regrettable de voir les choses tournées ainsi ; je constate que tout le pays est gangrené par des sbires du mal. Comment dans un pays qui se veut de droit, on puisse assister à des violations de la loi à tous les niveaux ? Où pourrions nous alors nous plaindre ? Peut-on encore compter sur nos institutions ? La justice gabonaise et la cour constitutionnelle ont été instituées pour quelle classe d’individus ? Au profit de qui ? Vous ces juges, maîtres et que s’ai-je encore, avez-vous vraiment prêté serment ? Connaissez-vous réellement la porté du mot « je le jure que vous prononcez » (devant DIEU) ? C’est un juron très réprimandable devant DIEU, et je peux vous affirmer que vous serez punis ; êtes-vous fiers de se que vous faites devant vos enfants, vos familles, votre entourage ? Êtes-vous fiers quand vous avez fini de léser le pays (Gabon) de dire que vous avez fait votre travail ? Si dans tous les secteurs d’activité on se comportait ainsi, le Gabon ne serait pas un pays riche, comme on aime tant le dire.
Repentissez vous pendant qu’il est encore temps.


4.Posté par Snt le 02/10/2009 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cela a un nom: "Le sous développement".

5.Posté par espoir le 02/10/2009 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JE DIS QUE MBORANTSOUO SOUFFRE D UNE BETISE SANS PRECEDENT .MAIS COMMENT PEUT ON ETRE 3 FOIS BETE COMME CETTE DAME .KI A DIT KIL S AGISSAIT D UN RECOMPTAGE DES VOIX DIEU DU CIEL ON SAIT TOUS KIL ON ETABLI LEUR FAUX BULLETINS .POUR QUI CETTE DAME NOUS PREND . MARIE ARRETE DE DISTRAIRE LE PEUPLE IL S AGIT DE CONFFRONTER LES PROCES VERBAUX C EST ÇA LE SOUCI DES OPPOSANTS LA ENCORE C EST DUR POUR ELLE DE FAIRE CE K ON LUI DEMANDE .MAIS A L ALLURE OU VA CETTE DAME ELLE VA OUBLIE KIL YA UNE AUTRE REQUÊTE KI A ÉTÉ FAITE CELLE DE LA NATIONALITÉ D ALI

6.Posté par Le Citoyen le 02/10/2009 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que les leaders nous fassent les copies des procès verbaux, nous allons nous assi les compter.
Mettez-les dans le web

7.Posté par Elie le 02/10/2009 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les leaders ont simplement pris la CC à son propre piège. Elle croyait avoir à ceux qui vivent à Makatmangoye et qui ne comprennent rien à la loi. Je vous avais dit il y a quelques temps que l'intrensigeance de nos leaders était une technique qui deavait permettre à la nation de mieux comprendre à qui nous avons à faire. Le mensonge est l'art de ceux ont donné leurs ames à Satan. en transformant la vérité en mensoge et le mensonge en vérité, Mado et les siens pensent continuer à détourner le peuple de ce qu'il attend. Jusque là on ne veut plus parler du recours de Bengone Nsi, un piège attrape mouche. En ce qui men concerne je continue à faire confiance à ces hommes qui sont plus que déterminés malgré les pressions et les intimidations. j'attend le plan B pour agir avec eux.

QUE TOUS LES GABONAIS VRAIS PATRIOTES FASSENT DE MEME CAR LE FRUIT VA BIENTOT TOMBER DE L'ARBRE!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...